• 6 hours
  • Easy

Free online content available in this course.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

Got it!

Last updated on 4/15/19

Le principe de l'auto-entrepreneur

Log in or subscribe for free to enjoy all this course has to offer!

Vous avez remarqué que l'auto-entrepreneur n'apparaissait pas dans mon schéma du premier chapitre... Pourquoi ? Parce que ce n'est pas vraiment un statut, mais un "pack de statuts". Quand on devient auto-entrepreneur, la plupart des choix sont faits pour nous. Ce qui simplifie pas mal la donne et enlève une bonne partie du stress, avouez. 😌

Les choix prévus pour l'auto-entrepreneur

Je reprends le schéma du premier chapitre (celui avec tous les choix que doit faire l'entrepreneur) et je marque en vert ceux qui concernent les auto-entrepreneurs :

Les choix de l'auto-entrepreneur
Les choix de l'auto-entrepreneur

Si vous décidez de devenir auto-entrepreneur, la plupart des choix sont donc faits pour vous. 😊

Un auto-entrepreneur est donc :

  • Une Entreprise Individuelle (EI ou EIRL). Votre entreprise portera votre nom. L'entreprise de Jeanne Dupont s'appellera donc "Jeanne Dupont".

  • Il a des revenus BIC (ex : vente de vases) ou BNC (ex : vente de développement d'applis mobiles). C'est à lui d'indiquer la nature de son activité.

  • Il est en régime de la micro-entreprise : dans ce modèle simplifié, il n'y a pas de comptabilité complexe à tenir. Ouf ! On paiera des impôts sur un pourcentage de notre chiffre d'affaires.

  • Il est en franchise de TVA. De base, il ne facture pas la TVA à ses clients. Par contre, il ne récupère pas la TVA sur ses achats : il paie donc ses achats au plein tarif, comme tout le monde.
    Cette franchise de TVA est valable jusqu'à 91 000 € pour une activité de vente (BIC) et 35 200 € pour une activité de prestations de services (BNC).

  • Il cotise à l'URSSAF. Il y a une nouveauté ici, c'est le régime "micro-social". Il n'a pas à payer de cotisations sociales tant qu'il ne gagne rien.

Beaucoup de choix sont faits pour moi, mais je dois faire des choix quand même non on dirait ?

Oui. Vous devez :

  • Indiquer si vous créez une EI ou une EIRL. Par défaut, si vous ne faites rien, vous créerez une EI. A quoi sert l'EIRL ? A limiter les dégâts si votre entreprise a des problèmes (des dettes). En EI, vous pouvez payer de votre poche si votre entreprise a des problèmes (par exemple, on pourrait aller jusqu'à saisir vos meubles...). En EIRL, ce risque est plus limité, mais il faut faire un peu plus de paperasse pour indiquer ce qui fait partie de votre entreprise (qu'on peut donc saisir) et ce qui vous appartient à titre personnel. Je vous conseille de vous y pencher surtout si vous avez déjà de l'argent de côté, votre propre maison, etc.

  • Indiquer si vous avez des revenus BIC ou BNC. Si vous êtes marchand de biens, si vous tenez une boutique, alors vous êtes en BIC. Si vous vendez du conseil, des prestations intellectuelles comme du développement, vous êtes en BNC. Ce choix est important car il détermine votre taux d'imposition !

En fait, le régime auto-entrepreneur est sans conteste le plus simple pour débuter... tant que vous n'excédez pas un plafond de chiffre d'affaires :

  • 170 000 € : si vous vendez des marchandises physiques (des vases par exemple)

  • 70 000 € : si vous vendez des prestations de services (comme la création d'applications mobiles)

Combien un auto-entrepreneur doit-il payer ?

Trève de bavardages, allons droit au but. Dis-moi combien je vais devoir payer.

Les charges sociales

C'est le gros morceau, que vous devrez déclarer tous les trimestres. Dès que vous vendez, et donc réalisez du chiffre d'affaires, il faudra payer des charges sociales :

  • 12,8% si vous vendez des bien commerciaux en BIC (comme des vases)

  • 22% si vous vendez des prestations de services en BNC (comme une application mobile)

Ainsi, si vous vendez une application mobile 1000€ (en BNC donc), il faudra reverser 220€ en cotisations sociales. Vous n'aurez gagné "que" 780€. Pensez-y, tout l'argent que vous recevez n'est pas pour vous. Et en plus vous allez payer des impôts dessus. 😝

Les impôts

En plus des charges sociales, vous allez payer des impôts.

Normalement, une société paie l'impôt sur les sociétés. Mais vous, vous n'êtes pas une société... vous êtes une Entreprise Individuelle. Et cela signifie que vous paierez des impôts... en même temps que vos impôts sur le revenus.
C'est plutôt une bonne nouvelle : ça fait moins de déclarations et de papiers à droite à gauche.

Combien d'impôts allez-vous payer ? Ca, je ne peux pas répondre précisément, ça dépend de vos revenus. Comme vous le savez, plus on gagne d'argent, plus on paie d'impôts. Les revenus de votre entreprises vont s'ajouter à votre déclaration d'impôts.

Ce qui est sûr, c'est que le montant est bien plus faible que les charges sociales. Vous allez peut-être payer entre 1, 2, 3%...

La CFE (Cotisation Foncière des Entreprises)

Les entreprises paient une taxe foncière pour les locaux qu'elles utilisent. Même si vous travaillez de chez vous, il y a bien quelques mètres carrés que vous utilisez pour votre entreprise, comme votre bureau. C'est là-dessus que vous devrez payer des taxes.

Le montant de cette taxe dépend de l'endroit où vous êtes. Elle peut cependant représenter plusieurs centaines d'euros par an, donc il ne faut pas la négliger.

Tant que l'auto-entrepreneur ne gagne rien du tout, il ne paie pas cette taxe. Mais le jour où il gagne pour la première fois de l'argent, il devra payer cette taxe l'année qui suit.
Exemple : vous créez votre auto-entreprise en 2016 et gagnez pour la première fois de l'argent. Vous ne paierez pas la CFE en 2016, mais vous commencerez à la payer en 2017 !

En résumé

Compliqué ? 😄

En fait, ça peut avoir l'air très compliqué la première fois (surtout si vous lisez en diagonale 😝 ) mais je vous assure qu'en s'y penchant un peu on finit par comprendre. Je veux dire, j'ai compris. Moi. Du moins, à peu près. Ok, il m'a fallu du temps, mais maintenant je me sens capable de l'expliquer.

Preuve ultime : je me sens même capable de faire un schéma. 😎

Les charges de l'auto-entrepreneur
Les charges de l'auto-entrepreneur

Euh... Je ne comprends toujours pas, je peux avoir un exemple ?

Bien sûr ! Reprenons notre Jeanne Dupont, développeuse d'applications mobiles. La première année, Jeanne réussit à vendre la création d'une seule application pour 1000€. C'est pas énorme, mais y'a un début à tout (et surtout ça nous fait un chiffre rond 😜 ).

Jeanne va payer :

  • 22% de charges sociales (car elle est en BNC, vu qu'elle ne vend pas vraiment de produit fini), donc 220€.

  • Et elle va ajouter 1000€ à ses revenus lors de sa déclaration d'impôts sur le revenus (ce qui peut lui coûter quelques dizaines d'euros de plus).

C'est tout.

A noter : si Jeanne avait choisi le prélèvement libératoire, elle aurait directement payé en milieu d'année 1 ou 2% de plus environ, donc probablement 24-25% (240-250€) en tout, tout compris.

Qui peut être auto-entrepreneur ?

A de rares exceptions près, tout le monde peut créer son auto-entreprise !

Vous pouvez être :

  • Auto-entrepreneur et salarié : vous pouvez combiner un salaire et avoir à côté votre auto-entreprise. Cela peut vous faire un complément de revenu. Normalement ça ne pose pas de problème à votre employeur, sauf si vous faites une activité concurrente ou que votre contrat de travail vous l'interdit. Quoi qu'il en soit, je vous recommande d'informer votre employeur de votre démarche.

  • Auto-entrepreneur et demandeur d'emploi : vous pouvez, sous certaines conditions, démarrer votre auto-entreprise et rester demandeur d'emploi. Nous en parlerons plus en détail dans un futur chapitre car il y a quelques spécificités à connaître.
    A noter : les demandeurs d'emploi peuvent bénéficier de l'ACCRE et avoir des réductions de charges.

  • Auto-entrepreneur et étudiant : il est tout à fait possible d'être auto-entrepreneur et étudiant, à condition d'être majeur (au moins 18 ans). Sous certaines conditions, on peut aussi créer une auto-entreprise plus tôt (mineur émancipé dès 16 ans). Sachez aussi qu'on parle aussi d'étudiant-entrepreneur, mais ça n'a rien à voir : c'est une série d'aides et d'accompagnements. En clair, vous pouvez être étudiant-entrepreneur et avoir choisi pour cela le régime d'auto-entrepreneur.
    A noter : les personnes de moins de 25 ans peuvent bénéficier de l'ACCRE et avoir des réductions de charges.

Comme vous le voyez, tout le monde est concerné.

Auto-entrepreneur peut être votre activité principale (à temps plein) ou bien une activité secondaire (à temps partiel). C'est une excellente façon de se lancer. Si vous travaillez déjà par exemple, plutôt que de tout plaquer du jour au lendemain, vous pouvez commencer votre activité d'auto-entrepreneur (les soirs et week-ends, un jour par semaine...) et, le jour où ça décolle, vous y mettre ensuite à temps plein.

Que va faire Jeanne Dupont ?

Reprenons notre exemple concret.

Jeanne Dupont souhaite développer une petite activité de création d'applications mobiles. Elle a déjà un ou deux clients potentiels qui auraient besoin d'elle, mais elle ne sait pas comment leur vendre son travail.

Après s'être renseignée, elle découvre que le régime auto-entrepreneur (qu'on appelle depuis peu micro-entrepreneur) est le plus adapté quand on débute et qu'on ne sait pas si on va faire beaucoup de chiffre d'affaires. Elle va donc créer son auto-entreprise.

Jeanne étant une étudiante de 23 ans, elle va pouvoir bénéficier de l'ACCRE pour réduire ses charges. Comment ? Je vous en parle dès le prochaine chapitre ! 😊

Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement