Partage

Cours Trouvez un job #1 / Activités et questions

27 décembre 2017 à 18:48:17

Tout à fait d'accord sur ce que j'ai vu et entendue et je trouve très original le point de vue "offres des compétences"
c'est ce j'ai toujours pensé qu'il valait mieux se "vendre" que de chercher. Mais là moi j'ai 53 ans et je viens de perdre
mon emploi il y à un peu plus d'un an (licenciement économique) et on ne parle que de jeunes: à la télé, au cinéma,
dans les pubs etc... (je parle bien sûr en termes économiques). Je ne dénigre pas les jeunes j'ai 2 enfants et je les adores
mais quand on à mon âge on ne compte plus pour les entreprises. J'espère que ce cour m'aidera ! Merci.
29 décembre 2017 à 18:07:33

Je suis d'accord avec l'analyse faite, les idées reçues nous bloquent dans nos choix professionnels. Les jeunes ne parviennent pas à valoriser leurs atouts et talents lorsqu'ils entrent dans le monde du travail.

Pis encore, on ne se rend même pas compte qu'on a ces atouts et talents!!!

Personnellement, il m'a fallu deux-trois ans après le baccalauréat pour réaliser que moi aussi j'avais des atouts et des talents, et pas seulement des connaissances. Cela m'a pris autant de temps pour entrevoir les domaines où je n'avais pas de raison d'aller. 

30 décembre 2017 à 12:42:32

Bonjour

je ne me suis pas senti très concerné par la vidéo : je ne suis plus jeune :)

1. Inadéquation avec le monde du travail

c'est trop général pour être pertinent pour en discuter. Cela doit dépendre des secteurs... Et cela suppose que c'est aux personnes en recherche d'emploi de s'adapter. On pourrait aussi se demander si le monde du travail est en adéquation avec le monde des salariés ? Avec le monde tout court ? Et le salariat ou le travail ont ils encore de l'avenir ?

2. Ambition raisonnable

Désolé mais c'est du vécu, le chômage est une pression à la baisse sur les salaires et les conditions de travail.

3. On est demandeur d'emploi

Là j'aime bien l'idée d'être offreur de compétence. Sauf que ça ne marche que dans un monde de plein emploi. Il n'y a qu'à voir le taux de réponse aux candidatures pour voir qui détient le pouvoir dans le rapport de force personnes/entreprises

Je n'aime pas l'idée et le terme de "se vendre". Je ne suis pas à vendre, ni à acheter. Quand on vend quelques chose, on le donne à une autre personne, une entreprise. Mon savoir faire, mes compétences, ma qualification m'appartienne. Je les mets juste à disposition.

4. Stabilité et durabilité

L'expérience viens avec le temps, trop de mobilité ne permet pas de maîtriser correctement un métier, un savoir faire... IL y a aussi du bon dans la stabilité.

Globalement être qualifié et/ou compétent n'est plus suffisant pour trouver un emploi, il faut aussi être malléable et soumis. C'est d'ailleurs ce qui permet le massacre du droit du travail sur le long terme, en remplaçant les vieux par des jeunes. Dans un monde de plein emploi, ce n'est pas l'entreprise qui fait la loi.

2 janvier 2018 à 8:34:23

Bonjour Julie, bonjour à tous, 

En tout 1er lieu, Mille MERCIS!!! Je découvre avec plaisir cet enseignement. J'adhère à votre concept, et le suis pas à pas.

En 2nd lieu, je dois avouer avoir constaté un grand nombre de dysfonctionnement dans notre système éducatif. Lorsque je vois votre entrain, je ne suis pas fière de ma réaction, je me suis contenter de pointer du doigt les problèmes et je me suis fondues dans le moule imposé.

Mon expérience professionnelle m'amène à vous confier que "trouver le job qui vous correspond" est essentiel à votre bien être, à votre épanouissement.

"Changer de posture"...idée que j'accueille bien volontiers!! démarche engagée

Privilégier l'offre de compétences plutôt que la demande d'emploi permettrait à chacun de se valoriser. Apprendre à se connaitre demande beaucoup d'énergie. Nos jeunes devraient être former en ce sens avant même de se diriger vers les études universitaires ou le monde du travail. 

Enfin après une prise de conscience, il est important de continuer la réflexion et de partager ses idées pour que le plus grand nombre en profite. 

2 janvier 2018 à 17:29:02

Bonjour à tous !
Je viens de visionner la vidéo détox et viens donc donné mon impression et mon avis sur le sujet.
J'ai trouvé la vidéo motivante et pleine d'espoir. Cela permet de se rendre compte du pouvoir des mots sur la pensée et la manière d'agir qui peut en découler. En utilisant des mots différents il est possible d'envisager et de voir les choses complètement autrement (référence notamment à la partie sur les "demandeurs d'emplois"). Il est vrai que tous ces préjugés peuvent conditionner les jeunes à penser d'une certaine manière ; manière qui n'est pas forcément adaptée ni positive. La vidéo detox permet de donner des pistes de réflexion sur notre manière d'aborder le monde du travail et son marché, cela ne fait pas tout, mais c'est un bon début pour pouvoir ensuite restructurer notre manière de penser.
Pour ma part, cela ne m'a rien appris de particulier car j'ai la chance d'être dans une école très orientée sur l'avenir professionnel de ses élèves et nous voyons cela depuis la première année. Mais si cette vidéo a pu en aider certains et modifier (même légèrement) leur manière d'appréhender les choses, c'est une bonne nouvelle :)
2 janvier 2018 à 23:15:33

Bonjour tout le monde, 

Je suis favorable sur le fait que c'est les personnes qui offrent leur capacité et savoir faire à l'entreprises donc c'est "l'offre"

et donc c'est tout à fait normale que les entreprises sont les demandeurs donc "demande" .

Effectivement c'est ça l'idéal mais mais derrière tout cela il y a surtout un rapport de force dominant dominé . Mais il ne faut pas se laisser faire car c'est les individus qui doivent tourner les entreprises et non l'inverse.

et pour y arriver bien évidement il faut se connaitre en faisant l'inventaire de nos talents , nos compétences et surtout surtout faire ce qu'on aime là où ça nous procure de la joie là est notre place :-)

voilà voilà mon point de vue .

Bonne continuation à tous et à toutes 

3 janvier 2018 à 21:58:23

Bonjour,
Une bonne prise de conscience avec cette vidéo. 
Certains des éléments qui m'empêchent d'avancer dans mon projet pro sont des idées reçues évoquées :
- Trouver impérativement un emploi avec des débouchés sans laisser aucune place aux intérêts personnels
- Mieux vaut rester dans une situation stable et mal vécue car la mobilité est incertaine
L'idée qu'aujourd'hui une carrière à de multiples facettes et changements d'itinéraires m'encourage.
A moi d'identifier les compétences qui me conduirons jusqu'à mon nouveau job.
Bonne soirée,
4 janvier 2018 à 22:01:55

Merci pour cette partage de connaissance. La vidéo Détox me rassure quant à mon futur parcours professionnel. Nous (étudiants) entendons souvent ces discours qu'il faut retirer de notre tête. Ainsi, grâce au discours de Madame Coudry, je pense que nous pouvons qu'être confiants et motivés pour nos ambitions futures. Cependant, je pense que ces vidéos ne doivent pas être seulement montrées à des étudiants mais aussi aux personnes actives qui pensent que notre génération n'est pas apte à gérer des responsabilités.

4 janvier 2018 à 22:03:37

La vidée detox m a permis de me rendre compte d l environnement de travail dans lequel nous allons entrer en tant que jeunes salariés. Le discours de Madame Coudry m'a motivé et m'a donné plus de confiance dans mon projet professionnel et d'ambition. Je considère que ce genre de discours pourrait être bénéfique pour toutes tranches d'âges afin de les rassurer sur les idées reçues et crédibiliser l'avenir des jeunes. 

Merci pour ce partage :)

5 janvier 2018 à 14:42:07

Bonjour, 
Il est vrai que souvent les employeurs répètent au plus jeunes qu'ils n'ont pas assez d'expérience dans un domaine. Lors d'une recherche de stage, on m'a souvent dit que je n'étais pas assez expérimentée dans ce domaine. Cependant, si tout le monde dit la même chose, comment un jeune peut avoir de l'expérience dans le domaine qui lui plait si à chaque opportunité on lui refuse à cause d'un "manque d'expérience". 
5 janvier 2018 à 18:08:20

C'est vrai que la vidéo s’adresse principalement aux jeunes, mais moi, je n’en suis pas, puisque j’ai 55 ans et je cherche un nouveau travail !

Je comprends que je doisavoir un esprit ouvert et dynamique, offrir, proposer mes compétences, changer mes façons, souvent négatives, de voir le futur! Voici les idées préconçues qu’il va me falloir changer !

« A ton âge, tu ne vas pas trouver de travail »Mon argument : L’âge apporte de l’expérience, de la maturité, de la réflexion, de l’écoute, de la disponibilité .

« Prends n’importe quel boulot, car ce sera déjà difficile  d’en trouver un " : C’est le moment  de chercher à obtenir un travail qui me procure du plaisir, puisque je suis en fin de carrière !

« Tu changes d’entreprise, de secteur et d’emploi , donc tu vas avoir un salaire minimum» : Je dois arrêter de me saboter et d’imaginer des réalités que je ne connais pas encore, pour ne pas les créer Je dois être vigilante aux pensées qui trainent dans ma tête ! Ne pas oublier que "LA PENSÉE EST CRÉATIVE! (en positif, comme en négatif!)

8 janvier 2018 à 16:42:40

Bonjour !

Offreur de compétences plutôt que demandeur d'emploi, l'idée me plait bien, ça implique déjà qu'il ne s'agit pas de se contorsionner pour rentrer dans des cases, au contraire il est plus sensé de mettre en avant ce qu'on a à offrir et de voir dans quel contexte on peut utiliser ses compétences. Je pense que prendre le problème dans ce sens là permet de ne pas se limiter inutilement. Le point qui m'effraie un peu est le 4e : est-ce qu'une insertion durable n'est pas une sécurité ? Il me parait difficile d'y renoncer...

8 janvier 2018 à 23:01:55

Même si je ne suis pas un jeune chercheur d'emploi (39 ans, 15 ans d'expérience professionnelle), je me retrouve dans tous les points évoqués dans la vidéo. Ayant connu 3 employeurs différents depuis mon premier poste, je suis aujourd'hui à la recherche d'un nouvel emploi afin de continuer à grandir professionellement. Le point de la vidéo qui a fait le plus écho en moi est celui qui suggère de passer de "demandeur d'emploi" à "offreur de compétences" dans le cadre d'un projet qui me correspond. C'est ce que je souhaite faire en espérant que cette formation pourra m'aider à y parvenir.
9 janvier 2018 à 12:34:08

Bonjour à tous,

Merci pour ces vidéos motivantes. Voici mon retour par rapport à la vidéo Détox:

Je trouve cela dommage de faire en généralité et de vouloir faire rentrer tout le monde dans le "moule". Chaque personnalité, chaque valeur, chaque envie est différente et unique. Il est donc évident qu'on ne devrait pas s'arrêter sur les idées reçues. Osons! Croyons en nous! Pensez-vous que des gens comme Steve Jobs, Thomas Edison ou encore Hergé se sont réveillé un jour avec le job qui leur convient? Je pense qu'il faut franchir des étapes, parfois des échecs, mais il faut surtout apprendre et rebondir. Se battre et y croire. La seul personne à écouter vraiment, c'est soi-même.

Je vous souhaite plein de succès à tous!

Jessica

9 janvier 2018 à 13:07:57

Je suis en ce moment en train de changer de travail. J'ai 27 ans, et fait exactement comme vous le décriviez : trouver un emploi durable et sûr. Mais après 4 ans dans le domaine de la production, je me rend compte que ce travail ne me correspond pas. Je suis maintenant confrontée à cette grande question : que faire, sinon ce que j'ai déjà appris? Les préjugés qui sont cités dans la vidéo me bloquent grandement quant à une prise de décision, car j'ai du mal à m'acquitter du mode de penser : trouver quelque chose de "durable" et "sûr".
10 janvier 2018 à 18:43:40

Je suis entièrement d'accord avec les "idées reçues" que vous mettez en avant. Nous avons tous des compétences, savoirs-faire, savoirs-être qui peuvent à un moment donné apporter quelque chose de positif à une entreprise, une institution, une association ... Cependant, là où je ne vous suis pas c'est "ne pas accepter un poste par défaut". Dans certains domaines, nous y sommes obligés (trop d'appelés pour peu d'élus).
11 janvier 2018 à 11:19:54

J'ai 28 ans, j'ai un master et après plusieurs années à alterner entre jobs alimentaires et longues périodes de chômage j'entreprends de m'insérer enfin sur le marché du travail et décrocher un emploi qui me donne envie de me lever le matin. Je suis choquée de ne comprendre qu'aujourd'hui pourquoi j'ai longtemps stagné au point de me dévaluer complètement sur le plan professionnel. Personne ne nous apprend à envisager le monde professionnel tel qu'il est réellement, ni à nous considérer comme une valeur ajoutée plutôt que comme un pion qu'il faut essayer de caser à tout prix.

MarieDebacq a écrit:

Bonjour !

Offreur de compétences plutôt que demandeur d'emploi, l'idée me plait bien, ça implique déjà qu'il ne s'agit pas de se contorsionner pour rentrer dans des cases, au contraire il est plus sensé de mettre en avant ce qu'on a à offrir et de voir dans quel contexte on peut utiliser ses compétences. Je pense que prendre le problème dans ce sens là permet de ne pas se limiter inutilement. Le point qui m'effraie un peu est le 4e : est-ce qu'une insertion durable n'est pas une sécurité ? Il me parait difficile d'y renoncer...

Je pense que le point #4 n'est pas à prendre au sens de l'interdiction. Tu peux envisager un emploi sur le long terme tout en évoluant au sein d'une même entreprise et/ou d'un même poste avec une formation complémentaire, de nouvelles responsabilités, etc. A mon sens il s'agit surtout de ne pas voir l'emploi stable et durable comme une finalité en soi au risque de se retrouver à devoir choisir entre stabilité et épanouissement professionnel. 

-
Edité par jadestone 11 janvier 2018 à 11:30:30

11 janvier 2018 à 11:41:43

Bonjour à tous,

Alors voilà une amie m'a conseillé Openclassroom, j'ai décidé de commencer par JobMaker et voici donc ma réponse à l'exercice :

Je suis actuellement à la recherche de mon premier emploi et j'ai déjà entendu de nombreuses fois ces IR. Notamment avec des gens plus âgés de mon entourage. Avant même d'avoir vue cette vidéo, il est pour moi important de trouver et de postuler à un emploi dans lequel je peux me reconnaître. Mais ayant regarder les offres d'emplois qui nous indiquent qu'il faut avoir 2 à 3 d'expériences cela fait tout de même peur. Mais je suis d'accord avec les propos de la vidéo, nous les jeunes nous pouvons faire force de proposition.

11 janvier 2018 à 16:28:13

La vidéo parle beaucoup des difficultés des jeunes.

J'ai 33ans je me sens pas vieux mais je ne me sens plus concerner par le termes jeune!!! ;-)

oui pour l'état je suis demandeur d'emploi mais je pence avoir beaucoup à apporter,

le problème est plus d'en faire une synthèse et d'arriver à le vendre.

je viens de louper un entretien qui visiblement n'était pas assez bien préparer et je ne suis pas arriver avec un état d'esprit positif.
le travail était loin de mon domicile familial (marié 2 enfants), le tout étant donc de placer le curseur des impasses acceptable.

11 janvier 2018 à 18:27:48

Formatée depuis la scolarité à trouver un job avec des débouchées, je me suis totalement identifiée à cette vidéo detox. Pour autant, j'ai fait le choix - après mon bac-, de m'orienter vers une filière en crise : le documentaire et le journalisme. Je n'ai pas écouté ce que tout le monde pouvait dire sur cette voie (notamment les professeurs eux-mêmes, et les intervenants) et j'ai été au bout de mes études. J'ai réussi à bosser très rapidement, beaucoup, mais dans des conditions qui ne me conviennent pas, ou plus. Je suis prête aujourd'hui à faire de moi un jobmaker!
12 janvier 2018 à 9:47:30

Bonjour,

Merci pour ces apports qui peuvent être utiles à chacun.

Incitons nos enfants à exploiter leur envies et leurs talents et réfléchir à ce qui leur plaît de faire , ce qui les réalise. A la fin de leur études secondaires, j'ai proposé aux miens de prendre une année sabbatique. Ils ont utilisé cette année avec une grande acuité, et se sont inscrits avant même qu'elle se termine dans une direction qui est, avant tout, la leur. Il est plus « facile » pour les parents d'être conformistes et d'envoyer ses garçons en école d'ingénieur ou en apprentissage plomberie et ses filles en école de marketing ou en apprentissage coiffure (j'ai vraiment entendu des parents contemporains réels tenir ce genre de propos...) ! Leur laisser une année à eux, après qu'on leur ait pressé le citron pendant douze ans, coûte. Mais qu'est-ce comparé à ces errances professionnelles qui durent des années voire tout une « carrière » ? Et le mal-être qui les accompagne ?

Trouver un travail alors que le marché du travail tel que le connaissait nos grands-parents est mort est semblable à trouver de l'eau sur la lune : on arrive trop tard ! Bien sûr, il y an encore des jobs à pourvoir et il y a aussi des chefs d'entreprises qui ne « trouvent » pas d'employé. Mais se posent-ils les bonnes questions sur leur méthodes de recrutement, leur positionnement social, leur capacité d'adaptation à un monde au bord de l'implosion ? Non, ils continuent sur des schémas ultra périmés qui mettent les apporteurs de talents que nous sommes dans la dépression ! Mais par ailleurs, ne voyons nous pas en levant un peu la tête de notre guidon toutes ces initiatives extraordinaires sorties de la tête et du cœur de gens comme nous qui se sont dit un matin : mais qu'est-ce que je peux faire concrètement pour que les choses aillent mieux ?

Aussi Julie votre initiative Jobmaker fait partie de cette dynamique, merci encore pour ça. Pour les plus séniors comme moi, cette approche modulée est un peu "trop" modulée. J'irais dons plus loin : interrogeons-nous sur que nous sommes, ce que nous aimons et surtout ce qui est important pour nous. Accomplir un travail c'est bien, mais accomplir un travail qui va contribuer à l'utile, n'est pas tellement mieux et tellement plus accomplissant ?

Une des choses que nous croyons, c'est que le travail commence lorsque nous sommes dans l'entreprise que nous sommes "rémunérés".

C'est sûr, nous devons tous pourvoir à nos familles ! Mais le travail commence en fait bien avant que la rémunération issue de ce travail arrive ! Au cours des périodes d'études spécialisées, de formations, d'anté-création. C'est ce que nous sommes en train de faire ici, c'est ce que certain d'entre nous font chez eux ou dans des incubateurs ou des lieux de travail partagés. Et quel autre pays que le nôtre nous propose de nous financer pendant 2 ans pour créer notre activité ?

Créons donc notre offre, voire, créons notre job. Et si nous ne pensons pas pouvoir créer notre job seul, regroupons-nous, il y a tellement de talents comme nous à la rue ! Prenons les barricades et redéfinissons le "marché" du travail ! ;-)

Bon courage à tous.

12 janvier 2018 à 14:40:35

Bonjour à tous,

Merci pour cette vidéo qui suscite une envie d’explorer de nouveaux horizons.

En effet, je me retrouve dans votre discours du parfait jeune diplômé placé dans une case. On se rentre dans une sphère de négativité ou il est très dur d’en sortir. Après 2 ans sur le marché du travail, c’est la vision de personne comme vous qui me permet de rentrer dans une sphère de pensées positives et d’aller de l’avant.

Je pense que l’éducation ne prend pas le temps nécessaire à la découverte de soi-même, et à la voie à laquelle on aspire réellement. Au contraire, On est amené à s’interdire l’échec, mais finalement, l'échec n'est pas une erreur, l'erreur est de ne pas faire d'échec puisque ce sont bien les échecs qui nous forgent une expérience et nous permettent de nous découvrir.

17 janvier 2018 à 16:21:28

Bonjour à tous,
Après avoir visionné cette vidéo , je vois que les points de vue et perception sur les jeunes formés changent ( je ne suis plus tout à fait jeune 38 ans ) . La notion de "demandeur d'emploi " ma marqué car pour moi dans le domaine de l'emploi on a toujours déterminé que les employés avait besoin de "l'entreprise" mais pour moi ça a toujours été le contraire ce sont les différentes compétences alliées qui permettent aux entreprises de perdurer.Pour moi cette vidéo montre que l'état d'esprit change et que l'on doit se positionner autrement pour faire bouger les choses.
18 janvier 2018 à 10:45:00

Bonjour à toutes et tous,

J'ai plus de 45 ans et cette vidéo me parle toujours. Il faut mettre en avant nos valeurs, nos points forts et surtout savoir ce que l'on accepte de faire ou pas. Si l'on se connait, on pourra mieux cibler le job qui nous correspond. Lors de l'entretien d'embauche, nous serons plus à l'aise face à l'employeur car le sujet nous sera connu. Ai-je envie de bosser dans un bureau, dans la nature, quels sujets m'intéressent, etc... Exemple concret: je voulais un job en télétravail, cela m'a toujours intéressé. J'ai testé un cours sans coaching. J'ai estimé qu'un coach apporterait un % de réussite plus élevé. J'en ai discuté avec le responsable de cours, j'ai créé le poste et j'y suis toujours après 15 ans.

Merci à toi Julie :)

Marianne Tittelbach
18 janvier 2018 à 12:26:20

Cette vidéo très appropriée et je suis surpris de voir que ce sujet est abordé en première semaine. Dans cette société élitiste nous ignorons nos échecs et nous ne résolvons pas nos croyances toxiques car cela prend du temps et nous voulons tout, tout de suite. Chacun à un parcours unique dont il est plus ou moins fier et qui a contribué à forger ce qu'il est devenu aujourd'hui. Il faut rester soi-même, savoir ou retrouver qui l'on est vraiment, accepter son niveau d'étude actuel, accepter son job actuel, chercher à faire mieux et apprendre plus, pas à pas. Avancer dans sa catégorie.
18 janvier 2018 à 14:32:06

Bonjour à tous,

Ma réponse à l'exercice :

Ce cours est arrivée au bon moment, je me suis jetée dessus, et je suis pas déçue. J'ai reconnu beaucoup de phases de mon parcours professionnel qui m'ont énormément frustrée. Je ne suis pas une "jeune" cherchant sa voie, mais une femme de 39 ans qui veut reprendre le contrôle de ma vie, et changer d'emploi, pour enfin exercer dans la filière que je demande depuis le collège, qui est tjrs ma passion et j'ai appris seule du  coup: en informatique, graphisme et web.
Je partage l'idée détox3 depuis toujours : ts mes postes ont été démarchés ainsi,en proposant et vendant mes atouts spontanément.


18 janvier 2018 à 20:37:45

Bonjour,

Voici mon ressenti sur la vidéo Détox : 

Suite à la vidéo Détox je suis entièrement d'accord que le système académique et gouvernemental en France ne mettent pas en valeur les compétences qu'une personne peut apporter. De plus les entreprises considèrent les jeunes comme des débutants qui n'ont pas d'expériences, pour atteindre certains postes les employeurs demandent obligatoirement une expérience ce qui exclu les jeunes. Pour moi, le fait de ne pas se limiter à des postes raisonnables fait partie du "rêve", est-il vraiment possible d'atteindre un poste convoité si l'on n'a pas les ressources ou compétence pour y parvenir.

Bonne fin de soirée

18 janvier 2018 à 20:47:49

Ok se mettre de côté, prendre du recul pour annalyser son parcours (chemins choisis et empruntés, difficultés surmontées ou non, succès...). Idem pour ses compétences (celles dont on voit les limites qu'elles peuvent apporter à notre parcours pro, celles qui nous sont enviées et celles que nous avons dévelloppées). Facile à dire et je pense que nous avons tous le sentiment que c'est pr là qu'il faut passer. Maintenant je trouve cela un peu creu. il n'y a pas de piste ou d'outils développés dans ces 10min de vidéo.
19 janvier 2018 à 11:24:57

Bonjour,

Globalement le discours me parle : devenir acteur et vendeur de son propre projet professionnel va faciliter l'insertion professionnelle : un candidat offre des compétences et une entreprise en demande. Certaines idées sont bien mises en avant et font mouche : manque de formation pour apprendre à identifier des secteurs porteurs ou des tendances, arrêter de se nier pour rentrer dans un moule, viser un job qui nous correspond. En revanche la forme ne me plaît pas du tout : j'ai l'impression de voir une commerciale qui me vend quelque chose alors que je souhaiterais être guidé et pas "démarché" : il y a notamment un excès d'utilisation de clichés et d'idées reçues : orientation = labyrinthe, pion dans une machine, par exemple et même pour répondre à une idée reçue (la première par exemple), l'auteure utilise également une idée reçue : "par nature, les jeunes générations ont plus l'intuition du monde de demain". Même en utilisant l'expression "par nature" cela reste un cliché.

20 janvier 2018 à 14:13:24

Bonjour à tous et à toutes,

Je m'appelle Jade et je suis ravie de vous rejoindre sur ce forum.

Voici mon commentaire par rapport  à la vidéo :

Les constats soulevés dans la vidéo sont la conséquence logique d'un système éducatif qui tente de mettre les élèves dans des cases plutôt que de chercher à les aider à découvrir les talents et leurs aptitudes propres ainsi que leurs attentes face à leur avenir. En ce sens l'idée reçu selon laquelle on est demandeurs d'emploi me parle le plus et résume assez bien la situation. De plus, les bouleversements économiques des dernières décennies ne sont pas pris en compte dans la formation des jeunes d'aujourd'hui et plutôt vues d'un œil méfiant au regard des générations qui n'ont pas connues ce mouvement de pensées et qui malheureusement sont responsables des contenus éducatifs.

Mes commentaires par rapports aux réponses sur le forum :

Complètement d'accord avec toi MarianneCoach, plus les personnes en apprennent sur elles et plus elles sont à même de faire des choix qui leur correspondent.

@BaptiseAudouy : Je pese que oui cela est possible. Question de volonté et surtout d'autodétermination. Je ne vais pas te sortir un exemple génial ou même te dire que c'est ce qui m'est arrivé mais simplement que c'est possible.

-
Edité par Jade2486 20 janvier 2018 à 14:20:59

Cours Trouvez un job #1 / Activités et questions

× Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
  • Editeur
  • Markdown