Partage
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Sensation d'irréalité...

EDIT : il y a du nouveau

31 janvier 2015 à 18:07:54

@ads00 : Je suis tout à fait d'accord avec toi. Quand je disais "ils ne sont pas médecins", j'entendais par la une certaine incompétence totale de certains, qui il me semble, a tendance à être plus répandue que chez les médecins. Être médecin signifie avoir fait médecine, soit parmi les études les plus difficiles qui soient. Les connaissances sont là, le savoir-faire aussi. Après on est d’accord avoir réussi médecine n'a rien à voir avec le fait d'être un bon médecin ou pas.

Mais pour ce qui est de l'ostéopathie, la régulation des écoles et l'agrément national est assez récent il me semble et sujet à de nombreuses modifications en permanence. Je pense honnêtement que certains ostéopathes sont des charlatans qui n'ont pas eu de formation digne de ce nom, et qui plus est se font des c** en or en facturant 70€ leur séance de tripotage hasardeux de vertèbres. A mon avis, il y en a bien plus en circulation que des médecins charlatans. Mais ne tient qu'à toi de me prouver l'inverse.

Mais après je le répète je suis totalement convaincu par l'efficacité des méthodes. Et le débat sur la formation des ostéopathes sort du cadre du sujet..!

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
4 février 2015 à 17:45:20

Bonjour ! 

Je cherchais aujourd'hui pourquoi depuis quelques mois j'ai cette sensation de na pas avoir les yeux en face des trous assez constamment,

et je suis tombé sur ton sujet.

Je me suis beaucoup retrouvé dans tes symptômes ainsi que dans ta jeunesse, 

en fait je pourrais même facilement me comparer à toi malgré le fait que j'ai 3 ans de plus que toi.

Cependant je persiste avec ce problème car je n'ai jamais cherché à le creuser plus que ça et je vis cela depuis plus de deux ans.

Je viens donc sur ce forum pour te demander de m'en dire un peu plus sur les exercices que tu fais (si cela ne te dérange pas) afin que je puisse essayer de mon côté et rapporter les bien-faits que je ressent.

Pour ce qui est de mon train de vie, je joue beaucoup aux jeux-vidéos, je fume une dizaine de clopes par jour et je dors très mal (j'ai l'impression que dans mes rêves je suis constamment en train d'organiser des choses et je me réveille avec les idées embrumées et la tête qui tourne.)

Bref j'espère que tu auras l'amabilité de partager avec moi ta façon de te soigner. :)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
6 février 2015 à 22:22:42

Salut !

Vu que ça a l'air assez récent pour toi, je pense que ça peut être intéressant de creuser et voir si on peut mettre ça en relation avec un évènement en particulier ou quelque chose qui a changé à ce moment là, il y a 2 ans.

Sinon les exercices que je pratique sont surtout ceux de la sophrologie, mais pas que.

A midi par exemple je m'installe assis sur mon lit (j'ai pas de bon fauteuil), je ferme les yeux et je commence à détendre toutes les zones de mon corps en commençant par la tête. Tête qui d'ailleurs demande beaucoup de temps à détendre pour ma part car les points douloureux sont souvent nombreux (je suis sujet aux céphalées). Pour ça je me masse délicatement les tempes, les points d'acupunctures situés entre le dessous des sourcils et le nez, et de façon plus générale autour des yeux. Je masse également le cuir chevelu (en cherchant les endroits douloureux). J'agrippe mon muscle sterno cléido mastoïdien et je malaxe les points douloureux (j'en ai souvent deux dessus, un vers le haut et un vers le bas). Idem de l'autre coté bien sur. Ensuite je me masse la nuque et les épaules. Je fais des échauffements des épaules et des rotations de la tête, puis j'échauffe progressivement et j'étire les autres parties du corps (relaxation dynamique)

Le massage, surtout s'il est douloureux, a tendance a contracter le muscle au début. Il faut prendre conscience de cette contraction et essayer de se détendre, on transforme ainsi la douleur en sensation agréable. Je pense que tous ceux qui ont deja fait un massage voient de quoi je parle. A chaque fois que je masse une partie du corps, exemple le pied gauche, j'attends un peu avant de faire le droit et j'essaie de me rendre compte de la différence entre les deux. C'est à ce moment là qu'on réalise a quel point on était contracté avant.

Pendant ce temps, la respiration doit devenir naturellement de plus en plus calme et profonde. On rentre en cohérence cardiaque. Il faut par la même occasion évacuer toutes les idées qui se chamboulent dans la tête, faire le vide (très difficile au début). Ramener sa concentration uniquement sur les sensations agréables que subit notre corps, et sur la respiration. Une sensation de bien être et de chaleur doit s'instaurer, on est dans un état proche du sommeil.

CET état permet une récupération physique et mentale impressionnante. On peut y rester une vingtaine de minutes, ça repose bien. ATTENTION ça ne remplace pas le sommeil, ça le complète je dirais.

Ensuite une fois qu'on s'est reposé dans cet état, on peut amener artificiellement une idée positive sur un sujet de notre choix. Exemple qui me revient souvent : des moments de plaisir avec mes amis qui m'ont marqué. Si vous souriez tout seul c'est normal. Ensuite vous essayez de vous convaincre que la vie c'est bien et que vous êtes heureux, en gros. Ca peut paraitre tout à fait surfait et artificiel vu comme ça, mais en réalité ça fait un bien fou.

Ce n'est qu'un exemple de travail sur le mental d'une séance de sophro. Un autre par exemple c'est, dans cet état de détente profond, de se mettre dans une situation qu'on redoute (examen stressant etc...) en y allant très progressivement. On se rend compte qu'on est capable de ne pas paniquer, la respiration reste calme et lente, le corps détendu. On "transforme" la situation difficile en un moment intéressant et finalement pas insurmontable.

Bref voila le genre d'exercice qui apportent des résultats immédiats sur le physique et le moral.

Dans un second temps (et j'ai du mal à franchir le pas), il faut voir à essayer la méditation de plein conscience, pour ajouter la concentration à cet état de détente, et ainsi apprendre à se maîtriser.

Le soir également dans mon lit avant de dormir j'ai pour réflexe de masser les parties contractées de mon corps (n'y voyez aucun sous entendu) : la nuque et la tête principalement, car ce sont celles qui apportent le plus de détente chez moi. Ça m'aide beaucoup à m'endormir.

Le matin après le petit déjeuner et avant d'attaquer sa journée, des étirements/échauffements mettent bien en condition.

Et surtout positiver. Positiver c'est dur, ça demande un effort à fournir au cerveau (qui a tendance à dévier sur ses préoccupations plutôt négatives) mais ça fait vraiment du bien, et à l'entourage aussi.

Voila j'espère que ces quelques éléments de réponse seront utiles :)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
11 février 2015 à 16:43:49

Merci d'avoir partagé tes techniques ! :) 

Je vais essayer de les pratiquer et puis aussi de trouver mes propres manières car je pense m'appuyer sur ton schéma puis découvrir ce qu'il me manque ou ce qui ne m'apporte rien ! 

Merci encore et à bientôt pour un petit débriefing ! :) 

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
3 juin 2015 à 19:14:49

Salut à tous :)

Je reviens vers vous car j'ai découvert de nouvelles pistes !

Tout d'abord la piste de l'alimentation.

En effet j'ai passé il y a peu un test d'intolérances alimentaires (prise de sang + analyse par un laboratoire spécialisé). Les résultats ont été assez impressionnants, des taux d'anticorps très hauts pour les protéines de laits de vache, de chèvre et de brebis. Et bizarrement, je consomme des produits laitiers depuis toujours, et ce très souvent. En fait, il n'y a pas si longtemps de ça, je buvais pratiquement un litre de lait par jour, sans compter les fromages et yaourts...

Verdict du médecin : éviction totale ! Plus quelques autres aliments où je présente un intolérance moins marquée mais quand même existante (gluten, oeufs). J'ai profité de l'occasion pour changer mes habitudes alimentaires et essayer d'adopter un régime plus sain. Viande seulement UNE fois par jour (et encore c'est limite trop), beaucoup de féculents/légumineuses, des légumes/fruits. Plus de lait/céréales/jus d'orange le matin, à la place un bol de riz chocolaté et une grande tasse de thé.

Eh bien figurez-vous, les résultats commencent à être visible (1 mois de régime) et il y a un grand potentiel. Je me sens moins fatigué, j'ai besoin d'un peu moins de sommeil, je me sens globalement plus tonique. Ce qu'il se passe en réalité avec les intolérances alimentaires c'est que les aliments ne sont pas totalement digérés et se retrouvent en partie dans le sang. Détectant des organismes étrangers, le système immunitaire s'active et produit des anticorps dirigés vers ces "déchets" pour tenter de les éliminer. Autrement dit, c'est très éprouvant pour l'organisme et donc fatiguant. Les migraines inexpliquées semblent provenir en partie de là également, à confirmer sur le long terme.

2e piste : la dépression saisonnière. Eh oui ça parait tout con, mais je me suis rendu compte que le temps altérait beaucoup mon humeur, et donc ma motivation, en bien comme en mal. Avec le retour du soleil et de l'été, je me suis plus en forme et moins déprimé que l'hivers. C'est très fréquent et tout à fait anodin comme truc, mais en prendre conscience permet de relativiser :)

3e piste : le lavage de nez. Vous allez vous dire ça y est il est fou. Non pas du tout. En réalité, un nez (entendez par nez les voies supérieures et les sinus) encombré gène la respiration par le nez (logique). Or cette respiration est nécessaire pour aérer cette partie de la tête et prévenir certaines maladies : sinusites, migraines etc.. C'est le yoga et les exercices de respiration qui m'ont permis de me rendre compte de l'importance de la respiration par le nez pour purifier l'esprit. J'ai commandé et j'attends la réception d'un pot neti pour me faire des lavages quotidiens. Pour avoir essayé, ça en vaut grandement la peine. Je pense que ça peut aider à éliminer les sensations de lourdeur au niveau de la tête et améliorer la concentration.

Et enfin, les apnées du sommeil. Je vais faire des tests sous peu pour déterminer si je fais effectivement de l'apnée du sommeil ou non. La encore c'est un phénomène courant qui est tout de même handicapant au quotidien : fatigue, somnolence, troubles de la mémoire et de la concentration... Bref autant de choses qui vous font passer des journées "dans le vague" et non dans l'instant présent.

Voila j'espère que les quelques personnes qui consultent encore ce topic y trouveront d'éventuelles pistes et sauront en tirer profit, en attenant si vous avez des questions n'hésitez pas ! Je vais mettre à jour le premier topic pour expliquer un peu les progrès dans la démarche qui ont été réalisés depuis le début...!

Scraper

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
14 juillet 2015 à 13:36:58

Discussion intéressante. Petite question au passage : j'ai entendu dire que le gluten, soit tu es totalement intolérant (allergique) soit tu ne l'es pas du tout, mais il n'y a pas d'état intermédiaire. D'autant plus que c'est quelque chose que l'on retrouve partout et qui est nécessaire. C'est vrai ?

En gros, ceux qui ne consommeraient pas de gluten alors qu'ils n'ont aucune raison de le faire seraient dans l'erreur. Bref, pourquoi ne pas consommer de gluten si on n'est pas intolérant ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Anonyme
15 juillet 2015 à 12:22:36

En gros, ceux qui ne consommeraient pas de gluten alors qu'ils n'ont aucune raison de le faire seraient dans l'erreur. Bref, pourquoi ne pas consommer de gluten si on n'est pas intolérant ?

Parce que ta star hollywoodienne préférée a dévoilé suivre ce régime dans closer et que le docteur JC. Webbert, spécialiste en virologie, déclare en tant que médecin que ce régime est nécessaire pour garantir une bonne hygiène de vie.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
17 juillet 2015 à 22:26:05

Scraper, est-ce que tu t'es déjà renseigné sur les surefficients mentaux ? Tu m'as tout l'air d'en être un.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
19 juillet 2015 à 20:56:12

Salut !

Je suis confronté exactement à la même sensation , j'ai d'abord pensé à une sorte de dépression mais en lisant ton post je me suis reconnu dans tout ce que tu décrit , j'ai lu toutes les réponses , j'ai vu que ton problème s'était finalement résolu , arrives tu néanmoins à nouveau à te concentrer comme avant ou cela te reste il toujours difficile ? J'ai beaucoup de mal à comprendre la logique alors qu'avant tout était "concret" comme "fixé" mais maintenant plus , je n'arrive pas à retrouver mes facultés de concentration et surtout de compréhension :( .

Merci ! 

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Si il existe un Dieu au sens religieux du terme , il est alors par essence de nature humaine , car il n'y a que la vanité d'un Homme qui ai pu le leurrer sur sa valeur au point de le placer au centre d'une création aussi vaste que l'est l'univers .
21 janvier 2016 à 19:13:17

Bonjour à tous,

Je sais que ce site date un peu, mais je ne sais pas en vers qui en parler..

Alors tout à commencé lorsque j'ai fumé un joint pur bon c'était bien sur la première fois et puis comme tous mes amis je voulais faire pareil.

Dans la vie de tous les jours je suis assez stressée par exemple :

Je vais chercher la pain et bien j'angoisse parce que j'ai honte, je suis assez réservée.

Puis je n'ai absolument pas confiance en moi; chaque étapes de ma vie ma paraît un calvaire. J'ai eu mes 18 ans il y a pas tout à fait un mois et vraiment j'en peux plus de ma vie.

Pour revenir à ce que je vous disiez, j'ai fumé puis tout d'un coup je me suis mise à trembler, je ne pouvais plus respirer, j'avais la tête qui tournait, j'avais l'impression de devenir folle, comme si j'étais dans un mauvais rêve.

Après plusieurs recherches sur internet j'ai découvert que ça s'appelait " bad trip "

Plusieurs jours ce sont écoulés puis je recommençais à aller beaucoup mieux.

Et voilà que le 26 décembre tout ça me reprend, 2 mois après avoir fumé ce putain de joint.

Mais cette fois-ci c'était bien pire puisque encore aujourd'hui j'en souffre encore :'(

On ma diagnostiqué la spasmophile avec tous les symptômes...

  J'ai arrêté de fumer (je ne fumais pas beaucoup et pas depuis longtemps)

Je fais de l'acuponcture, je prends de l'homéopathie.

 Mais rien n'y fait mais le pire dans tout ça c'est que je sens une sensation assez bizarre, je me sens pas présente comme si j'étais à côté de mon corps, je suis spectatrice de ma vie.

J'en souffre vraiment j'ai peur de devenir folle, dès fois j'ai envie de mourir tellement que c'est dur... Je me pose sans cesse des questions comme " Est-ce que sait bien moi " Qu'est ce que je fous là" On m'a parlé de la dépersonnalisation je sais pas quoi.

Aidé moi s'il vous plait Est-ce que cela va partir un jour, ou je suis condamnée à rester comme ça toute ma vie? Je préfère mettre jour à ma vie que de rester comme ça.

Je me sens pas moi, je me sens perdu.

Comment faire parce que en plus comme ça me fait cette sensation et bien j'angoisse et comme j'angoisse ça me fait venir mes crises ext..

Je sais qu'il faut rester positive mais je perds vraiment espoir... surtout quand il y a qui disent je suis resté comme ça pendant 10 ans :o:'(

Help me!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Désolé ^pour ce long texte :)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
27 janvier 2016 à 15:41:43

Salut,

Ce sujet date un peu en effet mais je vais essayer de donner quelques pistes...

J'ai trouvé un témoignage assez intéressant proche de ton expérience. A priori, le point de départ est le même : fumer un joint. Or, comme précisé, et mis en rapport avec ma propre expérience (je n'ai fumé mon premier joint que 4 ans après la prise de conscience des symptômes), je ne pense pas que ça soit ça. Du moins, je ne pense pas que les substances contenues dans le joint aient eu des effets irrévocables et destructeurs sur le cerveau qui seraient l'unique cause de tout ça.

Par contre, cette période de fin d'adolescence est pour moi pleine de sens, car c'est là qu'une majorité d'entre nous prennent vraiment conscience du monde, de la vie, de la mort, et plusieurs questions fondamentales se posent, ébranlant au passage tout ce que nous avions bâti autour de nous et cru comprendre. En quelques sortes (c'est comme ça que je le vois pour moi), c'est la compréhension que ce qui nous entoure (nous compris) est instable, fragile, aléatoire et que rien n'est figé. Et ça, on n'y peut rien et ça nous dépasse.

Alors oui, je pense que l'usage de substances peut servir au "déclic" qui amène cette prise de conscience. Pour ma part par exemple, c'est en expérimentant mes premières cuites (où j'étais bien bien bien bourré) que j'ai eu mes premières réflexions "profondes", car totalement désinhibées. Mais ce n'est qu'un raccourci vers le chemin qui nous attend tous.

Après (toujours de mon point de vue), c'est la réaction que l'on va avoir à cette situation qui va vraiment déterminer les choses. Pour ma part, étant anxieux de nature, j'ai laissé ces réflexions m'envahir au quotidien, parce qu'elles me passionnaient plus que tout le reste, et en devenaient pratiquement une obsession. Puis, de là a découlé un grand stress et l'état de stress post traumatique que nous connaissons aujourd'hui. Mais je connais des personnes bien plus détendues de nature, qui ne l'ont pas du tout pris comme ça, et qui ont laissé ça en suspens, sans vraiment chercher à comprendre, et ont continué leur petit bout de chemin tranquille.

En parlant de lâcher prise, c'est justement la clé, ou du moins une approche au problème. Ces symptômes ne sont pas rares, ils sont en réalité bien plus répandus qu'on ne le croit, mais les personnes concernées n'en ont pas toujours conscience. On a d'ailleurs créé des thérapies spéciales pour les traiter ! L'EMDR, premièrement, qui permet de débloquer les traumatismes et de les accepter (une sorte de psychanalyse plus efficace), et la sophrologie, dont le but premier est de rétablir l'équilibre dans l'ensemble "tête-corps" pour n'en refaire qu'un tout cohérent, comme quand on était gamins. Mais tout en conservant bien sûr la maturité acquise lors de notre expérience. Ils s'agit de savoir faire la part des choses et de se dire "maintenant stop, j'ai plein de choses dans la tête mais je les met de coté et je profite d'un moment pour moi".

En espérant que ça te soit utile, je suis toujours dispo par MP au cas où ;)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
22 février 2016 à 0:01:30

Bonsoir Lindsey

Premier conseil : parles-en à ton médecin de famille, c'est toujours utile et il pourra éventuellement te référer vers un collègue expérimenté dans le domaine.

Ensuite, sur le plan de la construction personnelle, je n'ai qu'un remède pour toi : le miroir (à toi de comprendre ce que je veux dire par là). Contrairement à mon voisin du dessus, je ne pense pas que tu puisses régler tous tes problèmes grâce à une thérapie. Certes cette dernière peut te soulager et t'apporter un certain plaisir. Mais il n'y a pas de plaisirs permanents or le bonheur suppose la permanence.

Qui suis-je ? Où suis-je ? Dans quel état j'ère ? Où vais-je ?

Ces questions n'ont de sens que si tu leur en donnes un. Rien ni personne ne pourra le faire pour toi. Mais si déjà tu commences à te les poser et que tu réalises que tu es la seule à pouvoir y répondre - tu auras fais un bon premier pas. La quête du bonheur est difficile, pénible, méritoire... Il faut donner avant de recevoir

Lis ce poème :

http://www.revolutionnezvotrecarriere.com/je-suis-maitre-de-mon-destin-et-capitaine-de-mon-ame/

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
2 mars 2016 à 13:51:51

Bonsoir,

Je n'ai peut être pas été assez clair, mais il me semble avoir insisté tout au long de ce topic sur le caractère "personnel" de la démarche. En effet, suivre des thérapies bêtement sans effectuer de réel travail sur soi ne suffisent pas. En revanche, elle peuvent offrir une autre approche, un point de vue différent, et également fournir le calme intérieur nécessaire à ce travail...

En tout cas, il faut en parler à son entourage proche, à des gens de confiance (comme le dit Sprintms2 le médecin de famille est un bon point d'entrée) et surtout il faut persévérer :)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
2 mai 2016 à 6:41:00

Bonjour Scraper,

J'aimerais revenir sur tes symptômes:

Comment étaient tes troubles de la mémoire exactement ? Qu'est-ce que tu oubliais, n'enregistrais pas, à quelle fréquence ?

Est ce que tu avais la sensation d'être dans une sorte de brouillard que tu as d'abord pris pour de la fatigue?

Était-ce d'installation brutale ou progressive ?

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
30 mai 2016 à 23:32:37

Bonsoir, ton Topic est très intéressant et je me reconnais absolument dans la description que tu fais de tes symptômes.

Description rapide: Agé de 27 ans; j'ai moi même été diagnostiqué comme précoce avec un QI supérieur à la moyenne.Dans la vie professionnelle, j 'arrive à gravir les échelons plus que convenablement et tout va bien niveau couple et famille.

Pour ma part, cette sensation est survenue très récemment il y a un peu plus d 'un mois (du moins elle est plus prononcée).

J'ai l'impression d'être spectateur de ma vie,  le terme cerveau dans le brouillard est parfaitement adapté. J'ai de plus en plus de mal à me concentrer, à m'exprimer face au gens, car j'observe chacun de leurs faits et gestes et je me dis que la plupart des relations entre humains sont "fausses", (peur d'être jugé, sentiment de ne pas être à ma place) et j'ai des difficultés à me souvenir de certains évènements.

Sentiment de ne pas être"présent" (être mentalement présent où mon corps se trouve). J'ai l'impression d'agir par automatisme et non pas d'être conscient de mes actes (rassurez vous, je parle uniquement de sentiment; je suis absolument mettre de mes faits et gestes)

Je suis tout à fait en accord avec les méthodes que tu préconises, car bizarrement avant même de ressentir ce "mal être", la méditation, le yoga, TOP (techniques optimisation du potentiel), ont suscité m'ont intérêt.  Et pour moi "un esprit sain dans un corps sain" est un adage que j'affectionne.

Il est vrai que toutes les fois ou j'ai pu (essayé) méditer et être optimiste, mon mental était inébranlable.

Je vais me recentrer la dessus en tout cas me voilà rassurer; car savoir que je ne suis pas un cas isolé et que certains ont trouvé une solution, cela embellit ma soirée. Donc stop au infos nocives et place aux petits bonheur de la vie comme la musique créée par la pluie incessante  :).

N'hésite pas à alimenter le topic de tes nouvelles découvertes ;)

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
4 septembre 2016 à 14:21:45

je suis totalement d'accord avec toi .... moi aussi je suis exactement dans ton cas .. j'ai travaillé dur dans mon premier année dans luniversité mais j'ai redoubler avec 9.95 de moyenne .... j'ai sentis comme si j'étais trahi ou quelque choe comme ça .. car je ne méritait pas vraiment de redoubler toute une année pour 0.05 point et seulement 2 matières a refaire avec 44 crédit ( 45 credit = admis conditionné ) ..... du coup javais une légère vertige qui a durée 3 semaines ... j'ai visité une médecin elle n'a rien trouver ... elle ma dis as tu une gêne de quelque chose dans ta pensée ? je lui ai raconter mon histoire .. elle ma dit regarde moi .. combien de fois j'ai redoubler ? avant de devenir médecin ? lui ai dis je sais pas 2 3 fois ? elle ma dit faux !!! est ce que tu crois que le patient va me poser cette question vraiment ? il s'en fous vraiment il vien juste pour une consultation et rentré chez chez lui tu vois ce que veux en venir ? le plus important c'est ce que tu vas devenir dans le futur pas combien de fois t'as redoubler ... alors je suis rentré chez moi mais pas très convaincu .. je me suis dis et si j'avais une maladie mortelle comme un cancer de cerveau alors je ne cesse de lire les symptômes dans les furum .... tellment jétais obseder par cette idée j'ai construit moi même ces symptômes .. a force de pensé ton cerveau commence à créé ces sensations de douleur et de vertige mais en vrais ce ne sont que des illusions . alors je suis revenir au neurologue ... RAS comme d'habitude il ma dis si tu fais des idée noir tu peux consulter un psy ... bah je me suis dis non c'est pas la peine car je pense j'ai forcément une chose dangereuse ..... alors pendant 2 semaines j'ai pas arrêté de faire des idée. noir et regarder les forum qui m'en bouffé ma vie ... alors c'est la ou j'ai commencé à ressentir cette sensation d'iirealité .. c'est comme je suis pas dans ce monde ... comme derrière une vitrine .... la ou je commence à comprendre on état .... le cerveau consomme du sucre et des vitamines plus il pense profondément plus il consomme ses vitamine et vous rend dans un état de fatigue et insomnie .... voilà mon histoire et dsl pour le fautes d'orthographes car je suis pas français je suis tunisien ....oui en fin j'ai découvert la solution ... c'est le yoga et le sport . il faut être en harmonie totale avec ton corp
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
4 octobre 2016 à 16:06:45

Une cure de Roaccutane peut également entrainer ce genre de problèmes. D'autres ici se sentent en circonstances de confirmer le lien ?
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
11 janvier 2017 à 8:08:27

Je ne sais pas si ton problème est résolu depuis mais je me suis retrouvé dans la même situation que toi ( matrix/crise d'angoisse récurrente, monotonie , goût à rien et confusion  ( d'être ailleurs / en dehors de ta conscience )).

Après 4 mois à aller voir tous les spécialistes sur conseil de mon médecin. .. ( ophtalmo, cardiologues irm cerveau , orl etc ...)et une jolie somme payée par la sécu... Je suis allé voir sur un conseil d'ami une nature pathétique qui m'a exactement décrit les symptômes tel que tu en parles .. au final la cause est un engorgement  du foie ( stress émotion, angoisses existentielles, et pas forcément  une bonne hygiène de vie ) . Résultat un traitement à base d'ampoule d'artichaut et desmodium plus un macérât homéopathique , disparition à 80 % des symptômes sous 15 jours et depuis j'évite effectivement les soirées alcoolisées jusqu'à 5 h ...

Au final plus aucune confiancedans la médecine traditionnelle mais pb résolu 

Bon courage 

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
11 janvier 2017 à 11:44:45

Un engorgement du foie... on dirait une théorie médicale du 15ème siècle (vous savez, lorsqu'on croyait que le foie était le centre de l'appareil circulatoire...)
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
14 juillet 2017 à 14:31:00

Bonjour,

j'ai lu avec attention ce thread et je voulais vous remercier, surtout scraper biensur.

Ca fait du bien de voir qu'on est pas seul dans ce cas. Pour ma part depuis 10 ans j'ai des périodes de fatigue inexplicables. Je n'ai jamais réussi à trouver ce qui les cause (peut-être plusieurs facteurs ?). C'était à peu près vivable jusqu'à ce qu'un deuxième enfant arrive. Le fait de devoir se lever tous les matins à 6h a fait tout exploser et m'a fait voir la réalité en face, j'ai réellement un problème et il faut que je le traite.

Pour info, pour les histoires de nez bouché, j'utilise un écarteur nasal la nuit (respifacile), ça aide à avoir une bonne respiration. 

Persuadé de faire des apnées du sommeil la nuit j'ai testé beaucoup de choses (positions de sommeil, changement de matelas, écarteur nasal). Je n'avais pas pensé à l'alimentation, le message de Scraper me donne quelques nouvelles pistes, ça fait plaisir.

Merci à tous et bon courage à tous les zombies. Vous n'êtes pas seuls.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
22 juillet 2017 à 13:24:31

@Amnesiks :

Faites une polysomnographie pour voir si c'est la cause de votre fatigue. 

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
31 juillet 2017 à 15:59:22

Bonjour Scraper,

Je te tire mon chapeau pour une simple raison. il y a des milliers de forums sur internet où les gens parlent de leurs problèmes mais aucun ne revient sur ses déclarations quand il va mieux et qu'il a trouvé des solutions concrètes ce qui condamne ces forums à entretenir l'état dépressif de leurs lecteurs qui n'y voient qu'un étalage de souffrances sans aucune porte de sortie.


Merci encore,


Vincent


Scraper a écrit:

Bonjour,

Ce sujet est vieux (2011), depuis j'ai fait d'énormes progrès et découvert plein de pistes pour améliorer ma situation. Ainsi, je vous conseille très fortement d'aller lire les posts correspondants : ici, ici et ici.

En gros, il s'agissait de problèmes de fatigue récurrente, difficultés de concentration, troubles de la mémoire, migraines... Autant de choses qui m'ont motivé à me bouger pour essayer de trouver des solutions, ou du moins des pistes.

Pistes qui commencent à donner leurs fruits. Les résultats sont très encourageants. Je ne regrette absolument pas le temps que j'ai pu passer à faire toutes ces recherches. C'est pourquoi je laisse ci-dessous l'ancien post de 2011. Pour ceux qui s'y retrouveraient dans mes symptômes, ça vaut vraiment le coup de creuser alors foncez !!

Bises

Scraper

PS : Si un modérateur avait l'aimabilité de changer le sujet de rubrique, je crois que c'est assez inadapté...

------------------------------------------------------------------------------------

Novembre 2011

Bonjour à tous !

J'aimerais juste avoir quelques éclaircissements concerant un état assez particulier : en permanence j'ai la sensation d'avoir l'esprit embrumé, les idées confuses, d'énormes difficultés à me concentrer etc... Et une impression d'irréalité (comme dans Matrix :-° ) récurrente, accompagnée d'une atténuation/amplification des sentiments et d'une baisse des sensations.

J'ai parlé avec des amis et à mes proches à ce sujet. Ils me disent tous avoir éprouvé cette sensation une ou plusieurs fois, sous le coup de la fatigue. Communément on appelle ça "avoir la tête dans le c**", ou alors "les yeux pas en face des trous". Sauf que me concernant, je crois que ça doit faire plus d'un an que je vis avec cette sensation, j'ai beau dormir autant que je veux, ça ne part pas. Les jours passent sans que j'y prête attention, il me semble que je suis spectateur du monde qui m'entoure. J'en viens même à me demander comment étaient les "vraies" sensations que j'éprouvais avant... Bref.

Donc pour vous scientifiques j'ai quelques questions ^^

Premièrement est-ce que cet "état" possède un nom scientifique ?
Ensuite existe-t-il des moyens de s'en débarasser ?

Je vais voir un psy régulièrement depuis peu, je lui ai pas encore posé la question, peut-être que je devrais ?

J'attends vos réponses avec impatience ;)



-
Edité par Scraper 3 juin 2015 à 19:27:52



-
Edité par VincentLuquet 31 juillet 2017 à 16:19:37

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
9 février 2018 à 13:52:15

Bonjour,

Je déterre un peu ce topic car je ressent quelque chose de semblable mais pas tout à fait identique.

Présentation rapide:

  • 17ans
  • Je suis en terminale
  • parents divorcés (je sais pas si c'est utile de le préciser mais bon)

Je me rend compte que plus les mois passent, plus je suis dégouté du quotient. La routine de tout les jours commence à sérieusement m’énerver, j'ai besoin de changement mais je ne sais pas quoi.

J'utilise souvent les transports en communs, et depuis 3 ans maintenant, cela me provoque quelque fois des crises d'angoisse (je ne sais pas ou regarder, peur de mal paraitre devant les gens), j'ai soudainement très chaud et j'ai la tête qui tourne. Il mais même une fois arrivé de descendre d'un bus tellement c'était insupportable.

Je remarque que le contact avec les gens m'intéresse de moins en moins, j'aime être seul et j'en ai besoin. D'un point de vue relationnel je me vois seul plus tard (sans femme) car je n'ai pas envie de faire attention à tout ce que je fait, je veux être "libre" en quelque sorte. Je ne sais pas si c'est "normal" à mon âge, mais les filles m'intéressent pas trop, un peu quand même mais pas au point d'avoir une relation sérieuse.

Je suis également assez nostalgique (d'un point de vue social) de mes années "d'enfant", c'était une période ou je sortais avec mes potes pour jouer ensembles et puis surtout je n'avais aucun problème auquel me soucier. Maintenant c'est pas pareil, j'ai perdu cet état d'esprit vis-à-vis de mes potes, nous n'habitons pas forcement à coter les uns des autres (même si on se fait quelques soirées).

Je me rend compte que je supporte plus trop le rythme scolaire (et professionnel). J'ai qu'une seule envie c'est de vivre dans un monde ou l'argent n'a pas pris la place de leader dans le cerveau de certaines personnes, limite de revenir au temps ou les personnes cultivaient des patates dans  leur jardin pour vivre. (c'est toujours pour revenir au point de la routine)

Et puis j'ai cette perpétuelle envie de subvenir à un besoin, mais je ne sais pas lequel. Et c'est pesant.

Cette partie n'a peut-être rien à voir mais je préfère le préciser,  au cas ou cela aurait un lien. (maladie par exemple :D)

Cela va faire maintenant depuis 7 ans que je suis sujet à de nombreux mots de têtes, j'ai fait une période ou pendant 4 ans,  j'avais obligatoirement mal à la tête tout les jours. J'ai "appris depuis à oublier cela, c'est en quelque sorte une douleur à laquelle je m'habitue.

Depuis 3-4 ans maintenant, mon corps à de plus en plus de mal à encaisser une activité physique, dès que je cour par exemple, j'ai des mots de tête instantanément.

Je suis aller voir un cardiologue il y a maintenant 1 an car je sentais que mon cœur battais bizarrement (normal puis rapidement d'un coup). Il m'a demander si j'avais des antécédents cardiaque (je lui ai répondu oui) puis j'ai fait une échographie. Au final j'avais des céphalés de tension, il m'a dit que c'était "normal" à mon âge mais que je devais le surveiller quand même (dû à mes antécédents).

Mais voila depuis ce début de semaine que cela me reprend et sans aucune raison mais en pire. J'avais en début de semaine une forte douleur à la poitrine, 1 jour après, cela c'est déplacé un peu plus vers le cœur, sans douleur cette fois mais pendant 2 jours il battait vraiment bizarrement (tout d'un coup il se mettait à battre très fort et très rapidement, puis ensuite j'avais l'impression qu'il essayait de retrouver un rythme normal). Depuis 2 jour cela c'est calmé 

Voila voila, j'espère avoir des réponses :) (excusez moi si la 2me partie n'a rien à voir)

-
Edité par Lupus Coding 9 février 2018 à 13:54:12

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
Sur les pas du loup, l'agneau ne marche pas. | Ma chaîne YouTube
13 février 2018 à 2:53:02

Salut,

En lisant ton texte j'ai cru que c'était moi qui l'avait écris. Je suis très emotif et très sensible au regard des autres.

Migraines regulières 

Je dors beaucoup mais je cherche encore et encore a dormir et m'isoler

Etat bizarre la tete dans les nuages

Je pense que c'est plus un problème psychologique d'un mal profond qu'on tient depuis un moment.

  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter
3 mars 2018 à 0:05:34

on se croirait sur doctissimo...
  • Partager sur Facebook
  • Partager sur Twitter

Sensation d'irréalité...

× Après avoir cliqué sur "Répondre" vous serez invité à vous connecter pour que votre message soit publié.
× Attention, ce sujet est très ancien. Le déterrer n'est pas forcément approprié. Nous te conseillons de créer un nouveau sujet pour poser ta question.
  • Editeur
  • Markdown