• 10 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 24/09/2018

Installez un annuaire LDAP

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Dans les deux prochains chapitres, vous allez apprendre à installer et à gérer un annuaire LDAP.

Mais c’est quoi un annuaire LDAP ?

LDAP signifie Lightweight Directory Access Protocol. C’est le standard de fait pour accéder à un annuaire. Un annuaire est une base de données qui va contenir des informations sur des personnes, des machines, des groupes ou toute autre catégorie que vous pourriez imaginer.

Les annuaires sont couramment employés pour stocker les données d’authentification (login et mot de passe) ou pour obtenir des informations sur des personnes (email, téléphone, etc.) ou des objets (localisation, marque, modèle, etc.). Toutes les applications de votre entreprise (site web, e-mail, comptes système des ordinateurs, etc.) peuvent par exemple utiliser ce service d’annuaire pour valider les identifiants de connexion.

Voyons plus précisément la structure d’un annuaire LDAP

Découvrez le fonctionnement de LDAP

Tout d’abord, un annuaire LDAP est un organisation hiérarchique d’entrées. Cette organisation constitue un arbre appelé DIT (Directory Information Tree) dont une des entrées est la racine.

Schéma d'un arbre avec une racine
Exemple d'un DIT de racine "dc=mon-entreprise,dc=com"

Chaque entrée peut contenir des attributs auxquels on assigne des valeurs. Chaque entrée  appartient au moins à une classe d’objet qui définit les attributs de l’entrée.

Par exemple, la classe d’objet “Employés” pourrait définir qu’un “élément” appartenant à cette classe doit contenir les attributs obligatoires :

  • nom de famille

  • prénom

et peut contenir les attributs facultatifs :

  • e-mail

  • téléphone

  • date de naissance

Chacun des attributs de cet élément aura une valeur. Par exemple, “nom de famille=Dupond”.

De nombreux attributs et classes d’objets sont pré-définis mais il est possible de définir les vôtres si besoin. L’ensemble des classes d’objets et attributs utilisés est défini dans le schéma. Certains attributs sont particulièrement courants et intéressants à connaître :

Attributs

Fonction

dc (domain component)

une partie d’un nom DNS. Pour une entreprise dont le nom de domaine serait “mon-entreprise.com”, il est courant d’appeler la racine du DIT “dc=mon-entreprise,dc=com”

cn (common name)

le nom commun. Pour une personne, c’est en général le prénom + le nom de famille

gn (given name)

le prénom

sn (surname)

le nom de famille

o (organization name)

pour une entreprise ce serait le nom de l’entreprise ou de la filiale

ou (organisational unit)

l’unité d’organisation. Pour une entreprise, ce serait le département (commercial, comptabilité, etc.)

Un attribut particulier est le dn (distinguished name), c’est à dire le nom distinct. C’est un attribut qui identifie de manière unique un élément dans le DIT. Il reprend les noms de tous les éléments depuis la racine jusqu’à l’élément et indique ainsi un “chemin” unique pour trouver l’élément.

Par exemple, le dn de “Marie Dupond” qui travaille chez “mon-entreprise.com” pourrait être “cn=Marie Dupond,ou=Personnes,dc=mon-entreprise,dc=com”. On appelle RDN, pour Relative Distinguished Name, la partie “finale” propre à Marie. Ici le RDN serait “cn=Marie Dupon”. Lui, ne garantit pas l'unicité dans le DIT.

Vous avez maintenant quelques bases sur LDAP. Pour une présentation plus détaillée, je vous recommande de suivre le cours “Présentation du concept d’annuaire LDAP”. Je vous propose de passer à la pratique et d’installer l’annuaire OpenLDAP sur votre serveur Ubuntu.

Installez OpenLDAP

OpenLDAP est un des annuaires les plus répandus. Pour l’installer, vous devrez installer le paquet  slapd  . Installez également le paquet  ldap-utils  qui contient les utilitaires clients pour pouvoir interroger ou modifier votre annuaire.

$ sudo apt-get install slapd ldap-utils

Voilà, vous avez installé votre annuaire. Vous allez maintenant utiliser l’outil de configuration debconf de Debian pour définir la configuration de base de votre annuaire :

$ sudo dpkg-reconfigure slapd

Indiquez :

  • No pour la première question afin de pouvoir utiliser l’outil de configuration

  • pour nom DNS : mon-entreprise.com

  • pour nom d’organisation : mon-entreprise

  • le mot de passe administrateur x2

  • choisissez le format de base par défaut : mdb

  • No pour savoir si la base doit être supprimée quand slapd est purgé

  • Yes pour déplacer l’ancienne base de données

Comme votre DNS est mon-entreprise.com, la racine de votre DIT a été configurée à “dc=mon-entreprise,dc=com”, vous pouvez utiliser la commande ldapsearch suivante pour visualiser votre DIT :

$ sudo ldapsearch -Q -L -Y EXTERNAL -H ldapi:/// -b dc=mon-entreprise,dc=com
version: 1

#
# LDAPv3
# base <dc=mon-entreprise,dc=com> with scope subtree
# filter: (objectclass=*)
# requesting: ALL
#

# mon-entreprise.com
dn: dc=mon-entreprise,dc=com
objectClass: top
objectClass: dcObject
objectClass: organization
o: mon-entreprise
dc: mon-entreprise

# admin, mon-entreprise.com
dn: cn=admin,dc=mon-entreprise,dc=com
objectClass: simpleSecurityObject
objectClass: organizationalRole
cn: admin
description: LDAP administrator

# search result

# numResponses: 3
# numEntries: 2

La commande  ldapsearch  sert, comme son nom l’indique à chercher dans un annuaire LDAP. Voici le détail des options utilisées :

-Q

active le mode silencieux pour l’authentification SASL

-Y

indique le mode SASL choisi pour l’authentification. Normalement, EXTERNAL implique une authentification par certificat client mais dans ce cas là ça signifie que l’authentification se fera par l’UID et le GID du compte système. C’est pour ça que vous devez lancer la commande avec “sudo”. L’utilisateur root a des passe-droits pour accéder à la base locale LDAP :)

-L

indique d’afficher le résultat au format LDIF. On aurait pu indiquer  -LLL  pour avoir la même chose sans toutes les lignes commentées.

-H

indique l’URI qu’on veut utiliser pour se connecter. Ici  ldapi:///  dit de se connecter à la socket Unix en local (la communication passe par un fichier local plutôt que par le réseau).

-b

indique le noeud à partir duquel vous voulez faire votre recherche. Ici  dc=mon-entreprise,dc=com  est la racine donc vous recherchez dans tout le DIT. À la suite du noeud, vous auriez pu indiquer des filtres pour votre recherche mais sans filtre vous avez l’affichage le plus complet.

Je vais maintenant vous parler un peu du format LDIF utilisé pour afficher la réponse de cette commande.

Comprenez le format LDIF

LDIF signifie “LDAP Directory Interchange Format”. C’est un format créé pour décrire les ajouts ou les modifications à réaliser dans un annuaire LDAP. Le format d’une entrée dans un fichier LDIF est toujours de la forme suivante :

dn: <Le dn que vous voulez changer>
changetype: <add, replace ou delete. Cette ligne est optionnelle>
<attribut ou objectclass>: valeu

Dans la sortie de la commande précédente, vous voyez que votre DIT contient en tout et pour tout 2 entrées :

  • La première est la racine. On la reconnaît au fait qu’elle appartient à la classe d’objet  dcObject  . Vous voyez qu’elle appartient aussi à 2 autres classes d’objet. Chacune décrit une série d’attributs que l’entrée peut ou doit contenir. Vous avez ensuite deux attributs :  o  et  dc  , deux types que vous connaissez déjà.

  • La deuxième est le compte administrateur LDAP, comme l’indique l’attribut  description  . Il appartient notamment à la classe d’objet  simpleSecurityObject  qui représente les comptes d’authentification.

Dans la partie suivante, vous utiliserez le format LDIF pour compléter votre DIT et créer votre premier utilisateur.

En résumé

  • LDAP est LE standard en terme d’accès à un service d’annuaire

  • Un annuaire est une base de données hiérarchique optimisée pour la recherche et la lecture d’informations

  • Un annuaire LDAP prend la forme d’un arbre, appelé Directory Information Tree, dans lequel on trouve des entrées identifiées de manière uniques par un Distinguished Name

  • Chaque entrée appartient à une ou plusieurs classe d’objet et peut posséder des attributs

  • Le format LDIF permet de décrire des changements à appliquer à un annuaire LDAP

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite