• 4 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 06/12/2021

Définissez le handicap

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Pour débuter ce cours « Entreprise et handicap », nous avons besoin de définir ce qu’est le handicap. Vous pourrez voir que le handicap regroupe une grande variété de situations, et que contrairement à ce que l’on peut penser à priori, il est tout à fait possible d’intégrer des personnes en situation de handicap dans l’entreprise.

C’est la loi handicap du 11 février 2005 qui nous donne une définition du handicap : constitue un handicap « toute limitation d'activité ou restriction de participation à la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d'une altération substantielle, durable ou définitive d'une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d'un polyhandicap ou d'un trouble de santé invalidant ».

Cette définition peut vous paraître un peu compliquée, mais elle est essentielle !

Il y a principalement deux choses à retenir :

  • le handicap est lié à une interaction entre l’état de santé de la personne et un environnement donné ;

  • le handicap regroupe une grande variété de déficiences. 

Une interaction entre l’état de santé de la personne et un environnement donné

Le législateur définit le handicap comme étant un « handicap de situation ». Ce n’est pas uniquement l’état de santé de la personne qui compte, mais la gêne qu’elle peut rencontrer dans une situation donnée.

Cette définition est en réalité très opérationnelle pour le monde de l’entreprise. Pour vous, cela veut dire que vous n’avez pas à vous occuper de l’aspect médical, qui est d’ailleurs protégé par le secret médical, mais que vous devez focaliser votre attention sur les problèmes de santé que peuvent avoir les salariés dans certaines conditions.

Par exemple, si vous voyez qu’un salarié a des problèmes de dos, vous n’avez pas à savoir s’il s’agit d’une scoliose ou d’une hernie discale. Vous devrez par contre identifier les situations de travail problématiques pour lui : soulever des charges lourdes, s’accroupir ou conduire sur de longues distances, par exemple. C’est cette définition du handicap qui a été retenue pour accorder la reconnaissance de qualité de travailleur handicapé (RQTH), que nous verrons dans un prochain chapitre.

Une grande variété de déficiences

Le handicap regroupe une grande variété de déficiences :

  • les déficiences physiques ou sensorielles auxquelles on pense spontanément, c’est-à-dire les problèmes moteurs, les difficultés à voir ou à entendre ;

  • les déficiences mentales ou cognitives, c’est-à-dire les difficultés de raisonnement, les troubles de l’apprentissage ;

  • les déficiences psychiques, par exemple la bipolarité, la dépression ou encore l’autisme. Ce n’est d’ailleurs que depuis la loi de 2005 que les déficiences psychiques sont reconnues ;

  • le polyhandicap ou les troubles de santé invalidants, qui regroupent par exemple les maladies chroniques invalidantes comme le cancer, le diabète, la sclérose en plaques, et qui regroupent à eux seuls plus de la moitié des travailleurs handicapés, contrairement à ce que l’on peut penser !

Vous voyez donc que vous avez certainement croisé au cours de votre vie professionnelle des salariés qui ont eu à gérer des problèmes de santé dans leur travail ! Et pour cause, on estime qu’un salarié sur dix est concerné par une situation de handicap en France.

Cela illustre bien 2 choses :

  • premièrement, on a tendance à penser que le handicap est lourd. Or, il est le plus souvent léger. Si l’on prend l’exemple de la déficience auditive, on estime qu’il y a en France plus de 3 millions et demi de  personnes malentendantes pour seulement 500 000 personnes atteintes de déficience sévère ou profonde. Et seules 1 % des personnes atteintes de déficience auditive parlent la langue des signes ! Cette règle est valable pour tous les types de déficiences : il y a plus de personnes malvoyantes que de personnes non voyantes, plus de personnes qui souffrent de déficience intellectuelle légère que de déficience intellectuelle profonde, etc. ;

  • deuxièmement, 80 % des handicaps sont invisibles. Prenons l’exemple du handicap physique : cela peut se voir, comme chez une personne en fauteuil roulant, mais lorsque vous souffrez du dos ou des articulations, ce qui constitue la majorité des situations, cela ne se voit pas !

Il y a un dernier chiffre que vous devez connaître avant de clore cette partie : dans 85 % des cas, le handicap ne nécessite aucun aménagement technique de poste à l'embauche !

En résumé

Cela peut sembler complexe d’intégrer une personne handicapée dans l’entreprise, mais la plupart du temps, la personne pourra s’insérer facilement dans l’emploi :

  • parce que sa situation de santé ne la met pas forcément en difficulté dans le poste que vous lui proposez, si celui-ci est compatible ;

  • parce que les personnes en situation de handicap développent des moyens de compensation efficaces. Par exemple, une personne malentendante peut être appareillée, elle peut aussi lire sur les lèvres ou encore développer sa mémoire visuelle.

En conclusion, on peut donc voir que les personnes en situation de handicap développent des stratégies pour « faire autrement », et donc que leurs différences peuvent aussi constituer un atout pour l’entreprise.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite