Fil d'Ariane
Mis à jour le mercredi 21 juin 2017
  • 10 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours existe en livre papier.

Ce cours existe en eBook.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Structurer son premier document

Connectez-vous ou inscrivez-vous pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Durant les deux premiers chapitres de ce cours, vous avez découvert l'histoire de LaTeX ainsi que sa nature, et comment effectuer son installation. Ce nouveau chapitre sera pour vous l'occasion d'un premier contact avec les logiciels que vous venez d'installer.

Soyez sûr d'une chose : le plus dur est derrière vous.

Ce chapitre vous permettra d'écrire votre premier document, de l'imprimer et de comprendre comment LaTeX transforme un code informatique ingrat en un document chatoyant.

C'est un chapitre extrêmement important, car il explique les mécanismes essentiels de LaTeX.

La compilation

Cette partie développe le concept de compilation et vous permettra d'appréhender le fonctionnement global de LaTeX.

Cette portion du cours s'appuie sur un constat : des lignes de code se transforment en une mise en page. Vous pouvez voir sur la capture d'écran ci-dessous (figure suivante) un document écrit via un éditeur LaTeX ainsi que son résultat une fois passé à la moulinette par votre distribution LaTeX.

Éditeur LaTeX et lecteur PDF
Éditeur LaTeX et lecteur PDF

Que s'est-il passé ?

Souvenons-nous du chapitre précédent : nous y avons appris que les éditeurs LaTeX n'étaient pas indispensables, ils ne jouent qu'un rôle pratique. En revanche, nous avons fortement insisté sur le caractère incontournable de l'installation d'une distribution LaTeX. La distribution est la pièce centrale, elle permet de transformer un fichier de lignes de code (ces fichiers sont des .tex) en un fichier imprimable de type PS ou PDF.

Cette transformation s'appelle une compilation. Votre distribution LaTeX transforme votre fichier .tex en un fichier que vous pourrez par la suite utiliser pour vos travaux et publications.

Résumons tout cela.

  1. Le code est écrit dans l'éditeur LaTeX.

  2. La distribution LaTeX le compile.

  3. Le fichier .tex de départ se voit transformé en un fichier .ps, .pdf ou .dvi (un format très peu utilisé).

Le processus de création n'est pas plus compliqué que cela. Pour créer un document, il vous suffira d'écrire votre code au sein de l'éditeur LaTeX et votre distribution LaTeX se chargera du travail de transformation. Pour que le travail d'écriture du code et de compilation soit plus simple, les éditeurs LaTeX sont dotées d'une zone réservée aux raccourcis (pour les caractères spéciaux, par exemple), qui vous permettront d'insérer facilement dans vos écrits des morceaux de code dont vous vous servirez souvent (Nous verrons par la suite que certains accents doivent être traduits en code, et recopiés de façon très fréquente). Une seconde zone, dédiée aux informations liées à la compilation, vous permet de suivre les compilations et d'obtenir des informations sur d'éventuels bugs présents dans vos compositions. En somme, LaTeX communique avec vous pour vous aider à travailler.

Manipulerons-nous uniquement des fichiers .tex, .dvi, .ps et .pdf avec LaTeX ?

Pour rédiger un livre, il faut une bibliographie, un index et tout un tas d'éléments que LaTeX stocke dans des fichiers aux extensions différentes. Pendant la compilation, votre fichier .tex de départ créera donc une multitude de fichiers correspondant à ces besoins. Ne prenez pas peur si votre dossier ne contenant au départ qu'un .tex se voit tout à coup envahi par de multiples fichiers aux extensions étranges.

Nous allons résumer toutes ces informations via un schéma (figure suivante). Je vous conseille vivement de bien le lire, il est souvent pratique de l'avoir à l'esprit.

Le processus de compilation
Le processus de compilation

Si vous avez compris ce schéma, sachez que LaTeX n'a pas un fonctionnement plus compliqué que cela. Il ne nous reste plus qu'à prendre en main les logiciels et à apprendre comment mettre en forme nos textes en utilisant les commandes et le formalisme de LaTeX.

Rédaction d'un document simple

Dans cette partie, je vais vous aider et vous guider dans l'écriture de votre premier document. Il sera très simple et ne comportera qu'une phrase : « Bonjour, je lis actuellement un cours traitant de LaTeX ! »

Rédaction du fichier .tex

Dans un premier temps, il vous faut ouvrir votre éditeur LaTeX (Kile, TeXShop, TeXnicCenter ou autre). Il est possible que celui-ci vous pose quelques questions simples (pour connaître l'emplacement de votre lecteur de PDF, par exemple), répondez-y.

Votre éditeur est à présent ouvert et vous vous trouvez face à une fenêtre scindée en trois parties : une partie console dans laquelle apparaissent les messages d'information (ainsi que les messages d'erreur), une zone réservée aux barres d'outils, et un espace réservé à la rédaction de votre fichier.

Grâce aux raccourcis disponibles dans la barre de menus, créez un nouveau document.
Cliquez à l'intérieur de la zone réservée à l'édition et recopiez-y le paragraphe ci-dessous.

\documentclass{article}

\begin{document}
Bonjour, je lis actuellement un cours traitant de LaTeX !
\end{document}

Enregistrez ce fichier dans le dossier vide de votre choix en utilisant la barre de raccourcis présente en haut de votre éditeur. Nous l'appellerons bonjour.tex.

Compilation

Nous allons maintenant compiler votre fichier .tex pour le transformer en un autre format (PostScript, PDF ou DVI). Ici, trois cas de figure se présentent selon que vous soyez sous Windows, Mac ou Linux.

Compiler avec Kile (Linux)
Compilation avec Kile (pour les anciennes versions)
Compilation avec Kile (pour les anciennes versions)

Vous pouvez voir sur la capture d'écran ci-dessus (figure suivante) la barre d'outils à votre disposition dans Kile. Pour vous, tout commence par la création d'un fichier DVI que vous transformerez ensuite en fichier PostScript, puis en PDF selon vos besoins.

Pas de manipulation compliquée ici, votre éditeur LaTeX se charge de tout et les fichiers produits par la compilation se trouvent dans le dossier où vous avez enregistré votre fichier .tex.

Compiler en ligne de commande (Linux)

Nous avons vu dans le chapitre précédent que l'éditeur LaTeX n'était pas indispensable. Il vous est possible de créer votre fichier .tex dans un éditeur de texte (Emacs, Vim…) avant de le compiler en ligne de commande.

La procédure est assez simple. Une fois votre fichier enregistré dans un dossier, ouvrez la console et placez-vous dans ce dossier avant d'utiliser l'une ou l'autre des commandes ci-après.

Dans un premier temps, vous pouvez compiler votre fichier bonjour.tex en un fichier bonjour.dvi. Le fichier créé apparaît alors dans le dossier où vous avez enregistré votre fichier d'origine en .tex.

latex bonjour.tex

Vous pouvez ensuite lire votre fichier bonjour.dvi grâce à la commande xdvi et l'imprimer grâce à la commande dvips.

xdvi bonjour.dvi
dvips bonjour.dvi

Vous pourrez par la suite choisir de transformer votre fichier bonjour.dvi en un fichier .ps grâce à la commande dvips (en y ajoutant –o comme vous pourrez le voir plus bas dans l'exemple). La commande ps2pdf vous permettra de transformer votre fichier PostScript en un fichier PDF.

Il vous est tout à fait possible de compiler directement votre fichier bonjour.tex en un fichier bonjour.pdf grâce à la commande pdflatex. La lecture de PDF se fait grâce à la commande xpdf.

Résumons ces commandes par quelques exemples pratiques. Testez ces commandes, elles vous serviront tout au long du cours.

dvips bonjour.dvi -o
ps2pdf bonjour.ps
pdflatex bonjour.tex
xpdf bonjour.pdf
Compiler avec TeXShop (Mac)

Une fois de plus, c'est vous, détenteurs de Mac, qui possédez l'interface la plus minimaliste et la plus simple : il vous suffit de cliquer sur « Composition » tout en ayant sélectionné « LaTeX » dans le menu déroulant à droite du bouton.

Votre éditeur LaTeX se charge de tout et les conversions sont faites de façon automatique.

Sans plus attendre, vous pouvez admirer le résultat de votre compilation dans la fenêtre qui vient de s'ouvrir, ou en allant fouiller dans le dossier où est enregistré votre fichier .tex.

Compiler avec TeXnicCenter (Windows)
Compilation avec TeXnicCenter
Compilation avec TeXnicCenter

Dans votre barre de menu, vous constatez la présence d'un menu déroulant (figure suivante). Ce menu vous permet de choisir entre la compilation d'un fichier .tex en un .dvi et la conversion de ce fichier .dvi en un autre format de fichier.

Le bouton à sa droite sert à lancer les compilations / conversions et le bouton encore plus à droite vous donne les aperçus de vos fichiers.
Les fichiers créés apparaissent dans le dossier où vous avez préalablement enregistré votre .tex.

Les résultats

Ici, deux possibilités s'offrent à vous : soit votre compilation a réussi, vous venez de découvrir comment écrire un document en LaTeX (libre à vous de l'imprimer) et vos logiciels fonctionnent, soit votre éditeur LaTeX vous a renvoyé une erreur… je suis alors au regret de vous annoncer que vous vous êtes trompé lors de l'installation et que vous devez la recommencer.

Vous venez de créer votre premier document, félicitations !

Types de documents et caractères spéciaux

Avant toute chose, sachez que la compilation de documents LaTeX fonctionne toujours de la même manière, vous n'avez plus rien à apprendre de ce côté-là.

Nous allons revenir ici sur le code que nous avons entré dans l'éditeur LaTeX et parler des caractères spéciaux.

Les caractères spéciaux

Comme tout langage de programmation, LaTeX utilise certains caractères pour son usage propre. Dans notre premier document, nous avons utilisé le « \ » pour lui envoyer des ordres. En somme, le « \ » n'est pas simplement recopié par LaTeX, mais interprété.

Ce n'est pas le seul caractère à avoir cette spécificité : ils sont dix et figurent dans le tableau ci-dessous.

Tentez de mettre l'un de ces caractères dans votre texte, il en résultera des erreurs de compilation. Pour signaler à LaTeX que nous ne lui envoyons pas une commande ou que nous ne communiquons pas avec lui en utilisant ces caractères, il suffit de faire précéder les signes d'un backslash (le fameux « \ »). Pour le backslash lui-même, nous utiliserons une commande.

Table des caractères réservés

$

\$

&

\&

%

\%

#

\#

_

\_

{

\{

}

\}

^

\^

\

\textbackslash{}

Testons ce tableau ! Entrez le code suivant dans votre éditeur LaTeX, puis enregistrez le .tex avant de le compiler et de le convertir en PDF.

\documentclass{article}

\begin{document}
Bonjour, je lis actuellement un cours traitant de LaTeX !
\$ \& \% \# \_ \{ \} \  \^  \textbackslash{}    

\end{document}

Vous devez obtenir la phrase suivante : « Bonjour, je lis actuellement un cours traitant de LaTeX ! $ & % # _ { }   ^ \ ».

Ce tableau est le premier, mais il y en aura d'autres, pour les accents par exemple. L'ensemble des tableaux de caractères spéciaux est rassemblé au sein d'une annexe volumineuse disponible à la fin du tutoriel (Elle comporte surtout des caractères destinés aux mathématiques).

Types de documents et portions de texte

Nous allons ici décortiquer les trois lignes de code dont nous n'avons pas encore parlé.

Les portions de texte

Dans nos deux premiers exercices, nous avons entouré notre texte d'un couple de commandes.

\begin{document}
\end{document}

Ces deux commandes délimitent le début et la fin de ce que nous appellerons un environnement. Ici, cela revient à dire que nous commencerons toujours un document par \begin{document} et que nous écrirons du texte avant de terminer le document par \end{document}.

De façon plus large, nous pourrions vouloir insérer un poème ou une recette dans un texte. Il nous suffirait alors d'écrire \begin{recette} puis la recette avant de fermer avec \end{recette}. Ce qui pourrait nous donner le code ci-dessous (ce n'est qu'un exemple fantaisiste).

\begin{document}
\begin{recette}
Ma recette, bla, bla bla.
\end{recette}
\begin{texte}
Mon joli texte, bla, bla bla.
\end{texte}
\end{document}

La commande \begin ouvre un environnement tandis que \end le ferme. Le type d'environnement se voit entouré d'accolades et les options qui lui sont rattachées sont entre crochets (nous en utiliserons tout au long de ce tutoriel).

En résumé, délimiter un environnement revient à écrire un code du même type que celui ci-dessous.

\begin{type}[options]
Bla,bla
\end{type}

Nous apprendrons les noms et l'utilité des différents environnements au fil du cours.

Les types de documents

La première ligne de nos deux exercices n'a pas encore été analysée : elle contient pourtant une information capitale. Tout d'abord, réaffichons cette ligne, je vous expliquerai tout ensuite.

\documentclass{article}

Une traduction approximative de la commande nous donne quelque chose qui ressemble à ceci : ce document est un article, probablement scientifique. Ici aussi, nous écrivons le type entre les accolades.

Cette commande sert en fait à expliquer à LaTeX que la publication que nous sommes en train de produire est un article. Ceci dans le but que LaTeX mette en page l'intégralité du contenu afin qu'il respecte les normes de typographie et de mise en page d'un article parfaitement présenté.

Pour écrire un roman, je fais comment ?

Tout simplement, vous remplacez le type de document par book. Il existe plusieurs types de documents, je vous cite ici les principaux dans un tableau.

Type de document

article

Article (sous-entendu scientifique)

book

Livre

letter

Lettre

report

Rapport (stage, thèse…)

Peut-on là aussi spécifier des options ?

Absolument, nous verrons dans la suite du cours certaines options dédiées à certains types de document. La formulation des options se fait selon la syntaxe suivante :

\documentclass[options]{type}

En résumé

  • Pour transformer un fichier LaTeX (.tex) en PDF (.pdf), on passe par une étape dite de compilation.

  • La compilation d'un document se déclenche grâce à des raccourcis présents dans l'éditeur LaTeX. Il est aussi possible d'utiliser la ligne de commande. Il suffit de taper : pdflatex fichier.tex.

  • Certains caractères spéciaux (comme $ # & %...) doivent être précédés d'un backslash (\textbackslash) pour être insérés dans un texte (L'oubli d'un backslash devant ces caractères spéciaux peut entraîner de multiples erreurs et bugs lors d'une compilation.).

  • Un document LaTeX peut être de type article, book, letter ou report selon le type de document que vous souhaitez écrire.

  • Nous écrirons le contenu de notre document à l'intérieur de l'environnement document, c'est-à-dire entre les commandes \begin{document} et \end{document}.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite