• 10 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 05/12/2013

Avant de commencer

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Bienvenue dans ce cours sur la mise en page avec InDesign. :)
J'espère que vous prendrez autant de plaisir à le lire que j'en ai eu à l'écrire.

D'un point de vue pédagogique, j'ai choisi d'associer un projet pratique à chacune des parties.
La complexité du projet ira grandissante en fonction de votre connaissance du logiciel et de vos connaissances théoriques.
On va commencer doucement avec une carte de visite, on ira plus loin avec un curriculum vitae, et on terminera en apothéose avec une maquette de magazine, qui sera de loin la partie la plus dense.

La mise en page est un domaine qui fait appel à la sensibilité graphique de chacun. Vous ne trouverez peut-être pas "belles" les maquettes que je vous présenterai et sur lesquelles nous travaillerons. Mais je m'efforcerai qu'elles remplissent au mieux leur rôle, qui est de vous former à la mise en page et à l'utilisation d'InDesign afin de vous rendre autonome et créer vos propres maquettes.

Avant de commencer, je vais répondre à quelques questions qui vous aideront à mieux cerner les objectifs de ce cours.

La mise en page, c'est quoi ?

Définition de la mise en page

Plutôt que de mise en page, ou maquette, on parle plus généralement de P.A.O. (Publication Assistée par Ordinateur) qui est, d’après Wikipedia, «l'ensemble des procédés informatiques (micro-ordinateur, logiciels, périphériques d’acquisition, d’écriture...) permettant de fabriquer des documents destinés à l’impression.».

Ça ne vous éclaire pas vraiment ? C’est vrai que la définition est assez vague. Alors au lieu de palabrer pendant une éternité, un exemple rapide.

Image utilisateur

Exemple 1
Voici une carte de visite. Elle vous présente les informations classiques sur une certaine Marie Dicule (vous avez noté le jeu de mots :) ? Fameux, n'est-ce pas ?) et le moyen de la contacter.
Comment la trouvez-vous (la carte, pas Marie Dicule... :p ) ? Savez-vous où commencer à lire ?

Aucuns des textes ne semblent liés. On ne sait pas « dans quel sens ça marche » et trouver l'information demande un effort.
Si ACME Society vend des farces et attrapes, et que vous avez quinze cartes d'autres sociétés vendant les mêmes produits, il est peu probable que vous vous attardiez sur cette société.

Voici maintenant la carte de notre Marie avec les mêmes informations, mais mises en page.

Image utilisateur

Exemple 2
La maquette est extrêmement basique mais cette fois, pas besoin de chercher où commencer. Les tailles de textes sont différentes et les informations les plus importantes sont les plus visibles. Certains textes ont aussi été regroupés.

En bref, les informations ont été hiérarchisées.

La hiérarchisation

La hiérarchisation est un concept clé dans tout travail de mise en page.

Si on cherche "hiérarchie" dans un dictionnaire de synonymes, on trouve : ordre, agencement, classement, organisation, distribution.

Hiérarchiser des informations, c’est leur donner un ordre visuel en les agençant. Ordonner ne veut pas nécessairement dire mettre l'information la plus importante en haut à gauche, et la moins importante en bas à droite. Il y a plusieurs façons de faire ressortir une information. On verra comment faire au fur et à mesure du cours, mais je suis sûr que vous pouvez déjà me citer quelques moyens : taille du texte, graisse, couleur, position...

Vous l’avez compris, quand on parle de mise en page, on parle de communication, de façon de transmettre une ou plusieurs informations, de hiérarchiser l'ensemble pour que le spectateur sache rapidement de quoi il est question et cherche à en savoir plus s'il est intéressé.

Quasiment toutes les choses sur lesquels vous posez votre regard au cours d’une journée sont mises en page.
Les magazines, évidemment, mais aussi les livres, les publicités, les sites web, le plan du Métro, ou l’emballage des gâteaux que vous grignotez (vous croyez que je ne vous ai pas vu ? :lol: ).

Au milieu de toutes ces informations visuelles, s'il n'est pas un minimum guidé, l’œil peut facilement se perdre. C'est le rôle de la mise en page de remédier à cela.

Pourquoi un logiciel dédié ?

On l'a vu, faire de la mise en page c'est mettre en forme des images et des textes. Peut-être avez-vous déjà eu à le faire, pour une invitation à une soirée, ou un journal scolaire par exemple.
Quel logiciel avez-vous utilisé ?

Ben... Word ?

Argh ! >_
Word est un logiciel de traitement de textes. Il permet de composer des textes et possède notamment un correcteur orthographique très performant.
Il possède aussi quelques outils basiques de mise en page, mais il ne faut pas longtemps pour se rendre compte qu'il n'est pas fait pour ça. Vous vous êtes tous arrachés les cheveux en essayant de faire quelque chose d'un peu compliqué, sortant du texte brut, avec Word.

OK, t'énerve pas... Avec Photoshop, alors ? C'est bien ça, Photoshop.

Non plus... :'(
Photoshop est un logiciel d'édition d'images. Le meilleur de sa catégorie, ça ne fait aucun doute. Mais encore une fois, il n'est pas fait pour la mise en page. A la limite, il peut convenir pour des documents simples, d'une page, comme des affiches ou des flyers, mais ce n'est pas la peine d'espérer mettre en page correctement des documents à plusieurs pages.

Moi je sais ! Avec InDesign ! :p

Ah ben quand même. Au moins un qui a lu le titre de ce cours... ;)

Word et Photoshop sont utilisés en amont du travail de maquette, pour générer le contenu. Le logiciel de mise en page, lui, va nous permettre de jouer sur la disposition de ce contenu pour le rendre esthétiquement attrayant.

De la même façon, on ne tape pas ses textes et on ne modifie pas ses images dans InDesign.

En avançant dans le cours, quand vous découvrirez la puissance d'InDesign, vous comprendrez les différences fondamentales entre un logiciel de traitement de textes, ou d'édition d'image, et un logiciel de mise en page.
Il est tout simplement conçu pour ça et tout un tas de fonctions n'existent que dans le but de faciliter la vie du maquettiste.

Quel logiciel choisir ?

Vous l'avez compris, j'ai choisi de faire ce cours sur InDesign. Mais ce n'est pas le seul logiciel de PAO qui existe.

Historiquement, c’est Aldus qui créé le premier logiciel de mise en page : PageMaker, sur Mac.
Puis, pendant de nombreuses années, c’est le logiciel Xpress de Quark qui domine le marché, mais aujourd’hui InDesign d’Adobe a su s'imposer et se taille la part du lion.
A noter, une alternative libre et gratuite à ces deux géants : Scribus.
Microsoft édite lui aussi son logiciel de mise en page : Publisher.

Pourquoi choisir InDesign ?

Premièrement, c'est le logiciel le plus utilisé aujourd'hui dans les agences de communication. Si vous décidez de faire carrière dans ce milieu, connaître InDesign est un atout.

Ensuite, il est totalement compatible avec les autres logiciels Adobe, Photoshop et Illustrator en tête. Ça signifie que vous pouvez importer directement un fichier Photoshop (.psd) dans InDesign et le retravailler dans Photoshop sans problème. InDesign détectera que le fichier a été modifié et vous proposera de mettre à jour votre maquette avec les dernières modifications du fichier Photoshop.

Enfin, à titre personnel et au niveau auquel je l'utilise, je n'ai encore jamais été limité par le logiciel.

Se procurer InDesign

InDesign coûte cher, comme souvent pour les logiciels destinés aux professionnels.

La dernière version en date, la CS5, est en vente à 1015.40€ sur le site d'Adobe.
InDesign est également compris dans la Suite Adobe Design Premium qui, pour un prix de 2749.60€, vous permet d'avoir notamment Photoshop, Illustrator, Flash, Dreamweaver, et bien sûr InDesign.

A noter que si vous êtes étudiant, vous bénéficiez du tarif enseignement, qui vous offre une remise très importante de près de 75%, sous réserve de justifier de votre statut d'étudiant (certificat de scolarité).
La version enseignement est identique à la version normale, mais vous ne pouvez pas l'utiliser pour produire du contenu commercial.

Vous pouvez également télécharger la version de démonstration, valable 30 jours. Ce qui est amplement suffisant pour ce cours.
Attention, il y a des risques d'addiction. ;)

Définition du cadre de notre projet

Comme je vous l'ai dit plus haut, on va réaliser un projet par partie, et dans cette première partie, c'est une carte de visite.
On commence tout juste, donc elle sera assez simple. Il est essentiel malgré tout de définir le cadre de notre projet.

Dans le milieu, on appelle ça le brief, qui est un mot anglais qui veut dire notamment "résumé".
Dans les films policiers, il y a souvent une scène de briefing pendant laquelle sont résumées les informations que possèdent les enquêteurs, et les actions à mener.

Plus simplement pour nous, il s'agit d'un document qui contient toutes les informations relatives à un projet. Par exemple, le nombre de pages, leur format, le ton qu'on souhaite donner au projet, les informations à faire passer...
On a une expression française pour ça, le cahier des charges, mais ça fait plus branché d'utiliser le mot anglais. ;)

Le brief est le document de référence qu'il convient d'avoir constamment à portée de main lorsque l'on travaille sur un projet. C'est lui qui doit vous donner toutes les indications sur la réalisation que vous devez effectuer et qui doit vous éviter de vous perdre.
Des fois on est tellement pris dans les aspects esthétiques, qu'on se laisse emmener plus loin que le cadre du projet.

Dans notre cas, le brief va être très simple. Mais vous verrez qu'il va se compliquer dans les parties suivantes.

Le brief est construit à l'aide de beaucoup de questions et d'échanges avec le client. Il doit résumer ses attentes et lui convenir entièrement. En cas de problème à la fin de la réalisation, c'est le brief qui fera foi. Alors attention à ce qu'il contient.

Voici le brief pour notre carte de visite.

Citation : Brief - Carte de visite

Nous allons réaliser une carte de visite pour ACME Society. Uniquement recto, elle sera en noir & blanc pour une question de budget (en fait c'est parce qu'on ne verra la couleur que dans la partie suivante, mais faisons comme si... ^^ ).
Elle aura le format standard d'une carte de visite : 85mm × 55mm.
Elle ne devra contenir que du texte, pas d'images et contiendra les informations suivantes :

  • Nom de l'entreprise : ACME Society

  • Nom et Prénom du contact : Marie Dicule

  • Fonction : Responsable des Achats

  • Adresse : 21, rue des fleurs 75000 Paris Cedex 06

  • Numéro de téléphone : 01.00.76.31.34

  • Numéro de Fax : 01.00.76.31.50

  • Email : marie.dicule@acme-society.fr

Le ton global devra être professionnel, sobre et élégant.

Ça restreint tout de suite le champ des possibles. Mais vous verrez qu'on va faire quelque chose de sympa.

On a vu dans cette partie :

  • Qu'il existe des logiciels spécialement conçus pour la mise en page, qui aident le maquettiste dans son travail.

  • Tout projet doit commencer par un brief, qui résume les informations principales le concernant.

  • La hiérarchisation des informations permet de capter l'attention du spectateur avec les informations les plus importantes pour lui faire regarder la suite.

Maintenant qu'on a répondu à ces quelques questions et défini le cadre de notre projet, on est prêt à entrer dans le vif du sujet. Alors on retrousse ses manches, et on attaque ! :colere2:

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite