Partage
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

L'Eicnam une école d'ingénieurs de bas niveau ?

Même question pour L'ITII

Sujet résolu
    25 juillet 2018 à 22:46:19

    Bonjour,

    J'aimerais avoir votre avis sur l'Eicnam j'ai pu entendre que c'étais une école d'ingénieurs discount avec des tests d'entrées hyper facile et dont le diplôme est reconnu par les entreprises soite mais avec une estime bien plus basse que celle qu'ils ont pour les bonnes écoles d'ingénieurs(Insa, Polytech, Polytechnique, Les ponts...) ou encore les bons masters en info (Miahs,Miage,Math-info,Info-gestion).

    Un ami m'a également certifié que l'administration de cette école était tout simplement catastrophique et que la plupart des intervenants n'étaient pas des profs chercheurs universitaires qualifiés, mais des intervenants d'entreprises pris à gauche à droite sans réel qualification à enseigner.

    S'il y a des ingénieurs cnam ou bien d'autre personne qui s'y connaissent le sujet j'attends vos avis avec plaisir :).

    -
    Edité par J_ZERO 25 juillet 2018 à 22:54:25

    • Partager sur Facebook
    • Partager sur Twitter
    DevJo
      26 juillet 2018 à 9:43:03

      Le CNAM est sans doute l'une des écoles d'ingénieur ou l'accès est le plus facile mais ça n'en fait une école discount pour autant, le diplôme est bien reconnu en entreprise.  Par contre un diplôme d'une grande école d'ingénieur (ENSIMAG etc...) est en effet mieux vu.

      Concernant l'administration, elle est tout aussi catastrophique à la fac.

      Le fait que les intervenants ne soit pas des profs chercheurs n'est pas forcément une mauvaise chose, les professionnelles sont plus proches de la réalité du terrain que les enseignants chercheurs. Quant à la pédagogie ça dépend de la personne, le pire prof que j'ai eu était un enseignant chercheur (professeur des université donc le niveau au dessus des profs "de base" à l'université ) et le meilleur un intervenant qui enseignait pour la première fois.

      • Partager sur Facebook
      • Partager sur Twitter
      Anonyme
        26 juillet 2018 à 13:06:20

        Merci pour ta reponse.

        Je ne doute pas du fait que l’ecole d’ingenieur du cnam soit une ecole d’ingenieur  sérieuse neanmoins elle est loin réputer que L’utbm,L’Esiee,Polytech,L’Efrei ou encore l’Épita qui ne sont pourtant pas les plus grandes ecoles d’ingenieurs de France si tu es objectif avoue que j’ai raison. 

        L’Ecole d’ingenieur du Cnam est justement comme tu le dit si bien une école d’ingénieur accessible qui n’a pas la même vocation que les écoles que j’ai citées plus haut en terme de qualité et de niveau.

        -
        Edité par Anonyme 26 juillet 2018 à 13:25:25

        • Partager sur Facebook
        • Partager sur Twitter
        Anonyme
          26 juillet 2018 à 13:12:45

          Xaaav67 a écrit:

          Concernant l'administration, elle est tout aussi catastrophique à la fac.

          Le fait que les intervenants ne soit pas des profs chercheurs n'est pas forcément une mauvaise chose, les professionnelles sont plus proches de la réalité du terrain que les enseignants chercheurs. Quant à la pédagogie ça dépend de la personne, le pire prof que j'ai eu était un enseignant chercheur (professeur des université donc le niveau au dessus des profs "de base" à l'université ) et le meilleur un intervenant qui enseignait pour la première fois.


          Pour l'administration, il faudrait étayer vos affirmations parce que le fac bashing c'est à la portée de tout le monde mais pour ce qui est des faits concrets, j'ai lu beaucoup de choses qui ne fonctionnaient pas dans des écoles comme EPITECH ou du même genre mais pour ce qui est de la fac, c'est toujours le même genre d'affirmation de principe, non étayée par des faits précis.

          Quant aux professionnels qui seraient plus proche du terrain c'est la même chose, la bonne vieille vision du prof de fac enfermé dans son bureau du matin au soir au milieu de ses livres, en train de se creuser la tête devant des équations impressionnantes écrites à la craie sur le tableau. Mais cela ne correspond plus à la réalité du métier d'enseignants chercheur depuis de nombreuses années, au moins dans le domaine scientifique, et il faudrait se mettre à la page. Aujourd'hui l'essentiel du financement de la recherche publique est sur contrat avec des industriels et les enseignants chercheurs passent leur temps à réfléchir sur des problèmes posés par les entreprises. La réalité du terrain ils la connaissent parfaitement pour travailler avec les entreprises, sans compter les activités de consulting, qui sont également courantes dans certains domaines comme l'informatique. Par contre les intervenants industriels c'est en général quelques interventions ponctuelles dans le cursus, ces gens là ont un autre métier et rarement le temps d'investir dans la préparation d'un cours structuré, sans parler du manque de compétence et de pratique dans l'exercice pédagogique. Donc mettre en avant les professionnels pour faire le métier d'enseignant, c'est aussi une vue de l'esprit, dans les faits il est impossible de construire une formation sérieuse avec une majorité de professionnels. Enfin, lorsqu'on ne comprend pas un cours, il faut toujours garder à l'esprit que ça peut être la pédagogie qui est en cause mais que le plus souvent c'est la capacité de compréhension des étudiants qui atteint ses limites.

          • Partager sur Facebook
          • Partager sur Twitter
            26 juillet 2018 à 13:46:56

            FranckLeSaux a écrit:


            Pour l'administration, il faudrait étayer vos affirmations parce que le fac bashing c'est à la portée de tout le monde mais pour ce qui est des faits concrets, j'ai lu beaucoup de choses qui ne fonctionnaient pas dans des écoles comme EPITECH ou du même genre mais pour ce qui est de la fac, c'est toujours le même genre d'affirmation de principe, non étayée par des faits précis.

            Je vais donner quelques exemples vu que cela semble nécessaire.

            En L1 j'ai du passer le C2I qui comptait comme une UE, si quelqu'un était défaillant lors de l'épreuve il est défaillant pour le semestre entier. La communication sur l'organisation de l'épreuve dans ma fac (épreuve commune à toute l'université) était tellement mauvaise que j'ai du rentrer au milieu de mes vacances de ski pour aller passer l’examen tellement ils ont prévenus tardivement. Au final il y avait tellement peu d'étudiants présent qu'ils ont du organiser une deuxième session.

            Mon frère qui est en fac de sociologie (donc une administration différente) a eu un problème avec une note dans une de ses matières, il était considéré défaillant donc à l'annonce des résultats du semestre il avait raté son semestre. Il a donc contacté le prof concerné et à réglé le problème mais de son coté l'administration n'a pas actualisé la note (une histoire de jury sans doute ?) et il ne sait toujours pas si il a obtenu son semestre (alors que les examens étaient fin juin) et les rattrapages sont finis depuis longtemps.

            Il est vrai que pas mal de professeurs sont amenés à travailler sur du concret ou on un passé dans l'industrie mais la différence entre un chercheur en laboratoire et un chef de projet dans une entreprise pour un cours de génie logiciel est assez flagrante (c'est du vécu). Je ne dis pas qu'un prof de fac est complètement déconnecté du monde du travail, juste qu'il est moins sensible aux problématiques en entreprise.

            • Partager sur Facebook
            • Partager sur Twitter
            Anonyme
              26 juillet 2018 à 14:16:13

              Xaaav67 a écrit:

              FranckLeSaux a écrit:


              Pour l'administration, il faudrait étayer vos affirmations parce que le fac bashing c'est à la portée de tout le monde mais pour ce qui est des faits concrets, j'ai lu beaucoup de choses qui ne fonctionnaient pas dans des écoles comme EPITECH ou du même genre mais pour ce qui est de la fac, c'est toujours le même genre d'affirmation de principe, non étayée par des faits précis.

              Je vais donner quelques exemples vu que cela semble nécessaire.

              En L1 j'ai du passer le C2I qui comptait comme une UE, si quelqu'un était défaillant lors de l'épreuve il est défaillant pour le semestre entier. La communication sur l'organisation de l'épreuve dans ma fac (épreuve commune à toute l'université) était tellement mauvaise que j'ai du rentrer au milieu de mes vacances de ski pour aller passer l’examen tellement ils ont prévenus tardivement. Au final il y avait tellement peu d'étudiants présent qu'ils ont du organiser une deuxième session.

              Voilà justement l'exemple qui illustre ce que j'écrivais, à savoir que les étudiants ont une facheuse tendance à mettre sur le dos des enseignants la responsabilité de leur échec, en remettant rarement en cause leur propre comportement. En l'occurrence vous n'avez de toute évidence pas compris les règles de validation du diplôme puisque ce que vous écrivez est faux : "si quelqu'un était défaillant lors de l'épreuve il est défaillant pour le semestre entier".

              En effet la loi, et plus particulièrement l'arrêté licence, interdit les notes éliminatoires et impose que toute note soit compensable : "la compensation est organisée sur le semestre, sans note éliminatoire et sur la base de la moyenne générale des notes obtenues pour les diverses unités d'enseignement, pondérées par les coefficients". Source : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024457754

              Xaaav67 a écrit:

              Mon frère qui est en fac de sociologie (donc une administration différente) a eu un problème avec une note dans une de ses matières, il était considéré défaillant donc à l'annonce des résultats du semestre il avait raté son semestre. Il a donc contacté le prof concerné et à réglé le problème mais de son coté l'administration n'a pas actualisé la note (une histoire de jury sans doute ?) et il ne sait toujours pas si il a obtenu son semestre (alors que les examens étaient fin juin) et les rattrapages sont finis depuis longtemps.

              Ce genre de problème arrive sans arrêt dans la vie de tous les jours et beaucoup plus souvent lorsqu'on a affaire au privé qu'au public. Qui n'a pas eu un jour maille à partir avec une entreprise qui avait "omis" de lui rembourser une somme due, par exemple pour le remboursement d'un article renvoyé ou encore pour une facturation d'eau ou de consommation mobile excessive ? Et votre frère perdra beaucoup moins de temps à faire rectifier les choses que celui qui tente de récupérer son du auprès d'un FAI et il est sur d'y arriver puisqu'il dispose du tribunal administratif comme recours, alors que l'autre ne reverra probablement jamais son argent.

              Honnêtement pensez vous que ce que vous mentionnez comme problème justifie le fait d'écrire que l'administration à la fac est CATASTROPHIQUE ????

              Xaaav67 a écrit:

              Il est vrai que pas mal de professeurs sont amenés à travailler sur du concret ou on un passé dans l'industrie mais la différence entre un chercheur en laboratoire et un chef de projet dans une entreprise pour un cours de génie logiciel est assez flagrante (c'est du vécu). Je ne dis pas qu'un prof de fac est complètement déconnecté du monde du travail, juste qu'il est moins sensible aux problématiques en entreprise.

              Est-ce une généralité ou le vécu à travers UN enseignant ? Parce que j'ai un ami qui est prof, justement en génie logiciel à la fac, et qui est très régulièrement demandé en tant que consultant par des SSII d'envergure nationale, justement pour des problème génie logiciel. Et je peux vous dire, pour le savoir, qu'il doit bien gagner en 3 jours de travail ce qu'un chef de projet gagne en un moi. Alors pourquoi, si les profs de facs sont à ce point à l'ouest, les entreprises les paient ils aussi cher pour les conseiller ?

              • Partager sur Facebook
              • Partager sur Twitter
                26 juillet 2018 à 14:30:26

                FranckLeSaux a écrit:


                Voilà justement l'exemple qui illustre ce que j'écrivais, à savoir que les étudiants ont une facheuse tendance à mettre sur le dos des enseignants la responsabilité de leur échec, en remettant rarement en cause leur propre comportement. En l'occurrence vous n'avez de toute évidence pas compris les règles de validation du diplôme puisque ce que vous écrivez est faux : "si quelqu'un était défaillant lors de l'épreuve il est défaillant pour le semestre entier".

                En effet la loi, et plus particulièrement l'arrêté licence, interdit les notes éliminatoires et impose que toute note soit compensable : "la compensation est organisée sur le semestre, sans note éliminatoire et sur la base de la moyenne générale des notes obtenues pour les diverses unités d'enseignement, pondérées par les coefficients". Source : https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024457754

                Encore faudrait-il comprendre la différence entre avoir 0 et être défaillant : )

                FranckLeSaux a écrit:

                Ce genre de problème arrive sans arrêt dans la vie de tous les jours et beaucoup plus souvent lorsqu'on a affaire au privé qu'au public. Qui n'a pas eu un jour maille à partir avec une entreprise qui avait "omis" de lui rembourser une somme due, par exemple pour le remboursement d'un article renvoyé ou encore pour une facturation d'eau ou de consommation mobile excessive ? Et votre frère perdra beaucoup moins de temps à faire rectifier les choses que celui qui tente de récupérer son du auprès d'un FAI et il est sur d'y arriver puisqu'il dispose du tribunal administratif comme recours, alors que l'autre ne reverra probablement jamais son argent.

                Honnêtement pensez vous que ce que vous mentionnez comme problème justifie le fait d'écrire que l'administration à la fac est CATASTROPHIQUE ????

                Ce problème n'est malheureusement pas isolé, le terme "catastrophique" est peut être légèrement exagéré. Question de point de vue.

                FranckLeSaux a écrit:

                Est-ce une généralité ou le vécu à travers UN enseignant ? Parce que j'ai un ami qui est prof, justement en génie logiciel à la fac, et qui est très régulièrement demandé en tant que consultant par des SSII d'envergure nationale, justement pour des problème génie logiciel. Et je peux vous dire, pour le savoir, qu'il doit bien gagner en 3 jours de travail ce qu'un chef de projet gagne en un moi. Alors pourquoi, si les profs de facs sont à ce point à l'ouest, les entreprises les paient ils aussi cher pour les conseiller ?

                Je vais me répéter mais je n'ai jamais dit que les profs étaient totalement à l'ouest... La grande majorité sont très biens et maitrisent parfaitement leur sujet et dans certains cas bien mieux que des professionnels malheureusement c'est souvent les mauvaises expériences qu'on retient.

                • Partager sur Facebook
                • Partager sur Twitter
                Anonyme
                  26 juillet 2018 à 15:47:23

                  Xaaav67 a écrit:

                  FranckLeSaux a écrit:

                  Est-ce une généralité ou le vécu à travers UN enseignant ? Parce que j'ai un ami qui est prof, justement en génie logiciel à la fac, et qui est très régulièrement demandé en tant que consultant par des SSII d'envergure nationale, justement pour des problème génie logiciel. Et je peux vous dire, pour le savoir, qu'il doit bien gagner en 3 jours de travail ce qu'un chef de projet gagne en un moi. Alors pourquoi, si les profs de facs sont à ce point à l'ouest, les entreprises les paient ils aussi cher pour les conseiller ?

                  Je vais me répéter mais je n'ai jamais dit que les profs étaient totalement à l'ouest... La grande majorité sont très biens et maitrisent parfaitement leur sujet et dans certains cas bien mieux que des professionnels malheureusement c'est souvent les mauvaises expériences qu'on retient.

                  Il y a des gens médiocres dans toutes les professions et toutes les catégories socio-professionnelles. Par contre, pour connaître plutôt bien le système éducatif et avoir pas mal de relations qui y enseignent, il y a bien davantage de mécontentement envers les intervenants professionnels que vis-à-vis de enseignants chercheurs et il y a bien davantage de mauvais étudiants que de mauvais profs. Mais évidemment quand on échoue il est plus simple de mettre ça sur le dos de l'institution et donc de taper sur les profs, qui représentent l'institution, et leur vanter les intervenants de l'entreprise, comme pour tenter d'enfoncer l'institution.

                  • Partager sur Facebook
                  • Partager sur Twitter
                    26 juillet 2018 à 16:13:53

                    FranckLeSaux a écrit:


                    Il y a des gens médiocres dans toutes les professions et toutes les catégories socio-professionnelles. Par contre, pour connaître plutôt bien le système éducatif et avoir pas mal de relations qui y enseignent, il y a bien davantage de mécontentement envers les intervenants professionnels que vis-à-vis de enseignants chercheurs et il y a bien davantage de mauvais étudiants que de mauvais profs. Mais évidemment quand on échoue il est plus simple de mettre ça sur le dos de l'institution et donc de taper sur les profs, qui représentent l'institution, et leur vanter les intervenants de l'entreprise, comme pour tenter d'enfoncer l'institution.

                    Je veux bien croire qu'il y a plus de plaintes envers les intervenants que les chercheurs et je suis totalement d'accord sur le ratio mauvais profs/etudiants. J'espère juste que la dernière phrase ne m'était pas destiné.

                    • Partager sur Facebook
                    • Partager sur Twitter
                    Anonyme
                      26 juillet 2018 à 16:34:41

                      @FranckLeSeaux : votre amour pour la fac m'etonnera toujours 😂😂😂😂. Je suis d'accord et en même temps pas d'accord avec vos propos j'ai le cas d'une amie qui se retrouve bloquée avec le Crous parce que la fac l'a mise en défaillante sachant qu'elle était à l'hôpital pendant plusieurs mois et à failli y rester. Tout ça à cause d'un projet...

                      Par contre, margeniser la fac à toujours été le cas et ça c'est décevant sachant les savoirs et l'autonomie que développe cette structure. L'autonomie c'est nécessaire en entreprise donc finalement la fac est vraiment formatrice à ce niveau. On ne sera pas toujours encadré, il faut se le dire. Après c'est normal de ne pas se sentir autonome juste après le lycée, après ça dépend aussi des gens. 

                      Je me suis éloignée du sujet, se baser sur l'évolution de la carrière des anciens étudiants d'une formation pour la critiquer ok, mais l'administration, franchement j'ai vu du bon et du mauvais en 5 ans en DUT où c'était catastrophique, en licence pro et à la fac. Ça variait quand même pas mal. Bref ce n'est pas un argument. 

                      • Partager sur Facebook
                      • Partager sur Twitter
                      Anonyme
                        26 juillet 2018 à 16:43:34

                        kawaii69-93 a écrit:

                        @FranckLeSeaux : votre amour pour la fac m'etonnera toujours 😂😂😂😂. Je suis d'accord et en même temps pas d'accord avec vos propos j'ai le cas d'une amie qui se retrouve bloquée avec le Crous parce que la fac l'a mise en défaillante sachant qu'elle était à l'hôpital pendant plusieurs mois et à failli y rester. Tout ça à cause d'un projet...

                        Et finalement elle n'a pas été réhabilitée et a perdu une année ????

                        kawaii69-93 a écrit:

                        Je me suis éloignée du sujet, se baser sur l'évolution de la carrière des anciens étudiants d'une formation pour la critiquer ok, mais l'administration, franchement j'ai vu du bon et du mauvais en 5 ans en DUT où c'était catastrophique, en licence pro et à la fac. Ça variait quand même pas mal. Bref ce n'est pas un argument. 


                        On est tout à fait d'accord, aucune institution n'a le privilège de la médiocrité et la fac cristalise probablement les critiques car obligée d'accepter les étudiants que les autres refusent, elle a forcément un taux d'échec beaucoup plus important et évidemment ce sont surtout ceux qui échouent qui mettent en cause l'institution, d'ailleurs 90% des critiquent de la fac émane de gens qui étaient en licence, curieusement très peu en master, évidemment en master le taux de réussite est excellent donc curieusement les mauvais profs de licence sont au même moment de bons profs de master.



                        • Partager sur Facebook
                        • Partager sur Twitter
                        Anonyme
                          26 juillet 2018 à 19:11:16

                          FranckLeSaux a écrit:

                          kawaii69-93 a écrit:

                          @FranckLeSeaux : votre amour pour la fac m'etonnera toujours 😂😂😂😂. Je suis d'accord et en même temps pas d'accord avec vos propos j'ai le cas d'une amie qui se retrouve bloquée avec le Crous parce que la fac l'a mise en défaillante sachant qu'elle était à l'hôpital pendant plusieurs mois et à failli y rester. Tout ça à cause d'un projet...

                          Et finalement elle n'a pas été réhabilitée et a perdu une année ????

                          C'est prévu qu'elle redouble depuis la fin du S5, ça pose problème au niveau du Crous puisque être défaillante fait perdre la bourse.

                          kawaii69-93 a écrit:

                          Je me suis éloignée du sujet, se baser sur l'évolution de la carrière des anciens étudiants d'une formation pour la critiquer ok, mais l'administration, franchement j'ai vu du bon et du mauvais en 5 ans en DUT où c'était catastrophique, en licence pro et à la fac. Ça variait quand même pas mal. Bref ce n'est pas un argument. 


                          On est tout à fait d'accord, aucune institution n'a le privilège de la médiocrité et la fac cristalise probablement les critiques car obligée d'accepter les étudiants que les autres refusent, elle a forcément un taux d'échec beaucoup plus important et évidemment ce sont surtout ceux qui échouent qui mettent en cause l'institution, d'ailleurs 90% des critiquent de la fac émane de gens qui étaient en licence, curieusement très peu en master, évidemment en master le taux de réussite est excellent donc curieusement les mauvais profs de licence sont au même moment de bons profs de master.


                          Ahahahah c'est vraiment pas faux, malheureusement les pensées ne sont pas prêt de changer, on verra toujours des S qui préfèrent aller en BTS (par facilité ?) plutôt qu'en licence alors qu'ils en ont une probabilité plus élevé d'y arriver que les bacs technos et pros à qui ils piquent la place et vouloir par la suite aller en ingé. Franchement, je ne voulais pas mettre les pieds à la fac mais finalement je me rends compte que ce n'est vraiment pas si terrible. Le taux d'échec est également très élevé dans les écoles post-bacs et personne ne fait autant de fixette sur ça. On verra ce que parcoursup va donner là dessus... 

                          • Partager sur Facebook
                          • Partager sur Twitter
                            27 juillet 2018 à 7:27:52

                            Mouai alors une école bas niveau reste a prouvé... Elle répond à une demande et un besoin...
                            Le seul truc bas niveau qu'on peut dire c'est le salaire (comme tout école groupe B ou C certaines cités sont du même groupe ;) ).

                            Pour Franck et Autres :"Pour l'administration, il faudrait étayer vos affirmations parce que le fac bashing c'est à la portée de tout le monde mais pour ce qui est des faits concrets, j'ai lu beaucoup de choses qui ne fonctionnaient pas dans des écoles comme EPITECH ou du même genre "

                            Mais je suis totalement d'accords... Mais faudrait faire la même sur le privé au lieu d'en citer un juste après...Oui tout n'est pas parfait partout. Et effectivement certaines facs sont plutôt bonne (après suffit quelques fois d'un agent.... ). Après la fac à un publique plus large donc le visuel de gens peu content semble important (mais il doit être je suppose équivalent en proportion) 

                            Pour des exemples: moi j'ai bien le mirail à Toulouse mais bon c'est un cas particulier :p
                            • Partager sur Facebook
                            • Partager sur Twitter
                              30 septembre 2023 à 22:50:06

                              Bonjour,

                              Ce post est assez vieux, dans le cas où là question se poserai toujours en 2023 :

                              Je suis diplôme de l’eicnam 2022 en génie électrique. J’ai effectué ce diplôme en apprentissage au sein du groupe PSA/Stellantis.

                              En revanche, plusieurs des informations que j’ai vu dans les posts de ce forum sont erronés.

                              1) Il est vrai que l’accès à la formation n’est pas des plus difficiles. Le plus difficile est d’y rester. En 2nd année de cycle d’ingénieur, 30% de ma promotion s’est fait virer à cause de notes insuffisantes (3 rattrapes = la porte, sans négociations possibles).

                              2) Tous les professeurs qui enseignent des matières scientifiques sont des doctorants ultra-qualifiés. Je parle de normaliens, le polytechniciens et j’en passe. Seuls les cours de management sont dispensés par des ingénieurs de l’industrie française. Ce qui permet d’appréhender la théorie avec les meilleurs doctorants de leur domaines. De même que les cours de management. Qui de mieux placé que les acteurs de notre industrie ? 

                              3) Le salaire en sortie d’école ainsi que les opportunités d’embauches sont remarquables. Grand nombre de mes camarades de promotion et moi-même avons été recruté par de grands groupes (et non des sociétés de consulting). A titre personnel, j’ai été embauché à 43k€ brut annuel.

                              4) Arrivé en CDI, en tout humilité, j’ai impressionné bon nombre d’ingénieurs et d’experts grâce à mes connaissances théoriques et pratiques. Fournissant même souvent un travail de meilleur qualité que les ingénieurs de « grandes écoles  ». Je pense qu’il suffit de se donner les moyens…

                              5) 3 de mes camarades de promotion ont reportés les 3 premières places du concours de la performance ingénieur 2000. Devant des gadzarts (ensam). L’un de mes camarades a même poursuivi en doctorat.

                              6) En première année il est vrai que j’avais remarqué des problèmes avec l’administration. Des problèmes de planning engendrant des cours sans salles de disponibles. Ces problèmes de salle ont vite disparus lors du 2nd semestre de cette même année.

                              Enfin, il est vrai que j’étais également réticent avant d’intégrer l’eicnam. J’ai été agréablement surpris. Et remercie cette école de laisser sa chance à tous pour atteindre le sommet. C’est même la devise de l’école : Docet omnes ubique : il enseigne à tous et partout.

                              J’ai essayé d’être le plus neutre possible dans la rédaction  de ce post.

                              En espérant que ça pourra aider et/ou motiver du monde ;) !

                              • Partager sur Facebook
                              • Partager sur Twitter

                              L'Eicnam une école d'ingénieurs de bas niveau ?

                              × Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
                              • Editeur
                              • Markdown