• 10 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Mon premier contact avec un jeune

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Le premier contact avec un jeune ou un groupe de jeunes est important. Vous allez structurer la relation à ce moment-là et créer les conditions d'une confiance réciproque. Vous allez aussi découvrir qui sont vos apprenants, comment ils se comportent et essayer de deviner qui ils sont sans vous faire d'idées préconçues. Pas de préjugés ! Pas d'avis définitif !

Dans ce chapitre, vous allez apprendre comment construire les premiers pas d'une relation réussie. 

 

 

Se présenter mutuellement

Votre objectif est de briser la glace, de faire connaissance et de vous présenter mutuellement. Comment vous y prendre ?

Pour adopter la bonne distance, il faut occuper une « place » particulière. Ni celle du professeur (qui est là pour enseigner et évaluer), ni celle du copain qui peut être « complice » et pas assez exigeant. C’est simple, vous êtes un accompagnateur. Vous allez vouvoyer les adolescents à partir du collège, au moins au début, et vous pouvez tutoyer les petits en primaire.

Pour vous présenter, c’est à vous de commencer. Vous pouvez donner votre nom, votre âge, l’école que vous suivez ou le métier que vous avez. Mais très vite allez plus loin en apportant des éléments plus personnels : votre loisir préféré, les matières qui vous ont donné du fil à retordre lorsque vous étiez à l’école, un petit détail qui aidera à vous cerner...

Soyez simple et direct, ne cherchez pas à jouer le gentil ou le sévère, et ne parlez pas trop longuement.

Lorsque c’est à l’enfant ou au jeune de se présenter, écoutez-le attentivement. N’hésitez pas à relancer sa présentation en posant une ou deux questions sur lui qui vous intéresse. Ne versez pas dans l’excès de questions, ce qui pourrait ressembler à une sorte d’enquête et être ressenti comme intrusif. Soyez sincèrement attentif à ce qu’il éprouve, à ses difficultés éventuelles et à ses résultats scolaires dans leur ensemble. Prenez le temps de vous intéresser à lui, à ses points faibles et aux points forts que vous allez pouvoir utiliser comme levier.

  

Écouter le jeune et ses besoins

La deuxième partie de cet entretien est destinée à bien comprendre quels sont les besoins de l’apprenant que vous allez accompagner.

À quoi sert cette deuxième partie de l’entretien ?

Tout d’abord, à mieux préparer votre future première séance de travail, mais aussi à partir dans une direction qui soit la bonne. Pour cela, il est pratique de savoir comment l’enfant ressent l’école. Quelles matières aime-t-il et dans quelles matières éprouve-t-il des difficultés ? Comment fait-il concrètement pour travailler en dehors de l’école ? Par quoi aimerait-il commencer ?

Ensuite, à mieux comprendre le profil du jeune. Au cours de cette partie, il est évident que votre travail ne consiste pas à investiguer de manière intrusive, encore moins de construire un diagnostic ou un jugement. Restez ouvert, bienveillant, accueillant et neutre. Toutefois, commencez à vous faire une idée de son niveau, de ses lacunes et difficultés probables. Ceci afin de mieux vous préparer.

Enfin, cet entretien lui permet d’aller plus loin. Sachez également écouter, reformuler et relancer pour donner l’occasion à l’enfant ou au jeune d’approfondir de lui-même s’il le désire. Offrez-lui une attitude d’écoute et de compréhension. Pour reformuler, dites simplement ce que vous avez compris. Utilisez exactement les mots qu’il a lui-même employé.  « Si je comprends bien… » est la meilleure manière de commencer votre reformulation car elle vous conduit à simplement redire ce que vous avez entendu (et non pas ce que vous interprétez).

Vous pourrez revenir plusieurs fois dans d’autres séances sur ces aspects. On ne sait pas tout de quelqu'un en une fois, bien sûr.

  

Poser un cadre et des règles

Il n’est pas exclu que l’enfant ou l’adolescent qui est en face de vous puisse ressentir de l’appréhension. Il est donc important de le rassurer, en expliquant que vous vous êtes engagé pour un an et en posant un cadre précis. Ce cadre est d’abord constitué du déroulement type de chaque séance. Par quoi allez-vous systématiquement commencer ? Quel sera votre petit rituel de mise en jambe ? Ensuite, comment va se faire l’aide au devoir ? Puis, comment fera-t-on d’autres choses (projets, activités) ? Une structure simple et précise est nécessaire.

Ensuite, il est important de passer une sorte de contrat sur la manière dont vous allez être en relation avec le jeune. Ce cadre va éviter que le manque de respect, l’agressivité ou la résistance passive ne prenne le dessus. Voici un éclairage particulier sur les règles qui sont souvent mal vécues, prises uniquement pour des interdits non justifiés de la part des adultes. Une règle c’est à la fois une limite qui  contraint et une permission qui ouvre des possibles. Elle doit être redite souvent et ne doit pas changer. Les enfants et les adolescents (et très souvent les adultes) jouent beaucoup avec la règle et tentent d’en repousser les limites pour tester. Il faut être à la fois ferme, constant, sans être cassant.

  

Pour l’accompagnement à la scolarité, ayez 3 règles et pas plus : 

Règle n°1

Donner la permission de ne pas comprendre et de le dire. Elle sera exigeante pour vous car elle vous demandera des efforts pour expliquer autrement. Elle est exigeante pour votre apprenant qui doit le dire ! Vous aurez grâce à cette règle, des échanges passionnants sur la base de cette question fondamentale : qu’est-ce que tu ne comprends pas ? 

Règle n°2

Donner la permission d’écouter sans chercher à retenir. Écoutez simplement et soyez présent. Totalement présent. Cette règle permet au cerveau de fonctionner. Elle conduit à mémoriser par la compréhension et la répétition. Elle induit de la concentration et n’autorise pas la dispersion.

Règle n°3

Lorsque quelque chose ne va pas, on en parle. Pas besoin d’être agressif ou brutal l’un envers l’autre. Cette règle autorise la négociation et n’autorise pas le manque de respect.

  

Pour aller plus loin

Les PDF à télécharger
Les PDF à télécharger

Les conseils utiles : lisez les documents PDF joints !

  

Les sites Internet à consulter
Les sites Internet à consulter

Les sites à consulter

  

Prêt à relever un défi ?

Avant de vous lancer sur la partie suivante, je vous invite à réaliser le défi suivant et le partager sur notre forum :

1. Faites de la veille sur les associations existantes dans votre ville 

Vous pouvez lister les différentes structures existantes de votre ville ou région. N'hésitez pas à donner le nom de la structure, son adresse Internet et les actions qu'elle mène. 

2. Partagez vos informations avec les autres apprenants sur le forum ! 

Pour cela, il vous suffit, si cela n'est pas long, de poster un message sur le forum avec le nom de votre ville ou région, et la liste des structures repérées. Si toutefois cela est un peu long, n'hésitez pas à rédiger cela sur un document PdF que vous posterez.

 

 

 

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite