Mis à jour le mercredi 2 décembre 2015
  • Facile

Notions diverses

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Au menu de ce chapitre, des notions que je n'ai pu placer dans le tutoriel. Nous verrons ici

  • une méthode permettant de placer des effets de transition sur les keyframes ;

  • les enveloppes ;

  • comment organiser l'interface de Vegas.

Les transitions des keyframes

Rappel sur les keyframes

Commençons par un petit rappel : une keyframe est littéralement une image-clé qui contient une valeur et qui est placée sur une ligne du temps. En plaçant plusieurs keyframes, des variations entre les valeurs sont créées.

Par exemple, pour ce cube, j'ai utilisé 2 keyframes, une pour sa position au début et une pour son autre position à la fin. Entre les deux, toutes les valeurs qui sont comprises entre les valeurs des keyframes sont appliquées à un paramètre, par exemple la position. Si la position est de départ est de 0 et que la position d'arrivée est 10, le cube va aller en 0, puis 1, puis 2,... jusqu'à 10 ! Et il en résulte un déplacement, en voici une brève illustration :

Image utilisateur

Si cela ne vous dit pas grand chose, je vous conseille vivement de vous replonger dans le chapitre sur la timeline. Mais ce qui va nous intéresser, ce sont les différentes manières de passer d'une keyframe à une autre.

En effet, on pourrait vouloir, par exemple, ne pas vouloir passer par toutes les valeurs intermédiaires, ou encore ralentir sur la fin. Pour notre plus grand bonheur, Vegas intègre des options pour régler ça. Cependant, comme ce n'est pas spécialement facile à percevoir en regardant un effet animé ou même un déplacement, je vais utiliser des schémas qui représente le passage d'une frame à une autre.

Il faut savoir que ces options s'appliquent à toutes les keyframes, qu'elles soient dans la timeline ou dans la ligne verte de la vélocité (pour ralentir). Je vais d'ailleurs travailler sur cette dernière, l'effet est mieux visible :) . Vous pouvez également retrouver ces options dans les transitions de type dégradé, mais on verra ça juste après !

Les transitions

Pour notre exemple, je vais animer un texte qui va aller de la gauche vers la droite. Je vais aussi lui appliquer un effet de ralenti avec la ligne de la vélocité. Le texte va se déplacer à une vitesse normale puis il va s'arrêter progressivement jusqu'à l'immobilisation totale.

Image utilisateur

Pour afficher les différentes transitions, vous devez faire un clic-droit sur le point qui marque le début de la transition, donc celui sur la gauche.

Image utilisateur

On avait déjà jeté un coup d'oeil à ce menu lorsqu'on a découvert les ralentis. Et à l'époque, je vous avais dis de ne pas vous tracasser pour les Fades ^^ .

Les Fades, ce qui signifie "fondu" en anglais, sont en fait les différents types de transitions. Pour en activer un, il faut simplement cliquer dessus. Nous allons les passer en revue un par un, ils possèdent tous leur particularité :) . Et en plus, rien qu'en les traduisant, vous avez une idée de leur effet :lol: .

Linear Fade

Il s'agit d'une transition linéaire, la vitesse de changement est constante durant toute la transition. La forme de la ligne obtenue est d'ailleurs très explicite.

Image utilisateur
Fast Fade

Cette transition a la particularité d'être rapide au début (d'où le nom) et plus lente sur la fin.

Image utilisateur
Slow Fade

C'est exactement l'inverse de la transition rapide : la transition est lente au début et rapide sur la fin.

Image utilisateur
Smooth Fade

C'est la transition par défaut ; elle donne une impression de fluidité, de douceur (smooth signifie "lisse" en anglais). Elle est appréciable lorsque la transition est très marquées, par exemple lorsqu'on passe de 300 à 0% dans la vélocité.

Image utilisateur
Sharp Fade

Sharp signifie "fort" en anglais, mais dans le sens "une pente forte" par exemple ; notre fondu est en fait rapide au début et à la fin, avec entre une sorte "d'étape", où la transition est moins marquée. Je vous ai fait un 2ème screenshot pour mettre en évidence cette étape :) .

Image utilisateur

-

Image utilisateur
Hold

Ici, on ne fait pas dans la dentelle, on passe brutalement d'une valeur à l'autre, le schéma en est la preuve vivante :lol: .

Image utilisateur

Les enveloppes

Les enveloppes (Envelope en anglais) sont en quelque sorte des paramètres qu'on applique à un track ou à un média vidéo. C'est une méthode très intéressante et simple d'utilisation ; elle permet notamment de modifier au cours du temps les paramètres des tracks, ceux dans les cases tout à gauche :) .

Il y a 8 enveloppes dans Vegas, 3 pour les tracks audios, 3 pour les tracks vidéos et 2 pour les médias vidéos. Je vais prendre un de mes frags, on aura le son et les images comme ça ;) .

Image utilisateur

Où se trouvent les enveloppes ?

Pour voir les différents types d'enveloppe, vous devez faire un clic-droit sur le track ou le média vidéo de vos désirs. Ils se trouvent dans le sous-menu Insert/Remove Envelope. Voici un screenshot qui les reprend tous.

Image utilisateur

On va les reprendre au cas par cas, vous allez voir, ils ne sont pas méchants :p . Toujours est-il que si vous avez suivi tout le tuto, vous savez déjà les utiliser ! Rappellez-vous, le chapitre sur les ralentis, la vélocité... c'est une enveloppe !

Comment utiliser une enveloppe

En cliquant sur une des enveloppes, une ligne apparaît dans le track ou dans le média ; elle représente visuellement votre paramètre.

Pour animer votre paramètre, vous devez "casser" la ligne, la découper en morceaux , grâce à des points. Je vais par exemple prendre le paramètre Composite Level pour le track vidéo, ce qui correspond au paramètre Level (l'opacité). Pour rappel, c'est le pourcentage de pixel qui sera affiché et le reste devient transparent ; par exemple si on met 20%, cela veut dire que 20% des pixels de la vidéo/du track seront affichés.

Image utilisateur

Dans certains cas, la ligne est par défaut tout au-dessus, comme ici, et c'est relativement logique (100% au-dessus, 0% en dessous). Pour insérer des points, vous devez double-cliquer sur la ligne ; un point apparaît, ce qui détermine une portion de ligne que vous pouvez animer. Pour que ce même morceau soit indépendant, il faut placer plusieurs points.

Pour animer, il suffit de prendre un point ou une portion de ligne et de le monter ou descendre :) . Inutile de dire que vous pouvez mettre autant de points que vous voulez.

Image utilisateur

(Je l'avoue, j'ai un peu fais n'importe quoi, et ça ne sert surtout à rien :p .)
La valeur a laquelle se trouve le point est affichée lorsque vous le sélectionnez et que vous maintenez le clic-gauche enfoncé. Si vous voulez mettre un point à une valeur particulière, faites un clic-droit dessus et appuyez sur Set to.... Vous n'avez plus qu'à entrer la valeur et c'est fait :) .

Notez que vous pouvez utiliser plusieurs enveloppes pour un même track/média, il suffit de ne pas se tromper de ligne :p . L'opération est exactement la même, un clic-droit sur le track/média, Insert/Remove Envelope et un clic sur l'enveloppe désirée pour la cocher et c'est fait :) . Pour en bouger une, il faut re-cliquer dessus.

Les enveloppes et leurs effets

Comme pour les transitions des keyframes, si vous connaissez un peu d'anglais, il y a moyen de vous y retrouver facilement ^^ . Néanmoins, on va tous les passer en revue, car certains sont un peu particulier.

Track audio

Nous avons donc Mute qui, je ne vous le cacherai pas plus longtemps, coupe le son ! C'est un cas spécial, car on ne peut pas animer progressivement ce paramètre ; soit on entend le son, soit on ne l'entend pas.

Voici par exemple ce qui est affiché lorsque je mute une partie de la piste audio de mon frag.

Image utilisateur

(Le morceau en gris représente la partie de la bande son qui est mutée.)
On ne le voit peut-être pas bien, mais c'est comme si on avait appliqué la transition Hold à aux keyframes. Il n'est cependant pas possible de changer ça :( .

Walala, mais comment je vais faire pour créer une variation de volume ? Mettre de la musique à fond par exemple, la baisser pour un dialogue, et la remettre ensuite ?

C'est là qu'intervient l'enveloppe Volume :magicien: . Elle permet de régler le volume du track, tout simplement ! Inutile de nous attarder dessus, ce n'est vraiment pas compliqué.

La dernière enveloppe, Pan, est intéressante a plus d'un titre : elle permet de balancer un son à gauche, à droite ou au centre (par défaut). Plus vous montez la ligne plus le son ira à gauche et inversement, plus vous la descendez, plus le son tend vers la droite ;) .

Track vidéo

Pour les tracks de vidéos, nous avons tout d'abord Mute, qui fait la même chose que le Mute du son, il bloque la vidéo :) . Composite Level, comme on l'a vu un peu plus haut règle le niveau de l'opacité du track.

La dernière option, Fade to color, est un genre de filtre qui faire tendre le track vers une couleur si on monte la ligne et vers une autre si on la descend. Par défaut, c'est du noir en bas et du blanc en haut, mais vous pouvez changer cela ; faites un clic-droit sur le track, allez dans Fade Colors et appuyez sur Top... ou Bottom.... Une fenêtre apparaît, et vous pouvez choisir la couleur.

Personnellement, je ne vois pas trop l'utilité de cette fonction, mais si un jour vous devez l'utiliser (dans le cadre d'un autre tutoriel par exemple), vous saurez où la trouver ;) .

Média vidéo

Je ne reviendrai pas sur la vélocité (Velocity, ou Rapidité dans certaines versions françaises), vous la retrouvez en détail dans le chapitre sur les ralentis ;) . Transition Progress est une enveloppe un peu spéciale ; elle permet de modifier le type de Fade d'une transition. On ne peut utiliser cette enveloppe que sur les médias qui ont un effet de transition différent des dégradés .

Image utilisateur

Concrètement, c'est la transition des transitions :lol: . Et grâce à ça on peut plus facilement voir visuellement la différence entre les différents fades ; essayer avec la transition Iris, c'est très frappant ;) .

Application

Voici dès à présent une vidéo qui utilise les deux notions vues, les enveloppes et les transitions des keyframes :) .

Téléchargez-la, ça en vaut la peine car elle est trop bien faite car on y voit une bonne utilisation des enveloppes au niveau des sons, ça pourrait vous donner des idées ;) .

Image utilisateur(Attention, derrière toi :o !)

Dans cette vidéo, mon but a été de créer une atmosphère un peu stressante, lugubre. Bien sûr, ce n'est pas qu'avec des images qu'on la créé, cette ambiance, mais c'est surtout avec des musiques et des bruitages ; imaginez un peu un film d'horreur sans musique :euh: .

Justement, celle que j'ai utilisée est tirée de la bande son du jeu S.T.A.L.K.E.R., s'appelle Sleeping In Ashes v2 et est interprétée par Mooze. D'ailleurs, si cela vous intéresse, la bande originale est disponible gratuitement en téléchargement ici ;) . Le bruit du coeur a été trouvé sur FindSounds, un moteur de recherche pour les sons. Tapez "heart", et vous en trouverez quelques-uns ;) . Pour les bruits de pas et celui de la respiration et de l'attaque du zombie, j'ai utilisé ceux de Counter-Strike Source (je ne peux pas les mettre en téléchargement car c'est du contenu protégé, désolé :( ).

Voici la table de montage ; attention, l'image est quand même grande, il y a 17 tracks :D .

Image utilisateur

Les enveloppes ont été utilisées au niveau sonore, pour le bruit des pas. Voici un zoom de la partie en question.

Image utilisateur

Dans la vidéo, cette partie est située dans 2 plans : celui où le fantôme s'approche du bonhomme, et celui où on est dans la vue du personnage qui se retourne. Du coup, c'est deux idées assez différentes : dans la première, dans la vue du fantôme, au niveau des bruits de ses pas, ils sont tout à fait audibles et centrés. Dans la seconde, le fantôme se trouve à la droite dans le dos du personnage, et on l'entend progressivement. Pour pouvoir simuler cet impression de mouvement, il faut animer deux enveloppes : une pour le volume (Volume, en bleu) et une pour la localisation (Pan, en rouge).

Pour la première séquence, inutile de changer les enveloppes, elles sont bien où elles sont :) . Pour le changement d'une séquence à l'autre, la transition doit être immédiate, tout comme la vidéo. Donc, il faut mettre une keyframe de type Hold (changement instantané), et ce pour les deux paramètres.

Ensuite, le son doit être à droite, donc le Pan doit être descendu, et étant donné que le son est tout le temps à droite, il reste tout en bas :) . Enfin, le volume doit être assez bas, puis progressivement il augmente. Donc, nouvelle keyframe plus haute que la première. Au niveau de la transition, c'est du pareil au même, tant que ce n'est ni rapide (Fast), ni lent (Slow), ni instantané (Hold), car ça clocherait un peu ^^ .

En résumé : le Pan passe du centre à droite et le Volume d'un niveau normal, puis il devient bas et revient progressivement à un niveau normal.

Bien bien, passons maintenant aux calques rouges pour les douleurs :) .

Image utilisateur

Tout d'abord, il faut que vous vous rappeliez comment changer de type de dégradé :p . Faites un clic-droit sur la ligne du dégradé et allez dans Fade Type :) .

Image utilisateur

Si vous avez bien fait attention à la sous-partie précédente, vous remarquerez que ces courbes sont exactement les mêmes que celles des transitions des keyframes ! Elles y sont toutes, dans l'ordre Fast, Linear, Slow, Smooth et Sharp, sauf Hold. Devinez pourquoi :p .

Par définition, Hold est une transition instantanée, en fait il n'y a pas vraiment de transition. Comment ne pas mettre de transition ? En prenant la courbe et en la plaquant contre le bord de la vidéo pour la faire disparaître ;) .

La manière dont s'enchaîne les transitions sont les mêmes pour les deux calques de douleurs, simplement parce qu'elles ont la même nature.

Quand vous avez mal, la douleur vient très vite, elle est quasiment instantanée. La transition doit être donc être brève et rapide. Enfin, quand la douleur disparaît, ça doit être beaucoup plus progressif. Dès lors, la transition est plus longue et de type lent.

C'était donc un exemple d'utilisation des enveloppes et des différentes manières d'interpréter une transition, j'espère que ça donnera des idées à certains ;) .

Organiser les fenêtres de Vegas

Dans Vegas, il existe un système génial qui permet d'organiser les fenêtres comme bon vous semble :D . Je vais vous demander de jeter un coup d'oeil sur l'interface, plus particulièrement dans les fenêtres avec les effets spéciaux, de transitions,... Remarquez les 6 points qui sont alignés verticalement dans le coin supérieur gauche.

Image utilisateur

Ces points servent en fait à déplacer la fenêtre (ici celle des effets spéciaux). Il faut cliquer dessus, gardez le bouton de la souris enfoncé et vous pouvez bouger la fenêtre, la retirer de l'endroit où elle se trouve.

Image utilisateur

A partir de là, vous pouvez l'encastrer dans un autre endroit. "Où ?" allez vous me dire ^^ . En fait, tout ce qui est en dessous de la table de montage (les tracks) est un espace entièrement personnalisable : vous pouvez mettre autant de fenêtre l'une à la suite de l'autre que vous voulez, vous pouvez les rassembler également,... Bon, des exemples valent mieux que du texte ^^ .

Par exemple, je veux mettre les effets spéciaux dans une fenêtre, à part du reste. Je la prend donc avec les points, je la "sors" du groupe qui est déjà créé par défaut, et je n'ai plus qu'à l'encastrer à côté.

Image utilisateur

Il suffit d'approcher la fenêtre pour qu'elle s'insère automatiquement. Et si vous voulez la remettre dans son groupe par défaut, vous n'avez qu'à la prendre et la déplacer exactement sur la fenêtre : elle se remettra dedans.

En sachant cela, c'est simple vous grouper 2 fenêtres à part : vous en prenez une, vous la sortez du groupe par défaut, et vous la mettez exactement sur celle qui constituera le groupe.

Image utilisateur
Sauvegarder l'interface

En répartissant ainsi vos fenêtres, vous créez une nouvelle interface, qu'on appelle aussi layout. Vous pouvez aussi en sauvegarder plusieurs, et choisir celle que vous voulez en fonction du type de projet dans lequel vous êtes par exemple.

Pour sauvegarder une interface, il faut aller dans l'onglet View, puis dans Window Layouts. Décortiquons ce sous-menu :) .

Image utilisateur
  • 1 : Organize Layouts ouvre une fenêtre qui permet d'organiser (si, si, je vous jure !) les interfaces, mais comme nous n'en avons pas encore, on laisse de côté.

  • 2 : Save Layout et Save Layout As permettent de sauvegarder l'interface.

  • 3 : Reload Default Layout recharge l'interface sélectionnée, mais puisque nous n'en avons pas, ça reste grisé. Cette option est pratique si vous modifiez votre interface sans le faire exprès :) .

  • 4 : Load Default Layout remet l'interface par défaut ; c'est utile si vous avez fermé une fenêtre sans le faire exprès ;) .

  • 5 : C'est la liste des interfaces que vous pouvez utiliser, mais tout est encore vide (Empty).

Cliquez sur Save Layout As ; une fenêtre s'ouvre pour spécifier un nom et un emplacement dans la liste (Shortcut). Il y a également le dossier où sera sauvegardée l'interface, mais je vous conseille de ne pas y toucher ;) .

Image utilisateur

Mettez un nom et appuyez sur "Ok". Retournez dans l'onglet View et Window Layouts, et votre interface se trouve dans la liste :) .

Image utilisateur

Maintenant, si vous voulez changer l'emplacement, ou si vous voulez insérer d'autres interface, cliquez sur Organize Layouts.

Image utilisateur

Dans la colone de gauche se trouvent toutes les interfaces que vous avez sauvegardées. Vous pouvez en enregistrer autant que vous voulez, mais vous ne pouvez en mettre "que" 10 dans les emplacements, et c'est le rôle de la seconde colonne.

Vous pouvez les faire monter et descendre (Move Up/Down), les effacer (Clear),...

Nous y voyons ici un avantage de Vegas : la possibilité de personnaliser à fond l'interface, et de passer d'une interface à une autre facilement.

Utilisation de plusieurs moniteurs

Voici un petit paragraphe pour ceux qui possèdent 2 écrans ou plus :) . Oui oui, il est possible de rentabiliser votre résolution monstrueuse et votre bureau gargantuesque :lol: .

Vous pouvez agrandir considérablement votre espace de travail en bougeant des fenêtres et en les glissant sur l'autre écran !

Par exemple, j'ai basculé la fenêtre de la preview sur mon autre écran, et j'ai mis à la place la fenêtre des effets spéciaux. Voici ce que ça donne en pratique.

Image utilisateur(J'étrangle le premier qui se moque de mon tapis de souris Pokémon :lol: .)

Et voilà le screenshot, attention la résolution est monstrueuse (2880 * 900 :p ) .

Image utilisateur

Ici, l'avantage est que vous avez une preview de meilleur qualité et bien plus détaillée, mais au prix de performances bien moindres. Il y a cependant moyen d'améliorer la fluidité, en diminuant la qualité de la preview.

Dans la fenêtre de la preview, cliquez sur Preview (Auto) (ce n'est pas ce qui est marqué sur le screenshot, mais c'est le même emplacement, et le nom change selon le réglage, vous allez voir ;) ).

Image utilisateur

Il y a 4 sous-menus, Draft, Preview, Good et Best, qui contiennent tous les mêmes éléments : Auto, Full, Half et Quarter.

Pour parler simplement, les 4 sous-menus donnent le niveau de rendu de l'image ; Draft donne une image moche, Preview (par défaut) une bonne idée de ce que sera la vidéo, Good c'est mieux, et Best encore mieux ^^ . Ce mode se choisit selon les performances de l'ordinateur, n'hésitez pas à en tester plusieurs !

Les 4 éléments servent eux à déterminer dans quelle proportion sera rendue l'image ; Quarter c'est un quart de l'image, Half la moitié et Full la totalité. Tout comme les 4 modes de rendu, plus on va vers Full plus c'est beau ^^ . Je vous conseille cependant de cocher Auto, qui adapte la qualité de l'image tout seul.

Ce menu sert surtout à définir la profondeur du rendu de la preview ; dans mon cas, pour que mon 2ème écran donne une image relativement bonne sans trop ramer, je dois descendre un peu, à la limite mettre sur Draft.

Ok, maintenant préparez-vous à affronter un petit TP-tout-mimi, et ensuite 2 gros chapitres : les filtres :diable: .

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite