Mis à jour le 20/11/2013
  • 1 heure
  • Facile
Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Introduction du cours

Citation : Tim Berners-Lee, inventeur du Web et directeur du W3C

Mettre le Web et ses services à la disposition de tous les individus, quel que soit leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique ou leurs aptitudes physiques ou mentales.

Aujourd'hui, Internet est partout et permet d'accéder à toutes sortes de services, que ce soit faire ses achats en ligne, s'informer de l'actualité, lire des tutoriels ou tout simplement rechercher une information. Malheureusement, certaines personnes en situation de handicap (visuel, auditif, etc.) ont du mal à naviguer sur certains sites web. Pourtant, ce public utilise de plus en plus le web, grâce à une technologie adaptée, et parfois au prix de beaucoup d'effort et de courage.

Nous vous proposons ici de vous faire découvrir l'usage qu'ont ces personnes d'Internet au travers de quelques exemples, en mettant notamment en avant les outils qu'ils utilisent pour accéder au web, leurs besoins particuliers pour naviguer sur les sites et les difficultés fréquemment rencontrées pour accéder aux contenus.

Les personnes en situation de handicap visuel

Les personnes concernées

  • Personnes avec un petit reste visuel ou celles qui ont une vue incorrigible

  • personnes qui ne distinguent pas ou mal les couleurs

  • Personnes sensibles à une luminosité accrue des couleurs

  • Personnes complètement aveugles

  • Personnes sourdes-aveugles

Un cas d'usage

Pour bien comprendre la problématique de l'accessibilité, je vous propose de prendre un cas d'usage concret.

Léa travaille dans une grande compagnie d’assurance. Elle se sert quotidiennement de documents et de formulaires en ligne sur l'intranet de l'entreprise. Léa est aveugle ; et comme beaucoup de personnes ayant une limitation visuelle, Léa ne lit pas bien le braille, qu'elle n'a pas appris dès son enfance. Pour utiliser un ordinateur et naviguer sur le Web, Léa se sert :

  • d'un logiciel appelé « lecteur d'écran », qui interprète l'information affichée à l'écran pour la restituer à l'aide d'une synthèse vocale ;

  • d'un terminal braille qui affiche le texte sous forme tactile, comme celui de la figure suivante ;

  • d'un navigateur Web, qui lui permet d'afficher les pages à l'aide de raccourcis clavier.

Un terminal braille
Un terminal braille

Comment ça marche ?

La synthèse vocale lit le contenu de l'écran si rapidement que ses collègues ont du mal à comprendre ce qu'elle lit. Dans la pratique, Léa se sert ensuite de son afficheur braille pour vérifier l'orthographe des mots, ou lire et vérifier des chiffres. Elle utilise le clavier pour naviguer sur les sites web : par exemple l'appui sur une simple touche lui permet de naviguer de titre en titre et d'avoir une vue d'ensemble de la structure de la page. Son lecteur d'écran lui indique les informations de structure de la page tels que les titres, les en-têtes de lignes et de colonnes d'un tableau, les éléments de liste, les liens et les champs de formulaires.

Cependant, quand les sites web ne sont pas codés correctement, ne respectent pas quelques principes d'accessibilité de base et ne contiennent pas d'information sur leur structure par exemple, Léa doit lire la totalité de la page visitée afin de trouver l'information qu'elle recherche. Elle évite donc tout simplement d'utiliser de tels sites quand elle le peut, aussi bien pour ses loisirs que ses besoins professionnels.

Les obstacles les plus fréquents

En principe, nous désignons ici toutes les informations présentes sur une page Web qui doivent être « vues » pour être comprises par l'utilisateur final. Mais il y a également l'ensemble des informations de structure et la pertinence des contenus textuels qui entrent en jeu : en définitive, toutes les informations qui sont « renvoyées » à l'utilisateur et que ce dernier doit interpréter pour les comprendre. Voici quelques exemples de difficultés rencontrées :

  • images et vidéos sans équivalent textuel ;

  • textes, images et autres informations qui ne peuvent pas être redimensionnés ;

  • navigation exclusive à la souris ;

  • contrastes de couleurs insuffisants entre texte et images ;

  • pages trop longues ;

  • pas d'information d'orientation sur la structure de la page et autres éléments de navigation ;

  • impossibilité de personnaliser les couleurs de la page ;

Les besoins des utilisateurs malvoyants et aveugles

À partir du moment où on a la capacité de se représenter une personne devant un ordinateur et qui n'a pas la possibilité d'utiliser la souris et de voir l'écran (un aveugle par exemple), il est plus facile d'imaginer les besoins de ces personnes pour accéder et saisir l'information présente sur une page Web :

  • présence d'alternatives cohérentes aux éléments non textuels (des textes qui décrivent le contenu des images, des transcriptions textuelles pour les vidéos…) ;

  • possibilité de redimensionner le texte, d'en modifier sa taille et sa couleur (pour les personnes malvoyantes) ;

  • des pages bien structurées (idéal pour qu'un utilisateur aveugle puisse se « repérer » dans un site ou sur une page web et naviguer plus rapidement) ;

  • séparation du fond de la présentation (donc offrir la possibilité à l'utilisateur de « personnaliser » sa navigation sur un site web).

Pour finir cette section, voici deux vidéos intéressantes :

Les personnes en situation de handicap auditif

Personnes concernées

  • Personnes sourdes

  • Personnes mal entendantes

  • Personnes sourdes-aveugles

  • Difficulté de perception de la parole dans un environnement bruyant

Un bon exemple est le compositeur Beethoven. À la fin de sa vie, il était sourd, mais continuait cependant à écrire de la musique. Il « entendait » la musique dans sa tête et la retranscrivait sur des partitions.

Beethoven était sourd
Beethoven était sourd

Les obstacles les plus fréquents

Pour un usage classique du Web, il n'y a pas forcément de configuration spécifique du matériel informatique pour l'accès à Internet pour ce type d'utilisateur. Les difficulté d'accès proviennent essentiellement de la capacité de la personne à percevoir et interpréter les informations sonores, sa capacité à comprendre la langue française parlée, son utilisation exclusive ou non de la Langue des Signes Française (LSF) pour communiquer, sa capacité à lire le français…

Voici quelques exemples de difficultés rencontrées sur les sites web :

  • accès à l'écrit ;

  • pages trop longues ;

  • sons d'arrière-plan trop forts, difficiles à distinguer ;

  • vidéos sans sous-titres ni transcription textuelle ;

  • lecteurs multimédia qui n'affichent pas les sous-titres et ne permettent pas de modifier le volume ;

  • lecteurs multimédia qui ne permettent pas de modifier la taille ni la couleur du texte ;

  • services Web avec interaction unique à la voix ;

Les besoins des utilisateurs malentendants et sourds

  • Langue simple

  • Sous-titres paramétrables

  • Illustrations graphiques pour mieux faire comprendre le contenu

  • Vidéo en langue des signes

Vous trouverez sur le site Handicap Emploi Public une vidéo d'exemple accessible aux malentendants et aux sourds.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite