• 8 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 30/11/2018

Construisez votre storytelling

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Le storytelling, littéralement « communication narrative », c’est l’art de créer et vous raconter des histoires afin de faire passer un message.  

Le storytelling est partout

Le storytelling est une technique applicable pratiquement à tous les formats de communication : au cinéma, dans la publicité, le marketing, et le design d’expérience utilisateur.

Tous ces storytelling utilisent des mécanismes similaires, parfois les mêmes codes, mais ne poursuivent pas tous le même objectif.

Le storytelling à Hollywood a pour objectif de provoquer des émotions pour faire vivre une expérience de divertissement. Cet article vous propose de détailler sept grands archétypes de scénarios-clés, inspirés de l’ouvrage de Christopher Booker - The seven basic plots.

Le storytelling dans le marketing et la publicité a pour objectif de démontrer plutôt qu’expliquer. Procurer du plaisir et du désir. Les marques appliquent cette technique pour vendre leurs produits : plus l’histoire vous parlera, plus elle enverra un message fort et plus elle s‘imprégnera dans votre mémoire.

Plus précisément, sur un site web, le storytelling sert à guider le visiteur dans un parcours. Sur un site de vente en ligne, le storytelling permet au potentiel acheteur de se projeter dans l’utilisation de l’objet qu’il convoite.

Voici un exemple de storytelling sans chichi, mais très efficace. Prenez dans quelques minutes pour analyser ce storytelling.

You waste a lot of time at work
You waste a lot of time at work

La base de votre storytelling, c’est votre storyboard et les métaphores. Le storytelling est la manière dont vous allez raconter les étapes du storyboard et les relier entre elles.

Passons maintenant en revue le mode d’emploi pour structurer votre storytelling.

Connaître son audience

Sachez à qui vous vous adressez afin de mieux adapter votre discours :

  • Connaissent-ils déjà le sujet ?

  • Le cadre est-il formel, ou décontracté ?

  • Les participants sont-ils là pour s’informer ou décider ?

Autant de questions qui vont vous guider sur le contenu, le ton, et la longueur de votre discours.

Comment m’y prendre ? 

Imaginez que vous présentez les résultats de votre étude terrain et vos recommandations à votre client, ainsi qu’un plan d’action. Dans la salle, vous avez : votre patron venu vous soutenir et montrer l’intérêt qu’il porte au client, pour moitié des personnes avec qui vous avez déjà travaillé et le reste vous est inconnu, dont deux personnes chez le client qui vont déterminer quelles actions prendre par la suite.

À votre avis quelles sont vos cibles ? C’est bien les deux décideurs ! Nous pourrions déduire que :

  • Ils ne connaissent pas forcément les techniques ou raisons pour votre étude.

  • Comme c’est une présentation avec votre patron, nous dirons que c’est bien un cadre formel.

  • Les participants sont là pour décider.

Un triple objectif se présente donc à vous :

  • Objectif 1 : Les décideurs doivent comprendre l’utilité de votre étude.

  • Objectif 2 : Vos recommandations doivent les convaincre.

  • Objectif 3 : Les décideurs doivent adhérer au plan d’actions et libérer du budget pour la suite.

Votre arme de choc : le storytelling. Raconter votre étude comme une enquête policière ou une quête pourrait faire en sorte qu’ils s’approprient vos recommandations. Racontez-leur la fin de l’histoire, c’est-à-dire les résultats qu’ils pourraient obtenir après le plan d’action.

Commencer par la fin de l’histoire

Est-ce bizarre de commencer par la fin ? Non pas tant que ça ! En commençant par la fin, vous gardez en tête l’objectif ; la fin porte le message fort de votre histoire. Il faut se demander :

  • D’ailleurs votre message est-il assez fort et lisible ?

  • Avec quoi voulez-vous que votre audience reparte ?

Par exemple, comment se termine votre histoire de petit déjeuner ?

Voici ma version : après vous être levé.e du pied gauche, avoir renversé votre café, trop grillées vos tartines, vous savourez enfin ce petit moment de plaisir tranquillement installé dans votre fauteuil favori… qui cède sous votre poids ? 😄

Soigner l’entrée en matière

Vous avez forcément déjà vu un film de James Bond, grosse scène d’action dès le début, avant même le générique de film. Pensez aussi au lever de rideau au théâtre. Ou encore le premier tableau d’un spectacle, la première chanson d’un concert et son arrivée sur scène. En général, c’est un moment fort !

Il faut :

  • Accrocher vos interlocuteurs

  • Poser le problème

  • Brosser le(s) personnage(s)

  • Planter le décor.

Pour votre storytelling petit déjeuner, je ne vous demande pas de faire une grosse cascade pour atteindre la machine à café. Pour autant, il faut soigner votre entrée en matière ; cela doit faire vrai, authentique, chacun doit pouvoir s’y reconnaître.

Par exemple, pour planter le décor décrivez une situation familière où l’utilisateur ou le spectateur peut facilement se projeter : « Le réveil sonne, je me réveille au radar, je me cogne systématiquement dans le coin de la table de la cuisine. Décidément, je ne suis vraiment pas du matin ».

Structurer les étapes de l’histoire en 5 moments clés

Une fois que vous avez le début et la fin, construire le milieu vous paraîtra beaucoup plus facile. Votre storyboard va grandement vous aider. Transformer chaque vignette en une courte narration. Il s’agit de transformer votre rituel du matin (petit déjeuner) en une fiction plus captivante.

Toute histoire passe par 5 moments clés :

  • situation de départ,

  • perturbation(s),

  • péripétie(s),

  • dénouement,

  • résolution

Harry Potter à l’école des sorciers
Harry Potter à l’école des sorciers

Prenons l’exemple de Harry Potter. Toute la saga est construite comme une quête.

Que se passe-t-il dans le premier tome « l’école des sorciers »

  1. La situation de départ : orphelin et incompris, il se sent différent

  2. Les perturbations : il découvre qu’il a des pouvoirs et que c’est plutôt dangereux

  3. Les péripéties : tout ce qui se passe à l’école de Poudlard

  4. Le dénouement : il est sauvé de la mort in extremis par Dumbledore

  5. La résolution : il accepte malgré lui d’être le futur héros du monde magique face à la menace Voldemort

Si vraiment vous bloquez même avec la matière du storyboard, voici un guide intéressant : le Storytelling Canevas de Pierre-Yves Sage :

Storytelling Canevas
Storytelling Canevas

Quels sont les écueils à éviter ?

Les 5 erreurs à ne pas commettre en storytelling :

  • Résoudre toutes incertitudes dans l’histoire

  • Tout dire sur les personnages

  • Rendre les personnages trop simples

  • Vouloir donner du sens au moindre détail

  • Ne gaspillez pas le temps de votre auditoire, il est précieux

Les 5 erreurs à ne pas commettre en Storytelling de Stéphane Dangel

Le cinéaste Andrew Stanton (« Toy Story  », « WALL-E ») partage ce qu'il sait de l'art de raconter des histoires dans cette vidéo TED, en commençant par la fin et en travaillant pour remonter jusqu'au début.

Résumons

  • Le storytelling est une technique de communication narrative pour faire passer des messages et susciter un engagement.

  • Pour bien construire son storytelling :

    • Partez du storyboard

    • Commencez par la fin

    • Soignez l’entrée en matière

    • Structurez ses étapes en 5 moments clés

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite