Mis à jour le 11/07/2017
  • 15 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Transmettez grâce à la pédagogie collaborative

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

À ce stade, vous avez vu tous les ingrédients qui permettent de composer n'importe quel algorithme. Vous avez programmé, découvert des activités débranchées (c’est à dire réalisables sans ordinateur), vous connaissez des éléments d'histoire de l'informatique...

Bref vous commencez à en connaître suffisamment pour commencer à réfléchir sérieusement sur des déroulés pédagogiques à mettre en place face à un groupe d’enfants.

Faites ensemble !

Je ne cesserai jamais de le dire : dans ce cours, vous êtes loin d'être seuls. Et j'espère que vous avez pu le constater au cours des semaines passées.

Class'Code, c'est une communauté : dès sa création, le projet est porté par un collectif et des personnes de différents horizons, dont le but commun est de transmettre la pensée informatique. Et si vous êtes là, c'est que vous êtes aussi convaincus que nous de l'importance des enjeux liés.

Class'Code, dans sa production, c'est aussi plusieurs mains qui écrivent et qui font les vidéos : il y a les auteurs visibles, et ceux qui donnent leurs avis dans l'ombre et nous aident à avancer.

Cette volonté de faire ensemble, de se tromper ensemble et d'apprendre ensemble, ce n'est pas juste parce qu'on est sympa, super-sociable et altruiste. ;)

C'est aussi et surtout parce que c'est bien plus efficace.

Je vous disais dans la partie précédente que se tromper à plusieurs est toujours plus facile que d'être seul dans l'erreur. Travailler à plusieurs, ça peut être source de conflits parfois, mais c'est toujours plus stimulant et plus efficace : dans notre cas, on peut dire qu'on apprend bien mieux en échangeant avec les autres, mais aussi on apprend mieux lorsqu'on réfléchit à plusieurs sur un même problème.

Pour les enfants que vous aurez à votre charge, c'est pareil. Faites-les collaborer sur certains projets et faites-les échanger.

Je dis d'ailleurs souvent aux miens que « dans mon atelier, vous avez le droit de tricher, de copier sur le voisin et de lui parler » mais pas de tout et n'importe quoi bien sûr… 

D'ailleurs, lorsqu'on évoque l'informatique, le développement, le web, etc., Steve Jobs, Bill Gates ou encore Mark Zuckerberg sont des noms dont vous avez certainement entendu parler. Mais derrière eux, et derrière chaque programme informatique en général, il y a toute une équipe de développeurs qui travaillent ensemble. Ils disposent d'outils qui leur permettent de collaborer : par exemple, s'ils travaillent sur un même logiciel, ils peuvent faire ce que l'on appelle des « versions ». Certaines de ces versions sont visibles et utilisables par vous, et d'autres non. En tout cas, au sein d'une même équipe de développeurs, elles peuvent être reprises et modifiées par des personnes différentes, alors même qu'une version a déjà été livrée à l'utilisateur. Un développeur peut même décider de repartir d'une version bien antérieure à la dernière version pour l'améliorer, et ainsi créer une nouvelle « branche » à l'arbre des versions.

Tiens, ça devrait vous rappeler quelque chose… En fait, le principe est exactement le même que dans le remix avec Scratch : une personne a créé un projet initial, et n'importe qui peut remixer ce projet pour en créer une nouvelle version. La personne suivante pourra soit repartir du dernier remix créé pour l'améliorer, soit repartir du projet initial et créer ainsi une nouvelle branche à l'arbre des remix. Vous pouvez visualiser ensuite l'arbre, dans son intégralité, ainsi que toutes les personnes qui y ont participé.

Mais, me direz-vous, les développeurs, eux, travaillent en équipe, et chacun est censé savoir comment s'inscrire dans le projet global (en gros, ils ont des tâches assignées : coder, faire le graphisme, écrire la documentation, etc.). Néanmoins, comme pour la communauté Scratch, il existe un mouvement du « logiciel libre » qui, en s'appuyant sur l'Internet et les échanges que cela permet, fait en sorte que chacun puisse reprendre un projet déjà amorcé, et y contribuer à sa manière et à son niveau. Pour cela, le code de ces logiciels est rendu public, il est dit « open source », c'est-à-dire libre et ouvert. Et n'importe qui peut décider d'y collaborer !

Préparez un atelier de découverte de la programmation créative

Alors concrètement, comment allez-vous faire lorsque vous vous retrouverez devant des enfants ? Peut-être avez-vous déjà des idées très précises, peut-être avez-vous déjà expérimenté ? Ou peut-être que vous appréhendez totalement et que vous êtes au bord de la panique ?

Selon votre état, voici quelques pistes de réflexion pour vous aider à préparer un atelier, dont l'objectif est de découvrir la programmation créative.

Plusieurs questions essentielles doivent trouver des réponses :

  • De quel matériel disposerez-vous (ordinateurs, tablettes, rien, … ) ?

  • Aurez-vous une connexion avec un accès à Internet ?

  • Combien d'enfants aurez-vous et dans quelle tranche d'âge ?

  • Combien de temps l'atelier doit-il durer ?

Vous avez évidemment compris qu'en fonction des réponses à ces questions, les déroulés ne seront pas les mêmes, et qu'ils ne seront pas comparables.

Si vous avez habituellement un public en charge, projetez-vous dans vos conditions habituelles de travail avec le matériel dont vous disposez, et répondez à ces quelques questions ; si vous n'avez pas de public régulier, faites le même exercice en choisissant votre public et en supposant dans un cas que vous disposez d'ordinateurs connectés à Internet, et dans l'autre cas que vous n'avez pas du tout d'ordinateur sous la main :

  • Quelles activités proposeriez-vous ? Sous quelle forme ?

  • Dans quel ordre et comment les enchaîneriez-vous ?

Commencez dès maintenant à écrire vos activités, le matériel nécessaire pour mettre en place votre atelier, leur enchaînement logique et les idées principales à souligner, celles que vous voulez transmettre. C'est parti !

Et pour donner l'exemple, je commence : voici un guide écrit par Karen Brennan, Christan Balch et Michelle Chung du Harvard Graduate School of Education, et traduit en français. Vous y trouverez des activités découpées de manière méthodique.

Évidemment, vous pouvez également vous inspirer de toutes les activités et les ressources de Class’Code que nous vous avons déjà présentées. ;)

Ou encore continuer de traîner sur Pixees, qui regorge de fiches pratiques et d’activités...

Dans tous les cas, on se retrouve à la fin de  la dernière partie pour parler de manière plus détaillée de ces déroulés !

 

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite