• 10 hours
  • Medium

Free online content available in this course.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

course.header.alt.is_graduating

Got it!

Last updated on 3/27/19

Et maintenant, transmettez !

Log in or subscribe for free to enjoy all this course has to offer!

Voilà, ce cours touche à sa fin, et comme toujours dans Class’Code, on vous propose encore quelques derniers petits conseils pour vous lancer sereinement avec les enfants !

Mettez vos ateliers en place

Tout au long de ce cours, nous vous avons proposé une méthode de gestion de projet, mais vous avez vu, dans le chapitre précédent, que vous pouviez procéder autrement avec les enfants. N’hésitez donc pas à adapter ce que nous vous proposons ici, et partagez vos propres expériences ;)

Étape 1 : Préparez le projet que vous allez mettre en place avec les enfants

Contrairement à ce que vous avez fait pendant ce cours, les enfants ne vont pas tout faire : ils ne vont pas déterminer les contraintes de leur projet, c’est à vous de le faire pour eux, en fonction de ce que vous souhaitez qu’ils apprennent et explorent, et en fonction de ce dont vous disposez concrètement (en terme de temps, de matériel, ... ).

Étape 2 : Mettez les enfants en phase de conception

Une fois que vous savez où mener les enfants, il va falloir leur présenter le projet, en leur donnant des consignes très claires : en quoi ça consiste, combien de temps ça va prendre, ce que vous attendez exactement d’eux.

À cette étape, certains de vos enfants, notamment ceux qui se sentent très à l’aise avec la technologie que vous leur proposez, qu’il s’agisse de Scratch, Thymio, ou autre, auront peut-être tendance à bouder la conception en disant qu’ils préfèrent commencer directement à coder : à vous de les encourager à faire cet exercice, quitte à les mettre à plusieurs pour rendre l’enjeu plus intéressant. N’oubliez pas que cette fiche de conception vous sera surtout utile, à vous ;)

Étape 3 : Faites développer les projets

Une fois que les idées sont claires, c’est parti pour le développement des projets. Nous l’avons pas mal évoqué tout au long de la deuxième partie de ce cours, mais gardez bien en tête qu’avoir des bugs, c’est normal, et c’est même rigolo ! En tout cas, c’est une attitude essentielle à faire passer auprès de vos enfants : en plus de les rendre autonomes dans la recherche, ça vous permettra de ne pas passer un mauvais moment à débugger.

Étape 4 : Faites tester les projets

Pour les enfants aussi les échanges sont enrichissants, mais parfois les remarques sont assez décapantes, le testeur a tendance à comparer le projet avec le sien, et s’attarder plus sur les problèmes que sur les points positifs. Une façon d’établir une ambiance bienveillante dans cette phase de partage de projets est de guider les commentaires par des questions comme :

  • Qu’avez-vous compris de ce projet ?

  • Comment fonctionne-t-il ?

  • Qu’aimez-vous le plus dans ce projet ?

  • Qu’est-ce qui vous a le plus surpris ?

  • Avez-vous rencontré des difficultés en le testant ?

  • Avez-vous des suggestions à apporter ?

Vous pouvez même leur donner une fiche pré-remplie comme celle-ci pour qu’ils aient le temps de préparer leurs réponses et que le retour qu’ils apportent aux tests soit aussi profitable que possible.

Encouragez-les non seulement à être bienveillants vis-à-vis des projets des autres, mais aussi à entendre et accepter les remarques des autres : ce ne sont jamais les personnes porteuses du projet qui sont jugées, mais bien les projets eux-mêmes dans un but d’amélioration !

Gérez un groupe très… enthousiaste

Travailler en mode projet est souvent nouveau pour les enfants, et c’est aussi souvent très excitant, surtout s’ils sont en groupe. Parmi tout un tas de situations difficiles, vous pourriez rencontrer celles-ci :

Cas 1 : lors de la phase de conception, les enfants n’arrivent pas à se mettre d’accord sur le projet à réaliser.

Là, plusieurs stratégies sont possibles : si vous avez le temps, vous pouvez très bien organiser un débat, chacun argumentant pour son idée de projet sur la base des contraintes données par vous : le projet pourra-t-il être fait dans les temps ? le projet est-il réaliste et techniquement à la portée du groupe ? Le risque est que les meilleurs orateurs parmi vos enfants remporteront certainement l’adhésion de la plupart des membres du groupe, indépendamment des critères objectifs donnés… À vous de trancher en dernier recours, en expliquant le pourquoi de votre choix bien entendu !

Cas 2 : pendant le développement du projet, les enfants se rendent compte que les points à développer sont trop compliqués, ils se découragent.

Un projet évolue : faites bien comprendre aux enfants que c’est très bien d’adapter son projet. L’idée n’est bien sûr pas de s’arrêter à la première difficulté, mais si véritablement l’ambition était trop haute et que personne ne s’en est rendu compte avant, il ne faut pas hésiter à faire marche arrière et à reprendre sa fiche de conception pour l’adapter. Le piège dans lequel il ne faut pas tomber ici, c’est celui qui consiste à changer intégralement son projet à chaque nouvelle difficulté…

Cas 3 : comme dans tout groupe humain, certains enfants ne parviennent pas à travailler ensemble, certains considèrent qu’ils en font plus que d’autres, il y a des conflits liés aux personnes.

Avant d’en arriver à cette situation, tentez de déceler les compétences propres à chaque enfant, encouragez-les à contribuer au projet en utilisant en particulier ces compétences : certains seront meilleurs dans l’élaboration d’algorithmes, d’autres dans l’organisation de l’équipe et/ou du travail, d’autres encore dans le reportage et la documentation du projet, etc. Il faut que chacun se sente utile d’une manière ou d’une autre, et que chacun ait conscience que les différences dans la contribution au projet sont justement une grande richesse pour le projet.

Évidemment, vous rencontrerez d’autres problèmes : n’hésitez pas à partager vos situations difficiles ainsi que vos solutions sur le forum.

Valorisez les projets

Prévoyez une séance de valorisation à la fin : c’est indispensable et c’est surtout l’occasion de leur demander de présenter leur travail. Ils y ont passé du temps, ont surmonté pas mal de difficultés, et ils ont de quoi en être fiers. Comme ils n’ont probablement pas l’habitude de faire cet exercice vous pouvez leur suggérer une liste de points à aborder :

  • L’idée de départ : ce qu’ils s’étaient fixé comme objectif, et pourquoi ils avaient choisi cette idée

  • Le résultat final : faire une démo du projet en situation

  • Les difficultés rencontrées : ce qui a coincé et comment ils ont surmonté ces défis

  • Ce dont ils sont le plus fiers : c’est peut-être un détail pour vous, mais pour eux ça veut dire beaucoup

  • La suite : ce qu’ils auraient aimé faire s’ils avaient eu plus de temps ou le matériel nécessaire, ainsi que les extensions qu’ils envisagent d’ajouter après coup

Et si cette valorisation peut se faire devant les parents, d’autres enfants ou d’autres adultes, c’est encore mieux !

Allez, on attend de voir tous vos beaux projets ;)

Example of certificate of achievement
Example of certificate of achievement