• 12 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 03/02/2020

Routez vers/depuis un objet communicant

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Définissez de manière statique une table de routage

Dans les sections précédentes, nous avons vu le fonctionnement d’IP puis l’adressage. Nous allons maintenant nous intéresser au fonctionnement du routage d’un paquet depuis une source vers une destination.

Comme nous l’avons vu dans la troisième section du tout premier chapitre de ce cours ainsi que dans le deuxième chapitre, le routage se base sur une table de routage, présente dans chaque routeur et chaque machine connectée à Internet.

Dans cette section, nous allons nous intéresser au routage statique.

Ici, les informations contenues dans une table de routage ne changent pas dynamiquement en fonction du réseau. Elles sont configurées statiquement. Que contient une telle table ?

Autrement dit, elle contient plusieurs adresses destinations, et pour chacune d’entre elles, un masque, une passerelle (autrement dit un routeur), une interface et une métrique.

Par exemple, lorsque j’ai un paquet à envoyer, je vais appliquer le masque de réseau proposé sur l’adresse IP destination. Si le résultat est identique à l’adresse destination, ici 192.168.2.0, alors le paquet sera transmis au routeur 192.168.1.2 via l’interface Eth1.

L’entrée 0.0.0.0 d’une table de routage indique une entrée par défaut. Autrement dit, si aucune des entrées précédentes n’est satisfaisante, alors le paquet va être routé via le routeur 192.168.1.3. Notez que les tables de routage statique sont très utilisées pour les petits réseaux et les configurations évoluant peu.

Construisez dynamiquement une table de routage

Dans la plupart des cas, parce que les topologies des réseaux sont dynamiques et de taille importante, il est préférable de construire dynamiquement une table de routage.

Pour cela, nous utilisons des algorithmes que vous avez étudiés au cours de la partie 2 de ce cours. Nous avions vu deux algorithmes de calcul de plus court chemin : Dijkstra et Bellman-Ford.

Dijkstra est utilisé par les algorithmes à état de liens comme OSPF, tandis que Bellman-Ford est utilisé par les algorithmes à vecteur de distance comme RIP.

Dans tous les cas, il s’agit de construire et de maintenir dynamiquement les informations contenues dans les tables de routage en fonction de la charge des liens du réseau et des routeurs.

Quelles sont les idées clefs de la construction et de la maintenance de tables de routage dynamiques ?

Initialement, chaque routeur transmet des informations sur son état, sa charge par exemple, et des informations sur des routeurs voisins s’il en connaît.

Puis ces informations sont traitées localement pour construire les premières informations de routage. Ensuite, périodiquement, chaque routeur envoie des informations de mise à jour, en fonction des informations collectées, enrichissant ainsi l’information présente dans les tables de routage.

Ainsi, les protocoles de routage étudiés précédemment peuvent calculer sur des informations récentes concernant l’état du réseau.

Appréhendez la gestion des boucles de routage avec le temps de vie d’un paquet

Il arrive parfois que les tables de routage entraînent la présence de boucles dans les réseaux.

Cela peut être vrai dans le cas d’un routage statique à cause d’une erreur de configuration manuelle mais aussi, dans le cas d’un routage dynamique, à cause d’incohérences dans les tables de routage.

Le problème induit par les boucles de routage est de condamner certains paquets à suivre toujours la même boucle et donc, à rester un temps infini dans le réseau.

Pour éviter ce problème, souvenez-vous du champ TTL (Time To Live) d’un paquet IP. C'est l'un des champs de l’en-tête de contrôle d’IP.

Initialement initialisé à la valeur 32 ou 64, sa valeur est décrémentée d’une unité à chaque fois que le paquet est traité par un routeur. Ainsi, dans le cas de l’existence d’une boucle de routage, le champ TTL va rapidement atteindre la valeur zéro et être détruit, évitant une surcharge du réseau à cause d’une mauvaise configuration. Ce mécanisme très simple permet d’éviter les conséquences des boucles de routage.

Passons au prochain chapitre pour aborder les protocoles de transport.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite