Mis à jour le mercredi 2 décembre 2015
  • Facile

Conseils pour vos productions

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Dans ce chapitre, vous trouverez un certain nombre de conseils. Si vous en avez vous-mêmes, n'hésitez pas à poster un commentaire ;) .

Nous allons donc voyager dans beaucoup de domaines, dans le but de rendre vos réalisations crédibles et/ou agréables. Ils sont le fruit de l'expérience que j'ai accumulée, ne vous étonnez pas si je parais très pointilleux et subjectif ^^ . Le but est de vous donner quelques astuces pour rendre vos vidéos meilleurs :) .

En général

Introduction et conclusion

Une vidéo est comme un discours. Et comme disait mon professeur de latin, les deux parties les plus importantes d'un discours sont l'introduction et la conclusion. C'est exactement pareil pour une vidéo :p .

L'introduction est un point crucial : elle doit donner envie au spectateur de continuer à regarder la vidéo. Il est clair que si, dès le début, on n'accroche pas, il y a peu de chances que cela s'arrange. Ainsi, certaines personnes, après même pas 2 minutes, arrêtent purement et simplement de regarder, juste "parce que le début est moche", "que ça a l'air lourd",... Bref, l'intro doit accrocher le spectateur ; c'est un peu comme un discours où personne ne vous écouterait, parce que vous commencez par dire des choses hors-sujet ^^ .

Il en est de même pour la conclusion ; après un discours, forcément vous vous souviendrai plus de ce qui a été dit à la fin qu'au début. C'est pour cela qu'on réserve les plus gros arguments pour la fin, ils marquent ainsi plus l'esprit des gens ; c'est pareil pour votre vidéo :) .

Ainsi, si l'histoire se termine brutalement, ou de manière très évidente ("Oh, ce n'était qu'un rêve..."), la plupart des spectateurs ne garderont pas forcément un très bon souvenir. Par contre, s'il y a un énorme retournement de situation, ou que la fin est géniale, vous aurez déjà un bon point de gagné ;) .

Attention, cela ne veut évidemment pas dire que le milieu de votre vidéo doit être négligé ! Il faut que le spectateur ne s'embête pas, bref lui retirer l'envie de fermer la fenêtre du lecteur vidéo :p .

On peut facilement transposer ces critères aux films que l'on voit à la télé. C'est par exemple très visible dans les séries Les experts, que ça soit à Las Vegas, à Miami ou à New York. Ainsi, tous les épisodes commencent par un bout du meurtre, puis l'arrivée des experts sur la scène du crime, avec un petit jeu de mots ou une phrase qui tue (c'est le cas de le dire :p ) pour annoncer la couleur de l'enquête. Cette introduction est symptomatique de cette série, c'est la marque de fabrique (ils se sont d'ailleurs fait parodier dans un épisode des Simpson).

Le rythme de la vidéo

Selon le type de film que vous voulez faire, il faut un rythme qui y est adapté. Par exemple, un film d'action est un film où ça bouge, on ne s'arrête pas pendant 10 minutes, en plein milieu d'une course poursuite, pour faire de la causette sur la migration des phoques en Antarctique ;) .

Ainsi, dans la version longue d'Alien, la résurrection, en plein dans un milieu "stressant" (des monstres ont envahi un vaisseau spatial et les personnages se trouvent dans un espace réduit et inondé par un mètre d'eau...), on retrouve (presque sans exagération) deux bouffons qui discutent de l'étanchéité de cartouches de fusil, tandis que la tête du groupe décide s'il faut monter une échelle ou non : totalement irréaliste o_O . C'est ce genre de séquence qui peuvent complètement casser le rythme du film (ce n'est pas pour rien qu'on la trouve seulement dans la version longue), bref à éviter ;) .

Les textes : orthographe, grammaire et impressions

On m'avait fait la remarque quand je bossais sur un travail à rendre pour l'école : l'orthographe peut créer d'énormes préjugés. Quelqu'un qui écrit comme un pied donne directement une mauvaise impression. De même, s'il y a des fautes, même minimes, dans des "lieux stratégiques" comme des titres,..., cela risque de ne pas bien passer du tout (j'avais fais une énorme faute dans le titre principal, sur la première page :lol: ).

Ce critère est également d'application dans les vidéos. N'hésitez pas à relire les textes, et même à demander à d'autres personnes de le faire ;) .

Notez que certaines personnes prennent un malin plaisir à chercher la moindre faute pour vous descendre : ne vous arrêtez surtout pas pour ça ;) . Personne n'est à l'abri d'une erreur, mais montrez au moins que vous avez fait l'effort de vous relire ;) .

Il y a une dernière chose sur laquelle insister : faites attention aux impressions que vous donnez. Par exemple, en regardant TF1, je tombe sur une compilation de reportages (dans la série des "100 plus grand..."), on y voyait notamment des interviews de personnes qui avaient filmé ou assisté à tel ou tel évènement. Il y avait notamment un petit cadre avec le nom et le prénom, ainsi que son métier. Et je ne vous cacherai pas que j'ai bien rigolé quand, lors d'une interview d'un journaliste de TF1, j'ai lu "grand journaliste" :lol: .

Je peux comprendre qu'il faut être fier de son pays, de son métier, de sa rédaction,... mais s'il vous plaît ne soyez pas prétentieux et/ou trop fier de vous ;) . N'hésitez pas, comme pour l'orthographe, à demander à quelqu'un de relire attentivement vos textes et de lui demander l'impression qu'ils produisent : neutre, pitié, rire ou dégoût ?

Le rapport avec le spectateur

En lançant votre vidéo, le spectateur passe un certain contrat avec vous ; si vous lui promettez un film d'action, il faudra que ça bouge ! Si c'est une comédie familiale, il faudra le faire rire, ainsi que les enfants, etc. A la fin, le spectateur doit se sentir satisfait, content d'avoir vu le film. Et ainsi, il lui sera encore plus facile de jouer une autre de vos vidéos : une certaine confiance doit s'installer si vous voulez fidéliser les gens :) .

Par exemple si vous promettez une comédie familiale, mais que brusquement, en plein milieu du film, un psychopathe débarque avec une tronçonneuse et commence à découper tout ce qui respire, vous perdez immédiatement la confiance du spectateur (et vous traumatiserez les enfants :lol: ).

De même, gardez en tête que vous ne devez pas larguer le spectateur, il doit comprendre un minimum ce qui se passe. Baser tout un film sur la démonstration d'un théorème de physique quantique n'est pas une bonne idée ;) . De même, ne prenez pas non plus les spectateurs pour des abrutis !

Je pense notamment aux Experts, qui n'hésitent pas à expliquer minutieusement toutes les étapes de leur raisonnement, quitte à redire deux fois la même chose en peu de temps. Cette attitude est flagrante lorsqu'un personnage explique un raisonnement débile, mais effectue mentalement un calcul mathématique compliqué ! Dans l'épisode auquel je pense, c'est limite si on expliquait que le soleil se couchait, pour ensuite calculer le cosinus d'un angle formé par les rayons... o_O (et non, ce n'était pas une valeur remarquable).

En bref

  • L'introduction doit être accrocheuse et la conclusion mémorable ;

  • adaptez le rythme général en fonction de ce qui est affiché à l'écran ;

  • relisez les textes plusieurs fois pour éliminer le plus de fautes d'orthographe/de frappe possible ;

  • les gens qui regarderont vos vidéos ne sont pas des imbéciles ni des cerveaux sur pieds, tenez-en compte ^^ .

L'ambiance

L'ambiance de votre vidéo doit être parfaitement adaptée à son genre. La crédibilité de toute votre production en dépend !

On peut distinguer deux aspect dans une vidéo : le visuel et le sonore. Vous pourriez faire avec l'un sans utiliser l'autre... mais c'est très risqué :p . Ce sont ces deux aspects complémentaires qui seront directement visibles par le spectateur ; ils vont complètement le plonger dans l'histoire. S'ils ne sont pas coordonnés, il y a beaucoup de chance qu'on ne rentre pas dans votre vidéo et qu'on ne regarde même pas la fin :o .

L'ambiance dépend donc principalement de deux paramètres :

  • le visuel ;

  • l'environnement sonore.

Le visuel

Si vous voulez coller le plus possible à une vision des choses, il y a de fortes chances que vous soyez obligé d'utiliser des filtres chromatiques (qui agissent sur les couleurs). En effet, il n'est pas toujours facile de trouver des endroits à filmer qui conviennent parfaitement. C'est parfois tout simplement impossible, notamment avec les jeux vidéos :o .

Méfiez-vous de ces filtres : ils peuvent changer complètement le rendu, en bien... ou en mal ! Si vous surchargez trop vos scènes en couleurs, vous risquez de faire fuir les gens :p . De même, faire des essais ne coûtent rien, certains filtres apportent d'ailleurs une meilleur visibilité !

Par exemple, voici trois images. La première est l'originale, la seconde a subit une légère augmentation du contraste et de la saturation, et la dernière montre un filtre rouge.Image utilisateurImage utilisateurImage utilisateur

Le changement est clairement bénéfique entre la première et la deuxième, par contre c'est assez mitigé pour la dernière :euh: .

Ces filtres peuvent donc modifier l'ambiance de votre vidéo. Un exemple réel : dans Là-haut, à un moment clé de l'histoire, par égoïsme et délaissant d'autres protagonistes, le personnage central se terre dans sa maison (pour rester simple et sans trop dévoiler l'histoire ^^ ). La scène d'après, il réalise sa bêtise et revient en arrière.

On peut distinguer deux ambiances différentes : une triste et une seconde un peu plus joyeuse, lorsqu'il réalise qu'il a tord. Le génie de Pixar a été de placer un filtre noir et blanc lors de la première scène, puis au fur et à mesure de la prise de confiance, les couleurs reviennent tout doucement. Le gain est vraiment appréciable ;) ; si vous avez l'occasion d'aller voir ce film, foncez ! Sinon... foncez aussi ! :p

L'environnement sonore

Par l'environnement sonore, j'englobe

  • les bruitages ;

  • les musiques.

La musique

La musique doit accompagner le spectateur, l'aider à entrer dans le film. Ainsi, si vous utilisez une chanson qui n'a absolument aucun rapport avec ce que l'on voit à l'écran, vous allez faire un bide :o .

La règle numéro un est donc d'utiliser une musique adaptée à la situation. C'est pour cela que, dans les vrais films, la musique est composée après le tournage, dans la post-production. Vous avez sûrement déjà vu un orchestre en train de jouer devant un écran géant sur lequel on projetait un film ;) .

Par contre, pour les movie-makers amateurs, dans la plupart des cas les musiques sont utilisées toutes faites, à moins de savoir en faire ^^ .

Dans la plupart des cas donc vous utiliserez de la musique telle quelle, d'où une deuxième règle : ce n'est pas parce que vous aimez une chanson qu'elle plaira à tout le monde ! Les goûts de vos spectateurs peuvent être radicalement différents des vôtres, pensez-y ;) .

Pour la règle suivante, je vais (encore) vous raconter un petit passage de ma vie ^^ . J'ai récemment vu une fragmovie sur Quake III, avec un joueur nommé HAL 9000, comme l'ordinateur de bord dans 2001 - l'odyssée de l'espace. Pour marquer le coup (et c'est tant mieux :p ), le movie-maker a utilisé une musique classique, tirée de la bande originale. Rien de bien surprenant, si ce n'est que la chanson suivante, sans aucune transition, fut une de... The Prodigy :-° .

Le problème ici est que les deux musiques collent assez bien à ce que l'on voit à l'écran, mais elles choquent fortement car elles sont tirées de répertoires complètement différents :euh: . En découle une troisième règle : essayez de rester homogène dans la bande-son que vous utilisez pour votre vidéo ;) .

Les bruitages

Comme les musiques, les bruitages doivent être adaptés, mais surtout passer le plus inaperçu possible ; les bruitages seront bons à partir du moment où on pensera qu'ils ont été directement enregistré pendant le tournage.

Un petit listing des qualités d'un bon son sera plus pratique qu'un texte condensé :) .

  • le bruit doit correspondre à ce qui se passe à l'écran ; une porte peut grincer, mais ne fait pas Pouet :p ;

  • le volume doit également être adapté selon le type de bruit ;

  • la localisation spatiale du son est très importante ! Par défaut, il est centré, mais son intégration dans la vidéo est grandement améliorée s'il est à la bonne place. Imaginez un avion qui passe en rase-motte ; en animant la position du son dans le sens de l'engin, le rendu n'en sera qu'amélioré ;) ;

  • si vous n'avez pas trop peur de vous y lancer, n'hésitez pas à appliquer des effets sur les bruitages. Par exemple, si vous ajouter un bruit de détonation alors que vous êtes dans une église, l'ajout d'un écho ne peut être que bénéfique ;) . Attention cependant de ne pas trop en faire !

Une dernière petite astuce : sur votre table de montage, essayez de rassembler les bruitages selon leur utilité. Imagineons que sur deux tracks vous rassemblez toutes les détonations d'armes à feu. Si, pour une raison ou pour une autre, vous souhaitez abaisser le volume de tous ces bruitages, vous n'aurez qu'à modifier seulement deux tracks ;) .

En bref

Si possible, les aspects visuel et sonore de votre vidéo doivent être définis par son contenu, tout en étant compatibles entre eux bien sûr ;) .

Les dialogues

S'il y a bien un aspect délicat, dans n'importe quel film, ce sont les dialogues entre personnages ! Ils reflètent en grande partie la personnalité du protagoniste ; on saura par exemple qu'un type qui parle peu est plutôt timide et réservé (ça me rappelle quelqu'un :-° ). Ils doivent également aider à la compréhension de l'histoire si c'est nécessaire.

Une des difficultés est le dosage de la densité des conversations : avec trop peu de dialogues, on ne cerne pas nécessairement les personnages et/ou on ne suit pas l'histoire. De même, trop de dialogues peuvent rendre le film très lourd !

Il faut également bien calibrer la forme du dialogue en fonction du personnage. Le jeune rappeur de la rue aura une manière de parler très différente d'un directeur d'entreprise ou d'un enfant en bas âge ^^ .

J'ai un conseil important à vous donner à ce propos : n'abusez pas sur les jurons ! S'il y a bien une chose qui peut faire fuir les gens et qui énerve rapidement, c'est bien ça !

Je me rappelle d'ailleurs d'un spectacle que j'ai eu dans mon école secondaire : pendant les 20 - 25 minutes on n'a entendu que des insultes, sans que l'histoire n'avance d'un pouce :euh: . Résultat : le quart des profs est parti en douce (les élèves étaient obligés de rester :p ).

Cela ne veut pas dire qu'il ne faut pas en mettre, mais il faut que ça soit le bon personnage au bon moment qui les dit. Le meilleur exemple est sûrement le sergent Hartman, qui entraîna les marines de Full Metal Jacket : un pur régal :D . Non seulement cela fait sourire, mais en plus cela renforce l'impression de conditionnement de la formation d'un soldat. C'est probablement ce film qui a créé le mythe du sergent-instructeur hurlant des noms d'oiseaux à tout bout de champ ^^ .

Autre chose, n'abusez pas des phrases cultes... Par pitié :p . On les entend tellement que ça devient très rapidement lourd. Le site Allociné a d'ailleurs réalisé un dossier justement appelé On n'en peut plus ! qui reprend des dialogues (trop) connus. Autant je ne dis pas qu'il faut les éviter, autant entendre des "Hasta la vista baby" toutes les 10 minutes est on ne peut plus casse-pied :p .

En bref

  • Les dialogues doivent coller aux personnages et doivent être bien dosés ;

  • n'abusez pas des insultes et des phrases cultes.

L'histoire et le fond

L'histoire est le pilier des vidéos. Qu'elle soit bonne ou triste, qu'elle finisse bien ou mal, elle doit accrocher le spectateur ! Elle doit également correspondre au genre du film. On préfèrera ainsi une histoire bien sombre dans un polar, et plus déjantée dans une comédie. Dites vous également que c'est un des aspects que le spectateur retient le mieux.

Le fond joue également un grand rôle ; l'époque ou le contexte dans lequel se déroule l'histoire doit être pris en considération ! Une comédie pendant le Moyen-Âge ne se déroulera pas comme une autre dans les années 30 ;) . Veillez également à ne pas faire n'importe quoi, à mélanger un contexte et un style de film trop opposés. Par exemple, une comédie sur les camps de concentration serait extrêmement malvenue :euh: .

Quelques sources d'inspiration

Beaucoup de débutants n'hésitent pas à s'inspirer de film ou d'autres vidéos... Sachez que c'est tout à fait normal :p . Il faut bien commencer par quelque chose, et quand on est un peu à sec... :euh: .

Ci-dessous vous trouverez quelques films qui peuvent vous donner des idées intéressantes, ou tout simplement un bon exemple à suivre.

Cette liste est très subjective, ainsi vous ne trouverez pas de comédie... Parce que je n'aime pas ce genre de film :D . Je vais essayer d'être le plus objectif possible et vous sélectionner des films pour leur(s) qualité(s) et non parce qu'il me plaisent ;) .

Apocalypse Now

Image utilisateur

Tout le monde n'aime pas les films de guerre, surtout ceux comme Apocalypse Now qui approchent de la trentaine. Mais ici on parle d'un cas très particulier.

Citation : Wikipédia

Les services secrets militaires américains confient au capitaine Willard la mission de trouver et d'exécuter le colonel Kurtz dont les méthodes sont jugées « malsaines ». Kurtz, établi au-delà de la frontière avec le Cambodge, a pris la tête d'un groupe d'indigènes et mène des opérations contre l'ennemi avec une sauvagerie terrifiante. Au moyen d'un patrouilleur mis à sa disposition, ainsi que son équipage, Willard doit donc remonter le fleuve jusqu'au plus profond de la jungle pour éliminer l'officier. Au cours de ce voyage, il découvre en étudiant le dossier de Kurtz un homme très différent de l'idée qu'il s'en faisait. Comment cet officier au parcours exemplaire a-t-il pu devenir le fou sanguinaire qu'on lui a décrit ?

L'aspect d'Apocalypse Now qui marque le plus est le changement d'ambiance au fur et à mesure de la remontée du fleuve ; plus le bateau s'éloigne, plus il s'enfonce dans la jungle en territoire hostile, plus la tension augmente ! La finale est certainement le zénith de la folie, le dernier retranchement du bon sens... En gros, pour nous movie-makers, si vous cherchez de l'inspiration en terme de création d'ambiance, vous avez frappé à la bonne porte ;) .

Notez que ce film a eu un impact considérable sur l'univers du cinéma ; beaucoup de films, séries, ... lui font des clins d'oeils. Au niveau des chansons par exemple, il est difficile d'associer un autre film à This is the end du groupe The Doors. Idem pour la Chevauchée des Walkyries, par Richard Wagner, qui fait immédiatement penser à l'attaque par hélicoptères d'un village vietnamien. Un dernier exemple : les nombreuses références des Simpsons. Oui, il y en a beaucoup o_O .

En bref, si vous voulez voir un film mythique, surtout n'hésitez pas ;) .

La saga Terminator

L'univers des terminators, étalé sur une trilogie et une autre qui est actuellement en production, est assez particulier. Il n'est donc pas étonnant qu'on n'y accroche pas du tout, vu la complexité des évènements. On parle même sur certains sites d'une "mythologie terminator", vu l'étendue des histoires et les chemins qui les lient.

Cette saga montre deux exemples de suites : une bonne et une mauvaise :-° .

Image utilisateur

En effet, le passage de Terminator à Terminator 2 : le jugement dernier est l'exemple parfait d'une suite réussie ! Tous les aspects du second opus ont un vrai plus par rapport au premier : plus de dialogues, d'action, d'humour, d'émotions, de profondeur, de personnages attachants,...

Par contre, Terminator 3 : le soulèvement des machines est une bonne illustration du presque massacre d'une oeuvre :'( . On passe d'un second opus beaucoup plus riche à un blockbuster avec beaucoup plus d'action et d'effets spéciaux. Sur le fond par contre, comme tout blockbuster, on ne cherche pas très loin.

La meilleur façon de se rendre compte des changements est de tous les regarder : quelque soit les impressions qu'on en retire, les changements d'un film à l'autre sont sans commune mesure, que ça soit en bien ou en mal :( .

Cette saga a, comme Apocalypse Now, beaucoup influencé le cinéma en général : le thème principal est archi-connu et utilisé dans tous les sens, de nombreuses références sont présentes un peu partout,... Elle est l'origine des fameuses expressions comme I'll be back, Hasta la vista, baby ou encore Come with me if you want to live (Viens avec moi si tu veux vivre) :soleil: .

Requiem for a Dream

Image utilisateur

Pour moi, Requiem for a Dream est un film que je qualifierais "de fou" ! C'est une oeuvre cultissime, à voir, mais avec un peu de maturité ;) . L'histoire :

Citation : Wikipédia

Harry Goldfarb, sa petite amie Marianne, et son meilleur ami Tyrone rêvent d?un monde meilleur et d?une vie plus facile. Ils passent leurs journées à se droguer, pour être en parfaite lévitation, là où ils se sentent invulnérables et tout simplement heureux. Mais les paradis artificiels ont un prix, alors Harry met en gage la télévision de sa mère, Sara Goldfarb, accro à son programme de télévision préféré. Sara, quant à elle, rêve de passer un jour à la télévision ; c'est alors qu'elle décide de commencer un régime draconien à coups de privations extrêmes et de pilules amaigrissantes, afin de rentrer dans une ancienne robe quand le grand jour sera venu...

Requiem for a Dream possède de nombreuses qualités ; tout d'abord, l'introduction joue très bien son rôle. Pour la petite histoire, le jour où je l'ai vu, j'avais le choix entre ça et Las Vegas Parano. J'ai regardé le début de chaque film, et je n'ai pas hésité très longtemps ^^ .

L'ambiance est également un point fort, elle est d'une maîtrise exemplaire ! Ainsi, au fur et à mesure de l'histoire, où les personnages deviennent de plus en plus accros à leurs drogues, la musique se fait plus sombre, tout comme le jeu des acteurs et la folie qui s'en dégage.

Justement, à propos de la musique, elle est omni-présente, sans pour autant être envahissante : elle est en parfaite adéquation avec ce qu'on voit à l'écran. Le summum étant la fin qui est tout simplement magistrale o_O . Ce film est une bonne illustration d'une bonne utilisation de la musique, surtout que la plupart des morceaux sont récurrents, mais joués différemment.

En plus d'emporter le spectateur dans un univers en total décalage avec la réalité, le film contient un puissant message sur la dangerosité des drogues, quelque soit leur type. Là encore, le pari est gagné : il y a un avant et un après ;) . Si vous arrivez à produire le même effet avec vos vidéos, on ne pourra que s'incliner !

En bref, c'est un film que je vous recommande ;) .

Stalker

A première vue, Stalker n'a pas grand chose pour lui : film soviétique sorti en 1979, en russe uniquement (seulement sous-titré), d'une durée de près de 3 heures pour environs 150 plans ( alors qu'on en compte habituellement plusieurs centaines o_O ), des effets spéciaux quasiment inexistants (un filtre sépia, tout au plus),... On a plus affaire à un dinosaure qu'à autre chose ^^ . Et pourtant...

Image utilisateur

Citation : Wikipédia

Il existe une zone, lieu dont personne ne connaît la nature. A-t-elle été touchée par une bombe atomique ? Une météorite ? La venue d'extraterrestres ? Cette zone est crainte par tout le monde et cernée par la police. On ne peut y entrer : elle est considérée comme dangereuse. En son c?ur, on dit qu'il existe un lieu, « la chambre », où tous les souhaits peuvent être réalisés. Des passeurs, nommés « Stalkers », peuvent suivre ceux qui tentent d'atteindre la zone...

Un écrivain et un professeur de physique sont parvenus à rentrer en contact avec un stalker et décident de pénétrer dans la zone et de découvrir cette fameuse chambre. Ils ignorent que la zone suit ses propres règles, dont seul le stalker peut comprendre le sens. Ces règles contraignent le professeur et l'écrivain à révéler leur personnalité intime, ce qu'ils cachent au plus profond d'eux-mêmes.

L'intérêt de Stalker est de nous proposer un voyage initiatique comme très peu de film l'ont fait. Un peu comme 2001 - L'odyssée de l'espace, mais avec une réflexion plus accessible, et une gestion du trio action-temps-espace complètement différente !

Sin City
Image utilisateur

Un type de film assez délicat est celui de l'adaptation de comics : entre faire des recettes, respecter l'oeuvre et plaire aux fans, il y a du boulot ^^ . Et rare sont les films qui parviennent à réussir sur tous les aspects.

Sin City a, pour moi, réussi le pari. Il est ainsi un exemple de bonne adaptation ; il se démarque surtout par l'aspect visuel de ses scènes, en parfaite adéquation avec le comics.

Cependant, comme pour tout aspect particulier, on peut aimer comme on peut détester ; un de mes potes a ainsi été presque traumatisé par un personnage qui apparaît tout en jaune :lol: .

Les films de Pixar

Ce ne sont pas les amateurs d'images de synthèse qui diront le contraire, mais dans le royaume de la 3D, Pixar est roi :soleil: . Toutes leurs productions regorgent de qualités, il est très difficile d'en choisir à vous présenter en particulier ^^ .

Pour résumer, le grand point fort est la capacité de donner vie à des objets inanimés et anodins. C'est un aspect difficile à obtenir et qui manque dans certains films.

Etc

Voici encore quelques must seen que je ne peux que vous conseiller :

  • Orange mécanique

  • La liste de Schindler

  • 2001 - L'odyssée de l'espace

  • Pulp Fiction

  • Les experts (Las Vegas)

  • Les Simpsons

Référence(s) à une autre vidéo ou à une histoire

Imagineons que vous avez déjà fait une vidéo, et que vous en faites la suite, ou bien que vous faites la suite d'un film connu. Il est évident qu'il y aura des références par rapport à l'épisode précédent, par exemple pour des personnages.

Ou bien si vous faites une vidéo qui repose sur une grosse histoire, par exemple de la mythologie, il faudra bien expliquer le contexte aux spectateurs.

Bah oui, où est le problème ?

Le problème ne vient pas en fait de vous, mais des autres... et c'est à vous d'y remédier ! Oui, la vie est cruelle :lol: .

Il faut souvent, lorsqu'on souhaite diffuser une création, se mettre dans la peau des personnes qui vont la regarder.

Ainsi, dans le cas d'une suite, rien ne dit que le spectateur a vu le premier volet ! Il faut donc prévoir un rappel des faits, que ce soit à travers la narration ou bien par des éléments, et c'est à l'écriture du script du film qu'il faut le faire !

Il y a plusieurs manières de procéder, par exemple dans la saga Star Wars, on a droit à un résumé des épisodes précédents dès le début. Ou bien dans la série Les Experts, on use fréquemment de flashbacks.

C'est pareil pour une vidéo reposant sur une histoire, par exemple sur la mythologie grecque : personne ne dit que le spectateur en est fan et qu'il s'y retrouvera tout de suite. Un moment de la vidéo doit être obligatoirement consacré à un rappel des faits.

Ce rappel ne doit être ni trop long ni trop court ; il doit y avoir suffisamment d'éléments pour qu'on comprenne, sans pour autant y passer la soirée ^^ . Ainsi, certains spectateurs pressés pourraient ne pas regarder le reste de votre vidéo si c'est trop long.

Si vous voulez faire des petits clin d'oeil à d'autres vidéos, c'est un peu la même chose : il ne faut pas exagérer, surtout si le spectateur n'a pas vu la vidéo. L'apparition d'une image, ou d'une musique, ... doit être bien réfléchie.

Voici un très bon exemple avec Orange Mécanique, un film de Stanley Kubrick, qui est également le réalisateur de 2001 : l'Odyssée de l'espace (au passage, ce sont deux films que je vous recommande ;) ). On retrouve donc le "héros", Alex (à gauche), devant un vendeur de disques.

Image utilisateur

Et justement, regardez le disque juste à droite d'Alex... Oui, sa couverture est l'affiche de 2001 :) .

Ce clin d'oeil est génial car non seulement c'est discret, mais en plus si on ne connaît pas le film... ben on lit juste "2001", et on ne va pas plus loin. Par contre, si on connaît le film, on title direct. L'avantage est que c'est un objet "normal", qui se fond très bien dans le décors.

Si vous voulez un autre exemple, il y a quasiment tous les films des studios Pixar, où là aussi il y a de nombreux clin d'oeil. Ainsi, Wall-E fait également référence à 2001.

Ce ne sont évidemment que des exemples, qui j'espère seront une bonne source d'inspiration pour vous ;) .

C'est ici que se terminent ces deux chapitres ; en espérant vous avoir donné des conseils utiles et de bonnes inspirations, il ne me reste plus qu'à vous souhaiter bonne m*rde chance pour vos vidéos ;) .

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite