• 6 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 24/03/2020

Appréhendez la logique du bulletin de salaire

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Après avoir réussi à définir le bulletin de paie et son importance pour le salarié, nous allons voir dans ce chapitre la logique derrière le bulletin de paie, autrement dit ce qu’il représente en termes de chiffres, et le mécanisme qui nous fait arriver du brut au net. Oui, j’ai parlé de chiffres mais ne vous inquiétez pas, c’est beaucoup plus simple que ce que vous pouvez penser. Alors sans plus attendre, attaquons le sujet!

La notion de “coût réel du travail”

Une des premières étapes vers une bonne compréhension du bulletin de salaire et des différentes notions qui apparaissent dessus, notamment comment on arrive au salaire net, est de bien comprendre ce qu’on entend par “coût réel du travail”. Vous pourrez également entendre parler de “salaire super brut”. Cette notion n’apparaît pas sur le bulletin de salaire, ou en tout cas pas de manière explicite, mais après ce chapitre vous serez en mesure de la retrouver sur votre bulletin. ;)

Ce qui nous amène à nous poser la question suivante : quelles sont les dépenses engagées chaque mois par l’employeur pour rémunérer le travail du salarié?

Pour calculer le coût réel du travail, il faut prendre le salaire brut indiqué sur le bulletin de salaire et y rajouter les cotisations sociales patronales. Que sont les cotisations patronales ? Il s’agit des cotisations sociales payées par l’employeur, servant à financer, entre autres :

  • les différentes branches de la Sécurité Sociale ;

  • le FNAL ;

  • les régimes complémentaires de retraite, etc.

Il faut savoir que les cotisations patronales correspondent à environ 45 % du salaire brut.

Les différents aspects du salaire

De manière générale, en tant que salarié, nous sommes souvent plus intéressés par le salaire net et nous avons tendance à délaisser les autres aspects du salaire.

Toutefois, comme nous l’avons vu plus haut avec la notion du “salaire super brut”, les différents aspects du salaire existent pour une raison bien précise et suivent une certaine logique. La bonne nouvelle, c’est qu’en reproduisant les différentes étapes de ce chapitre, vous pourrez retrouver vous-mêmes tous les aspects du salaire.

Salaire de base

Très souvent, le salaire brut peut correspondre au montant apparaissant dans le contrat de travail. Toutefois, il s’agit encore une fois de deux notions distinctes. Il serait en effet plus juste de considérer le salaire indiqué dans le contrat de travail comme le "salaire de base". Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en fonction du travail effectué par le salarié, de la politique de rémunération de l’entreprise ou des différents évènements de la vie des salariés, d’autres éléments vont s’ajouter à ce salaire de base et vont alors donner ce que l’on appelle le “salaire brut”.

Salaire brut

Pour le calculer, il suffit de prendre tous les éléments de rémunération qui sont soumis à cotisations sociales. Cela signifie que des cotisations sont calculées à partir de ces éléments et ensuite déduites de ces mêmes montants. Nous verrons plus loin que c’est ce qui nous donne le salaire net, versé sur le compte bancaire des salariés chaque mois. Donc, ce qu’on entend par “brut”, c’est un montant qui va servir de base de calcul pour déterminer le net à payer aux salariés.

Salaire net imposable

Passons maintenant à une étape qui devrait vous intéresser car elle concerne l’impôt sur le revenu.

Vous l’aurez donc compris, le salaire net imposable est la fraction du salaire qui va servir de base de calcul pour l’impôt sur le revenu. C’est ce que vous devez déclarer chaque année aux autorités fiscales pour qu’elles calculent le montant que vous aurez à payer l’année suivante.

Depuis le 1er janvier 2019, ce montant sert également de base de calcul pour la rubrique de prélèvement à la source, donc pour le calcul du montant mensuel de l'impôt sur le revenu qui sera déduit du salaire net des salariés. Attention, il existe bien évidemment des exceptions (indemnités journalières de Sécurité Sociale, contrats de courte durée, apprentis et stagiaires...) pour lesquelles la base sera différente du salaire net imposable.

Mais revenons au calcul du net imposable :

Vous avez probablement vu ces termes sur votre bulletin, au niveau de la CSG et de la CRDS. Quand on parle de CSG déductible, cela signifie qu’elle est déduite du montant servant de base au calcul de l’impôt sur le revenu. On la retire de ce montant. C’est également le cas des cotisations sociales. Elles sont déduites avant le salaire net imposable, ce qui signifie qu’elles ne sont pas à déclarer aux autorités fiscales et ne servent pas à calculer le montant à payer au titre de l’impôt sur le revenu.

En revanche, si on parle de CSG et de CRDS “non déductibles”, cela veut dire que ce montant n’est pas déduit de la base de calcul de l’impôt sur le revenu. Il est donc intégré dans le salaire net imposable.

Salaire net avant impôt sur le revenu

Depuis le 1er janvier 2019, nous appliquons en France le prélèvement à la source, ce qui signifie que l'employeur déduit chaque mois du salaire de ses employés le montant mensuel de leur impôt sur le revenu selon des modalités de calcul fixées par l'administration fiscale, et en fonction de la situation de chaque employé, mais aussi de ses revenus mensuels.

En conséquence, une nouvelle rubrique doit apparaître sur le bulletin de salaire (nous verrons dans le chapitre suivant que c'est une mention obligatoire), à savoir une rubrique intitulée "salaire net avant impôt sur le revenu", donc avant la déduction du montant mensuel de l'impôt sur le revenu.

Salaire net

Ce montant correspond à ce que vous recevez chaque mois sur votre compte bancaire. Pour le calculer, on part du salaire de base et des éléments de rémunération soumis à cotisations sociales, qui forment le salaire brut. Ensuite, on calcule les cotisations sociales salariales à partir du salaire brut, on les déduit de ce montant et cela donne le salaire net imposable. Le net imposable est ensuite utilisé pour calculer le montant du prélèvement à la source qui sera déduit du salaire net du salarié, pour donner le montant net qui sera versé sur son compte bancaire à la fin du mois.

En résumé

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite