Partage
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

L'écriture inclusive sur des documents importants

    10 novembre 2021 à 16:30:31

    Bonjour, j'ai terminé le parcours de Développeur Web et j'ai reçu une attestation de réussite d'OpenClassrooms. Cette attestation de réussite m'est délivrée en attendant le diplôme officiel.

    Cependant, je remarque qu'OC a fait le choix d'utiliser l'écriture inclusive dans cette attestation.

    Je me demandais pourquoi un tel choix alors que cette forme d'écriture a tendance à ne pas être autorisée dans les documents.

    L'écriture inclusive est interdite à l'école et n'est pas reconnue, ni juridiquement, ni techniquement (gouvernement, éducation nationale, traducteurs automatiques...).

    J'ai peur également que cet acte militant porte préjudice à la valeur que les employeurs accordent à OC. Tout acte politisé est clivant. Il y a des employeurs qui vont apprécier, et d'autres qui vont sauter au plafond.

    Pourquoi un tel choix ?

    Comme l'a rappelé Madame Hélène Carrère d'Encausse, secrétaire perpétuel de l'Académie française et Monsieur Marc Lambron, directeur en exercice de l'Académie française, le 5 mai 2021 :

    « Au moment où la lutte contre les discriminations sexistes implique des combats portant notamment sur les violences conjugales, les disparités salariales et les phénomènes de harcèlement, l'écriture inclusive, si elle semble participer de ce mouvement, est non seulement contre-productive pour cette cause même, mais nuisible à la pratique et à l'intelligibilité de la langue française.

    Une langue procède d'une combinaison séculaire de l'histoire et de la pratique, ce que Lévi-Strauss et Dumézil définissaient comme "un équilibre subtil né de l'usage". En prônant une réforme immédiate et totalisante de la graphie, les promoteurs de l'écriture inclusive violentent les rythmes d'évolution du langage selon une injonction brutale, arbitraire et non concertée, qui méconnaît l'écologie du verbe. »

    -
    Edité par S-as 10 novembre 2021 à 16:31:30

    • Partager sur Facebook
    • Partager sur Twitter
      22 novembre 2021 à 10:30:45

      L'Académie française n'a aucune forme d'autorité sur la langue française, donc leur avis...

      Ensuite, qu'appelles-tu écriture inclusive ? Féminiser les noms de métier fait aussi partie de l'écriture inclusive, dire 'Madame, Monsieur' aussi, comme tant d'autres exemples (comme par exemple sur les documents officiels "né(e) le"). Si le gouvernement a décidé de ne pas (ou plus) l'utiliser, tel est leur choix, mais rien n'interdit de l'avoir ailleurs. OC est une entreprise privée, souveraine de ses choix quant à l'orthographe choisie pour éditer leurs documents.

      • Partager sur Facebook
      • Partager sur Twitter
        27 novembre 2021 à 12:02:05

        > L'écriture inclusive est interdite à l'école et n'est pas reconnue, ni juridiquement, ni techniquement (gouvernement, éducation nationale, traducteurs automatiques...).

        C'est parfaitement faux. Il y a surtout beaucoup d'amalgames qui sont faits autour de l'expression « écriture inclusive » afin de la diaboliser.

        Pour compléter le message de Nephthys ci-dessus, je dirais que l'écriture inclusive c'est un ensemble de règles et de techniques pour ne pas forcer les accords et effacer le genre féminin. Les techniques principales que l'on retrouve vont être les suivantes :

        • Préférer l'utilisation de formes épicènes (non-genrées) comme « toutes les personnes », « tous les gens ».
        • Répéter une même expression pour les deux genres, « Madame, Monsieur », « Français, Françaises », « étudiantes et étudiants ».
        • Utiliser une règle d'accord de proximité plutôt que celle du masculin qui l'emporte, « les femmes et les hommes sont beaux », « ton frère et ta sœur sont belles ».
        • Ordonner les termes en ordre alphabétique pour ne pas privilégier un genre plutôt que l'autre, « elle et lui », « mon frère et ma sœur ».
        • Abréger certaines formes dans les cas de répétitions, « les étudiantes et les étudiants » peut être une formule un peu longue, à l'écrit elle pourra donc devenir « les étudiant·e·s » où le · permet de former une abréviation (ou encore « les étudiant(e)s » avec la mise en parenthèses).
        • Partager sur Facebook
        • Partager sur Twitter
          8 décembre 2021 à 8:56:36

          Pour préciser, je parle effectivement du point Median et uniquement de ça.

          Trop clivant, et trop politique comme position, à mon avis.

          • Partager sur Facebook
          • Partager sur Twitter
            8 décembre 2021 à 9:27:04

            Salut,

            Sur ton CV, tu met ce que tu veux, point médian ou pas pour l'intitulé de ton diplôme. Et si ton potentiel employeur en vient à te demander le diplôme en question (sur le quel se trouve ce fameux point médian) c'est que tu es déjà sur la bonne voie, et si il change d'avis pour ça, vaut mieux aller voir ailleurs hein.

            Comme l'ont dit Nephthys et entwanne, l'académie française n'a aucune autorité (légitimité?) sur la langue ou son évolution, y'a d'ailleurs plusieurs cas ou elle a pris des décisions parce qu'elle l'avait décidé et sans aucun fondement (voir en allant à l'encontre des faits), et OCR est une société privée, donc elle fait un peu ce qu'elle veut sur ces diplômes..

            • Partager sur Facebook
            • Partager sur Twitter
            Fatalement vôtre
              8 décembre 2021 à 11:45:28

              S-as a écrit: > Trop clivant, et trop politique comme position, à mon avis.

              Je pense que c'est toi qui lui donne une portée plus qu'il n'en a.

              Mais tout message est effectivement politique, les mots que tu choisis et la manière dont tu formules ta pensée découlent de tes propres positions. En quoi est-ce un mal ?

              • Partager sur Facebook
              • Partager sur Twitter
                25 janvier 2022 à 16:31:48

                C'est vrai qu'on a un peu tendance à confondre la notion de point médian avec celle d'écriture inclusive. La raison en est à mon avis que c'est le point médian qui est sujet à caution : de tous ses inconvénients, le premier est sans doute la tyrannie qu'il constitue : de quel droit décider, entre soi, comment il faut écrire ? 

                L'Académie française n'a aucune forme d'autorité sur la langue française, donc leur avis...

                 Parfaitement d'accord ! L'académie wokistanaise non-plus !

                • Partager sur Facebook
                • Partager sur Twitter

                S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                  25 janvier 2022 à 17:15:07

                  Chacun écrit comme il veut en conservant un socle commun pour permettre à tout le monde de se comprendre. C'est déjà ce que l'on a toujours fait en fait : on n'utilise pas tous les mêmes mots ou les mêmes tournures de phrase, parfois même des mots qui ne sont pas connus de tout le monde.

                  On tord parfois les notations usuelles pour faire passer quelque chose, puis la langue s'adapte. Par exemple tu as choisi de placer un tirer entre « non » et « plus », et c'est pas grave on comprend tout à fait ce que tu dis même si ce n'est pas la forme « naturelle », et ça fait l'emphase sur le fait que tu les utilises comme un groupe de mots liés.

                  Qu'est-ce que l'académie wokistanaise ?

                  • Partager sur Facebook
                  • Partager sur Twitter
                    25 janvier 2022 à 17:58:26

                    Les tirets, ça a toujours été un mystère pour moi ! Et l'orthographe française en général, avec son absurdité académique et historique. Ce qui me console, c'est que l'anglais a emprunté au français ses verrues et ses absurdités. Que ne sommes-nous espagnols ou portugais ! Moins de valium, on consommerait.

                    Toi, tu as choisi d'écrire "tiret" de cette façon : "Par exemple tu as choisi de placer un tirer entre « non » et « plus »,"

                    C'est toujours à cause de l'incommodité ergonomique de l'orthographe française. Si nos gouvernants depuis Richelieu avaient été moins à cheval sur le latin et la tradition, aujourd'hui, "tiré" et "tirer" n'auraient qu'une orthographe. Note que dans le cas de ton tiret, il y a par dessus le marché faute phonétique ! c'est le "è" et non le "é". Mais ces sons sont proches, et de plus en plus de gens ne les distinguent plus. Peut-être d'ailleurs cet appauvrissement linguistique est-il en lien avec l'absurdité ergonomique de l'orthographe.

                    "Wokistan", c'est un jeu de mot.

                    https://fr.wikipedia.org/wiki/Woke

                    (la fiche est mal faite. "éveil" concerne la lutte contre toutes les discriminations.)

                    -
                    Edité par zakod 25 janvier 2022 à 18:01:50

                    • Partager sur Facebook
                    • Partager sur Twitter

                    S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                      25 janvier 2022 à 19:25:09

                      zakod a écrit:

                      Si nos gouvernants depuis Richelieu avaient été moins à cheval sur le latin et la tradition, aujourd'hui, "tiré" et "tirer" n'auraient qu'une orthographe.

                      Je refuse cette simplification ! Les écritures différentes d'un même son apportent une information à l'écrit. Quand on sait bien lire, on utilise cette information pour comprendre immédiatement. Ça demande de l'entraînement, mais c'est vraiment utile.

                      • Partager sur Facebook
                      • Partager sur Twitter
                        25 janvier 2022 à 23:33:39

                        @zakod Alors justement, au nom de l'enrichissement linguistique, pourquoi vouloir s'opposer à de nouvelles formes d'écriture ?

                        (pour mon « tirer », il s'agissait d'une faute de frappe, j'aurais tout aussi bien pu écrire « tirey »)

                        • Partager sur Facebook
                        • Partager sur Twitter
                          26 janvier 2022 à 9:57:11

                          @robun : je ne crois pas que tu aies raison, parce que je comprends très bien le sens d'un texte comportant des fautes d'orthographes. D'ailleurs, la langue parlée, qui contient elle aussi ces homophonies, les gère très bien. Si le parler des gens a abouti, par exemple, à ce que le participe passé et l'infinitif des verbes du premier groupe soient identiques phonétiquement, c'est parce que l'homophonie ne nuit pas au sens. L'évolution des langues est comparable à celle des espèces ou des techniques : elle va vers le mieux, vers le simple, en maintenant la fonctionnalité.

                          Pourtant, la simplification parlée aboutit parfois à des homophonies nuisible à la communication. C'est le cas du passé simple par exemple. Ce parfait issu du latin a fini par buguer, par exemple à la première personne du singulier du premier groupe, confondable avec l'imparfait, ou au singulier des verbes du deuxième groupe (je finis) de certains du troisième groupe (je dis) confondables avec le présent, et même à l'écrit. Cela est la raison principale de la mort du passé simple dans la langue parlée. Pas grave. Les Gaulois avaient développé des périphrases verbales composées, et le passé composé était là pour remplacer.

                          @entwanne : pardon, je n'ai pas songé à la faute de frappe. J'ai vérifié, pour voir si c'était pas une excuse, mais oui diantre, "r" et "t" sont voisins ! Ensuite j'ai regardé pour voir si l'espace et le tiret étaient pas voisins, afin de faire passer ma faute d'orthographe pour une faute de frappe, mais zob. Trois lignes en hauteur.

                          Un langage, qu'il soit parlé ou écrit, est un système de conventions, qui permet à chacun de communiquer. Le système parlé évolue au cours du temps, pour de multiples raisons, dont les principales sont la tendance à raccourcir quand c'est possible (foresta > forest > foret > forè – je mets pas la phonétique, ce qui serait pourtant idéal, mais le cœur y est), et l'inventivité des gens, leur humour, leur sens poétique, etc, puis la transformation des métaphores en catachrèses). Quand quelqu'un invente, sa création est reprise ou non. Le succès entraîne l'adoption ou pas. Par la suite, le mot s'installe et la figure se fossilise, le sens initial disparaît. Par exemple, "hagard" se disait d'un faucon revenu sur sa haie, que l'on avait couvert de son masque lui ôtant la vision, ce qui lui donnait un air perdu, maladroit, choqué. Aujourd'hui, plus personne ne songe à cette haie avec son faucon, en employant le mot.

                          Tout cela relève de l'inconscient collectif.

                          Rien à voir avec le fascisme qui consiste à tenter d'imposer des règles qui ne sont pas sorties du peuple.

                          L'enrichissement linguistique est démocratique, populaire, et non pas fasciste, totalitaire.

                          -
                          Edité par zakod 26 janvier 2022 à 10:48:19

                          • Partager sur Facebook
                          • Partager sur Twitter

                          S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                            26 janvier 2022 à 13:02:13

                            zakod a écrit: > Rien à voir avec le fascisme qui consiste à tenter d'imposer des règles qui ne sont pas sorties du peuple. > > L'enrichissement linguistique est démocratique, populaire, et non pas fasciste, totalitaire.

                            Je pense que toute idée de débat est morte à ce point. Personne n'a jamais cherché à imposer quoi que ce soit aux autres, c'est juste vous qui vous sentez offusqué·e·s quand des gens osent ne pas écrire comme vous.

                            Je ne traite pas de totalitaire / fasciste quand tu utilises le mot « zob » dans ton texte que je trouve disgracieux.

                            • Partager sur Facebook
                            • Partager sur Twitter
                              26 janvier 2022 à 13:20:45

                              @entwanne, désolé qu'on ait pas le même genre d'humour.

                              À part ça, si-si, le point médian est imposé par certaines personnes, en certains endroits, sur certains médias, et hélas, éventuellement par la république comme le souligne le tôlier (ça va, "tôlier" ?) de ce post.

                              En revanche, je ne cherche pas à imposer aux gens une façon d'écrire, ni de parler. Je me contente de donner mon opinion, ce qui, aux dernières nouvelles, est pour l'instant, encore autorisé.

                              PS : "zob, c'est disgracieux".

                              Ça dépend lesquels !

                              -
                              Edité par zakod 26 janvier 2022 à 13:22:09

                              • Partager sur Facebook
                              • Partager sur Twitter

                              S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                                26 janvier 2022 à 13:49:36

                                zakod a écrit:

                                À part ça, si-si, le point médian est imposé par certaines personnes, en certains endroits, sur certains médias, et hélas, éventuellement par la république comme le souligne le tôlier (ça va, "tôlier" ?) de ce post.


                                Tu sais, dans certains pays, et a une certaines époques (tiens, revoilà la notion de fascisme), on a essayait de "purifier" la langue.. A grand coup de ré-écriture des programmes, des lois, des livres et avec toute la puissance d'un état.

                                Notamment Mussolini qui a voulu bannir l'utilisation du "Lei" ou l'interdiction des mots étrangers dans les années 40. Et dès que la dictature s'est terminée, les mots bannis ont fait leur retour.

                                Ce que je veux dire par là, c'est que si un état (en plus totalitaire) n'as pas réussi, ce n'est pas quelques médias "wokistes" comme tu les appelles qui vont y parvenir.

                                • Partager sur Facebook
                                • Partager sur Twitter
                                Fatalement vôtre
                                  26 janvier 2022 à 16:46:36 - Message modéré pour le motif suivant : Les insultes ne sont pas tolérées


                                  S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                                    26 janvier 2022 à 17:01:57

                                    Attention, tu mélange tout et n'importe quoi.. Et ton discours, en tout cas ta façon d'écrire et les expressions que tu utilises, ainsi que cette manière de mélanger différentes choses sans lien réel ne servent pas pas ton propos.

                                    Si c'est l'écriture inclusive qui te gênes, ne t'en sers pas, c'est aussi simple que ça.. Et si le fait de le voir sur les panneaux municipaux te gêne, je te rappelle que tu as le droit de vote, tout comme ceux qui ont élu des maires qui sont contre les crèches, les aéroports ou autres tour de France.

                                    Le reste de tes propos n'a rien a faire ici, on est pas sur twitter...

                                    • Partager sur Facebook
                                    • Partager sur Twitter
                                    Fatalement vôtre
                                      26 janvier 2022 à 17:06:26

                                      Ouais donner ton opinion est autorisé, par contre l'injure ne l'est pas.

                                      Qualifier de fascistes les personnes qui osent mettre des points médians dans leur message et les apparenter à une initiative d'un état imaginaire totalitaire c'était déjà un peu limite, mais alors en venir ensuite à te rouler dans la transphobie la plus crasse c'est juste dégueulasse. Non une femme trans qui joue dans une équipe féminine n'est pas un homme.

                                      Je te laisse dans tes délires sur le fait qu'on t'empêcherait de manger du saucisson ou de te procurer un sapin, je vais vomir.

                                      -
                                      Edité par entwanne 26 janvier 2022 à 17:07:05

                                      • Partager sur Facebook
                                      • Partager sur Twitter
                                        26 janvier 2022 à 17:26:58

                                        @entwanne, il me semble que c'est plutôt toi qui insultes.

                                        Néanmoins, je te réponds. 

                                        Qualifier de fascistes les personnes qui osent mettre des points médians dans leur message

                                        Où ? C'est le fait de chercher à l'imposer que j'ai estimé fasciste. Chacun est libre d'écrire comme il le veut, je suis bien d'accord.

                                         la transphobie la plus crasse

                                        Non une femme trans qui joue dans une équipe féminine n'est pas un homme.

                                        Je parlais juste de la mort programmée du sport féminin. La femme dont tu parles, outre le fait qu'il lui est impossible d'enfanter, a une musculature et une carrure d'homme.

                                        @D.Fate, je croyais que j'avais le droit de donner mon opinion, ici. Libre à toi de penser que je mélange tout. Je n'ai jamais éprouvé le besoin de twitter, ni de fessebouquer, mais j'ai vu un sous-forum "Discussion générale", et banco. J'ai résonné à ce post et ai mis mon grain de sel. Je crois avoir exprimé mon opinion sans insulter, pour la bonne et simple raison que je n'en ai nullement éprouvé le besoin. Par contre, le post d'entwanne est insultant.

                                        -
                                        Edité par zakod 26 janvier 2022 à 17:39:47

                                        • Partager sur Facebook
                                        • Partager sur Twitter

                                        S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                                          8 février 2022 à 11:40:36

                                          • Partager sur Facebook
                                          • Partager sur Twitter

                                          S'il n'y a pas de solution, c'est qu'il n'y a pas de problème.

                                          L'écriture inclusive sur des documents importants

                                          × Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
                                          • Editeur
                                          • Markdown