• 12 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Les principaux risques de malversation

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Je vais distinguer dans ce chapitre trois types de problèmes posés par les données personnelles :

  • les problèmes liés à la réputation individuelle, dont vous avez très certainement déjà entendu parler car il y a fréquemment des affaires de ce genre relayées par les médias ; 

  • les risques concernant le traçage de vos déplacements par les autorités publiques ;

  • et enfin les risques liés à la collecte d'informations pour motifs commerciaux.

Les risques liés à la réputation personnelle 

Georges Brassens, La Mauvaise Réputation
Georges Brassens, La Mauvaise Réputation

Vous avez sans doute tous eu vent d'histoires de gens licenciés pour avoir posté sur leur compte Facebook des photos d'une soirée où ils étaient censés être en congé maladie, ou pour avoir tenu des propos cinglants sur leurs conditions de travail...

Dans certains cas extrêmes, notre vie numérique peut avoir des conséquences dramatiques sur notre vie privée. Heureusement ces cas sont assez rares, mais il est bon de garder en tête que le net n'est pas un journal intime : c'est un outil communautaire où ce qu'on dit peut être vu partout dans le monde, par n'importe qui ! Il arrive même que certaines informations banales et anodines puissent devenir compromettantes selon l'utilisation qu'en font certains individus.

Vous voyez qu'en matière de risques liés à la confidentialité, le comportement de l'internaute est le premier facteur de risque. On peut éviter énormément d'ennuis en faisant attention à ce qu'on dit.

Évidement, cela ne veut pas dire qu'il faut à tout prix éviter de laisser filtrer la moindre info à votre sujet. Faites simplement attention à ce que vous décidez de rendre public : tout ce que vous dites pourra être réutilisé contre vous !

Le fichage gouvernemental : danger réel ou légende urbaine ?

Depuis les débuts d'Internet, on évoque les risques d'une surveillance généralisée. D'un côté, les autorités publiques voudraient renforcer leur contrôle sur le réseau pour endiguer la cybercriminalité, de l'autre, les internautes dénoncent l'éventualité d'une dérive sécuritaire.

L'agent Smith dans Matrix
L'agent Smith dans le film Matrix

Qui a raison ? Les autorités ou les internautes ?

Depuis 2011 en France, les hébergeurs et les FAI (fournisseurs d'accès à Internet) ont obligation de conserver les données de connexion pendant un an au minimum. On peut donc retracer vos mouvements un an après, que vous ayez contribué à créer un contenu ou que vous ayez parcouru le site en simple visiteur.

Cette mesure n'était bien évidemment souhaitée ni par les FAI ni par les webmasters, qui se seraient volontiers passés de cette besogne fastidieuse et surtout coûteuse... car le recensement et traitement des données personnelles engendre des frais considérables. Finalement, le décret a fini par être instauré de force, créant une vague de mécontentement chez les FAI et une vague d'inquiétude chez les citoyens. :-°

L'intérêt de cette mesure était évident : lutter plus facilement contre les infractions informatiques. En contrepartie, l'internaute lambda se retrouve dans le viseur de l'administration... Le bien fondé d'un tel compromis sur nos libertés est d'autant plus discutable lorsqu'on sait que la plupart des délinquants prennent leurs précautions et s'abritent derrière un cortège de logiciels d'anonymisation avant d'agir et se font très rarement attraper. On resserre donc l'étau sécuritaire tout en sachant que ce ne sera pas forcément efficace.

 Et la loi relative au renseignement dans tout ça ? Quel impact sur mes données personnelles ?

On l'a déjà un peu évoquée dans le chapitre précédent, on va essayer de voir précisément en quoi ça consiste. ;)

Avec la loi relative au renseignement, le gouvernement a encore franchi un cap dans la surveillance puisqu'il importe en France le même principe que la boîte noire de la NSA aux États-Unis.

Il s'agit en résumé d'une technologie qui procède à une analyse automatique de l'ensemble des métadonnées des internautes adhérents aux FAI français. Les personnes habitant dans d'autres pays peuvent donc se rassurer. ^^

En fonction des sites visités et de la fréquence de ces visites, le système détermine si cette personne est « à risque » ou « un bon citoyen ». Le gouvernement n'a cessé de répéter vigoureusement que le système ne serait utilisé que pour traquer le terrorisme mais on imagine sans trop de mal ce qui pourrait en découler.

 

Le phénomène de la collecte publicitaire

Beaucoup moins connu, ce phénomène touche pourtant un nombre considérable de personnes. Vous y avez déjà été confrontés sans même le savoir !

La publicité est abondante sur Internet, et les internautes ont généralement tendance à l'ignorer car à force de la côtoyer, ils finissent par ne plus y faire attention. Or, la publicité est au cœur du système de financement sur Internet (nous y reviendrons plus en détail dans le chapitre suivant).

Les entreprises recourant à la publicité (appelées annonceurs) ont donc rapidement compris qu'elles avaient tout intérêt à cibler leur publicité en fonction de votre profil pour coller au plus près aux centres d'intérêt des clients potentiels. Si la publicité correspond aux goûts et aux besoins d'une personne, elle sera davantage susceptible de cliquer dessus que si c'est une publicité sur un produit qui ne l'intéresse pas.

Voilà pourquoi les annonceurs sur Internet ont mis au point un procédé marketing connu sous le terme de ciblage comportemental. C'est là que vos données personnelles entrent en jeu : votre âge, votre sexe, votre adresse, les sites que vous visitez, vos achats sur Internet... tout cela constitue de précieuses informations pour des annonceurs qui n'hésitent pas à payer le prix fort pour les obtenir !

Les techniques de ciblage comportemental existaient déjà bien avant l'arrivée d'Internet : vous avez déjà certainement raccroché (poliment ) au nez d'un démarcheur téléphonique qui vous appelait au beau milieu d'un repas ou d'un film. Vous avez remarqué que ces entreprises vous demandaient parfois de donner des précisions sur votre vie privée et vos petites habitudes ? Elles s'efforcent tout simplement de dresser votre profil consommateur.

En fait, sans même le savoir, vous avez déjà eu affaire à ce type de pratique commerciale. Un exemple très simple : vous vous rendez sur un site de vêtements en ligne, placé avec la mention "Annonce" en haut des résultats de la recherche Google.

Recherche Google : vous cliquez sur le lien marqué comme
Recherche Google : vous cliquez sur le lien marqué comme "Annonce"
Page d'accueil du site
Page d'accueil du site

Ensuite, vous vous rendez par exemple sur YouTube. Par un incroyable hasard, une annonce consacrée à ce même site s'affiche dans l'espace publicitaire.

Publicité du site que nous venons de visiter sur YouTube
Publicité du site que nous venons de visiter sur YouTube

L'expérience a été concluante : on voit bien qu'il y a une corrélation entre les sites que l'on visite et les annonces qui nous sont renvoyées. Par quel prodige ? Eh bien, c'est ce que nous verrons au prochain chapitre : les modalités d'utilisation et d'exploitation commerciale de vos données personnelles.

En résumé

  • Internet n'est pas un outil anodin : lorsque vous publiez un contenu, lorsque vous discutez sur un forum, et même lorsque vous naviguez de manière passive, vous engagez vos données personnelles.

  • Les risques liés à la réputation personnelle existent bel et bien. Il ne faut rien produire qui risquerait de compromettre votre réputation dans la vraie vie.

  • L'idée d'une surveillance généralisée d'Internet n'est pas forcément une élucubration sans fondement. La boîte noire du gouvernement analyse toutes vos métadonnées et détermine de façon automatisée votre degré de dangerosité pour la société. Votre navigation n'est donc plus seulement contrôlée dans le cadre particulier d'une enquête judiciaire, comme avant, mais au quotidien.

  • Pour rémunérer leur activité ou optimiser leur chiffre d'affaire, des entreprises ont recours à la publicité sur Internet : on les appelle des annonceurs. Leurs campagnes publicitaires se basent sur la collecte d'informations personnelles.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite