• 10 hours
  • Hard

Free online content available in this course.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

Got it!

Last updated on 9/7/17

Quelques conseils de rédaction

Log in or subscribe for free to enjoy all this course has to offer!

 ‌

Maintenant que nous avons vu la structure du business plan, je vous propose de découvrir ensemble quelques conseils sur la rédaction de votre business plan :

  • Les meilleures pratiques de rédaction

  • Les réflexes à maîtriser dans ce travail de rédaction

  • Les erreurs à éviter lorsque l’on rédige son business plan.

 

Les meilleures pratiques de rédaction

Tout d’abord, il faut veiller au respect des questions de forme, pour rédiger son business plan. En effet, Le BP peut avoir différents formats :

  • Sous la forme d'un document (type traitement de texte)

  • Sous la forme d’un diaporama

 

Il sera accompagné, par une modélisation de votre fonctionnement économique dans un fichier sur tableur. Vous pourrez y extraire des tableaux clairs, pour présenter vos projections financières. Ce travail sur tableur vous permettra aussi de simuler différentes hypothèses financières.

 Pour le document que vous allez remettre, même si le format le plus répandu pour les présentations est le diaporama, il faudra demander à vos interlocuteurs, dans quel format, ils souhaitent avoir vos  documents, entre un format en traitement de texte, ou un diaporama, le plus souvent en Powerpoint.

 Sachant que pour les diaporamas, le nombre de diapositives, est alors naturellement défini par le temps qui vous est alloué pour présenter le document, ce sera alors à vous de déterminer la taille qui vous paraît raisonnable, par rapport au temps dont vous disposerez. 

Un document en traitement de texte, peut être aussi nécessaire, si vos interlocuteurs le demandent et si vous souhaitez développer plus en détail la présentation de votre projet. On parlera alors souvent d’un info-mémorandum, plus communément appelé, un info-memo.

 

Les réflexes à maîtriser 

Pour ces deux documents, il convient, de particulièrement travailler leur forme, par la qualité de la rédaction et la clarté de votre propos.

  •  Un langage clair

Vous devez maitriser le langage, proposez une rédaction claire avec un style professionnel tourné vers l’action. Il faut donc adopter un style et un vocabulaire simple, ce qui ne veut pas dire simpliste. L’enjeu est que l’on comprenne aisément la pertinence de votre projet.

  • Évitez le jargon technique

Évitez les jargons techniques, qui rendront votre texte illisible par des non-spécialistes de vos secteurs, et permettront aussi d’éviter de nombreux malentendus sur les termes utilisés.

  • Étre synthétique 

Vous devrez-vous exprimer avec clarté, en faisant court et synthétique, allez rapidement aux faits en vous appuyant sur vos sources,  vos raisonnements, et vos intuitions.

  •  Citer les sources

Pour toutes informations extérieures citées dans votre document, vous devez mentionner les sources (par exemple, un article de journal, une interview, une étude de marché, un rapport, une étude d’expert,…)

  • Pensez aux annexes

 Seules vos données significatives doivent être communiquées. Pour le reste, et si nécessaire mettez ces informations détaillées en annexe, et indiquez à vos lecteurs, qu’ils pourront les consulter.

  • La mise en forme

 Pour tout ce qui est des chiffres, utilisez des tableaux et des graphiques, mettez les en formes, faciliter la lisibilité en utilisant des couleurs. Attention, à ne pas en abuser toutefois. Au delà d’un certain nombre de couleurs, et suivant les associations de couleurs, votre document peut vite ressortir surchargé, voire illisible.

 

Dans votre rédaction, vous allez présenter vos convictions, mais il faut aussi montrer que vous réfléchissez sur votre projet. Ainsi, vous devrez : 

  • montrer que vous développez les alternatives,

  • faire comprendre que vous anticipez

  • utiliser des mots d’actions

  

Je vous propose de bien garder les points suivants comme repères dans votre rédaction, car Il faut rédiger le BP comme un argumentaire, et donc une véritable démonstration pour emporter l’adhésion sur le projet :

  • veillez à structurer, et hiérarchiser l’information

  • quantifier les choses dans votre présentation

  • être exhaustif. Vous ne pouvez pas vous permettre de traiter superficiellement un aspect-clé de votre projet (comme par exemple : la proposition de valeur de votre offre, de votre stratégie commerciale...)

  • présenter simplement et clairement sans rentrer dans trop de précisions non pertinentes

  • être transparent, et ne pas chercher à masquer maladroitement les lacunes et les risques dans votre projet. Exprimez-les clairement, quitte à écrire que ces points doivent être revus et compléter, et que vous menez des actions pour cela.

  • expliciter clairement les hypothèses, que vous posez et qui doivent donc être basées sur des sources fiables et vérifiables

  • crédibiliser votre projet dans votre rédaction en cherchant à valider la cohérence entre les objectifs fixés et les moyens que vous allez mettre en œuvre.

  • finalement, être persuasif plutôt que lyrique... Qu’apporte votre idée par rapport à l’existant ?

 

 

Les erreurs à éviter  

Je vous recommande aussi de faire attention à certaines expressions qu’il faut manier avec beaucoup de prudence dans votre rédaction :

  •  N’écrivez pas que vous n’avez pas de concurrence. Eventuellement vous n’avez pas de concurrents directs, mais vous avez toujours une forme de concurrence face à vous. Actuellement, vos clients se passent de vous et ont trouvé des solutions de remplacement. Elles ne sont peut être pas satisfaisantes, mais elles existent.

  • Evitez de trop mentionner que vous écrivez avec prudence. Vous écrivez avec réflexion, calcul, cohérence. Vous n’écrivez pas un business plan pour être prudent, mais pour être volontaire et ambitieux autour d’une démarche construite et dynamique

  • Attention aux proclamations du style « Nous allons faire la révolution ». On peut se le souhaiter, mais beaucoup d’idées qui ont été pensées comme extraordinaires, sont en fait de grands flops autant pour des grands groupes, que pour des entrepreneurs. Les révolutions ne se font pas aussi simplement que cela et on a l’habitude de sous-estimer le poids des habitudes à changer, même si votre projet présente une proposition de valeur significative et avérée.

 

Il faut donc que votre document de business plan soit agréable à lire, claire, et travaillé. Vous ne pouvez pas vous permettre de proposer un document manifestement incomplet, fini trop rapidement, et d’une présentation peu soignée, vous risqueriez que votre image d’entrepreneur en soit dégradée.

  •  Veillez à faire relire votre document par des personnes de confiance, attention aux fautes d’orthographe !

  • Et travaillez  à considérer votre business plan comme un outil de communication, pour démontrer que vous allez apporter des solutions satisfaisantes, à une demande significative, et cela de façon efficace, Montrez que vous avez toute légitimité pour mener à bien votre projet.

 

En conclusion  

Pour conclure ce chapitre, je souhaite vous donnez ces quelques conseils :

  •  Ayez  bien en tête que votre document doit être rédigé pour aider votre interlocuteur à « visualiser » concrètement le projet

  • Le BP écrit va vous permettre de montrer le sérieux de votre projet ; avec le pitch à l’oral, vous allez donner confiance.

Je vous propose cette règle des 4 C, pour vous guider dans la rédaction de votre business plan. Soyez :

  • Clair

  • Concis

  • Cohérent 

  • Complet

 

Votre document de Business-Plan doit autant faire rêver que rassurer, et pour cela, n’hésitez pas utiliser les techniques de storytelling pour montrer le fil conducteur de votre document.‌

 

Quelques ressources complémentaires 

- La présentation écrite du projet, par AFE Creation

- Article "Les 60 questions à se poser pour élaborer son BP" par L'Express

 

 

Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement