Partage
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Sensation d'irréalité...

EDIT : il y a du nouveau

11 novembre 2011 à 17:17:30

Bonjour,

Ce sujet est vieux (2011), depuis j'ai fait d'énormes progrès et découvert plein de pistes pour améliorer ma situation. Ainsi, je vous conseille très fortement d'aller lire les posts correspondants : ici, ici et ici.

En gros, il s'agissait de problèmes de fatigue récurrente, difficultés de concentration, troubles de la mémoire, migraines... Autant de choses qui m'ont motivé à me bouger pour essayer de trouver des solutions, ou du moins des pistes.

Pistes qui commencent à donner leurs fruits. Les résultats sont très encourageants. Je ne regrette absolument pas le temps que j'ai pu passer à faire toutes ces recherches. C'est pourquoi je laisse ci-dessous l'ancien post de 2011. Pour ceux qui s'y retrouveraient dans mes symptômes, ça vaut vraiment le coup de creuser alors foncez !!

Bises

Scraper

PS : Si un modérateur avait l'aimabilité de changer le sujet de rubrique, je crois que c'est assez inadapté...

------------------------------------------------------------------------------------

Novembre 2011

Bonjour à tous !

J'aimerais juste avoir quelques éclaircissements concerant un état assez particulier : en permanence j'ai la sensation d'avoir l'esprit embrumé, les idées confuses, d'énormes difficultés à me concentrer etc... Et une impression d'irréalité (comme dans Matrix :-° ) récurrente, accompagnée d'une atténuation/amplification des sentiments et d'une baisse des sensations.

J'ai parlé avec des amis et à mes proches à ce sujet. Ils me disent tous avoir éprouvé cette sensation une ou plusieurs fois, sous le coup de la fatigue. Communément on appelle ça "avoir la tête dans le c**", ou alors "les yeux pas en face des trous". Sauf que me concernant, je crois que ça doit faire plus d'un an que je vis avec cette sensation, j'ai beau dormir autant que je veux, ça ne part pas. Les jours passent sans que j'y prête attention, il me semble que je suis spectateur du monde qui m'entoure. J'en viens même à me demander comment étaient les "vraies" sensations que j'éprouvais avant... Bref.

Donc pour vous scientifiques j'ai quelques questions ^^

Premièrement est-ce que cet "état" possède un nom scientifique ?
Ensuite existe-t-il des moyens de s'en débarasser ?

Je vais voir un psy régulièrement depuis peu, je lui ai pas encore posé la question, peut-être que je devrais ?

J'attends vos réponses avec impatience ;)



-
Edité par Scraper 3 juin 2015 à 19:27:52

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
11 novembre 2011 à 18:34:57

Bonjour,

Je ne suis pas scientifique en ce domaine, mais je peut te conseiller d'aller voir un ostéopathe. Pour quoi ? Eh bien parce que ces médecin travaillent sur les énergies circulant dans le corps. Il est tout à fait probable que certains de tes os soient en mauvaise posture, ce qui troublerait la circulation d'énergie dans ton corps.

Je ne pense pas que se soit psychologique.

A propos des ostéopathes, il en existe beaucoup, mais il faut privilégié ceux qui font partie de l'association des ostéopathes (je sais plus quel est le nom exacte).

Les honoraires sont assez couteuses, mais certaines mutuelle remboursent en partie les soins. En plus, quand on sort de chez l'ostéopathe, on sent un bien fou parcourir le corps !

En espérant t'avoir aidé. ;)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
11 novembre 2011 à 18:56:51

Dans les faits, l’ostéopathie est une pseudo science qui n'a absolument pas fait la preuve de son efficacité. Cette histoire d'énergie me parait franchement louche, pour ne pas dire stupide. Ça ne t'aidera pas d'aller voir un ostéopathe.

Pour cette historie d'irréalité, je n'en pense rien sinon que c'est juste psychosomatique (en clair tu n'as rien et tu crois percevoir des troubles qui n'existent pas), voir simplement l'effet de l'adolescence ou de la fatigue. Je crois franchement que ce n'est franchement pas grave et que c'est passager : tu t’inquiète pour rien. Ou alors, c'est "psychologique" (quelque chose du genre une petite déprime couplée à de la fatigue ou un manque de sommeil) et là, seul ton psy peut t'aider : lui seul connait ton cas et tes symptômes.

Je te déconseille tout de même de poser des questions médicales sur le net, les internautes ne sont pas des médecins et il vaut mieux demander l'avis de quelqu'un qui s'y connait vraiment comme ton psy.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
11 novembre 2011 à 19:21:21

Citation

Dans les faits, l’ostéopathie est une pseudo science qui n'a absolument pas fait la preuve de son efficacité. Cette histoire d'énergie me parait franchement louche, pour ne pas dire stupide. Ça ne t'aidera pas d'aller voir un ostéopathe.



Sauf erreur de ma part, cette médecine a été reconnue officiellement en tant que tel. Ne me demande pas par qui, j'en sais fichtrement rien.

Et l'histoire sur l'énergie ce n'est absolument pas louche, c'est un fait. C'est en plus basé sur la médecine Chinoise, et, on le sais tous, la médecine chinoise est une des meilleurs au monde.

Quoi qu'il en soit, je ne dis pas qu'il faut absolument voir un ostéopathe, j'émettais simplement une suggestion. Mais quand on veut résoudre un problème, il faut trouver plusieurs pistes de résolutions.

Alors peut-être que ce qu'il a n'est que "passager" (bien que c'est stationnaire depuis 2 ans, dit-il), mais lui dire qu'il ne s'inquiète pour rien, je ne suis pas tout à fait d'accord avec ça.

A lui de trouver la solution et effectivement demander à son psy pour commencer.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
11 novembre 2011 à 22:16:27

Citation : Mewtow

Dans les faits, l’ostéopathie est une pseudo science qui n'a absolument pas fait la preuve de son efficacité. Cette histoire d'énergie me parait franchement louche, pour ne pas dire stupide. Ça ne t'aidera pas d'aller voir un ostéopathe.

Pour cette historie d'irréalité, je n'en pense rien sinon que c'est juste psychosomatique (en clair tu n'as rien et tu crois percevoir des troubles qui n'existent pas), voir simplement l'effet de l'adolescence ou de la fatigue. Je crois franchement que ce n'est franchement pas grave et que c'est passager : tu t’inquiète pour rien. Ou alors, c'est "psychologique" (quelque chose du genre une petite déprime couplée à de la fatigue ou un manque de sommeil) et là, seul ton psy peut t'aider : lui seul connait ton cas et tes symptômes.

Je te déconseille tout de même de poser des questions médicales sur le net, les internautes ne sont pas des médecins et il vaut mieux demander l'avis de quelqu'un qui s'y connait vraiment comme ton psy.


Okay merci ! Pour l’ostéopathie, autant dire tout de suite que je ne crois absolument pas à ce genre de trucs ^^
Je ne suis absolument pas hypocondriaque. Le truc, c'est que quand même en pleines vacs je suis fatigué alors que je dors 9-10h par jour, je fais du sport et je prends l'air, et je me sens tout de même ahuri et incapable de me concentrer, comme si mon cerveau se mettait en veille et n'assurait que le strict minimum. Je suis assez stressé et j'ai vu que ça pouvait provenir d'une overdose de stress.
Je pense que je vais m'en remettre à mon psy, en espérant qu'il comprenne ! Je voulais juste votre avis ! Merci pour vos réponses :)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
11 novembre 2011 à 22:30:30

Je vais être lourd, mais je tiens à défendre l'ostéopathie. Je suis un scientifique pur et dur, je ne crois que ce que la science peut prouver et elle prouve que l'ostéopathie fonctionne réellement.

Citation : Wikipédia

Les ostéopathes considèrent que la remise en fonction de la mécanique corporelle peut entraîner une régulation de l'homéostasie. Les ostéopathes considèrent que la médecine conventionnelle est nécessaire pour toutes les atteintes de la structure même de l'organisme. Ils traitent plutôt les maladies fonctionnelles, éventuellement psychosomatiques, ne relevant pas de rééducation en kinésithérapie. Un ostéopathe peut travailler avec un patient atteint dans sa structure corporelle une fois celle-ci prise en charge par la médecine conventionnelle, bien que peu de patients bénéficient des soins concertés d'un kinésithérapeute et d'un ostéopathe



Ça reprend le propos de Mewtow qui dit que c'est psychosomatique.

Si t'y crois pas, tant pis, j'espère simplement que tu trouvera une solution. ;)

Citation

Je suis assez stressé et j'ai vu que ça pouvait provenir d'une overdose de stress.



D'ailleurs, le stress c'est quoi : de l'énergie...
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
18 novembre 2011 à 14:35:11 - Message modéré pour le motif suivant : Message complètement hors sujet


21 novembre 2011 à 12:10:16

Citation : olyte


Citation

Je suis assez stressé et j'ai vu que ça pouvait provenir d'une overdose de stress.



D'ailleurs, le stress c'est quoi : de l'énergie...



Non, le stress, c'est juste un état psychologique. Sinon on ferait rouler nos voitures au stress.

Citation : ChristopheG

Arrête la drogue et ça ira mieux



Parfois, il vaut mieux ne rien dire. :)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
22 novembre 2011 à 20:46:27

Heu, placebo ou pas, l'ostéopathie ça aide. Vraiment.
Je connais des tonnes de gens qui y ont eu recours et cette science, même si elle est pas reconnue, fonctionne.

Peut-être qu'en manipulant les gens ou je ne sais quoi ils touchent plus à la psychologie qu'au corps en lui-même mais les faits sont là ; ça fonctionne.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Free hugs. <3
22 novembre 2011 à 21:35:33

Personne regarde Arte ce soir ?
Il y a un documentaire sur "le médecin intérieur" qui parle justement de l'optimisation de l'auto-régénération du corps par effet placebo.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
23 novembre 2011 à 14:53:22

On a identifié mon problème avec mon psy, en fait il s'agit d'un état anxieux tout simplement... Seul moyen pour s'en débarrasser : éliminer les problèmes. Plus de problèmes = plus d'anxiété !
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
25 novembre 2011 à 13:49:24

Ca coute pas grand chose, mais l'osthéopathie aide à se sentir mieux.
C'est médicale dans le sens où les hostéopathes peuvent déplacer des os (articulation) ou simplement remettre le bassin à sa place. Après, les histoires d'énergies, j'y crois pas du tout ... mais le fait est que ça fait du bien.
Le mieux est d'essayer pour s'en convaincre.

kéké
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
29 novembre 2011 à 22:10:10

J'arrive après la bataille mais…

Citation : Scraper

On a identifié mon problème avec mon psy, en fait il s'agit d'un état anxieux tout simplement... Seul moyen pour s'en débarrasser : éliminer les problèmes. Plus de problèmes = plus d'anxiété !



Dès le premier post, je m'en suis tout de suite doutée que c'était dûe à l'anxiété.
Pourquoi ? Parce que je suis moi-même affectée par les troubles anxieux (principalement phobie sociale, avec tendances aux TAG et une phobie des toilettes), et aussi parce que je fréquente des communautés de personnes anxieuses comme Phobies-Zéro et donc, ton post me rappelaient les témoignages postés sur ledit forum, ainsi que les symptômes d'une crise d'angoisse ou de panique.
Tu peux trouver des renseignements ici : http://www.phobies-zero.qc.ca/

Je sais, ce site est québécois, mais je sais qu'il existe d'autres sites francophones comme Troubles-anxieux.com dont le forum se trouve ici.

Si tu dis que dans ton entourage, plusieurs ont eu cette même sensation et qu'il s'agit de membres de la famille, c'est que bien souvent, les risque d'être atteint de troubles anxieux sont plus élevés si on a des antécédants familiaux. D'ailleurs pour en revenir à mon cas, mon père est nerveux de nature et a déjà eu des crises d'angoisse lors de périodes particulièrement stressantes. Ma mère a déjà été TAG dans sa jeunesse et a une phobie sévère des serpents et des vers, tandis que mon frère est nerveux de nature et a une phobie modérée des araignées.

En espérant que mon post t'aie été utile.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Pour des raisons personnelles, mon cours sur Gimp ne sera plus mis à jour ici, mais plutôt sur http://zestedesavoir.com
Anonyme
5 décembre 2011 à 23:01:21

Citation : ChristopheG

Arrête la drogue et ça ira mieux


Je ne sais pas si tu fumes régulièrement, mais là dessus ChristopheG n'a pas tout à fait tort, la consommation sur le long terme donne bien ce genre d'effets...
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
6 décembre 2011 à 0:11:59

Citation : Doulilos

Citation : ChristopheG

Arrête la drogue et ça ira mieux


Je ne sais pas si tu fumes régulièrement, mais là dessus ChristopheG n'a pas tout à fait tort, la consommation sur le long terme donne bien ce genre d'effets...



As-tu lu les autres posts ? Car l'auteur du sujet a donné des nouvelles de ça, et les effets qu'il à viennent finalement d'un trouble d'anxiété.

Je t'invite à te documenter sur les troubles anxieux ici : http://phobies-zero.qc.ca/
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Pour des raisons personnelles, mon cours sur Gimp ne sera plus mis à jour ici, mais plutôt sur http://zestedesavoir.com
Anonyme
6 décembre 2011 à 9:00:55

Citation : Ishimaru Chiaki

Citation : Doulilos

Citation : ChristopheG

Arrête la drogue et ça ira mieux


Je ne sais pas si tu fumes régulièrement, mais là dessus ChristopheG n'a pas tout à fait tort, la consommation sur le long terme donne bien ce genre d'effets...



As-tu lu les autres posts ? Car l'auteur du sujet a donné des nouvelles de ça, et les effets qu'il à viennent finalement d'un trouble d'anxiété.



Oui, j'ai lu les autres posts, mais ça me semblait important de le préciser, au cas où :) .

Un psy n'est pas un médecin, et un petit checkup pour voir si tu n'as pas des carences me semble être une bonne idée !
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
6 décembre 2011 à 16:49:33

Je ne fume pas, je ne me drogue pas, je ne bois pas de façon régulière (mais une bonne bière je dis pas non !), je ne prend pas de médicaments, je suis rarement malade...

Je me sens juste mal dans ma peau, sans trop savoir expliquer pourquoi, je dors mal et je suis fatigué en permanence. Il me faut 8H de sommeil minimum, sinon je passe ma journée en mode zombie (enfin, encore plus que d'habitude, 9 ou 10 c'est mieux), je trouve ça juste énorme sachant que des amis dorment 6H et pètent la forme. Mon sommeil n'est pas profond, il n'est pas réparateur ; je me réveille tout le temps dans la nuit.

Pour vous donner des exemples je me surprend à délirer et à réver en classe, j'ai un mal fou à me concentrer pour quoi que ce soit, parfois je parle à quelqu'un mais je pense à complètement autre chose en même, voire à rien, je me contente de répondre ...
Tout est morne, tout est triste, j'ai juste envie de m'endormir et de ne plus me réveiller, mon lit semble être le seul lieu qui me procure encore un semblant de plaisir, j'ai une perte de motivation pour tout c'est vraiment horrible !

Et mon psy est bien médecin, c'est un psychiatre (et pas un psychologue), il est évident que d'un point de vue physique tout va bien, je fais du sport (20 km de vélo par jour soit 2x30 mins, ajouté à cela une heure de natation par semaine et de la musculation occasionnelle). Aller le voir me fait du bien, mais ne résout aucun problème, du moins pour l'instant...

En fait j'ai juste l'impression de ne jamais être réveilé pour de bon ! Toujours la tête dans le c** même en faisant du sport en pleine après midi, 24h/24, 7J/7
Mon cerveau est en veille, il attend inactif qu'on le réactive...!
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
6 décembre 2011 à 17:19:25

Citation

Il me faut 8H de sommeil minimum, sinon je passe ma journée en mode zombie (enfin, encore plus que d'habitude, 9 ou 10 c'est mieux)



Ca c'est normale, c'est la durée que passe en moyenne les ados à dormir. Mais ton problème à l'aire plus profond. Tu as peut-être des troubles du sommeil, il existe des spécialistes pour ça.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
6 décembre 2011 à 17:36:23

Citation : Scraper

Et mon psy est bien médecin, c'est un psychiatre (et pas un psychologue)


Alors c'est plutôt une bonne nouvelle pour guérir.

Tu disais au début ne pas lui avoir encore parlé de ces problèmes, n'hésite vraiment pas à tout dire, c'est de cette manière qu'il pourra trouver la solution à tes problèmes, et un médecin ne te jugera jamais !
(à part pour te dire de freiner la clope quand tu viens pour une angine carabinée :-° )


Maintenant, sache qu'à l'adolescence on peut être amené à se poser pas mal de questions sur soi, sur ce qui nous entoure, et avoir l'impression qu'on est différent, que ces sensations de 'ailleurs' ne sont vécues par personne...
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
6 décembre 2011 à 22:24:03

Je ne dis pas qu'elles ne sont vécues par personne, je sais très bien que je ne suis pas un cas isolé, le problème c'est qu'il n'y a pas de solution miracle... voire pas de solution du tout !
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
7 décembre 2011 à 17:13:04

Moi aussi, j'ai déja ressenti ca, mais uniquement sous l'effet de l'alcool :D

Citation : Op

Pour vous donner des exemples je me surprend à délirer et à réver en classe, j'ai un mal fou à me concentrer pour quoi que ce soit, parfois je parle à quelqu'un mais je pense à complètement autre chose en même, voire à rien, je me contente de répondre ...
Tout est morne, tout est triste, j'ai juste envie de m'endormir et de ne plus me réveiller, mon lit semble être le seul lieu qui me procure encore un semblant de plaisir, j'ai une perte de motivation pour tout c'est vraiment horrible !



Ouais, tu doit avoir une glande qui produit de l'éthanol en permanence.

Plus sérieusement, je pense que c'est dû a la fatigue. Même si tu ne la ressens pas directement, a l'adolescence, l'horloge biologique est déréglée.
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
16 janvier 2015 à 13:10:50

Scraper,

je vois que le sujet est résolu donc j'arrive peut-être un peu tard. Je voudrais, en tout cas, attirer ton attention et celle des autres dans le même cas sur une question. Est-t-il réellement bénéfique de se tourner vers la science pour répondre à ton "problème"? Comme tu le sais, la science se base sur des normes qu'elle a elle-même défini pour expliquer des phénomènes nouveaux et inconnus. Si elle met des mots et arrive à décrypter ce genre de phénomène de manière rationnelle, il apparaît en revanche qu'il n'existe pas de remède contre cette sensation d'irréalité. Les seules solutions que la science à trouver pour mettre en place une forme de résilience et permettre une réinsertion dans la norme rassurante de notre belle société sont les antidépresseurs et autres anxiolytiques qui inhibe le phénomène pour le mettre plus ou moins en quarantaine. Nous vivons dans un monde ou le changement physiologique de l'homme effraie, ou le moindre "dysfonctionnement" est perçu comme un danger potentiel qu'il faut corriger ou isoler. Au développement humain, on préfère l'évolution technologique bien plus commode à l'endormissement des esprits. Et si ton sentiment d'irréalité était en en fait un retour à la réalité, l' amorce d'une prise de conscience effrayante, certes, mais plus proche de la vérité que ce que l'on veut bien te faire croire. Et si au lieu d'un problème à corriger, il s'agissait d'un don à développer?

Je ne suis pas un gourou de secte cherchant à profiter d'une "faiblesse", je connais moi aussi ce sentiment et j'ai l'intime conviction qu'au lieu de s'isoler ou de chercher à corriger cette perception différente du monde, il faudrait au contraire se rassembler, débattre, échanger pour mieux appréhender ce phénomène qui effraie. Peut-être qu'ensemble nous pouvons être plus confiant, plus fort et renverser les idéologies préconçues. Si d'autres personnes dans cette situation, ou dans une situation similaire partagent mon point de vue et souhaitent en discuter sérieusement et différemment: brice.crones@yandex.com 

Nous ne sommes pas seuls. Partageons notre vécu!

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
16 janvier 2015 à 13:54:57

@BriceCrones : sérieusement, le coup du complot de la société qui veut faire des aveugles ignorants et chasse les clairvoyants, c'est du vu et revu... :-°

Par ailleurs, si je peux me permettre un conseil, vire ton mail si tu veux pas te faire spammer, donne ton mail seulement dans des MP par exemple.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
25 janvier 2015 à 14:19:04

Salut à tous !

C'est une chance que je sois passé par hasard sur le forum et que j'ai vu ce "déterrage", vu que je ne suis plus vraiment actif...

Je pense que c'est l'occasion de reparler de ce phénomène sous un angle nouveau, surtout si c'est pour partager avec de nouvelles personnes qui se sentent également concernées ou qui voient de quoi je parle.

La création du post remonte à Novembre 2011, soit il y a un peu plus de trois ans. A l'époque j'étais lycéen en Terminale (17 ans et demi), désormais j'approche mes 21 ans. Depuis j'ai beaucoup étudié la question et j'ai pas mal progressé donc je pense que ça vaut la peine que je vous explique.

Dans cette période de 3 ans j'ai vu pas mal de psychiatres, et surtout découvert la sophrologie. De fil en aiguille je me suis intéressé et documenté sur les méthodes de relaxation, le yoga et la philosophie orientale. J'ai pu en tirer certaines conclusions (qui sont évidemment personnelles, mais qui ont je pense une vocation assez universelle chez les Hommes), que je vais vous exposer ici.

Premièrement, le corps et l'esprit, le mental, sont étonnement liés. "Mens sana in corpore sano" : "un esprit sain dans un corps sain", est un concept souvent oublié dans notre société occidentale sur-stressée mais pourtant on-ne-peut-plus véridique. Se sentir mal dans son corps, que ça soit par manque de pratique sportive, à cause de douleurs provoquées par des maladies, de mauvaises conditions de sommeil ou de travail (posture etc..) se traduit indéniablement par un mal-être psychologique, qui va se répercuter en pensées négatives, ruminations, stress...

Se sentir bien dans son corps, en forme, détendu, en bonne santé, renforce les pensées positives, est bon pour le moral.

A l'inverse, avoir l'esprit encombré en permanence par des pensées négatives, des obsessions, se répercute tôt ou tard sur le corps : ce phénomène est connu en médecine et s'appelle la somatisation. C'est la manifestation physique de troubles psychiques.

Se sentir bien dans sa tête aide a avoir un corps détendu, en forme, un repos réparateur etc..

On comprend aisément à partir de là qu'il existe deux spirales sans fin, un cercle vicieux et un cercle vertueux, liées tout ça.

Le cercle vicieux : on se sent mal dans notre tête, ce qui se répercute sur notre corps : on se sent mal dans notre tête et dans notre corps, donc le choses vont en s'aggravant etc... Exemple : de nature anxieuse, on rumine sans cesse des scénarios négatifs sur tel ou tel évènement/échéance qui nous stresse particulièrement, ce qui se traduit par des tension au niveau du coup et des épaules notamment (le plus fréquent), ce qui, tout ensemble, nous empêche de bien dormir et de nous détendre pour récupérer etc...

Le cercle vertueux : on agit sur notre mental et/ou notre corps pour nous sentir mieux, ce qui améliore la situation, on voit les progrès accomplis et on persévère, on va de mieux en mieux etc...

Mon expérience perso là dedans : c'est en m'essayant à la sophrologie pendant ma prépa (particulièrement dure niveau psychologique) que j'ai réussi à me rendre compte de l'ampleur de ce phénomène. Pensez en ce que vous voulez, mais c'est un s'attardant sur son corps et sur les sensations qu'on ressent au niveau des muscles notamment qu'on se rend mieux compte de l'éventuelle négligence dont on a fait preuve à leur égard.

La détente physique peut être obtenue par des exercices d'échauffement, d'étirements, de respiration (yoga). Elle aide à chasser les pensées négatives, et permet un récupération impressionnante (testé et approuvé) : par exemple un séance de sophrologie/relaxation dynamique (c'est à dire en effectuant des étirements, échauffements) d'une vingtaine de minutes entre midi et deux permet de récupérer en partie d'une mauvaise nuit de sommeil, et permet d'être en forme l'après midi. Pour donner un exemple, je ne bois presque plus de café du tout, car je n'en éprouve plus le besoin comme je suis plutôt en forme.

Cette relaxation physique instaure un état de bien être psychologique. En réalité, elle "vide" la tête de toutes les pensées et mène à une sorte d'état proche du sommeil. Dans cet état, on peut se reposer, mais aussi amener des images positives de notre vie (vécues ou à venir), et travailler le mental en se rendant compte que finalement, on est biens biens biens, on est pas si malheureux :)

Ma conclusion sur ce point est qu'un cerveau en forme est un cerveau qui ne pense pas trop, mais qui pense bien. Il vaut mieux avoir une idée positive en tête que se laisser déborder par des ruminations et ressassement des pensées négatives qui encombrent le cerveau.

Alors si vous m'avez lu jusqu'ici (wouah) vous vous demandez sûrement "Mais quel est le rapport avec la discussion initiale ?" Eh bien mes amis c'est très simple, il se trouve que dans mon cas, mon état "second" ou "d'irréalité" est en fait un état anxieux dans lequel je ressasse en permanence des pensées noires et négatives, entrainant le cercle vicieux dont j'ai parlé. Le manque de repos, la fatigue mentale, la négligence physique, tout ça accumulé depuis des année, encouragé par des évènements traumatisants que j'ai pu vivre (perte d'un proche, mésaventures amoureuses) font que ma conscience, retranchée dans le dernier rempart de ma tête, criait à l'aide et essayait tant bien que mal de s'évader de la dure réalité de ce monde. D'où tous les symptômes cités dans ce post.

Alors qu'on soit bien clair, je ne suis pas encore "guéri", cette maltraitance a été endurée des années, la guérison ne peut pas être instantanée. Il faut désormais inverser la roue (ce que je suis en train de faire) et revenir peu à peu dans notre monde actuel, car la vie mérite d'être pleinement vécue. Pour cela les clefs sont :

- la sophrologie/relaxation/yoga, couplé à une bonne activité physique : pour agir sur le physique.

- la psychothérapie/thérapie cognitive comportementale/ce que vous voulez : pour comprendre nos douleurs, nos refoulements, positiver et les surmonter.

- la méditation de pleine conscience : une fois que les troubles ont disparu pour ré-apprendre à vivre dans l'instant présent et savourer pleinement la vie à chaque instant.

Je travaille sur ces axes en ce moment et je vous assure que les résultats sont prometteurs :)

Voila j'espère que mon beau pavé pourra en aider quelques uns, ou du moins donner des pistes. Mon conseil : préoccupez vous de ces problèmes plutôt que de les oublier, il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de bénéfices à en tirer.

Ma dernière piste concerne l'utilisation du stress. Attention le stress n'est pas forcément mauvais : c'est aussi une réaction normale aux choses qui nous motivent dans la vie. Il ne faut pas vouloir l'abolir, mais plutot apprendre à s'en servir positivement. C'est un outil incroyable puissant que nous possédons, qui a aussi bien la faculté de nous aider à savourer la vie que de nous détruire. A bon entendeur ^^

Sur ce plein de bonheur et de réussite pour vous tous, et surtout n'hésitez pas à continuer la discussion si vous pensez pouvoir en tirer quelque chose, j'y jetterai un coup d’œil de temps en temps ;)

@BriceCones : Je suis plutôt d'accord avec toi. D'ailleurs tu constateras dans ma réponse que je n'ai pas essayé de tout expliquer scientifiquement et rigoureusement. Je pense que certains mécanismes sont très complexes et encore mal connus (notamment tout ce qui touche au stress), mais la réalité de la relaxation donne des résultats incontestables. Ensuite quand tu parles de "prise de conscience effrayante", cela rejoint tout à fait ce que j'explique. Cet état pouvait en effet être analysé comme la "prise de conscience effrayante" de ma détresse et ma volonté absolue de vivre (et non pas survivre), une sonnette d'alarme pour me remettre dans les bons rails :)

EDIT : Il pourrait être intéressant de déplacer le sujet dans une catégorie adaptée. Après réflexion, "Autres sciences" ne veut pas dire grand chose, peut être que les discussions générales seraient plus adaptées ! Mais je ne sais pas comment faire :p

-
Edité par Scraper 25 janvier 2015 à 14:51:50

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
29 janvier 2015 à 2:28:28

Un truc tout con as-tu pensé à faire vérifier ta thyroïde.

Tu dis que tu es tout le temps fatigué alors que tu dors longtemps, que tu as l'impression d'irréalité.

Ca peut aussi venir de là.

Beaucoup de médecin (et partiulièrement des psy) ont tendance à vite confondre les problème d'hypothyroidi avec un état de dépression. Et il faut savoir qu'encore au siecle dernier on enfermé las malade de la thyroide car on les prenait pour des débile.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
29 janvier 2015 à 7:08:26

Pour l’ostéopathie, autant dire tout de suite que je ne crois absolument pas à ce genre de trucs


T'as évolué au moins :)

Les problèmes liés au psychisme sont très mal connus et dans plein de cas ils y a des erreurs de diagnostic. Il y a encore plein de choses inconnues quand le montre l'exemple de astragor

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
31 janvier 2015 à 17:20:19

@astragor : Ta piste est intéressante et potentiellement à creuser, mais c'est une chose parmi tant d'autres. La situation actuelle est un mélange complexe et subtil de plusieurs éléments aussi bien d'origine psychologique que physique... Il faut essayer d'améliorer un peu tout.

Une autre piste : j'ai des difficultés à respirer avec le nez (depuis toujours), ma narine gauche est bouchée la plupart du temps (et quand elle ne l'est pas c'est la droite). J'avais déjà fait des radios il y a longtemps mais à priori pas de déplacement de la cloison ou autre... Le problème n'est pas résolu. Je me rend compte que cela m'impacte un peu, notamment certains exercices de respiration de yoga que je peux mal réaliser : résultat, la partie avant gauche de ma tête est assez "encrassée". Je sens que respirer de l'air (qui plus est du bon air, ex de l'air de la montagne) de la narine gauche désencrasserait cette zone, mais malheureusement je ne peux pas le faire.

@ads00 : Tout à fait j’ai bien évolué sur pas mal de points. Je ne doute plus de l'efficacité de l'ostéopathie, ni de celle de l'acupuncture ou de l'aromathérapie. D'ailleurs je me fais souvent des auto massages des zones douloureuses et des points d'acupuncture pour m'aider à me détendre et à récupérer lors de séances de relaxation.

Cependant j'ai toujours des réserves vis à vis des thérapeutes que interviennent pour ce genre de pratique. Les ostéopathes ne sont pas médecins, et ont des démarches commerciales la plupart du temps douteuses. Idem pour les acupuncteurs. De plus, la pratique est souvent mise en relation avec des grandeurs surnaturelles ou spirituelles. Je ne nie pas l'existence du Qi et de la nécessité de sa régulation, mais sa présentation est plutôt pour moi "une bonne pilule pour faire digérer le fait qu'on ne sache pas mieux comment ça marche d'un point de vue médical", vu que la technique est inexpliquée mais néanmoins efficace.

L'ostéopathie et l'acupuncture (pour ne citer qu'eux) me conviennent donc tout à fait, à condition d'élaguer la partie spirituelle foireuse, dont on peut tout à fait se passer et quand même profiter des effets bénéfiques sur le corps. C'est mon avis personnel.

-
Edité par Scraper 31 janvier 2015 à 17:26:48

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
31 janvier 2015 à 17:52:17

ça n'a rien à voir avec le fait d'être médecin ou non.

Il y a des médecins qui ne sont pas mieux, qui font des fausses ordonnances, des magouilles sur les facturations etc ..

Pareil pour quand les médecins sont face à des choses inexpliquées, ce qui disent "je ne sais pas" sont rares. Il préfèrent souvent donner de mauvais diagnostiques.

Le problème n'est pas le métier des thérapeutes mais les gens qui sont derrières.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
31 janvier 2015 à 17:54:09

Pour continuer sur ma lancée, je vais vous donner des exemples de pistes à creuser, qui toutes ensembles, peuvent expliquer la situation complexe dans laquelle je (on ?) vit.

1) En écoutant mon corps et les sensations qui l'accompagnent, je me suis rendu compte que j’étais touché par la très commune dépression saisonnière. Dès lors qu'il n'y a pas de soleil, qu'il pleut, qu'il fait tout gris pas beau, je perd de l'énergie et du moral. Les pensées sombres arrivent, accompagnées d'une certaine mélancolie de la vie. Dès que le soleil refait surface, l'énergie revient rapidement, comme si on avait ré ouvert la vanne. Je profite du paysage, de l'air, je relativise les pensées sombres et suis finalement heureux de vivre. Je me dis que sans problèmes la vie ne serait pas aussi riche et intéressante.

Ca parait vraiment con, mais le simple fait d’être au courant suffit à relativiser, et presque à s'en détacher. Le période hivernale (Novembre - Mars) passe beaucoup mieux pour moi depuis que j'en ai conscience.

2) Il se trouve qu'en réalité j'étais intellectuellement précoce étant jeune. QI élevé, problèmes d'intégration et mal-être à l'école, renfermement et peur absolue des personnes (à ce stade c'était plus que de la timidité). J'allais voir une psychologue étant gamin (6 ans) mais je ne savais pas pourquoi. Ma mère me l'a expliqué il y a un peu plus de deux ans seulement.

Il se trouve que grâce à de très bons amis et des tentatives de sociabilisation, j'ai réussi à me "décoincer" vers mes 14-15 ans, découvrant par la même occasion l'alcool qui aura été un très bon amis dans mes progrès sociaux (je vous sens venir crier au scandale, mais c'est vrai).

Bien qu'étant "rentré dans les clous" et me sentent totalement intégré et sociable aujourd'hui, il subsiste chez moi une des caractéristique principale des précoces : l'accentuation des sentiments. En effet j'ai longtemps été très (trop) sensible aux "moqueries", gentilles ou pas, et aux diverses remarques me concernant que je prenais directement à cœur et qui me causaient parfois beaucoup de tourment.

Depuis j'ai pris conscience de tout ça, et j'ai appris à relativiser (ma prépa m'a pour le coup donné une bonne claque et aidé dans ce sens). Désormais je me sens bien mieux dans ma peau et je prends avec détachement les évènements "négatifs". Pensez à relativiser et à voir les aspects positifs et pas seulement les négatifs, en bref positivez, ça ne fait que du bien :)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Sensation d'irréalité...

× Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
× Attention, ce sujet est très ancien. Le déterrer n'est pas forcément approprié. Nous te conseillons de créer un nouveau sujet pour poser ta question.
  • Editeur
  • Markdown