• 6 hours
  • Easy

Free online content available in this course.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

Got it!

Last updated on 9/16/19

Installez, configurez et exploitez un logiciel d’émulation systèmes et réseaux

Log in or subscribe for free to enjoy all this course has to offer!

Entrons enfin dans le vif du sujet, et installons ce fameux logiciel ! Pour cela, commencez simplement par installer GNS3.

Téléchargez GNS3 sur votre machine (Mac, Linux ou Windows)

Pas d’inquiétude, ça devrait bien se passer !

Rendez-vous sur la page  sur la page d’accueil de GNS3 et cliquez sur FreeDownload. Là, il vous faudra créer un compte pour avoir le droit au Graal. Comme vous pouvez le voir, GNS3 existe pour Windows, Linux et Mac. Vous devriez donc trouver ce qu’il vous faut. En ce qui me concerne, je suis sous Windows 10, mais l’installation sera sensiblement la même sous Linux et Mac.

Vérifiez votre configuration matérielle

Pendant le téléchargement, regardez les recommandations de GNS3 quant à la configuration système. Pour cela, une fois sur la page Download, cliquez sur Requirements. Qu’est-ce qu’on y apprend?

Et bien qu’il vous faut au moins :

  • Windows 7 ou OS X Mavericks 10.9 et que n’importe quelle version de Linux est supportée.

  • Un processeur 2 coeurs.

  • 4GB de RAM.

  • 1GB de disque dur pour l’installation.

La seule installation un peu compliquée étant pour CentOS dont voici le How-to.

En effet, avec cette configuration, vous serez en mesure de lancer GNS3 et d’effectuer quelques tests mais vous serez vite limités en ressource. Voilà pourquoi GNS3 nous propose une configuration recommandée, à savoir :

  • Les mêmes version d’OS, là ça ne change pas.

  • Un processeur 4 coeurs.

  • 8GB de RAM.

  • 35GB sur un SSD.

Je vous ferai donc la totalité du cours sur cette configuration, pour que vous vous rendiez compte du rendu. Évidemment, GNS3 utilisant les ressources de votre machine, plus votre configuration système sera puissante, plus vous pourrez ajouter de nouveaux routeurs, switchs et autres serveurs virtuels et donc effectuer des tests à plus grande échelle.

Installez GNS3

Click, click. Vous savez faire. Lancez l’installation. Pas de surprise, comme d’habitude au début vous allez gentiment cliquer sur Next puis sur Accepter les termes de la licence GNU GENERAL PUBLIC LICENSE ou GPL.

Pour ceux d’entre vous qui ne connaissent pas, voilà une partie de la définition que vous vous apprêtiez à trouver sur Wikipédia :

L'objectif de la licence GNU GPL, selon ses créateurs est de garantir à l'utilisateur les droits suivants (appelés libertés) sur un programme informatique :

  1. La liberté d'exécuter le logiciel, pour n'importe quel usage ;

  2. La liberté d'étudier le fonctionnement d'un programme et de l'adapter à ses besoins, ce qui passe par l'accès aux codes sources ;

  3. La liberté de redistribuer des copies ;

  4. L'obligation de faire bénéficier à la communauté des versions modifiées.

Cliquez de nouveau sur Next pour le choix du dossier d’installation.

Vous voilà devant une étape intéressante...

Sélectionnez les composants de GNS3

Et oui! GNS3 ne vient pas seul. Il utilise des logiciels bien connus du monde du système et du réseau dont certains vous permettront de lire le réseau comme dans un livre ouvert. Il y en a de nombreux, je vous propose de vous en présenter quelques uns qui vous seront probablement utiles comme le très célèbre Wireshark.

Des composants

À quoi ça sert ?

Niveau d'utilité

WinPCAP

Il s’agit d’un driver permettant de passer votre carte réseau dans un mode acceptant les paquets qui ne vous sont pas destinés (Cf. cours sur Apprenez le fonctionnement des réseaux TCP/IP). Le fonctionnement normal d’une carte réseau est de ne faire entrer que les paquets qui lui sont adressés. Dans ce mode, tout est accepté et c’est comme cela que vous allez pouvoir écouter le réseau depuis votre ordinateur.

Nécessaire !

Wireshark
 

Cet outil open source deviendra un de vos préférés lors de votre carrière. Il parait un peu compliqué au début car on peut y voir, selon où l’on se trouve dans le réseau, des milliers de messages arriver en quelques secondes sur l’interface. Ce sniffer utilise winPCAP et sans lui, il ne verrait que les messages à destination ou provenant de votre ordinateur.

Nous l’utiliserons à plusieurs reprises lors de ce cours, ce qui vous permettra déjà de vous y familiariser pour ensuite l’utiliser à chaque fois que le réseau vous fera de la résistance.

 Nécessaire !

Solar Winds response

Vous verrez qu’il est assez difficile de lire les paquets via Wireshark, bien qu’un jour on s’y habitue. Mais comme les informaticiens sont des adeptes du moindre effort (et que vous tendez à l’être aussi), vous pourrez utiliser cet outil pour trier plus simplement la multitude d’informations collectées. 

Optionnel pour ce cours, mais ça pourra vous être utile plus tard pour réaliser des captures de messages comme l'analyse de réseau !

Dynamips

 

Il s’agit de l’émulateur à proprement parlé. Bien qu’il ait été conçu pour les routeurs Cisco, il émule d’autres machines dont les switchs que nous utiliserons dans ce cours.

 Nécessaire ! 

QEMU (pour Quick emulator)

Il permet d’émuler un serveur Linux (mais nous verrons dans un prochain chapitre qu’il existe de nos jours un meilleur moyen) entre autre ou les firewalls Cisco. Le QEMU vous sera utile pour une certification Cisco sécurité. 

 Nécessaire !

VPCS

Comme leurs noms le laisse entendre, ce sont des petits PC virtuels qui nous permettront d’inclure des ordinateurs dans notre infrastructure. Ils nous seront très utiles lors de ce cours. Ils n’ont pas d’interface graphique mais vous verrez dans le prochain chapitre que ce n’est pas un problème. 

 Nécessaire ! 

CPULimits

 

 

Si l’on regarde la définition sur son site officiel, il s’agit d’un outil permettant à un programme de limiter son utilisation de CPU. Alors on se dit que l’on va l’installer mais si l’on regarde sur le site de GNS3, on voit qu’il n’est utilisé que pour limiter QEMU.

Nécessaire, si on utilise QEMU.

 SuperPutty

 

Putty est un émulateur de terminal bien connu. Il va vous permettre de vous connecter aux différents matériels lors de nos tests. Sachez qu’il en existe bien d’autres et que l’on peut en changer.

Mais celui-ci fonctionne très bien pour GNS3.  

Nécessaire ! Mais il est possible d’utiliser d’autres terminaux. 

 GNS3

 

Si vous décrochez, faites une pause et reprenez plus tard ! :lol:

Indispensable ! 

TightVNC Viewer
 

Il permet de se connecter dans le cas d’une utilisation à distance, si votre GNS3 est installé sur un PC et que vous vous trouvez dans un autre endroit du globe.

 Optionnel

 VirtViewer

 

 

C’est une application permettant de se connecter à une machine virtuelle en mode graphique.

 Optionnel

Ouf ! Vous pouvez enfin cliquez sur Next. Il ne vous reste plus qu’à cliquer sur Install.

Si à ce moment vous avez GNS3 parfaitement installé, vous pouvez passer au chapitre suivant. Si vous vous trouvez dans le cas contraire, que vous n’êtes pas encore à l’aise avec ce genre d’installation, sachez que c’est normal et qu’en faisant de cette superbe profession la vôtre, vous serez amené très souvent à résoudre un simple problème d’installation. Cela m'arrive régulièrement et c’est une des raisons qui fera que vous trouverez un travail très rapidement, soyons francs.

Ce qu’il faut retenir

  • Il vous faut créer un compte pour pouvoir télécharger GNS3 gratuitement.

  • Votre configuration système doit au minimum être de 4GB de RAM et un double coeur.

  • La configuration requise dans ce cours est de 8GB de RAM et un disque dur SSD.

  • Certains composants de GNS3 sont obligatoires, d’autres optionnels.

  • Wireshark est ce que l’on appelle un sniffer. Il permet de lire ce qu’il se passe sur le réseau.

Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement