Partage
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

JobMaker cours n°1, réaction à la Vidéo "Détox"

    9 novembre 2017 à 11:05:08

    En visionnant la vidéo, j'ai pris conscience que ces 15 dernières années j'avais adopté une posture de Jobmacker.. sans le savoir. Après avoir choisi ma formation par défaut et là où il y avait le plus de débouchés, j'ai eu besion de changer de postes régulièrement et de monter mes propres entreprises.  Je pense aussi qu'il est important de savoir construire son parcours et d'en avoir les rennes. Neanmoins, quand le parcours a été riche d'expériences, comment valoriser de facon pertinente cette mobilité professionelle  ?
    • Partager sur Facebook
    • Partager sur Twitter
      29 novembre 2017 à 17:35:36

      Je me suis senti concerné et en même temps non car j'ai 50 ans, je suis en reconversion professionnelle et il est difficile d’être débutant à mon age, les entreprises ne sont pas intéressées même si j'ai un savoir faire acquit qui est plutôt d’ordre comportemental et psychotechnique que j'ai acquits pendant 25 ans dans une autre profession mais toujours dans la technicité. Je viens de passer un bac + 2, je ne croyais pas y arriver mais si. je suis d'accord sur le fait de ne pas se considérer comme demandeur mais c'est pas évident, les refus s’enchaînent, peut être créer une société ?
      • Partager sur Facebook
      • Partager sur Twitter
        21 décembre 2017 à 11:12:05

        Comment trouver sa voie quand nous se sommes plus un jeune en découverte du monde du travail, après une longue expérience enrichissante et passionnante mais avoir tout quitté pour changer et ne pas savoir comment appliquer ses compétences dans un autre domaine ?
        • Partager sur Facebook
        • Partager sur Twitter
          8 janvier 2018 à 10:17:00

          Se mettre dans la position d'un "offreur" et non d'un "demandeur" a eu pour conséquence de créer en moi un effet de soulagement, de gain en légèreté, en souplesse. Cela me place dans une position d'actrice de ma vie professionnelle et non pas de "spectatrice", presque de victime. 
          J'avoue que je n'avais jamais penser à inverser les rôles entre les entreprises et les personnes en recherche d'emploi. Je me suis reconnue dans la personne qui préfère avoir une ambition professionnelle raisonnable, même si cette situation me met mal à l'aise je suis tentée par cette résignation.
          • Partager sur Facebook
          • Partager sur Twitter
            18 janvier 2018 à 12:56:55

            Je n'avais jamais envisagé le fait de passer de demandeur d'emploi à offreur de compétences. Cela remet en question ma manière de penser et ma manière de chercher du travail. Dans une période ou l'on se sent plus ou moins "minable" et inutile, ce concept revalorise notre statut. Une véritable révolution dans cette période de transition qui permet de redevenir acteur de notre recherche d'emploi de manière plus positive.
            • Partager sur Facebook
            • Partager sur Twitter
            Bilitis
            Anonyme
              6 février 2018 à 13:27:14

              J'ai la sensation que des portes d'ouvrent après la vision de cette vidéo : je prenais la mauvaise voie et la mauvaise méthode. Voyant que ça ne marchait pas, la déprime s'est installée peu à peu. Or, il y a des moyens de s'en sortir. L'idée de se positionner en "offreur" a pour effet direct de reprendre de l'énergie et de l'espoir. On voit directement nos qualités qui vont bien au-delà de simples "compétences professionnelles". De plus, j'ai toujours eu cette mauvaise sensation de "quémander" pour qu'on m'embauche. Je suis ravie de savoir qu'il ne s'agit en rien de tout cela..
              • Partager sur Facebook
              • Partager sur Twitter
                13 mars 2018 à 15:02:11

                Une idée reçue m'interpelle depuis quelques semaines, la différence entre un "demandeur d'emploi" et un "offreur de compétences". A défaut d'effectuer un travail sur notre personnalité il est indispensable d'apprendre aux jeunes diplômés et chercheur d'emploi à se vendre comme un produit! Des cours de marketing sont donc tout à fait adaptés à ce genre de situation. Enfin, pour rebondir sur le jeune inadapté au monde du travail, que dire d'une entreprise déposant une annonce pour un CDD de six mois, n'élargissant pas sa recherche à d'autres talents, et n'ayant trouvé personne pour le poste?

                • Partager sur Facebook
                • Partager sur Twitter
                  18 août 2018 à 17:02:45

                  Cette vidéo m'a ouvert les yeux et littéralement détoxifiée, je vous en remercie !

                  Les idées préconçues, les faux préjugés sont de véritables fléaux dans notre vie socio-économique.

                  Personnellement,j'ai eu la chance d'être embauchée en CDI à 18 ans, sans le bac, ni expérience professionnelle.

                  Certes… c'était en 1988 et la crise n'était pas passée par là ! Et comme vous le dites si bien, en toute période de destruction, il y a une reconstruction parallèle.

                  Je remercie mon PDG de l'époque qui a su faire preuve d'altruisme et laisser sa place à une jeune débutante.

                  Tout le monde peut tout faire !

                  • Partager sur Facebook
                  • Partager sur Twitter
                    14 mars 2019 à 22:15:51

                    Bonjour,

                    J'ai beaucoup aimé cette vidéo "détox". J'ai été touché par le discours de Julie Coudry car je le trouve accessible, clair, juste et réfléchi. J'ai ressenti que ses paroles étaient le fruit d'un vécu, de véritables expériences personnelles et professionnelles.

                    Ces dernières semaines, j'ai beaucoup travaillé sur moi pour découvrir ma raison d'être, mes valeurs, mes compétences, mes motivations. Cela n'a pas toujours facile car j'ai été obligé de me questionner, de creuser en moi et de répondre de la façon la plus vraie possible. Mais quelle satisfaction d'y voir plus clair.

                    -
                    Edité par WesleyGommard 14 mars 2019 à 22:16:41

                    • Partager sur Facebook
                    • Partager sur Twitter
                      10 septembre 2019 à 10:30:42

                      Je travaille depuis 5 ans dans le tourisme et ai eu l'opportunité d'expérimenter différents métiers. Tous, n'étaient pas le métier idéal dont je rêvais étant enfant, mais m'ont permis de travailler dans un environnement en accord avec ma personnalité. C'est également un domaine, ou les contrats sont souvent saisonniers. Mais c'est ce que j'apprécie. L'opportunité de changer régulièrement de région, de métiers.

                      • Partager sur Facebook
                      • Partager sur Twitter
                        16 février 2020 à 18:32:01

                        Les 4 idées reçues me parlent plutôt, même si je ne suis plus depuis un bout de temps un "jeune diplômé". En tout cas c'est un discours encore porté par les générations X que le travailleur est en posture passive (de "demande") et que son enjeu est d'arriver à s'adapter aux entreprises qui sont détentrices des offres. Dans une large mesure je pense que cette idée me freine dans l'idée que ma situation professionnelle doit se modeler sur un environnement préexistant, celui des entreprises, plutôt que façonner l'environnement dans lequel je veux travailler.
                        • Partager sur Facebook
                        • Partager sur Twitter
                          2 mai 2020 à 13:16:07

                          Rédigez ici votre réaction à la vidéo Détox Réflexions pertinentes qui s'adressent aux jeunes mais aussi aux séniors. J'ai 58 ans et cherche une reconversion. Le numérique a tout chamboulé. Les jeunes sont plus adaptés au monde du travail d'aujourd'hui. Les seniors devront s'accrocher et faire reconnaître leurs compétences en les adaptant aux nouvelles exigences de ce mode du travail en pleine mutation.
                          • Partager sur Facebook
                          • Partager sur Twitter
                            3 juin 2020 à 12:28:55

                            Concernant l'aspect "demandeur d'emploi", j'aime votre approche. Effectivement, le choix des mots, en France au moins, place la personne dans un contexte péjoratif. Cela dit, une personne expérimentée dans un domaine porteur (et avec une sécurité financière suffisante pour bien choisir son job sans urgence) aura plus d'aisance à se tenir du côté de l'offre de compétences, et sera même sollicitée directement par les employeurs. Parallèlement, les "offres" d'emploi suivent cette tendance: certaines "recherchent..des compétences" et d'autres vous "offrent...un poste".
                            • Partager sur Facebook
                            • Partager sur Twitter
                              25 juin 2020 à 11:04:32

                              A priori les fausses idées reçues valent bien au delà d'un primo emploi et bien après les jeunes années spécifiquement lorsque le non choix du premier emploi a été conditionné par "la crise" et "l'interchangeabilité des personnes dans le monde du travail". A 36 ans je me suis reconnu dans le message transmis c'est la raison de ma présence, je dois changer de logiciel, je suis dans une situation ou j'ai un emploi je ne suis donc pas dans l'urgence d'en trouver un autre, j'ai des compétences à revendre mais pas de diplôme, j'ai du mal à ne pas m'auto-dévaluer avant même d'avoir postulé tout en ayant conscience de cela je ne parviens pas seule à sortir de cette petite boite dans laquelle j'accepte qu'on m'enferme.
                              • Partager sur Facebook
                              • Partager sur Twitter

                              JobMaker cours n°1, réaction à la Vidéo "Détox"

                              × Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
                              • Editeur
                              • Markdown