• 15 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 28/11/2019

Installez Nagios Core sur votre serveur Debian

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Maintenant que vous avez connaissance des problématiques de supervision, des différents acteurs sur le marché ainsi que des avantages et inconvénients de la solution Nagios, je vous retrouve donc dans ce chapitre pour installer Nagios Core sur un système GNU/Linux depuis les sources. Ce processus peut se détailler en quatre grandes étapes :

  • la préparation du serveur, qui va héberger le service Nagios ;

  • le téléchargement et la compilation des sources Nagios ;

  • l’installation de l’arborescence Nagios ;

  • la vérification de la connexion à l’interface d’administration de Nagios.

Préparez votre serveur Debian à recevoir Nagios

La machine cible est une Debian Stretch 9.6.0 en version minimale, disponible au téléchargement directement sur le site de Debian. Voici, par exemple, pour une architecture amd64 disponible ici.

Installez Debian par internet
Installez Debian par internet

Pendant le processus d’installation, je vous propose dans un premier temps de ne sélectionner que le minimum requis, à savoir :

  • le serveur SSH, pour se connecter via un terminal distant ;

  • les composants usuels du système, qui contiennent les librairies C les plus communément employées.

Quelques packages supplémentaires sont nécessaires afin de profiter pleinement de toutes les capacités de Nagios.

Vous allez donc installer quelques dépendances via diverses commandes que je vous présenterai par la suite.

Installez le serveur Apache

Pour accéder à l’interface Web de gestion de Nagios, vous avez besoin d’un serveur Apache et de l’interpréteur PHP.

apt-get install apache2 php php-gd php-imap php-curl php-mcrypt

Pour voir quels packages cette commande installe, vous pouvez voir les logs en téléchargeant ce fichier.

Installez les librairies Perl

Pour exploiter au maximum les possibilités offertes par les plugins de Nagios, vous avez besoin de quelques librairies Perl supplémentaires :

apt-get install libxml-libxml-perl libnet-snmp-perl libperl-dev libnumber-format-perl libconfig-inifiles-perl libdatetime-perl libnet-dns-perl

Vous pourrez noter par exemple les librairies perl SNMP. En effet sans l'inclusion de ces librairies, le plugin SNMP de Nagios ne pourra pas fonctionner !

Pour voir quels packages cette commande installe, vous pouvez voir les logs en téléchargeant ce fichier.

Installez les librairies graphiques

Nagios nécessite également quelques librairies graphiques :

apt-get install libpng-dev libjpeg-dev libgd-dev

Pour voir quels packages cette commande installe, vous pouvez voir les logs en téléchargeant ce fichier.

Installez les outils de compilation standards

Enfin pour installer Nagios et ses plugins vous aurez besoin des outils de compilation standards et du package unzip :

En effet, Nagios est un programme compilé en C, donc le compilateur GCC et ses outils associés MAKE et AUTOCONF sont indispensables, et les sources sont téléchargées souvent dans un format compressé, donc UNZIP est nécessaire également.

apt-get install gcc make autoconf libc6 unzip

Pour voir quels packages cette commande installe, vous pouvez voir les logs en téléchargeant ce fichier.

Créez l'environnement Nagios

Il vous reste juste quelques ajouts d’ordre administratif à effectuer… et notamment, la création de l’environnement Nagios, avec son utilisateur, son groupe et son répertoire de travail. En effet, Nagios est un programme qui n'a pas besoin de tourner sous root. Pour ajouter l’utilisateurnagios sur le système, saisissez la commande suivante :

useradd -m -p $(openssl passwd nagios) nagios

Cette commande crée l’utilisateur nagios sur le système et initie son mot de passe à nagios. Bien entendu, il vous faudra renforcer ce mot de passe sur une machine de production.

groupadd nagcmd
usermod -a -G nagcmd nagios
usermod -a -G nagcmd www-data
  1. La première commande crée un groupe nagcmd, qui servira à exécuter des commandes Nagios depuis l’interface Web.

  2. La seconde commande ajoute l’utilisateur nagios dans le groupe nagcmd.

  3. La troisième commande ajoute l’utilisateur www-data, sous lequel tournent les processus du serveur Web Apache2 dans le groupe nagcmd. Dernière commande à passer, la création d’un répertoire de stockage pour tous les téléchargements :

mkdir /home/nagios/downloads

Voilà, le serveur est maintenant prêt à recevoir Nagios et ses composants.

Téléchargez et compilez les sources de Nagios

Pour télécharger les sources de Nagios Core, il faut se rendre directement sur le site de Nagios : http://www.nagios.org. Dès la page d’accueil, vous trouverez un lien vers le téléchargement de Nagios Core.

Un clic sur ce lien vous amène sur une page vous proposant de choisir votre système d’exploitation. En ce qui vous concerne, ce sera bien entendu Linux et son fidèle TUX !

Choisissez votre système d'exploitation pour installer Nagios Core
Choisissez votre système d'exploitation pour installer Nagios Core

Ce document permet de télécharger les sources avec une documentation d’installation. Il concerne principalement la version XI de Nagios, que je vous ai déjà présentée dans la première partie de ce cours. J’en reparlerai dans le chapitre 4 de cette partie.

Pour obtenir de la documentation sur Nagios Core et notamment sur le processus d’installation pour Debian, je vous invite à vous rendre sur cette page.

Installez Nagios Core depuis les sources
Installez Nagios Core depuis les sources

Vous pouvez maintenant continuer le processus de téléchargement des sources et cliquer sur le bouton « Download ». Vous arrivez alors sur un pop-in, qui vous propose de donner vos coordonnées si vous souhaitez être informé des évolutions des produits Nagios.

Cliquer sur « Skip » vous évite de donner votre adresse de messagerie, si vous ne le souhaitez pas. Finalement, tout ceci vous amène enfin à la page de téléchargement des sources de Nagios Core :

Choisissez votre lien de téléchargement
Choisissez votre lien de téléchargement

Effectuez un clic droit sur le lien nagios-X.X.X.tar.gz pour copier le lien dans le presse-papier, puis saisissez la commande suivante dans votre terminal depuis le répertoire/home/nagios/downloads. En l’occurrence ici, la version téléchargée est la 4.4.2.

cd /home/nagios/downloads
wget https://assets.nagios.com/downloads/nagioscore/releases/nagios-4.4.2.tar.gz

Le résultat de cette commande doit ressembler à :

root@NagiosDebian:/home/nagios/downloads# wget https://assets.nagios.com/downloads/nagioscore/releases/nagios-4.4.2.tar.gz
--2018-11-23 10:16:53-- https://assets.nagios.com/downloads/nagioscore/releases/nagios-4.4.2.tar.gz
Résolution de assets.nagios.com (assets.nagios.com)…2600:3c00::f03c:91ff:fedf:b821, 72.14.181.71
Connexion à assets.nagios.com (assets.nagios.com)|2600:3c00::f03c:91ff:fedf:b821|:443… connecté.
requête HTTP transmise, en attente de la réponse… 200 OK
Taille : 11301454 (11M) [application/x-gzip]
Sauvegarde en : `nagios-4.4.2.tar.gz`
nagios-4.4.2.tar.gz 100%[==============================================================>] 10,78M 956KB/s in 13s
2018-11-23 10:17:06 (880 KB/s) — `nagios-4.4.2.tar.gz` sauvegardé [11301454/11301454]

Décompressez l’archive des sources de Nagios avec la commande suivante :

tar -zxvf nagios-4.4.2.tar.gz

Cette commande crée un répertoire nagios-4.4.2 dans le répertoire courant et y décompresse toutes les sources. Positionnez-vous dans ce répertoire avec la commande suivante :

cd nagios-4.4.2

La compilation des sources Nagios passe par un script configure. Celui-ci permet, entre autres, de s’assurer que les éléments nécessaires sont présents sur le système, et de passer quelques paramètres au processus de compilation. Dans votre cas, vous allez indiquer deux choses : où se situe le répertoire par défaut de configuration des sites Web, et où se situe le groupe nagcmd que vous souhaitez configurer… le tout, avec la commande suivante (sur la même ligne !) :

./configure --with-httpd-conf=/etc/apache2/sites-enabled --with-command-group=nagcmd

Si tout se passe bien, le résultat de cette commande doit ressembler à :

*** Configuration summary for nagios 4.4.2 2018-08-16 ***:
General Options:
-------------------------
Nagios executable: nagios
Nagios user/group: nagios,nagios
Command user/group: nagios,nagcmd
Event Broker: yes
Install ${prefix}: /usr/local/nagios
Install ${includedir}: /usr/local/nagios/include/nagios
Lock file: /run/nagios.lock
Check result directory: /usr/local/nagios/var/spool/checkresults
Init directory: /lib/systemd/system
Apache conf.d directory: /etc/apache2/sites-enabled
Mail program: /bin/mail
Host OS: linux-gnu
IOBroker Method: epoll
Web Interface Options:
------------------------
HTML URL: http://localhost/nagios/
CGI URL: http://localhost/nagios/cgi-bin/
Traceroute (used by WAP): /usr/sbin/traceroute
Review the options above for accuracy. If they look okay,
type 'make all' to compile the main program and CGIs.

Pour lancer la compilation, exécutez la commande suivante :

make all

Encore une fois, si tout se passe bien, la sortie de cette commande doit ressembler à :

*** Support Notes *******************************************
If you have questions about configuring or running Nagios,
please make sure that you:
- Look at the sample config files
- Read the documentation on the Nagios Library at:
https://library.nagios.com
before you post a question to one of the mailing lists.
Also make sure to include pertinent information that could
help others help you. This might include:
- What version of Nagios you are using
- What version of the plugins you are using
- Relevant snippets from your config files
- Relevant error messages from the Nagios log file
For more information on obtaining support for Nagios, visit:
https://support.nagios.com
*************************************************************
Enjoy.

Bravo ! Il vous reste quelques commandes à passer pour finaliser l’installation.

Installez l’arborescence et les fichiers Nagios sur votre serveur

Créez l'arborescence Nagios

Afin de créer l’arborescence Nagios et d’y installer les fichiers binaires, lancez la commande suivante :

make install

Vous pouvez vérifier que l’arborescence Nagios est créée avec la commande suivante :

ls -lrtha /usr/local/nagios

Cette commande affiche la liste des premiers répertoires de Nagios :

drwxrwsr-x 11 root staff 4,0K nov. 23 10:37..
drwxrwsr-x 2 nagios nagios 4,0K nov. 23 10:37 bin
drwxrwsr-x 2 nagios nagios 4,0K nov. 23 10:37 sbin
drwxrwsr-x 14 nagios nagios 4,0K nov. 23 10:37 share
drwxrwsr-x 2 nagios nagios 4,0K nov. 23 10:37 libexec
drwxr-sr-x 7 root staff 4,0K nov. 23 10:37 .
drwxrwsr-x 4 nagios nagios 4,0K nov. 23 10:37 var

Installez le service Nagios

Ensuite, vous allez installer le service Nagios, c’est-à-dire les composants nécessaires au démarrage de Nagios avec la machine. Lancez la commande suivante :

make install-daemoninit

Cette commande vous retournera :

/usr/bin/install -c -m 755 -d -o root -g root /lib/systemd/system
/usr/bin/install -c -m 755 -o root -g root startup/default-service /lib/systemd/system/nagios.service
Created symlink /etc/systemd/system/multi-user.target.wants/nagios.service → /lib/systemd/system/nagios.service.
*** Init script installed ***

Vous pouvez ici constater la création du fichier de service unit nagios.service dans l’arborescence de systemd. Ainsi que la création du lien symbolique dans la « target multi-user », afin de démarrer le service automatiquement avec le système.

Installez le pipe de Nagios

Etape suivante : installer le pipe de Nagios. Lancez la commande suivante :

make install-commandmode

Observez le résultat de cette commande :

/usr/bin/install -c -m 775 -o nagios -g nagcmd -d /usr/local/nagios/var/rw
chmod g+s /usr/local/nagios/var/rw
*** External command directory configured ***

Vous pouvez notamment constater qu’un répertoire rw a été créé dans l’arborescence Nagios. Les droits de lecture et d’écriture sont attribués à l’utilisateur nagios et au groupe nagcmd(que vous avez indiqué lors de l’exécution du script configure). Par ailleurs la présence du sticky bit (via la commande chmod g+s) permet de distribuer l’ID du groupe nagcmd à tous les fichiers et répertoires qui seraient créés dans ce répertoire rw. Vous verrez un peu plus loin dans le cours que, lorsque Nagios se lance, ce dernier crée justement son « pipe » de commandes dans ce répertoire. Je vous donne rendez-vous dans le chapitre 4 de cette partie pour illustrer complètement le fonctionnement de ce « pipe ».

Installez les fichiers de configuration de Nagios

Pour installer les fichiers de configuration de base de Nagios, lancez la commande suivante :

make install-config

Le résultat de cette commande indique la liste des fichiers de configuration déposée dans l’arborescence, comme ci-dessous :

/usr/bin/install -c -m 775 -o nagios -g nagios -d /usr/local/nagios/etc
/usr/bin/install -c -m 775 -o nagios -g nagios -d /usr/local/nagios/etc/objects
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/nagios.cfg /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/cgi.cfg /usr/local/nagios/etc/cgi.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 660 -o nagios -g nagios sample-config/resource.cfg /usr/local/nagios/etc/resource.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/templates.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/templates.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/commands.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/commands.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/contacts.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/contacts.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/timeperiods.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/timeperiods.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/localhost.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/localhost.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/windows.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/windows.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/printer.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/printer.cfg
/usr/bin/install -c -b -m 664 -o nagios -g nagios sample-config/template-object/switch.cfg /usr/local/nagios/etc/objects/switch.cfg

Installez l'interface Webd'administration

Pour installer l’interface Web d’administration de Nagios, lancez la commande suivante :

make install-webconf

Cette commande dépose le fichier nagios.conf dans l’arborescence Apache (/etc/apache2/sites-enabled). Pour fonctionner correctement, l’interface d’administration de Nagios nécessite les modules rewrite et cgi d’Apache. Pour les activer, lancez les commandes suivantes :

a2enmod rewrite
a2enmod cgi

Ces commandes vous demandent de redémarrer le service Apache afin d’être prises en compte. Mais vous allez retarder cette instruction, car vous n’en avez pas encore terminé avec la configuration de Nagios.

Configurez l'accès Apache

Pour accéder à l’interface d’administration de Nagios, il est nécessaire de configurer un accès Apache htaccess. Lancez la commande suivante :

htpasswd -cb /usr/local/nagios/etc/htpasswd.users nagiosadmin pass

Cette commande crée le fichier htaccess dans l’arborescence du site d’administration (/usr/local/nagios/etc/htpasswd.users) et configure un premier utilisateur comme ci-dessous :

  • login : nagiosadmin ;

  • password : pass (encore une fois, ce mot de passe est à renforcer dans un contexte de production).

Configurez les droits pour la configuration

La configuration Nagios s’effectuera directement avec le compte nagios, pas besoin d’être root pour cela. Il faut tout de même attribuer les droits sur l’arborescence Nagios à l’utilisateur nagios. Pour ce faire, lancez la commande suivante :

root@NagiosDebian:~# chown -R nagios:nagcmd /usr/local/nagios

Cette commande attribue, de manière récursive, la propriété à l’utilisateur nagioset au groupe nagcmd de l’arborescence Nagios (/usr/local/nagios).

Redémarrez Apache

Dernières opérations : il faut redémarrer le service Apache et démarrer le service Nagios. Pour cela, lancez les commandes suivantes :

systemctl restart apache2
systemctl start nagios

Si tout se passe bien, ces deux commandes ne renvoient rien en sortie standard. Bravo ! Vous venez d’installer Nagios Core sur une machine GNU/Linux Debian. Pour vérifier que Nagios tourne, lancez la commande suivante :

ps -edf | grep nagios

Parmi les lignes résultat, vous devriez trouver celles-ci :

nagios 29558 1 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios -d /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg
nagios 29559 29558 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios --worker /usr/local/nagios/var/rw/nagios.qh
nagios 29560 29558 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios --worker /usr/local/nagios/var/rw/nagios.qh
nagios 29561 29558 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios --worker /usr/local/nagios/var/rw/nagios.qh
nagios 29562 29558 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios --worker /usr/local/nagios/var/rw/nagios.qh
nagios 29563 29558 0 11:04 ? 00:00:00 /usr/local/nagios/bin/nagios -d /usr/local/nagios/etc/nagios.cfg

Debian 9 étant sous systemd, vous pouvez aussi lancer la commande suivante :

systemctl status nagios

Le retour de cette commande est complet, car il permet non seulement de s’assurer que le service a bien pour statut active, mais aussi de consulter les dernières lignes des fichiers de traces du service Nagios. En l’occurrence, vous devriez obtenir quelque chose comme :

wproc: early_timeout=0; exited_ok=1; wait_status=32512; error_code=0;
wproc: stderr line 01: /bin/sh: 1: /bin/mail: not found
wproc: stderr line 02: /usr/bin/printf: erreur d'écriture: Relais brisé (pip
SERVICE ALERT: localhost;Swap Usage;CRITICAL;HARD;1;(No output on stdout) stde
SERVICE ALERT: localhost;Total Processes;CRITICAL;HARD;1;(No output on stdout)

Diantre ! Il semblerait que Nagios envoie déjà quelques alertes de supervision !

Connectez-vous une première fois à l’interface d’administration de Nagios

Allez immédiatement vérifier cet état de fait en consultant l’interface d’administration de Nagios. Pour cela, ouvrez un navigateur et connectez-vous sur l’adresse IP de votre serveur Nagios via une URL du type :  http://@ipServeurNagios/nagios  (par exemple  http://172.16.10.10/nagios  ). Le site d’administration vous propose alors de vous connecter en renseignant votre login et votre password. Souvenez-vous que dans le processus d’installation, vous avez indiqué les accès suivants :

  • login : nagiosadmin ;

  • password : pass.

Une fois ces identifiants saisis, vous arrivez normalement sur la page d’accueil de l’interface Web d’administration de Nagios :

Interface d'administration de Nagios
Interface d'administration de Nagios

Profitez de ce premier accès à l’interface Nagios pour cliquer sur le « Alerts » dans le menu « Reports », sur la gauche de la page.

Alertes de Nagios
Alertes de Nagios

Aïe ! Effectivement, Nagios relève déjà quelques soucis. Mais en observant un peu mieux la description de ces lignes, vous pourrez observer qu’elles ont toutes une cause commune : "No such file or directory".

En résumé

Dans ce chapitre, nous avons vu ensemble la première étape de l'installation de Nagios Core, c’est-à-dire :

  • la préparation de son serveur d'hébergement ;

  • la compilation de ses sources ;

  • la création de son arborescence ;

  • la configuration de son interface Web d'administration. La seconde étape consiste justement à compiler et installer les plugins. Ces actions viendront corriger d'elles-mêmes les erreurs affichées sur l'interface. C'est ce que je vous propose de réaliser dans le prochain chapitre !

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite