• 6 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 21/11/2019

Alimentez votre système en énergie

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Dans les chapitres de cette partie, vous allez découvrir différents domaines d'analyse de la démarche de développement d'un système embarqué ou d'un objet connecté. Ils vous décriront les angles d'approche à aborder :

  • Comment le système est-il alimenté en énergie ?

  • Quelle est l'ergonomie du système ?

  • Comment le système communique-t-il ?

Questionnons-nous

Un détecteur de fumée a-t-il besoin d’énergie pour fonctionner ?

Oui, pour au moins trois raisons.

Tout d’abord, le détecteur a besoin d’énergie pour alimenter le capteur électronique détectant la fumée. Ensuite, la génération des signaux d’alarme sonore nécessite également de l’énergie. Enfin, une diode électroluminescente est régulièrement allumée pour signaler le bon fonctionnement de l’ensemble ; elle aussi consomme un peu d’énergie. Enfin, si l’alarme est parallèlement transmise à distance, par radio par exemple, cette transmission requiert également de l’énergie.

Dans un détecteur de fumée ordinaire, d’où cette énergie provient-elle ?

La solution la plus simple consiste à stocker cette énergie dans une pile électrochimique. L’avantage de cette solution réside dans sa simplicité. L’inconvénient bien évidemment est l’obligation de changer et recycler la pile lorsque celle-ci est vide d’énergie, et que le détecteur de fumée n’est plus fonctionnel.

Un signal lumineux témoin d’un bon fonctionnement est également émis tant que la réserve d’énergie est suffisante, mais sa disparition peut elle aussi passer inaperçue étant donnée sa faible récurrence (souvent un éclat par minute).

La perte de fonctionnalité du détecteur, due à la décharge totale de la pile, peut donc passer inaperçue. Ne pourrait-on pas alors l’alimenter par le réseau EDF ?

Oui, le détecteur peut être inséré dans un réseau câblé destiné à apporter de l’énergie de façon permanente. C’est le cas des détecteurs dans beaucoup de bâtiments à usage industriel ou professionnel, dans lesquels existe une gestion centralisée des alarmes.

Toutefois, pour un usage privé et dans le cas d’un incendie, il faut envisager la perte de cette alimentation câblée. De plus, l’électricité peut également être coupée volontairement lors d’une absence prolongée de l’occupant du logement. Tout ceci impose donc de toute façon la présence d’un accumulateur d’énergie rechargeable dans le détecteur de fumée. Le stockage de l’énergie reste ici indispensable.

Existe-t-il d’autres solutions pour étendre la durée de vie de la pile, et même procurer une autonomie infinie ?

Oui, il est en principe possible d’envisager la récupération de l’énergie ambiante présente dans l’environnement du capteur de fumée, telle la capture de l’énergie lumineuse par un dispositif photovoltaïque. Cette énergie récupérée servirait alors à recharger un accumulateur.

En résumé

Ces techniques de récupération d’énergie ambiante ont d’ailleurs déjà trouvé des applications de niche. Mais ici, malheureusement, le concept se heurte à la diversité des environnements possibles : par exemple, dans certains cas, le détecteur de fumée peut être installé dans un local non éclairé la majorité du temps, ce qui exclut le photovoltaïque, qui est pourtant une méthode très mature.

Plus globalement, la variété des environnements est si vaste que le concept de récupération d’énergie ambiante est ici peu pertinent.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite