• 15 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 05/12/2018

Transformez les petits groupes en équipes

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

De façon classique, pour constituer des petites équipes d’apprenants, on a tendance à demander aux apprenants de se regrouper soit par affinité, soit spatialement avec leurs voisins.

Votre objectif est donc de faire en sorte qu'au sein de chaque équipe, chaque apprenant s'engage dans la collaboration.

Responsabilisez vos équipes

Soyons réaliste, vous ne serez pas présent pour chaque équipe à chaque instant. Plutôt que de chercher à développer vos dons d'ubiquité, préférez mettre en place le cadre qui permettra aux apprenants de coopérer, collaborer et ainsi avancer en autonomie.

Pour faire entrer les apprenants dans une logique de responsabilisation au sein de leur équipe, vous disposez de plusieurs moyens :

  • la constitution des équipes ;

  • l’attribution de rôles ;

  • le cadrage du temps par rapport à l’objectif recherché, l’alternance des temps “seul” et “à plusieurs” ;

  • les tâches à réaliser ;

  • l’accompagnement.

Commençons par la constitution des équipes !

Comprenez les règles de base pour former des équipes

Pour constituer des équipes, voici deux questions à résoudre :

  • Combien d'apprenants mettre par équipe ?

  • Qui mettre avec qui ?

Combien d'apprenants mettre par équipe ?

Pour faire du tutorat, ou de l'analyse de pratique, deux ou trois apprenants pourraient suffire.

Pour des activités collaboratives, l’idée aujourd’hui largement répandue est plutôt de fonctionner par équipe de 4.

Cela permet de multiplier les compétences, les différentes approches qui permettent à l'équipe de se débloquer. Au-delà de 4, vous verrez apparaître des apprenants plutôt suiveurs qui s'effaceront. Il est en effet difficile d'avoir 6 membres totalement impliqués.

Qui mettre avec qui ?

Vous êtes déjà conscient des différents profils d'apprenants. Je vous propose les distinctions suivantes, simples à observer et opérationnelles :

  • les rapides et les plus lents,

  • les leaders et les suiveurs,

  • les plus avancés que d'autres sur certains objectifs pédagogiques.

La composition et la façon de constituer vos équipes va dépendre de l'objectif de l'activité, et de l'activité elle-même et le temps qui y est consacré.

Voici quelques avantages et inconvénients des différents profils d'équipes :

  • Des équipes hétérogènes regroupent différents profils d'apprenants. Préférez ces équipes pour les activités de production, ou l'entraide entre apprenants. Par contre, un apprenant moins à l'aise pourra facilement se cacher derrière un autre, au détriment de son apprentissage.

  • Des équipes homogènes permettront aux apprenants de fonctionner à un rythme similaire, ou autour de besoins similaires. Je vous conseille d'éviter les groupes par niveaux. Les membres du "groupe des moins bons" ne sont pas dupes, et auront plus de mal à s'engager dans leur apprentissage. 

Découvrez les différents modes de composition

Découvrez les avantages et inconvénients des différents modes de composition d'équipe dans ce tableau.

Tableau de mode de composition des équipes
Retrouvez ce tableau en cliquant sur le lien.

Constituez vos équipes pendant la séance

Je vous propose une méthodologie progressive pour former vos équipes, en prenant en compte plusieurs critères :

  • le temps que cela va prendre ;

  • l'objectif pédagogique de l'activité ;

  • la volonté ou non de mélanger les apprenants pour former le groupe.

Niveau 1 : Vous ne connaissez pas les apprenants.

Pour le niveau 1, ce qui importe, c’est le temps à votre disposition et la volonté de mélanger les apprenants. Partez du plus simple :

  • Par proximité : “Mettez vous par quatre avec vos voisins”. C’est la façon la plus rapide de constituer les équipes au hasard. Les équipes seront principalement hétérogènes. C’est tout à fait satisfaisant dans une phase d’émergence d’idées. Mais ce n’est pas une façon de “mélanger” les apprenants qui se sont installés par affinité en début de séance.

  • Au hasard par “tirage au sort”. Par exemple, distribuez des cartes au hasard, puis assemblez les pics, les cœurs, etc. L'intérêt de cette méthode, c'est qu'à l'activité suivante, vous pourrez remélanger les équipes en mettant les valets ensemble, les dames ensemble, etc.

Niveau 2 : Laissez choisir les apprenants.

Dans le deuxième niveau, vous ne connaissez toujours pas les apprenants. Vous allez les laisser choisir.

Les apprenants vont se reporter naturellement sur deux leviers de motivation : le sens ou la curiosité en choisissant un objet de réflexion ou de production, et le sentiment d’appartenance en choisissant les personnes avec qui travailler (ce qui revient à un choix par affinité).

Niveau 3 : Vous connaissez les apprenants.

Dans ce cas, c'est l'objectif pédagogique qui va conduire le choix d'équipes homogènes ou hétérogènes, selon les différents profils que vous aurez identifiés. Voici plusieurs manières de former les équipes :

  • Les profils : distinguer quels apprenants se positionnent comme leader, ou comme suiveur. Mettez les suiveurs ensemble pour qu’ils apprennent à se mettre en action, mettez les leaders ensemble pour qu’ils apprennent à s’écouter. Choisissez des équipes homogènes pour les sortir de leur zone de confort.

  • Attention aux différences de rythme. Les apprenants plus lents sont souvent des gens qui ont besoin d’une approche globale, et peuvent être perturbés par le démarrage rapide alors qu’ils n’ont pas compris où vous voulez en venir. Entre eux, ils trouveront davantage de sens.

  • Les “niveaux”: vous ne regroupez pas par niveau, mais par erreur ou par difficulté. Cela va être utile dans une logique de tutorat ou dans une logique de complémentarité, pourvu que vous identifiiez les compétences spécifiques que chacun va apporter à son équipe.

Donnez des rôles aux apprenants

Dans une équipe de football, il y a le gardien de but, le milieu de terrain, l'avant-centre. Chacun a son rôle et ses tâches spécifiques. C'est ce qui rend l'équipe performante.

Lors de votre séance de formation, faites de même, et attribuez des rôles.

Je vous suggère d'en rester à quelques rôles très simples qui vont aider les apprenants à organiser leur coopération et réguler leur activité.

Définissez des rôles et des tâches

Voici les rôles que j’utilise le plus souvent lors de mes formations, pour des tâches que j’ai souvent besoin de différencier :

  • Le coordinateur : il gère le temps de parole.

  • Le rapporteur : il va préparer un support visuel pour la mise en commun.

  • Le bibliothécaire : il est en charge des recherches d’information.

Pour aller plus loin : le tutorat

Le tutorat est un bon moyen d'améliorer les apprentissages, pour le tuteur et le tutoré.

Je vous suggère d’envisager le tutorat à partir des erreurs observées, ou des difficultés qu’un apprenant pourrait vous signaler.

Cet apprenant devient le tutoré. Sans désigner un tuteur dans son équipe, faites-le poser sa question à son équipe, l’un des membres va automatiquement prendre le rôle de tuteur. Vous réduisez ainsi l’asymétrie en mettant en place les rôles de façon informelle, sans les désigner.

Allez, voyons concrètement comment différencier les apprentissages lors de différentes activités pédagogiques. Rendez-vous au prochain chapitre !

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite