• 8 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 05/09/2017

Rédigez les spécifications fonctionnelles

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Au terme de ce travail préparatoire, vous commencez à avoir une vision plus claire de la structure de votre cahier des charges. Il n’y a plus qu’à vous lancer !

Ayez en tête que l’objectif d’une présentation fonctionnelle, c’est d’expliquer en détail comment se comporte chaque élément que vous présentez en fonction des actions des différents utilisateurs du site.

Mon conseil est de commencer par présenter un ou deux templates ou fonctionnalités de différentes sections du site (ex. une fiche produit et un template éditorial). Utilisez la structure définie au chapitre précédent et regardez si elle convient bien ou si vous n’avez pas à l’adapter quelque peu.

Partagez dès cet instant votre document aux personnes allant le relire. Demandez-leur de réagir à chaud de manière à prendre en compte dès le départ leurs remarques : s’ils ont des remarques structurantes sur votre présentation, autant le savoir rapidement.

Edito

Les templates de contenus éditoriaux sont souvent les plus simples à présenter : on ne se limite souvent qu’à de l’affichage de contenu sans autre fonctionnalité clé.

Transactionnel

Quand vous présentez du transactionnel, vous êtes certain qu’il faudra des schémas pour illustrer le parcours utilisateur car il n’y en a jamais qu’un seul : un achat direct, un achat en s’identifiant, etc. Ensuite, quand vous présentez chaque template, n’oubliez pas de préciser les impacts sur la mise en page en fonction des différents cas : modification des blocs si l’internaute est identifié, liste des erreurs pouvant être affichées et présentation de leur affichage : pop-up, texte supplémentaire dans un emplacement réservé...

Gestion d'un compte utilisateur

Pour la gestion d'un compte utilisateur (ex : "Mon compte client"), commencez par lister pour chaque type d’utilisateur ses données enregistrées, les services auxquels il a droit (ex : commande, envoi d’alertes etc.). Ce travail permettra à votre lecteur de bénéficier d’une vision globale avant d’entrer dans le vif du sujet. Ensuite, présentez tous les parcours d’inscription, d’identification, de modification des données... Ici aussi, il ne faut pas oublier de raconter ce qui se passe en cas d’erreur, par exemple : 

Qu’est-ce qui se passe si l'utilisateur tente d’accéder à une page où il faut être connecté obligatoirement alors qu'il n'est pas connecté sur le site ?

Si l’on poursuit avec l’exemple du compte client, il faut présenter tout ce que l’internaute peut faire avec son compte, par exemple : 

  • visionner son historique de commande,

  • paramétrer ses alertes e-mail ou SMS.

Parfois, chaque page dispose d’un comportement très spécifique qu’il est important de présenter (ex. on souhaite que l’historique de commande n’affiche pas les commandes datant de plus de 1 ou 2 ans).

Les outils à disposition

Très souvent, un outil de mise à jour (un CMSContent Management System) est associé au projet que vous présentez. On ne vous demande pas de présenter le fonctionnement complet de ce CMS, qui propose certainement les fonctionnalités basiques qui vous sont nécessaires (ex. créer, modifier, supprimer un contenu). Vous devez en revanche préciser les attentes spécifiques des personnes qui vont l’administrer. Par exemple, il peut y avoir des besoins spécifiques liés à la gestion :

  • des commandes (dispositifs d’exports, génération de graphiques etc.),

  • des utilisateurs (ajout, suppression, modification de tout ou une partie des informations),

  • ou des contenus (ex. des actualités qui devront être regroupées par catégories dans le CMS).

Deux derniers conseils

  1. Rédiger des spécifications fonctionnelles est un travail de longue haleine qui demande de la concentration. Créez-vous des conditions de travail optimales, par exemple en rédigeant tôt le matin pour éviter le bruit dans l’open space, ou les sonneries incessantes de votre téléphone. Vous pouvez aussi vous isoler dans une salle de réunion libre pour quelques heures. Il faut faire régulièrement des pauses pour maintenir votre concentration et votre efficacité.

  2. Pensez à partager très régulièrement votre cahier des charges avec les personnes qui vont le lire, le valider. Dès que vous avez fini la présentation d’une grande famille de pages ou d’une fonctionnalité clé, partagez votre document. Quand vous recevez les retours, prenez-les en compte rapidement : c’est encore frais dans votre tête et vous serez plus efficace pour apporter les modifications requises.

Dans le chapitre suivant, nous allons voir comment rendre votre document plus visuel et donc plus lisible.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite