• 30 minutes
  • Facile
Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Introduction du cours

La psychologie est une science qui étudie les processus mentaux et les comportements humains dans le but de se comprendre soi-même et de s'adapter aux autres. 

Cet article s'adresse à toute personne désirant découvrir ses champs d'application, aucun prérequis ne vous est demandé. L'objectif final est aussi de démystifier la psychologie qui peut paraître relativement ésotérique et déconnectée de tout aspect pratique alors que ce n'est pas le cas.

À la fin de cette  unique page, vous serez capable d'expliquer le fonctionnement global de la mémoire et de l'apprentissage, d'énumérer les grandes étapes d'une conversation professionnelle ainsi que du développement humain et de définir l'organisation de votre personnalité. 

L'organisation de cet article est simple : une série de thèmes théoriques confrontés à quelques applications pratiques importantes.

La psychologie du développement

La psychologie du développement étudie la personnalité et les facultés cognitives des individus tout au long de leur vie. Elle met en parallèle l'évolution physique et psychologique. 

Source : Raf Dessins
Source : Raf Dessins

Parce que les étapes sont toutes très différentes, on divise la vie en plusieurs âges.

Les âges de la vie​

Période

Description

La période prénatale : de la conception à la naissance

Elle désigne par exemple l'accouchement et son retentissement sur le reste de la vie. Retenez que la consommation d'alcool durant une grossesse peut provoquer des malformations et des retards mentaux. Un autre exemple est la méthode du "peau-à-peau" qui consiste à poser l'enfant contre la poitrine de la maman après l'accouchement. Cette méthode diminue son anxiété et son agressivité lorsqu'il grandira.

Le début de la vie : de 0 à 18 mois

Le bébé apprend à marcher et à parler. Il va progressivement comprendre et explorer le monde qui l'entoure.

La petite enfance : de 18 mois à 3 ans

Cet âge voit le développement du concept du soi, du tempérament et l'influence des différentes formes d'éducation sur la discipline de l'enfant. Quatre grands types de parents ont été décrits : démocratique, autoritaire, permissif ou désengagé. On les définit en fonction du degré d'exigence et du niveau d'affection.

L'âge préscolaire : de 3 à 5 ans

Il est marqué par la compréhension du concept de cause et d'effet, un égocentrisme intellectuel et une pensée intuitive. On remarque une agressivité instinctive qu'il faut gérer à tout prix.

L'âge scolaire : de 5 à 12 ans

L'enfant acquiert une logique déductive et une morale. Il reste agressif mais uniquement verbalement. Les premières vraies relations sociales se développent. L'enfant recherche surtout l'approbation de ses parents (si tout va bien) en s'impliquant, par exemple, dans son travail à l'école.

L'adolescence : de 12 à 20 ans

Les caractères sexuels secondaires se développent et l'estime de soi varie fortement. Durant cette période, les jeunes sont très influençables et se rebellent avec des risques accrus de dépression. L'adolescence est une des périodes qui observe le plus haut taux de suicide.

L'âge adulte

 

L'âge adulte est lui-même divisé en 3 parties (début, moyen et avancé) où chaque transition correspond à des modifications physiques et à une prise de conscience ayant un retentissement sur la manière de raisonner (exemple : troubles sexuels, modifications des priorités).

La relation à la mort

 

Cette période désigne l'adaptation face à une mort imminente et le deuil. Souvent, la personne fait le bilan sur sa vie. Si ce dernier est positif, elle abordera le problème sereinement. En revanche, si elle pense avoir raté son parcours, elle éprouvera le sentiment de manquer de temps pour rattraper ses erreurs.

 

Intérêt de la psychologie du développement

Bien évidement, résumer l'évolution d'un humain en quelques mots est extrêmement réductionniste.  Cette initiation ne peut malheureusement pas couvrir de manière exhaustive le parcours d'un individu depuis sa naissance jusqu'à sa mort mais elle nous donne quelques repères.

La psychologie du développement balise le développement normal (classique, sans pathologie) d'un individu. Les professionnels s'en servent pour détecter précocement des retards mentaux chez un enfant ou pour comprendre comment l'éducation peut façonner un individu avec ses forces et ses faiblesses.

L'approche de la vie par des stades permet aussi aux parents d'adapter leur comportement en fonction de l'enfant afin de maintenir les équilibres nécessaires à son développement. Le but est toujours de prévenir plutôt que de guérir.

En plus des apports dans l'éducation, la psychologie permet le parallèle entre la maturation physique et celle de l'esprit, ce qui invite à l'introspection et à comprendre ce qui se passe en nous à tout âge. 

Enfin, cette approche permet de se projeter dans le futur et d'anticiper ce qui nous attend.

Deux approches importantes du développement de la personnalité

Au cours de l'histoire de la psychologie, de nombreuses théories ont été proposées pour expliquer la construction de la personnalité. Sigmund Freud inventa ainsi la psychanalyse en se basant sur l'observation des "malades mentaux".

Sigmund Freud, inventeur de la psychanalyse
Sigmund Freud, inventeur de la psychanalyse

Il considère que le développement identitaire se déroule jusqu'à l'adolescence. Au cours du 20ème siècle, Erik Erickson (disciple de Freud) remit en question cette vison pour expliquer d'autres aspects de la personnalité et surtout pour exprimer ce qu'il se passe durant l'âge adulte. La paternité est flagrante entre les deux approches (toutes les deux sont organisées en stades) et, en réalité, elles ne s'opposent pas mais se complètent.

Le développement psychosocial selon Erickson

Erickson décrit le développement de la personnalité en plusieurs stades correspondant chacun à un âge de la vie. Chaque stade correspond à une crise identitaire, dont la résolution négative ou positive déterminera à jamais notre manière d'être. 

Par exemple, de 0 à 18 mois, le comportement des parents va déterminer si l'on sera plutôt méfiant ou confiant. Si l'enfant a été rejeté, durant tout le reste de sa vie, il considérera qu'il ne doit rien attendre des autres et qu'il est seul au sein d'un monde de prédation où il doit survivre. Cette manière de raisonner, présentée de façon caricaturée, conditionnera toutes ses relations sociales jusqu'à la fin de ses jours.

Le développement psychosexuel selon Freud

Pour Freud, le développement de la personnalité et du comportement vient des relations du bébé à la sphère sexuelle. Il décrit aussi des stades en fonction de l'âge. À titre d'exemple, pour n'en prendre qu'un seul, il y a le stade oral au début de la vie, où la zone érogène est la bouche. L'enfant prend du plaisir lors de la succion, durant la mastication et associe la prise alimentaire aux pulsions et aux plaisirs sexuels. Je vous garantis que vous ne verrez plus jamais un enfant de la même manière si vous vous intéressez un peu à la psychologie.

L'organisation de la personnalité

Très grossièrement, la personnalité désigne notre façon d'être en dehors de toute pression extérieure. Elle se manifeste au travers de notre caractère en société (par exemple, certains vont être plus combatifs en cas de stress - c'est une question de caractère et non de personnalité). Elle comporte des éléments innés et des dispositions acquises au cours de la vie. La personnalité est par définition constante, intégrative (c'est-à-dire qu'elle s'adapte en fonction des nouveaux événements) et propre à chaque individu. Freud l'a d'abord organisée en 2 niveaux :

  • Le conscient avec la pensée, les sentiments, les souvenirs ;

  • L'inconscient qui comprend les processus mentaux incontrôlés dont les pulsions.

Si les théories freudiennes sont souvent critiquées, l'existence de processus inconscients est prouvée (vous n'avez pas conscience de tout ce qui se passe dans votre cerveau au niveau de chaque neurone) et ils expliqueraient les fameux lapsus.

Dans la suite de ses travaux, Freud apportera des éléments supplémentaires en décrivant deux niveaux au sein de l'inconscient : le Çà et le Surmoi.

Ca, Moi et Surmoi
Ça, Moi et Surmoi

Lorsque l'on étudie la personnalité et les théories freudiennes, il est difficile de ne pas évoquer les mécanismes de défense. Leur fonction est de préserver l'image que l'on a de soi (on doit s'accepter - dans le cas contraire, on peut tomber dans la dépression et les complexes). Les plus connus sont le déni et le refoulement. L'humour est aussi un mécanisme de défense, l'un des plus efficaces et le plus agréable.

Dans notre quotidien, nous exprimons chacun différents traits de personnalité. Normalement, nous en avons tous une palette assez étendue mais il arrive que certaines personnes n'en expriment qu'un seul ou deux. Rapidement, elles vont avoir du mal à s'adapter à la société et développent un trouble de la personnalité. Par exemple il y a des paranoïaques, des narcissiques, des hystériques, des histrioniques, des schizotypiques, des antisociaux, des obsessionnels et les borderlines. Attention, ces termes sont mal compris du grand public. S'ils vous intéressent, je vous invite à vous renseigner sur des sites spécialisés !

La communication

Il existe des tas et des tas d'approches de la communication : avec un public ou encore avec un collègue. Elles sont toutes différentes.

Ici, je vais vous donner quelques éléments sur la communication interpersonnelle dans un cadre professionnel. Il n'y a pas de règle universelle en ce qui concerne l'entretien entre 2 personnes. On peut cependant fixer des balises lors de l'établissement d'une relation entre deux individus :

  1. L'engagement : la prise de contact dure 1 minute environ. Durant ce court instant, votre interlocuteur se fait déjà un avis sur vous en fonction de votre odeur et de votre poignée de main, par exemple ;

    Image par Mike Johnson
    Image par Mike Johnson
  2. L'ouverture : une période où l'un commence à s'intéresser à l'autre, il vaut mieux favoriser des questions ouvertes lors de cette étape ;

  3. Le recueil des données : où vous demandez ce qui vous intéresse précisément avec des questions fermées ;

  4. La clôture : il est toujours nécessaire de résumer ce qui a été dit puis de conclure avant de vous séparer de votre interlocuteur. Si mettre un terme à la communication vous met mal à l'aise, il existe des techniques pour rendre la clôture plus naturelle. 

On distingue plusieurs caractéristiques à une conversation dans ce cadre :

  • Phénomène d'alliance : petit à petit l'anxiété baisse et une confiance s'installe. Il existe des indicateurs pour déterminer si une personne est à l'aise avec vous, le temps de réponse par exemple ;

  • L'empathie : les deux interlocuteurs commencent à comprendre et à partager les sentiments ainsi que les émotions de l'autre (se mettre à la place de l'autre) ;

  • Le transfert et le contre-transfert : fait référence à la pollution d'une conversation par les précédentes relations sociales et l'expérience que l'on en tire.

À partir de là, on distingue plusieurs types d'entretien inefficaces : l'entretien fermé, l'entretien errant et l'entretien préparé.

À chaque fois, si la discussion s'égare, il existe des solutions pour revenir à une situation plus confortable. Juste un dernier détail : 80% de la communication est non-verbale. Le non-verbal mérite aussi votre attention.

La mémoire

Le mot "mémoire" désigne à la fois une faculté de l'esprit et la sommes des informations accumulées. La mémoire des ordinateurs est énorme, mais celle des humains est infinie ! Autant vous dire qu'elle est complexe. Globalement, le processus de mémorisation se déroule en 3 étapes :

  1. L'encodage

  2. Le stockage

  3. Le rappel

Alan Badley (2002)
Alan Badley (2002)

Les neurosciences, qui étudient le fonctionnement du cerveau, ont démontré qu'il existe au-delà de ce processus mnésique, une base physique à la mémoire. L'information est stockée dans le cerveau entre les connexions synaptiques. Elles ont prouvé aussi l'existence de plusieurs mémoires :

  • La mémoire à court terme ;

  • La mémoire à long terme ;

  • La mémoire sensorielle ;

  • La mémoire de travail ;

  • La mémoire épisodique ;

  • La mémoire sémantique ;

  • Etc.

Toutes ces mémoires utilisent des parties différentes du système nerveux. La mémoire est directement liée à notre personnalité et inversement. Dès lors, les troubles de mémoire peuvent évoluer en trouble de personnalité !

La mémoire peut s'améliorer à condition d’adopter de bonnes habitudes et d’utiliser les trucs que les neurosciences nous apprennent.

Par exemple, tout le monde n’est pas efficace au même moment de la journée, à vous de trouver votre créneau d’efficacité optimale. D'un autre côté, étudier durant la nuit est très mauvais. Pourtant, je sais par expérience que je suis plus motivé la nuit et j'ai l'impression de mieux retenir. L'esprit ne manque pas de subterfuges et croyez moi, les hormones peuvent nous jouer des tours.

Nos sensations sont parfois trompeuses tandis que des siècles de recherches et d'observation apportent certaines certitudes en la matière. Le plus important  est de ne pas vous laisser abuser ! Améliorer la mémoire est possible mais il faut se mettre dans les meilleures conditions pour étudier.

L'apprentissage

L'apprentissage est le processus d'acquisition d'informations ou de comportements nouveaux relativement persistants. Il existe 3 mécanismes fondamentaux d'apprentissage :

  • Le conditionnement : la très célèbre expérience de Pavlov en est l'archétype. Pour rappel, elle consiste à donner de la nourriture à un chien en faisant sonner une clochette. Après plusieurs répétitions, le simple fait d'agiter la petite cloche fait saliver le chien ;

  • L'habituation : nous détournons notre attention des stimulations répétées à l'identique et de manière rythmique ;

  • L'apprentissage par observation : une expérience très simple à réaliser au quotidien est de parler à quelqu'un et de fixer votre regard dans une direction. Automatiquement, votre interlocuteur tournera la tête et vous imitera (expérience qui fonctionne aussi avec un bébé). L'application directe est l'apprentissage par l'immersion et la reproductions de certains gestes violents chez l'enfant.

Expérience de la poupée BoBo, apprentissage par imitation
Expérience de la poupée BoBo, apprentissage par imitation

Le saviez-vous ? Le conditionnement et l'habituation sont présents au niveau de l'individu mais aussi au niveau de la simple cellule !

Globalement, on peut dire que l'on apprend par association. Une application quotidienne est la toxicomanie.

On le sait tous, pour les toxicomanes il y a non seulement une dépendance (c'est à dire un besoin physique) mais aussi une mauvaise habitude à combattre. Par exemple, les fumeurs associent fréquemment des moments de la journée avec le fait de fumer. Pour certains, il y a la cigarette du matin ou pour d'autres celle après le déjeuner ou avant de dormir. Si cet exemple ne vous est pas familier, vous connaissez peut-être le café du matin qui n'est en rien une toxicomanie mais un autre exemple d'habitude par association d'un moment de la journée à une action.

Le conditionnement classique décrit par Pavlov est le plus simple à comprendre. Cependant, il en existe un autre type : le conditionnement opérant. Ce dernier intègre la notion de bénéfice par rapport à notre comportement - pour illustrer, un enfant associe souvent des actes mauvais à des punitions et va agir de manière à éviter cette punition (donc son comportement est conditionné par le bénéfice qu'il en tire). Il trouve sa place à l'école, au travail et au sport notamment dans la motivation.

L'intelligence

Avez-vous déjà fait un test de QI sur internet ? Quel que soit le résultat, je préfère être honnête avec vous, il ne valait rien du tout ! Pendant longtemps, l'évaluation de l'intelligence se basait sur les compétences logiques et mathématiques des individus. Cependant, on se rend compte à l'heure actuelle qu'il existe d'autres types d'intelligence, celle liée aux émotions par exemple.

Syndrôme du savant, une intelligence spatiale ultra développée mais chez un individu souffrant de troubles du développement (ici Stephen Wiltshire à Singapour en 2014, photo de la page Facebook de l'artiste)
Syndrôme du savant, une intelligence spatiale ultra développée mais chez un individu souffrant de troubles du développement (ici Stephen Wiltshire à Singapour en 2014, photo de la page Facebook de l'artiste)

L'autre élément important dans l'intelligence est la confiance en soi. Le doute sur ses capacités est très certainement l'un des plus grands responsables d'échec scolaire. Il peut littéralement masquer toutes les capacités mentales des individus, surtout en cas de stress.

Un vrai test de QI doit donc se faire en présence d'un psychologue qui va évaluer non seulement vos performances mais aussi votre façon d'être. Vos réponses sont peu importantes, ce qui compte c'est votre manière de répondre et de raisonner. 

L'intelligence n'est pas non plus un principe figé. En effet, on peut améliorer le QI par un travail sur soi et c'est l'intérêt de la présence d'un psychologue. Ce dernier va vous conseiller afin d'améliorer votre score aux tests d'intelligence. En conclusion :

"Le génie, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration" Thomas Edison.

Fin de l'initiation

Voilà nous arrivons au terme de cette initiation à la psychologie. Je viens de vous présenter brièvement quelques champs d'applications de l'étude du comportement humain et des processus mentaux qui les sous-tendent. Cependant, je n'ai rien développé et si le sujet vous intéresse je peux vous assurer qu’il en reste beaucoup à découvrir.

J'aimerais vous parler de la motivation au travail, de l'amour, des relations sociales, aborder des applications plus concrètes et vous donner quelques conseils pour le quotidien mais dans ce cas il ne s’agirait plus d’une initiation.

Si vous le voulez bien, je vous donne rendez-vous dans mon cours en incubation dans le CourseLab "La psychologie à portée de tous" qui se veut beaucoup plus pointu.

En espérant vous y voir nombreux ainsi que sur le forum.

Aussi sur OpenClassrooms

Se former pour l'accompagnement à la scolarité

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite