• 10 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 28/11/2019

Mettez en œuvre le dispositif hybride au sein de votre organisation

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Vous êtes ingénieur pédagogique pour une école ou un organisme de formation et on vous demande de créer un parcours en blended ou de passer une formation présentielle en blended. Ce qui vous attend est un processus délicat et non linéaire. Il faudra accepter de fonctionner par essais/erreurs, de rester à l’écoute du terrain et de toujours s’adapter aux besoins changeants des formateurs et des apprenants. Ce qui suit n’est donc pas un guide à suivre à la lettre, mais plutôt de grandes questions à se poser.

Faites l'inventaire des ressources disponibles

Avant de voir ce que vous devrez créer, prenez le temps de regarder ce qui existe déjà.

Quelle est la culture de l’institution, son expertise dans le blended ?

  • Des cours en blended ont-ils déjà été implémentés ? Même de manière “artisanale” ? Quels outils et quelles ressources ont été utilisés ? Capitalisez au maximum sur ce qui a déjà été fait.

  • Quelles sont la culture et la compétence numérique des apprenants ? Avant de passer une formation en blended, il est indispensable de se poser la question de son public, notamment de sa maîtrise des outils numériques.

  • Quelles sont la culture et la compétence numérique des enseignants/formateurs ?
    Pour que le blended ait un effet sur les apprentissages, il est indispensable de développer la culture technique des enseignants, ainsi qu’une transformation de leurs pratiques pédagogiques. Il est donc indispensable de connaître “le point de départ”.

  • Quelle est la ligne directrice de l’institution pour laquelle vous développez le dispositif pédagogique ? Souhaite-t-elle développer le blended ?

  • Quelle est la politique concernant l’accessibilité, le copyright et la propriété intellectuelle des ressources produites ?

Quelles sont les ressources proposées par le commanditaire ?

  • Tout d’abord, l’argent. De quel budget disposez-vous ? Cela vous aidera à trancher entre les choses que vous développerez vous-même et ce que vous pourrez sous-traiter. Cela aura aussi une incidence directe sur la qualité des ressources produites, notamment si ce sont des vidéos. On peut avoir une approche très frugale, comme sur ma chaîne YouTube. J'utilise un iPad pro avec son micro natif et le logiciel Explain Everything. Cela me coûte 25€ par an et 2 heures de travail par vidéo. Si vous cherchez un résultat plus professionnel comme ce cours en ligne, il faut compter plutôt entre 10 et 20 k€. Bien sûr, toutes les solutions intermédiaires sont possibles !

  • Puis les ressources humaines. Combien êtes-vous à travailler sur le projet ? Avec quelles compétences ? Avez-vous accès à un studio et des compétences d’édition vidéo ? Avez-vous la possibilité de faire du développement informatique, en interne ou en externe ?

  • Quel support technique existe déjà ? Qui répond aux questions et problèmes techniques des apprenants ? Des enseignants/formateurs ? Attention, si c’est à vous d’assurer cette partie, prévoyez du temps pour le faire correctement, c’est indispensable pour la réussite de votre projet. Cela veut sans doute dire revoir vos ambitions à la baisse.

  • Enfin, les ressources pédagogiques. Sont-elles internes (écrites par les enseignants/formateurs de la formation) ou externes (accès à un MOOC, abonnement à une banque de vidéos ou autre) ? Sont-elles alignées avec les objectifs pédagogiques ?

  • Parmi les ressources internes disponibles, lesquelles sont physiques, lesquelles sont digitales ? Cela vous aidera à pointer les ressources que vous pouvez réutiliser, celles que vous devrez adapter et celles que vous devrez créer.

Quelques bonnes pratiques

  •  Partagez vos ressources au sein de l’institution.

  • N’essayez de produire que du contenu pédagogique facilement partagé et reproduit (sur le plan technique, mais aussi légal).

  • Organisez des ateliers pour sensibiliser/former les enseignants/formateurs au blended learning. Proposez aux enseignants/formateurs déjà en blended d'animer ces ateliers.

  • Créez des ressources sur “apprendre en blended” à destination des apprenants, comme le cours “Apprenez à apprendre” d’OpenClassrooms.

  • Prévoyez, dès le départ du projet, vos objectifs et les données à collecter pour valider ces objectifs.

Concevez un environnement d'apprentissage efficace

Dans un dispositif en blended learning (ou dispositif hybride en français), on apprend partout et tout le temps. L’efficacité de l’apprentissage dépendra fortement de votre capacité à mobiliser les apprenants, y compris lorsqu’ils ne sont plus sur le site de formation (donc en distanciel).

Il a été démontré que cette approche n’améliore pas l’efficacité des apprentissages, il est indispensable de partir des besoins pédagogiques.

Pour cela, vous allez créer un environnement d’apprentissage, une sorte d’écosystème dans lequel l’apprenant va rentrer en entrant en formation et qui l’accompagnera partout, tout le temps de la formation (voir après).

Dans un environnement d’apprentissage efficace, les possibilités du numérique sont toutes utilisées à leur plein potentiel :

  • la participation active des étudiants, en présence comme à distance ;

  • l’usage fréquent et diversifié d’outils technologiques ;

  • la mise à disposition et l’incitation à la production de documents multimédia ;

  • l’interaction entre pairs ;

  • l’ouverture du dispositif à des ressources et des acteurs extérieurs.

De plus, l’accent est mis sur des objectifs relationnels, qui sont atteints grâce à l’environnement d’apprentissage, mais aussi grâce à l’accompagnement des étudiants.

Pour construire cette communauté d’apprenants, vous pouvez utiliser les réseaux sociaux. Si ces réseaux sociaux sont ouverts, sur d’autres apprenants du monde entier, par exemple, cela n’en sera que plus bénéfique.

Vous devez investir ces espaces : poster dessus régulièrement, animer la communauté, réagir aux posts et commentaires des apprenants, et monitorer pour vérifier qu’ils sont bien utilisés à des buts cohérents avec vos objectifs pédagogiques. Un bon indicateur de la mobilisation des réseaux sociaux, c’est quand les apprenants continuent à interagir dessus après la fin de la formation.

Chaque outil numérique demande aux apprenants un temps et une énergie d’adaptation. N’introduisez donc pas trop de nouveaux outils (personnellement, je conseille 4 à 5 outils nouveaux au maximum par an) et utilisez au maximum les outils que les apprenants utilisent déjà.

Utilisez les “learning analytics” pour l’amélioration continue

Un cours en blended se construit exactement comme un cours en présentiel, c’est-à-dire :

  • définir les objectifs d’apprentissage ;

  • définir les évaluations ;

  • et enfin, construire les activités à donner aux apprenants.

Je vous conseille de voir une formation en blended comme un processus itératif : vous ferez ce cours plusieurs fois et le but sera de l’améliorer à chaque fois. Les outils numériques éducatifs évoluent en permanence, vous devez donc pratiquer une veille régulière pour ne pas vous laisser distancer.

Je vous conseille d’avoir en tête, dès la phase de conception du dispositif, les objectifs de votre formation et comment les mesurer.

Avoir un suivi de ces objectifs vous permettra également de piloter la formation durant sa réalisation.

Ces indicateurs peuvent être :

  • les évaluations et les devoirs à rendre ;

  • les discussions sur le forum ;

  • des sondages ;

  • le retour des apprenants sur la formation ;

  • les statistiques d’utilisation des MOOC ou de votre LMS.

Partez des objectifs pédagogiques de la formation et posez-vous deux questions :

  • Quels données et retours dois-je collecter pour évaluer si les apprenants maîtrisent cet objectif ?

  • Quels données et retours dois-je collecter pour aider les apprenants à mieux maîtriser ces objectifs pédagogiques dans le futur ?

Ensuite, planifiez les méthodes de collecte (quantitative et qualitative) que vous allez mettre en place. Chaque méthode mise en place doit avoir un but et être utilisable pour améliorer la formation.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite