• Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 10/01/2013

Quelques trucs à savoir...

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Saviez-vous que le microprocesseur présent dans votre chère calculatrice est le même qui équipait les ordinateurs des années 60 ?!
Et que la rapidité de la calculatrice peut être augmentée (ou diminuée... :'( ) via l'ASM ?
Ça devient intéressant là, non ?
On attaque !

Pourquoi l'ASM ?

Je précise que, étant parfois amené à parler du TI-Basic, je peux aussi bien l'appeler « Basic ». Que cela ne vous surprenne pas, il s'agit ici du même langage.

Pour le comparer au TI-Basic, il est plus rapide, permet d'utiliser pas mal de fonctions système mais nécessite un PC pour son édition (ce qui ne vous rebute pas, j'espère :p ) ; il est en outre d'une complexité assez importante (face au TI-Basic bien sûr !).
En fait, lorsque la calculatrice lance un programme Basic, elle doit à chaque instruction se référer à une table qui lui explique comment la réaliser dans son propre langage. En effet, le TI-Basic est un langage interprété, ce qui implique une relative lenteur.
Avec l'ASM, rien de tout cela ! La calculatrice peut directement exécuter les instructions du programme puisqu'elle n'a pas à les traduire ! Il en résulte bien évidemment une rapidité importante et constante. Les programmeurs Basic ont en effet peut-être pu constater une « baisse de régime » au cours de l'exécution du programme.
De plus, bon nombre de fonctions sont accessibles à l'ASM et pas au Basic, et vice-versa.

Mais ? Si la calculatrice peut interpréter les fonctions Basic, on doit pouvoir les utiliser en Assembleur, non ?

En fait, je préfère pour le moment éviter de parler des liens entre Basic et Assembleur car pour débuter, il vaut mieux ne considérer qu'un seul langage sans faire de rapprochement entre les deux.
Tant pis pour les programmeurs en TI-Basic ! :diable:
Mais la diversité des fonctions ne vous fera pas regretter ce choix !

Introduction à la notion de bases

OK, vous devez sûrement vous taper ça à chaque tuto ; mais là je considère que la connaissance des autres bases est plus importante. Et puis vous êtes des Zéros, oui ou non ?! o_O

Le binaire correspond à la base 2 et l'hexadécimal à la base 16.
Nous avons pour habitude l'utilisation du système décimal, de base... 10 !
Le binaire n'est composé que de 0 et 1 (2 caractères <=> base 2) tandis que l'hexa se note de 0 à F.
On a donc A correspondant à 10, B à 11, etc.
Bien évidemment, on peut utiliser toutes les bases jusqu'à 36 mais leur intérêt est très limité, pour ne pas dire inexistant !
Pour que TASM puisse différencier les bases, on utilise le symbole « % » pour le binaire et « $ » pour l'hexa. En effet, 101 peut aussi bien être binaire que décimal... Si vous ne mettez rien, le nombre sera considéré comme décimal.

%10011001 ou 10011001b
$5C ou 5Ch

La conversion d'une base vers une autre est assez simple :

Image utilisateur
Image utilisateur

Vous pouvez aussi utiliser la calculatrice de Windows en affichage scientifique :

Image utilisateur
Image utilisateur

L'utilité de ces bases vous sera expliquée plus tard... :p
Retenez juste les notations pour le moment !

Vous n'avez normalement plus qu'à écrire un programme pour pouvoir l'utiliser...

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite