• 8 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 30/11/2018

Choisissez le bon support pour votre audience et votre contexte

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Maintenant que votre storytelling est au point, donnons-lui un maximum d’impact sur l’audience. Le média de transmission va jouer un rôle crucial, mais on ne peut pas tout miser sur l’outil ou logiciel de présentation ; c’est ce que vous en faites pour appuyer votre storytelling, qui fera la différence.

Alors, comment concevoir de meilleures présentations et créer une meilleure expérience ?

Pour construire une présentation de qualité, passez par les étapes suivantes :

La structure

Pour la structure, commencez en utilisant les séquences de votre storytelling ou structure de votre storyboard (à défaut il vous faut une ouverture, un milieu et une conclusion).

Pour assurer la clarté de votre présentation, voici des règles incontournables pour structurer vos diapos :

  • Limitez le nombre de diapos
    1 min = 1 diapo. Plus vous aurez de diapos, plus vous risquez de diluer le message clé, de parler trop et trop longtemps.

  • Pas plus de 6 mots ou une phrase courte avec des verbes d’action par diapo, pour le laisser respirer. Argumentez autour des mots clés des diapositives. En effet, lire une diapo pleine de texte est ennuyeux pour votre auditoire.

  • Limitez-vous à une idée par diapositive pour donner de la clarté au déroulé.

  • Choisir un maximum de deux font et 2 couleurs.
    Une font pour les titres, et une font autre pour le texte. 

Exemple Font1
Exemple association de 2 fonts
Exemple association de 2 fonts
Exemple association de 2 fonts
  • Éviter les effets transition entre les diapositives et l’animation sur la diapositive (cela peut donner une surcharge cognitive à l’audience).

     

  • Contrastez vos couleurs
    Utilisez un fort contraste entre le fond d’un texte et la couleur du texte pour améliorer la lisibilité (particulièrement important dans une grande salle) Sur fond blanc, utilisez un gris foncé, plutôt que noir.

  • Évitez les masques ou utilisez un masque simple

Masques Google Slide

Masques Powerpoint

 

Masques Google Slide
Masques Google Slide

 

Masques Microsoft Powerpoint
Masques Microsoft Powerpoint

Simon Sinek nous explique comment s’y prendre pour captiver son audience et tenir les gens en haleine jusqu’au bout. C’est le meilleur storyteller professionnel que je connaisse.

How to Begin a Presentation” by Simon Sinek

Pour avoir un meilleur impact et meilleure structure de présentation, utiliser une ou plusieurs contraintes.

Voici quelques exemples de contraintes qui vont vous aider, classées de la plus difficile à la plus facile :

  • Alternez diapo avec image et diapo avec un texte seul pour donner du rythme.

  • Ajoutez une citation pour marquer les esprits, faire une pause, ou crédibiliser votre discours.

  • N’utilisez pas de titre pour certaines diapos

  • Faites une métaphore pour la dernière diapo. : exemple pour un lancement de projet, terminer par « Prêt à embarquer ? »😉

Fusée au décollage
Fusée au décollage

Google a récemment repensé ses présentations avec un storytelling visuel plutôt que mettre des listes de puces dans chaque diapo. En 2017 dans la keynote ci- dessous, notez la place laissée aux espaces, des graphiques simples et l’utilisation du storytelling pour captiver l’audience :

Le contenu texte et message (le sens)

Nous avons tous vécu des présentations avec de mauvaises diapositives qui contredisent les règles abordées en haut : trop de texte, trop dense, et que des listes à puces.

Pour éviter cela, gardez en tête le concept essentiel à faire passer. Notez les idées et messages clés sur chaque diapo. Écrivez des idées d’image ou visuel, mais ne vous préoccupez pas d’en chercher pour l’instant. Notez juste ce que vous voulez faire dire à l’image. Par exemple, s’il vous faut une image qui suggère la complexité du projet, vous pouvez noter « un tas de tuyaux qui s'enchevêtre. »

Sentez vous libre de faire quelques croquis papier aussi.

Métaphore du bol de céréales
Métaphore autour du petit déjeuner ?

Une fois terminé le squelette et les premiers contenus, passez en revue et masquez temporairement ce qui vous semble superflu. Procédez en plusieurs passes ou itérations. Quand le contenu vous semble assez fourni, allez chercher vos images et placez-les aux bons endroits.

Les visuels

Les images et les visuels ont l’avantage de favoriser la mémorisation pour se souvenir de la narration et donner la cadence de votre présentation orale. Les visuels simplifient et clarifient les idées ou concepts complexes.

Quelles images puis-je utiliser ?

Une fois que vous avez les images, vous aurez envie d’ajuster les textes à nouveau pour rendre le tout harmonieux.

Au fil du temps, vous allez trouver la bonne formule pour créer votre propre style de présentation. Même si vous débutez, n’hésitez pas à expérimenter et à essayer différentes approches, formats et modèles. Soyez juste cohérent et consistant dans chaque présentation.

Par exemple, comparez l’effet produit par une citation avec ou sans image.

Citation sans image :

« Les histoires sont divertissantes. Elles facilitent la compréhension, l’intérêt et la mémorisation d’un propos. » -- Susan M. Weinschenk

Citation avec image  :

“Management is doing things right. Leadership is doing the right things” -- Peter Drucker

“Management is doing things right. Leadership is doing the right things” -- Peter Drucker
Citation de Peter Druker

Adapter le support de présentation au contexte

 En face d’un public, vous aurez du feedback en temps réel en observant votre audience où au fil des questions. Vous saurez immédiatement si le storytelling est puissant, par contre vous n’avez droit qu’à un seul essai.

Voici quelques recommandations de support et durée pour raconter votre histoire en « live ».

À vous de les tester et les adapter selon votre sensibilité et votre sujet.

Situation

Suggestions de support

Durée indicative

Un entretien d’embauche

CV clair, original, illustré / Exemple de réalisations

15 min.

Un rendez-vous prospect (avant-vente)

10 diapos / Exemples de réalisations et photos de travaux de groupe en ateliers UX Design.

15 - 20 min.

Une réunion projet

5 diapos pour une réunion d’avancement

15 diapos pour une réunion de décision

Raconter ce qu’il s’est réellement passé (péripéties, perturbations, étonnement)

30 min.

Un atelier de conception

10-20 diapos / Le support est là pour guider l’équipe

Jouer sur les métaphores pour les aider à sortir un peu de leur zone de confiance.

1, 2, 3 h

Un test terrain

Vous verrez ce cas plus en détail lors de votre formation d’UX Designer.

 

Une restitution de travaux

10 diapos / Soigner l’entrée en scène, la dynamique et le dénouement pour obtenir l’adhésion

 20- 30 min.

 Une démonstration devant les décideurs 

Les maquettes ou prototypes réalisés

Ce cas se prête particulièrement au storytelling pour mettre en scène le client qui utilise le service.

 1 ou plusieurs histoires courtes de 3 à 5 minutes

 Un webinaire

La webcam de votre ordinateur ne va pas vous flatter, trouvez la bonne position et soignez le décor derrière vous.

Un support de quelques slides qui guide la progression de votre histoire.

 20-30 min.

Une conférence

Utiliser des objets pour démontrer ou étayer quelques choses (dans ce cas, il faut de gros objets pour qu’ils soient visibles par tout le monde, exemple un vélo).

Un support diapositives est quasi toujours utilisé. Vidéos et images ont la part belle. 

15 min et 40 min. sont les 2 formats standard.

Pour les TEDx, c’est plutôt 10-15 min.

Au fil du temps, vous allez trouver la bonne formule pour créer votre propre style de présentation. Même si vous débutez, n’hésitez pas à expérimenter et essayer différentes approches, formats et modèles. Soyez juste cohérent et consistant dans chaque présentation. 😀

Les outils numériques de présentation type “slidedeck”

Un support numérique sans être obligatoire rassure vous et votre audience et vous aide à créer plus d’impact (le pouvoir de l’image). Nous utilisons souvent le mot « PowerPoint » pour désigner une présentation alors qu’en fait c’est le nom du logiciel !

Les 3 outils phares sont :

  • PowerPoint de Microsoft

  • Keynote de Apple (il n’existe pas sous Windows)

  • Google Slides (en ligne)

Il existe aussi d’autres alternatives qui sont des outils payants et en ligne comme Prezi ou Ludus. Prezi se veut révolutionnaire mais cher en mode pro, avec seulement 14 jours d’essai. Ludus est gratuit en mode solo, bien que limité à 20 présentations.

Résumons

  • Prendre du recul de temps à autre pour se rappeler de l’objectif et du message.

  • Ce n’est pas l’outil de présentation qui est important, mais ce que vous en faites.

  • Mixer parole et visuel aura plus d’impact si vous êtes physiquement dans la pièce.

  • Soyez bien plus explicites pour un support délivré en ligne.

  • Faites des itérations pour construire et affiner votre support de présentation.

  • Choisir les visuels en rapport avec le contexte.

  • Trouver le juste équilibre entre le fond et la forme.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite