Mis à jour le mercredi 21 juin 2017
  • 10 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours existe en livre papier.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Les notes

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Dans ce chapitre, les différents types de notes et de références possibles avec LaTeX seront abordés. C'est un chapitre facile, mais important, car il vous permettra de citer proprement tout ou une partie d'un texte, et de créer des notes en bas de certaines de vos pages.

Vous apprendrez à :

  • citer des textes ;

  • insérer des paragraphes de code brut dans vos documents ;

  • créer des minipages ;

  • composer des notes de bas de page ;

  • utiliser les références internes au sein de votre publication.

Citation, code brut et URL

Cette première partie développe simplement les manières de créer des citations de texte, de code ainsi que la façon d'obtenir une URL cliquable.

Les citations simples

Fréquemment, vos rapports nécessiteront que vous citiez des propos. Pour vous permettre cela, deux environnements vous sont proposés : quote et quotation.

Ce code source vous montre la différence entre quote et quotation : le nombre de tabulations avant le premier mot (quotation est fait pour de gros volumes de texte, tandis que quote est plus adapté pour une ligne isolée).

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. 
Fusce condimentum tempor risus cursus aliquet.
\begin{quote}
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûretéde sa personne. \end{quote}
consectetur adipiscing elit. 
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.
Nulla volutpat metus ut magna aliquam nec porttitor neque sodales. 
\begin{quotation}
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.  \end{quotation}
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. 
Fusce condimentum tempor risus cursus aliquet.
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.
les citations simples
les citations simples

Les citations de code

Trois méthodes majeures permettent de citer des extraits de code.

La commande \verb

Pour insérer du code dans un paragraphe, le plus simple reste d'utiliser la commande \verb. Le texte que mettra en forme la commande \textbackslash{verb} sera délimité par le caractère venant juste après son appel, généralement |.

\verb| Mon bout de code {} |

Il se peut que vous utilisiez le caractère | dans certaines zones de votre code, et vous allez être confronté au problème que montrent le code source et le paragraphe ci-dessous (lisez-les attentivement).

\verb[lapin & lapin {} [
\verb|lapin & lapin {} | 
\verb(lapin & lapin {} (
\verb&lapin & lapin {} &

Les trois premières lignes de code donnent le même résultat tandis que la quatrième ne fonctionne pas ; le & est le délimiteur dans la quatrième ligne et, étant donné qu'il y a déjà un & dans le code, LaTeX comprendra mal l'instruction et n'encadrera que le premier mot, « lapin ». Cette subtilité rend assez risquée l'utilisation de \verb et peut parfois déclencher des dizaines d'erreurs ou de mauvais rendus.

L'environnement verbatim(tab)

L'environnement verbatim, accompagné du package du même nom, permet d'encadrer de gros volumes de code. Petit souci : il remplace les tabulations par des espaces.

\documentclass{article}

\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[francais]{babel}
\usepackage{verbatim}
\begin{document}

\begin{verbatim}
votre code
\end{verbatim}
\end{document}

Afin d'éviter ce désagrément et de choisir librement le nombre d'espaces correspondant à une tabulation, vous pouvez utiliser l'environnement verbatimtab fourni par le package supplémentaire moreverb.

Sa syntaxe est la suivante :

\begin{verbatimtab}[nombre_d'espaces_par_tabulation]
votre code
\end{verbatimtab}

Dans l'exemple ci-dessous, chaque tabulation introduite dans le code se verra remplacée par 10 espaces une fois le document compilé.

\documentclass{article}

\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[francais]{babel}
\usepackage{verbatim}
\usepackage{moreverb}
\begin{document}

\begin{verbatimtab}[10]
votre code
\end{verbatimtab}
\end{document}
L'environnement lstlisting

L'environnement lstlisting permet de mettre en forme de façon colorée et d'utiliser de nombreuses options pour afficher du code.

Dans un premier temps, vous devez appeler le package listings dans l'en-tête du document, avant d'utiliser la commande \lstset et de la paramétrer pour qu'elle mette en forme votre code selon vos souhaits.

La commande \lstset se place avant \begin{document} et possède un grand nombre d'arguments paramétrables.

\lstset{ %
language=nom_du_langage,        % choix du langage
basicstyle=\footnotesize,       % taille de la police du code
numbers=left,                   % placer le numéro de chaque ligne à gauche (left) 
numbers=right,                  % placer le numéro de chaque ligne à droite (right)
numberstyle=\normalsize,        % taille de la police des numéros
numbersep=7pt,                  % distance entre le code et sa numérotation
backgroundcolor=\color{white},  % couleur du fond 
% Possibilité d'utilisation du package color
}

Les langages compatibles avec la commande sont constamment mis à jour sur la page de Wikibooks consacrée au package listings.

Jetez-y un coup d'œil à chaque fois que vous utiliserez ce package.

Le code à afficher s'insère dans votre document via l'environnement lstlisting.

Ci-dessous, un petit exemple du traitement d'un code C (extrait du tutoriel C du Site du Zéro) avec lstlisting (figure suivante).

\documentclass{article}

\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[francais]{babel}
\usepackage{listings}
\lstset{
language=C,
basicstyle=\footnotesize,
numbers=left,
numberstyle=\normalsize,
numbersep=7pt,
}

\begin{document}

\begin{lstlisting}
if (age == 2)
{
  printf("Salut bebe !");
}
else if (age == 6)
{
  printf("Salut gamin !");
}
else if (age == 12)
{
  printf("Salut jeune !");
}
\end{lstlisting}

\end{document}
Citation de code
Citation de code

Gestion des URL

LaTeX gère les URL de façon très efficace, vous permettant de rendre vos documents interactifs.

Pour insérer une URL, il vous suffit d'utiliser le package url ainsi que la commande \url{adresse}, rien de plus compliqué que cela.

Minipage et texte encadré

Il peut parfois être utile de faire ressortir une portion de texte de façon singulière. L'environnement minipage et la commande \fbox vous permettent d'encadrer du texte et de le mettre en valeur.

Répétons-le une fois de plus, ce n'est pas parce que vous saurez faire des cadres après ce paragraphe qu'il faut en mettre partout.

Restez sobre, vos lecteurs vous en remercieront.

La commande \fbox

La commande \fbox, permettant d'encadrer des portions de texte, a déjà été vue dans le chapitre précédent.

Cependant, nous n'avons pas encore vu les paramètres qui peuvent lui être appliqués. \fbox est une commande puissante, pour laquelle il est possible de paramétrer des tas de choses. Néanmoins, dans ce cours, nous n'utiliserons \fbox que pour encadrer des textes.

Les deux paramètres qui nous intéressent ici sont l'écart entre le texte et la bordure ainsi que l'épaisseur de cette dernière. Ci-dessous une démonstration de \fbox et son résultat après compilation (figure suivante).

% Commande permettant de définir l'écart
\setlength{\fboxsep}{8mm}
% Commande permettant de définir l'épaisseur du trait
\setlength{\fboxrule}{2mm}
\fbox{Un lapin}
Texte encadré
Texte encadré

L'environnement minipage

Une minipage est un encart de texte de largeur choisie, en quelque sorte une nouvelle page dans votre page (Des utilisateurs avancés de LaTeX peuvent réussir à agencer les minipages de manière surprenante, tout comme les boîtes encadrées). À l'intérieur de cet encart de texte, vous pourrez disposer et utiliser des environnements comme si cette minipage était un document à part entière.

Une minipage est en quelque sorte un document dans un document. Il vous est même possible d'insérer une minipage dans une minipage (mais nous allons éviter de faire des choses qui ne servent à rien :p ).

L'environnement minipage est dépendant de deux paramètres : la largeur et l'alignement vertical de la minipage à créer.

Pour ce qui est de la largeur, je pense que vous avez deviné à quoi servait le paramètre correspondant (Il s'exprime généralement en centimètres). Le paramètre d'alignement est quant à lui plus difficile à comprendre. L'alignement est vertical et défini par rapport au niveau du texte. Trois alignements sont proposés, et un schéma vaut mieux qu'un long discours pour visualiser les trois alignements disponibles.

Alignements possibles des minipages
Alignements possibles des minipages

Ici, une démonstration d'une minipage (volontairement mise en plein milieu d'un long texte) de 5 centimètres de large centrée verticalement (figure suivante) obtenue via la commande :

\fbox{ %fbox est utilisé pour voir les bords de la minipage
\begin{minipage}[c]{5cm}
Un petit paragraphe.
\end{minipage}
}
Exemple de minipage
Exemple de minipage

Notes de bas de page, références internes

Cette partie traite des notes de bas de page ainsi que des références internes au sein des documents.

Ces deux éléments, souvent négligés, montrent à votre lectorat que votre texte est structuré et bien pensé.

Notes de bas de page

Il existe deux écoles pour l'insertion de notes de bas de page.

La commande \footnote

La première consiste à utiliser la commande \footnote{Texte de la note.} tout simplement à l'endroit où vous voulez insérer un renvoi vers une note de bas de page.

Cette commande est très intuitive, la seule chose à paramétrer ici est l'espacement entre l'exposant renvoyant à la note et le mot ou le groupe de mots concerné. Trois solutions sont possibles :

  • coller l'exposant au mot concerné ;

  • utiliser une espace (L'espace typographique est féminin), qui peut parfois être trop large ;

  • insérer une espace plus fine via la commande \espace.

un canard\footnote{bestiole qui fait coin}
un ornithorynque\footnote{bestiole qui fait rire}
un ours\footnote{bestiole qui fait mal}
Notes de bas de page (méthode simple)
Notes de bas de page (méthode simple)
La commande \footnotemark

Ici, l'opération se déroule en deux temps. Dans un premier temps, vous marquerez tous les éléments concernés par des notes de bas de page personnalisées via la commande \footnotemark[n\degre_de_la_note], puis vous indiquerez les notes de bas de page correspondant aux numéros précédemment choisis grâce à la commande \footnotetext[n\degre_de_la_note]{Texte}.

Deux compilations sont nécessaires : une pour que LaTeX liste les marques, et une pour qu'il associe les notes de bas de page aux marques. Cette méthode est souvent salvatrice lorsque des erreurs apparaissent avec \footnote.
Ci-dessous, un code source de démonstration ainsi qu'une capture d'écran prise après deux compilations.

un canard\footnotemark[1] \\

un ornithorynque\footnotemark[18] \\

un ours\footnotemark[32]

\footnotetext[1]{bestiole qui fait coin} 
\footnotetext[18]{bestiole qui fait rire} 
\footnotetext[32]{bestiole qui fait mal}
Notes de bas de page (méthode avancée)
Notes de bas de page (méthode avancée)

Les références internes

LaTeX vous permet d'écrire des références internes de façon simple. Pour ce faire, trois commandes sont à connaître. La commande \label{nom_choisi} sert à marquer un endroit, et les commandes \ref{nom_choisi} et {\pageref{nom_choisi}} vous permettent d'appeler le numéro de page ou la référence de l'élément marqué dans une autre zone de votre document (figure suivante).

Démonstration :

\documentclass{report}
\usepackage[latin1]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[francais]{babel}

\begin{document}

\part{Partie}
\chapter{Chapitre}
\section{Section}
\subsection{Une sous-section}
\label{patate} 
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.
 Donec nec condimentum libero. Phasellus condimentum porttitor congue.
 Morbi eget quam sed justo egestas lobortis. Aenean et erat metus.
\chapter{Chapitre}
\section{Section}
\subsection{Une sous-section}
Ici nous parlerons de la sous-section \ref{patate} vue à la page \pageref{patate}.
\end{document}
Référence interne
Référence interne

En résumé

  • Les environnements quote et quotation permettent de citer du texte.

  • On peut insérer du code source avec la commande \verb (dans un paragraphe), l'environnement verbatim (pour les codes plus longs) ou lstlistings (plus d'options). lstlistings offre de nombreuses options permettant notamment de colorer le code et de numéroter les lignes).

  • Il est possible de créer des boîtes de texte encadrées en combinant la commande \fbox et l'environnement minipage.

  • Les notes de bas de page sont généralement insérées via \footnote mais peuvent être agencées plus finement grâce à \footnotemark et \footnotetext.

  • Des marqueurs invisibles (\label) peuvent être disposés un peu partout dans les publications et être utilisés afin de créer des références internes (Nous apprendrons un peu plus loin à insérer des marqueurs sur des images ou des tableau) avec \ref (indique le numéro de section où se trouve le marqueur) et \pageref (indique le numéro de page où se trouve le marqueur).

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite