Mis à jour le mardi 1 août 2017
  • 6 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Initiez les participants à la pensée divergente : "Warm Up"

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Retrouvez la section "Warm Up" du plan d'animation

Phase

"Warm Up" / Echauffement

Objectif(s)

  • Echauffer les participants en douceur.

  • Initier les participants à la pensée divergente ou "outside the box".

Activité 1 - Le rêve éveillé : "Si j'étais magicien-ne…"

Objectif(s)
  • Commencer en douceur par un exercice très simple.

  • Forcer les participants à arrêter de penser, de s'autoévaluer et de juger leurs idées.

  • Initiez les participants à l'exercice d'improvisation créative.

Consigne

Les participants doivent terminer la phrase "Si j'étais magicien-e…" à tour de rôle, sans réfléchir et le plus vite possible.

Protocole

Butzi présente la consigne et maintient la vitesse dans le jeu. Les participants s'expriment chacun leur tour.

Durée

1 minute. 

Support(s)

Aucun.

Matériel

Aucun.

Activité 2 - Hors de la boite : "Ceci n'est pas une corbeille."

Objectif(s)
  • Inciter les participants à penser en dehors du cadre établi en repoussant les limites de l'imagination.

  • Amener les participants à abandonner leurs idées préconçues.

  • Leur montrer comment rebondir sur les idées des autres.

  • Travailler sur la cohésion du groupe.

Consigne

Les participants doivent trouver au moins 5 fonctions alternatives à l'objet : "corbeille".

Protocole

Laurène présente la consigne et compte les fonctions trouvées par les participants. 

Durée

5 minutes. 

Support(s)

Aucun.

Matériel

Aucun. Mais j'aurais pu amener une corbeille ! 🗑

Comprenez l'intérêt de la phase "Warm Up"

© Shutterstock - Visual Generation
© Shutterstock - Visual Generation

Le nom "Warm Up" n'existe pas spécifiquement dans le jargon de la créativité… Je l'ai "inventé" pour nommer cette phase, qui selon moi sert d'échauffement (c'est la traduction littérale en anglais).

Le but de cet échauffement c'est d'initier les participants à la pensée divergente, la pensée out-of-the-box (ou outside the box), j'aurais donc pu appeler cette phase "Divergence" (comme cela se fait parfois) ou "Outside the box".

Mais le but de l'exercice était aussi de les mettre dans le bain et leur faire comprendre qu'il ne sert à rien de juger ses propres idées, et que les autres ne vont pas juger leurs idées respectives.

Découvrez des alternatives pour des activités "Outside the box"

Pour amener des individus à penser hors du cadre, vous pouvez leur faire faire plusieurs activités. En voici quelques unes qui reposent sur des exercices d'improvisation et/ou de divergence.

Faites un jeu de rôle

Improviser, comme on le voit dans le premier exercice de cette vidéo est un excellent moyen d'exercer son imagination.

© Shutterstock - MatiasDelCarmine
© Shutterstock - MatiasDelCarmine

Ici, on a demandé aux participants de se mettre dans la peau d'un magicien afin d'imaginer des choses qu'ils seraient ainsi capables de faire.

Si vous aimez ce genre d'exercices mais souhaitez l'étoffer, un excellent moyen est d'utiliser des personas - surtout si vous faites des ateliers autour de l'expérience utilisateur par exemple, du lancement d'un nouveau produit ou service.

Le principe est simple :

  1. Créez des cartes personas que les participants pourront observer. Sur chaque carte, il peut y avoir une image du persona, le nom, l'âge, le métier, les qualités/défauts, la situation familiale, les hobbies… Plus c'est complet, mieux c'est.

  2. Demandez aux participants de se mettre chacun dans la peau d'un persona en prenant leur temps afin qu'ils s'acclimatent à leur nouvelle personnalité.

  3. Questionnez-les sur plusieurs sujets en leur demandant de répondre au nom de leur persona. Les sujets sur lequels vous les questionnez sont en rapport avec le thème et l'objectif de votre atelier. Si vous souhaitez réfléchir sur un produit ou service qui va être lancé par exemple, c'est bien de poser des questions en rapport avec les usages sur ce produit ou service en question.

Ensuite, éventuellement, mais cela prend du temps, vous pouvez faire changer les points de vue et les idées en faisant varier/tourner les personas entre les mains des participants.

Cela permet aux participants de :

  • sortir du cadre de préconception qu'ils ont sur les choses, la vie, le quotidien ;

  • faire émerger dans leur esprit de nouveaux points de vue, des problématiques inédites, et des choses auxquelles ils n'auraient jamais pensé ou imaginé sans cela.

Dans la même optique, il existe un autre exercice très puissant, qui part encore plus loin dans l'exploration. Il s'agit de ne travailler que sur un seul persona, mais de prévoir des cartes pour chaque émotion que peut ressentir ce persona. 

Cela permet d'aller très loin dans la finesse de compréhension d'un utilisateur d'un produit ou service et de comprendre comment "répondre", communiquer en fonction de l'état dans lequel il se trouve.

Inventer des noms ou utilisations à des objets

Comme pour l'exercice de la corbeille que vous avez pu observer dans la vidéo, vous pouvez utiliser le même principe sur un autre objet, voire un concept, voire une organisation. Il peut s'agir de trouver un nom ou une fonction/utilisation.

Si votre atelier a pour but de trouver le nom de votre futur(e) livre/entreprise/produit/service/création… , c'est une très bonne mise en jambe. Avant de chercher ce nom, vous pouvez entraîner vos participants à trouver des noms, pour tout et n'importe quoi.

Sur la question de la fonction/utilisation de l'objet, vous pouvez faire le jeu du trombone. Le trombone est un objet souvent utilisé dans ce type d'exercice (= sortir de la boite pour trouver d'autres fonctions à un objet). Je ne saurais pas vous dire pourquoi particulièrement, peut-être parce qu'il est simple, transformable (petit et facilement manipulable), et que l'on en trouve dans toutes les entreprises ou presque.

Voici comment ce jeu fonctionne :

  1. Donnez aux participants des trombones.

  2. Demandez-leur de trouver plusieurs utilisations possibles en 5 minutes chrono.

  3. Notez ensuite les idées de chacun sur un tableau.

  4. Enfin, mettez-les participants en petits groupes de 5-6 personnes et faites-leur recommencer l'exercice ensemble, afin de mutualiser leurs idées et d'en trouver de nouvelles.

Lancez une énigme à résoudre

© Shutterstock - theromb
© Shutterstock - theromb

Ce n'est pas mon alternative préférée (car elle teste des capacités cognitives sur la fixité fonctionnelle*, plutôt qu'elle n'aide à comprendre comment penser hors de la boite) mais l'énigme "le problème de la bougie" (créée par le psychologue Karl Duncker) est assez populaire dans les ateliers de divergence / "out of the box".

Voici en quoi elle consiste et comment la pratiquer en atelier :

  1. Mettez les participants en groupe de 4-5 personnes ;

  2. Mettez à disposition de chaque groupe : 1 boite d'allumettes, 1 bougie, 1 boite de punaises ;

  3. Demandez aux participants de réfléchir à une solution pour accrocher la bougie sur le mur (le mur doit être dans une matière molle comme le lège) sans que la cire tombe sur la table située au dessous.

Vous trouverez ici la solution à cette énigme, ainsi que le résultat qu'obtiennent généralement les participants.

La point clé de cet exercice consiste à voir que la boite d'allumettes (ou celle des punaises) est tellement vue comme un contenant (fixité fonctionnelle) ; que les participants ne pensent même pas à l'utiliser en tant qu'objet à disposition (au même titre que les punaises) pour résoudre l'énigme.

Attention, ne faites pas des activités trop difficiles, car elles risquent d'avoir l'effet inverse et de décourager les participants. Et celle-ci en fait un peu partie je trouve. D'autant que le terme "énigme" peur faire peur et bloquer les participants, ou pire leur faire sentir qu'ils sont "nuls", pas créatifs, pas intelligents s'ils ne parviennent pas à la résoudre.

En effet, par expérience, les gens ont tendance à se dire qu'ils sont nuls lorsqu'ils n'y arrivent pas et, malheureusement, établissent dès lors un diagnostic négatif et définitif… La suite de l'atelier est condamnée. 😫

C'est donc un exercice à utiliser avec précaution. Si vous le faites, pensez à conclure sur le fait que :

  • ne pas trouver la réponse est normal, et que c'est le cas de beaucoup de personnes ;

  • cela permet de démontrer ce qu'est la fixité fonctionnelle, que c'est ce qui nous empêche de penser "outside the box" mais que l'on peut apprendre à la contourner.

 Si le principe de fixité fonctionnelle vous intéresse, je vous invite à consulter le chapitre à ce sujet du cours "Initiez-vous au Design Thinking".

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite