Fil d'Ariane
  • 1 heure
  • Facile
Connectez-vous ou inscrivez-vous pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Introduction du cours

Vous réfléchissez à votre projet professionnel et vous envisagez de travailler à l’étranger ? Vous voulez booster votre profil grâce à une expérience en Amérique du Nord ou en Asie par exemple mais vous ne savez pas comment vous y prendre ? Vous voulez vous faire une idée des marchés de l'emploi européen et internationaux ? C’est ce que nous allons voir ensemble !

A la fin de cette fiche, vous serez capable de :

  • repérer les marchés étrangers qui recrutent

  • sélectionner les dispositifs qui favorisent la mobilité

  • appliquer les démarches de reconnaissance de votre parcours à l’étranger

  • identifier les sites de recherche d’offres d’emploi pour l’étranger

  • mettre en place une méthodologie de veille

Attaquez le marché de l'emploi européen

Etape 1 : Faites un tour d'horizon

Quelques constats

Comme vous pouvez le voir, la destination privilégiée des expatriés est l'Union européenne. Sur les 1,68 millions de Français vivant à l'étranger, près de la moitié sont installés en Europe

Logiquement, plus des deux tiers des offres d'emploi émanent de ces pays européens, c’est pourquoi je vous propose de distinguer le marché européen et international (hors Europe donc).

Vous souhaitez acquérir de nouvelles méthodes de travail ? Pratiquer une langue étrangère ? Découvrir une culture et un environnement nouveau ? Partir travailler ou même créer votre entreprise ? La mobilité européenne est une réelle opportunité pour vous !

En tant que ressortissant de l’UE, vous êtes dispensé de permis de travail et jouissez des mêmes opportunités, droits et obligations que les travailleurs du pays. Autrement dit, exit le visa ! En revanche, pour obtenir le titre de résident dans le pays d'accueil, vous devrez par exemple vous faire enregistrer auprès de l’administration communale en Belgique ou passer par le registre central des Étrangers provincial en Espagne.

L'UE met à la disposition des Européens tout un arsenal d'outils pour les aider à travailler en dehors de leur pays d'origine :

  • Europass : apprenez à créer un CV en ligne adapté au pays où vous postulez…

  • Eures : trouvez des milliers d'offres d'emploi européennes.

Qui recrute-t-on ?

Si les données concernant les Français de l'étranger sont souvent parcellaires, notez que la plupart des contrats qui vous seront proposés le seront par une entreprise locale. Pensez alors, lors de votre veille, à cibler ces entreprises ! ;) 

Plus vous aurez d'expérience dans un domaine, plus vous aurez de chance de trouver facilement. Et pensez à opter d'abord pour un stage, vos chances d'être recruté dans le pays d'accueil s'en trouveront décuplées. N'oubliez pas non plus que les « pays du Nord », tels que l'Allemagne, le Danemark, la Finlande ou la Suède ont réussi à faire fortement baisser leur taux de chômage et les perspectives d'emploi y sont plus importantes.

Quelques exemples de profils recherchés par ces pays :

  • Suisse (où les Français expatriés sont les plus nombreux) : personnel médical, informaticiens, cadres bancaires spécialistes des réglementations internationales, négociateurs immobiliers.

  • Royaume-Uni (2e pays le plus attractif) : chefs cuisiniers, cadres informaticiens, spécialistes de la finance ou des nouvelles technologies.

  • Allemagne : spécialistes de l'environnement.

Faites reconnaître vos diplômes !

Si tout diplôme délivré par l'État français peut être admis comme équivalent au diplôme délivré par un autre État, il est souvent nécessaire d'obtenir une équivalence, une assimilation ou une attestation de vos diplômes. Pour cela, pensez à contacter les centres ENIC-NARIC. Ils sont présents dans chaque pays membre. Ils peuvent vous les délivrer et vous indiquer les démarches à suivre pour exercer certaines professions réglementées.

Etape 2 : Sollicitez les réseaux pour aborder le marché européen

Les institutions européennes ont mis en place un arsenal de plusieurs dispositifs pour favoriser la mobilité sur les différents marchés de l'emploi en Europe.

  • Eures est un réseau de coopération rassemblant les services publics de l'emploi en Europe et les partenaires tels que les syndicats, les organisations patronales, ainsi que les collectivités locales et régionales. Le site recense plus de 1 500 000 offres d'emploi.

  • Europass met en accès libre plusieurs documents tels que le Passeport de langues et surtout vous permet de créer votre CV dans n'importe (ou presque) quelle langue !

  • Europages est un annuaire d'entreprises européennes.

  • Stepstone est un portail de recrutement en ligne.

  • Le site du ministère des Affaires étrangères regorge d'infos pratiques et est un outil incontournable pour tous les apprentis expatriés.

Quant aux autres institutions et programmes (les chambres de commerce et d'industrie françaises à l'étranger, le volontariat international, le service civique à l'étranger…), ils constituent autant de ressources qui vous permettent de trouver un emploi en Europe ou à l'international.

Etes-vous prêt à affronter le marché du travail européen ? Vérifiez si vous avez bien retenu ce que vous devrez mettre en œuvre avant de partir.

Exercice

Vous avez déjà travaillé à l’étranger ? Partagez votre expérience sur le forum et échangez avec les autres apprenants !

  • Indiquez le nom du pays

  • L’année de votre expérience

  • L'emploi que vous avez occupé

  • Votre démarche pour parvenir à vous faire embaucher

  • Des conseils / recommandations / contacts pour ceux qui souhaitent partir

Attaquez les marchés de l'emploi internationaux (hors Europe)

Étape 1: Faites un tour d'horizon

Quelques constats

Pour s'expatrier, gardez à l’esprit que les Français expatriés ont généralement un niveau d'études élevé (environ la moitié a un niveau équivalent au master ou au doctorat et près d’un tiers se situent à un niveau Bac/Bac + 3.)

k

Dans quel domaine ? Eh bien, si vous regardez le graphique suivant, vous pourrez voir que les Français expatriés travaillent surtout dans l’éducation (surtout le FLE Français Langue étrangère), les services aux entreprises et l’administration (par exemple, le personnel détaché de l’administration française). Les profils des Français recrutés par le secteur privé sont plutôt : des ingénieurs, professionnels du numérique, des jeux vidéo, du cinéma ou encore de la mode !

Enfin, les pays recherchés ? D’après le rapport de 2015 de la Conférence des grandes écoles, on explique que les ingénieurs et managers nouvellement diplômés sont (en dehors de l'Europe) prioritairement partis aux Etats-Unis (7%) et en Chine (7,3%). La crise mondiale n'épargne aucun pays, à l'exception notable de l'Inde qui garde un dynamisme réel et des prévisions de croissance pour 2016.

Qui recrute-t-on ?

En fonction du pays où vous postulerez, le niveau de diplôme requis n'est évidemment pas le même. Il faut donc trouver une adéquation entre le secteur et le niveau de diplôme. Votre projet d'expatriation doit donc définir quelles compétences vous avez (secteur d'activité, niveau de diplôme et expérience) pour ensuite rechercher le pays et la ville les plus à même de vous offrir des possibilités d'embauche.

Vous vous demandez quel pays cibler en fonction du secteur ? C’est parti !

Régions du monde

Afrique

Moyen-Orient et Proche-Orient

États-Unis et Canada 

Amérique latine

Asie et Pacifique

Secteurs professionnels

Secteur pétrolier, professionnels du BTP, TIC, les banques

Hôtellerie, restauration, tourisme, métiers liés à l'extraction du pétrole et l'industrie minière

Hôtellerie-restauration, vente, gestion, communication, santé

Enseignants français, profils commerciaux, professionnels de l'environnement

Diplômés de grandes écoles et profils rares (ingénieurs, financiers, commerciaux)

Niveau d'études recherché

Mieux vaut être diplômé car en Afrique, la main d’œuvre locale non formée est abondante. Sont recherchés les profils très diplômés (HEC, Essec, Polytechnique)

Les profils très pointus sont recrutés car ils sont rares sur le marché local.

Dans les domaines de l’hôtellerie, les CAP / BEP / Bac pro suffisent. Ex : BEP Conducteur d’engin de chantier de travaux, Bac pro Maintenance des matériels (option travaux publics), CAP Cuisine, Bac pro restauration...

Pour certains profils, l’expérience suffit, pour des commerciaux par exemple ou des serveurs/hôtesses d'accueil... dans des sites touristiques (à condition de maîtriser la langue locale).

Beaucoup d’étudiants très diplômés (master en Entrepreneuriat, Centraliens ...) Les Français sont en concurrence avec les locaux. Ils doivent donc avec des profils spécialisés et rares. Ex. Chine : il faut impérativement justifier d’années d'expérience pour être embauché.

Exemples

Angola, Nigeria, Côte d’Ivoire, Ghana, Gabon et Algérie : ingénieurs géologues.

Qatar : industrie pétrolière, tourisme, enseignement.

Abou Dhabi : industrie lourde, industries technologiques, énergies renouvelables.

Silicon Valley : ingénieurs informaticiens.

Canada : métiers spécialisés et techniques (soudeurs, électriciens, mécaniciens, ingénieurs...).

Chili, Pérou : industrie agroalimentaire, recherche scientifique (chimie, géologie), secteur minier.

Brésil : technologies de l'information et de la communication et pour les cadres les plus formés, dans le secteur de l'agro-business et l'industrie.

Chine : import-export (avec première expérience dans l'encadrement), principalement pour vendre des produits fabriqués en France.

Inde : ingénierie de pointe, pétrochimie, énergie, télé-communications.

Australie : travailleurs manuels (maçons, menuisiers), ingénieurs informatiques, spécialistes du digital marketing

En résumé, pour choisir votre pays d'accueil, renseignez-vous d'abord sur :

  1. son marché du travail (taux de chômage, types d'emplois prisés, niveau de qualification requis).

  2. les possibilités d'intégration : niveau de langue requis (par exemple, inutile de rechercher un emploi en Chine si vous ne connaissez pas le mandarin), connaissance des us et coutumes (les ruptures sont grandes avec les pays asiatiques).

  3. Les possibilités d'embauche dans votre secteur d'activité (Votre métier peut-il être exercé par des étrangers dans le pays d'accueil ? Fait-il partie des métiers réglementés avec des tests et des diplômes à repasser sur place ?)

Faites reconnaître vos diplômes !

Contrairement à l'Europe, il n'y a pas de principe d'équivalence entre les diplômes obtenus à l'étranger et les diplômes français. Adressez-vous aux centres de l'Enic-Aric pour en savoir plus.

Étape 2 : Sollicitez les réseaux pour aborder le marché international

Pour commencer, rendez-vous sur ces sites internationaux. Ils vous permettent d'accéder aux offres d'emploi émises aux quatre coins du monde :

  • Carrer Builder est le site de recherche d'emploi le plus ancien.

  • Internationaljobs. Le site, entièrement en anglais, propose un accès direct aux offres d'emploi, par pays.

  • Newslink recense l'ensemble des offres publiées dans les journaux, les magazines, à la radio.

Puis, sollicitez des réseaux déjà constitués des anciens élèves, des expatriés dans les pays, de l'Union des Français de l'Etranger…

Si vous souhaitez partir, pensez également à faire un tour du côté des salons professionnels internationaux :

  • Le forum Expat du journal Le Monde : organisé chaque année au début du mois de juin, ce salon met en relation les Français qui portent un projet à l'international avec des institutions et entreprises expertes en mobilité internationale.

  • Le salon Studyrama des formations et carrières internationales : réunissant tous les acteurs de la mobilité internationale, il se déroule au mois d'octobre.  

Je vous conseille également de vous rendre au Pôle Emploi à l'international, qui propose des ateliers pratiques et publie de nombreuses offres.

D'autres filons pour découvrir les marchés de l'emploi internationaux, notamment réservés aux jeunes :

  • Le Volontariat International en entreprise (VIE) ou en administration (VIA), est un programme géré par les ambassades de France. Il vous permet de partir entre six mois et deux ans, pour une mission professionnelle à l'étranger.

  • Le programme Vacances travail (PVT) existe sous plusieurs formes, cela dépend du pays d’accueil et de la langue concernée. Chaque année, 30 000 jeunes de 18 à 30 ans partent à l’étranger grâce au PVT.

Et plus généralement, pour toutes celles et ceux qui souhaitent partir, ou qui sont déjà sur place à l'étranger :

Exemple :

La CCI française de Hong-Kong place chaque année près de 70 candidats auprès d'entreprises implantées dans la capitale des affaires !

  • En tant que francophone, n'oubliez pas de vous tourner vers une activité extrêmement pourvoyeuse d'emplois à l'étranger : l'enseignement du français (FLE), et l’enseignement dans les établissements homologués par l’Education Nationale. Pour cela, contactez depuis la France l'AEFE ou encore l'Alliance française du pays où vous souhaitez partir. La Mission laïque recrute aussi des personnels enseignants pour ses établissements ou les écoles d'entreprises où elle est implantée. C’est une opportunité pour mettre un pied dans un pays étranger.

  • Enfin, ne négligez pas de vous tourner vers les Français déjà expatriés qui seront de bons relais : l'UFE (l'un des plus importants réseaux francophone et francophile), ou le comité national des conseillers du commerce extérieur de la France.

Testez-vous !

Nous venons de parcourir ensemble les différents axes et outils que vous devez utiliser pour préparer votre projet à l’étranger. Je vous ai donné les premiers éléments pour identifier les possibilités par régions du monde, ainsi que les activités / le niveau d’étude recherchés. Cela devrait vous aider à identifier un premier pays. Vous pouvez partir du pays souhaité ou du secteur dans lequel vous souhaitez évoluer. Dans tous les cas, vous avez les moyens de :

  • parcourir les offres d’emploi par pays

  • consulter les modalités administratives par pays

  • activer les réseaux

Et pour vous aider à vous poser les bonnes questions pour tester votre projet, téléchargez cette grille de préparation‌ qui vous aidera à affiner votre profil et à agir en conséquence.

Avant de vous préparer de façon méthodologique, je vous invite à faire le point sur votre profil et ensuite organiser vos actions en fonction de ce dernier. Vous avez choisi un pays ? Affinez votre profil.

Les étapes

Cas 1

Cas 2

Cas 3

1. Faites le point sur votre niveau de langue

Vous ne parlez que le français ?

=> Optez pour un pays francophone

Vous maîtrisez l'anglais ?

=> C’est  indispensable mais sans être un véritable atout. Les anglophones vous battant sur ce plan. Néanmoins, adressez un CV en anglais.

Vous parlez une autre langue que le français et l’anglais ?

=> Etre trilingue est un véritable plus à mettre en avant en ciblant par ex. les entreprises de cette « 3e langue » implantées dans le pays où vous souhaitez partir.

2. Faites le point sur votre expérience et vos diplômes

Vous êtes jeune diplômé ?

=> Moins recherché ; commencez par un stage qui sera plus facile à trouver.

Vous avez de l’expérience dans le secteur recherché ?

=> Les opportunités seront nombreuses.

Savez-vous si votre diplôme est reconnu ou non dans le pays ?

=> Pensez aux équivalences 

3. Quelles sont les conditions d'accès à l'emploi dans le pays choisi ?

Vous optez pour l'Europe ?

=> Vous pouvez partir juste avec une pièce d'identité ou avec un simple visa de tourisme

Vous optez pour un pays où l'on peut changer de type de visa sur place ?

=> Vous pouvez commencer par un visa de stagiaire, ou de V.I.E. ou de P.V.T.

Vous optez pour un pays où il est impossible d'obtenir un visa de travail sur place ?

=> Vous  devez obligatoirement avoir un visa de travail.

4. Rédigez votre CV

Vous ne parlez que le français et partez dans un pays francophone ?

=> Faites-le en français, en suivant un plan adapté au pays d'accueil

Vous maîtrisez l'anglais et partez dans un pays de langue rare ?

=> Faites-le en anglais, en suivant un plan adapté au pays d'accueil

Vous avez des notions de la langue parlée dans le pays ?

=> Faites-le dans la langue du pays d'accueil en vous faisant aider par Europass

5. Surfez sur Internet

Vous partez dans un pays où les réseaux informels sont plus performants que les réseaux institutionnels ?

=> Ouvrez des comptes sur l'ensemble des réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn, Viadeo)

Vous optez pour un pays culturellement très différent du vôtre ?

=> Demandez des conseils sur les blogs des expatriés, des CCI étrangères

Vous souhaitez partir dans un pays éloigné, avec lequel le contact téléphonique est onéreux, a fortiori un déplacement sur place ?

=> Consultez d'abord les petites annonces via le Net des entreprises ciblées

6. Renseignez-vous sur les modalités administratives avant de partir

Vous partez en Europe ?

=> Une carte d'identité ou un passeport, seules pièces indispensables

Vous partez hors Europe ?

=> Un visa à demander pour travailler dans le pays d'accueil

Vous allez hors Europe et dans un pays où des quotas sont mis en place ?

=> Les modalités à suivre dès l'arrivée dans le pays d'accueil

 

                                                                 Cette fiche a été réalisée grâce au soutien de :

k
Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite