• 1 heure
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 05/03/2019

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Introduction du cours

Bienvenue dans ce cours ! :)

Je vous propose d'en apprendre un peu plus sur ce qu'est un périphérique informatique ou un "computing device" en anglais. 

Qu'est-ce qu'un périphérique ?

Un périphérique est une machine qui va être connectée d'une manière ou une autre à un ordinateur pour effectuer certaines tâches, comme par exemple imprimer une page (imprimante), taper un texte (clavier), ou capter des images (webcam).

Il existe de très nombreux périphériques dans tous les domaines (bureautique, domotique, jeux, milieux industriels, scientifiques, militaires, etc.), adaptés à de très nombreux usages. Les périphériques sont vite devenus indispensables aux utilisateurs d'ordinateurs en entreprise et ailleurs. Leur installation, leur paramétrage, leur maintenance en conditions opérationnelles, ainsi que leur désinstallation et mise au recyclage sont donc des activités importantes des techniciens informatique.

Périphériques, Objets Intelligents Connectés, Robots

A l'origine, un périphérique ne pouvait pas être utilisé sans ordinateur, c'était le cas par exemple pour un lecteur de disquettes ou de CD-Roms, un écran, ou encore un clavier. Au fil du temps, certains périphériques ont commencé à disposer de fonctions autonomes et peuvent aujourd'hui être utilisés, pour partie, sans ordinateur.

Par exemple, les copieurs multifonctions (imprimante, copieur, scanner, fax) peuvent être utilisés comme imprimante ou fax pour ordinateur, mais peuvent aussi être utilisés sans ordinateur pour des fonctions de fax, de photocopieur, de scan vers adresse de courriel ("scan to email"), ou de scan vers dossier partagé ("scan to folder"). Certains graveurs de CD/DVD peuvent également dupliquer un CD ou DVD sans l'intervention d'un ordinateur. Ils font tous partie de la catégorie des périphériques hybrides.

Au fur et à mesure de la montée en puissance des composants informatiques, de la baisse de leurs coûts, et de l'avancée des technologies, de nouveaux objets intégrant leur propre intelligence et communicants ont fait leur apparition. Ces objets, qui s'apparentent de plus en plus au monde de la robotique, peuvent utiliser les ordinateurs, tablettes et smartphones comme interface de communication, de surveillance, de paramétrage ou d'accès à Internet, mais certains peuvent aussi s'en passer entièrement. Ce sont donc des périphériques de manière optionnelle et à temps partiel. On peut citer par exemple :

  • les montres connectées,

  • les enceintes connectées,

  • les systèmes domotiques.
     

Au-delà, en ajoutant encore de l'intelligence et de l'autonomie, se trouve le domaine de la robotique.

Cela peut être de se rendre d'un point à un autre (véhicules terrestres, aquatiques, ou aériens automatiques, robots "mules"), de suivre un véhicule ou un humain (en portant une charge), de tondre une pelouse, de travailler dans une usine ou un entrepôt. Je vous invite à voir à ce sujet les avancées des prototypes bipèdes et quadrupèdes de la société Boston Dynamics (Atlas, SpotMini, SandFlea, Rhex, BigDog, Handle, etc.).

Un bref historique depuis les premiers périphériques

Les premières machines à calculer comme celle de Charles Babbage (1833) ont utilisé des cartes perforées issues des réalisations des ingénieurs textiles français comme Bochon (1725) et Falcon (1728). Ces derniers utilisaient des rubans et des cartes perforées pour "programmer" les métiers à tisser.

Machine analytique de Charles Babbage
Machine analytique de Charles Babbage

Les premiers ordinateurs construits pendant la Deuxième Guerre Mondiale pour effectuer des calculs de trajectoire ou de décryptage de code secrets utilisaient des lecteurs de cartes perforées : ce sont les premiers périphériques. Les premiers écrans commerciaux datent de 1922 mais ne furent utilisés en informatique qu'à partir de 1951. A partir de 1954 apparurent des périphériques de mémoire de masse (tores de ferrite, bandes magnétiques), les premiers disques durs apparurent en 1956, les premiers claviers au début des années 1960, la souris fut inventée en 1963, la première imprimante fut commercialisée en 1968, le premier lecteur de disquettes souples en 1972.

Chronologie des périphériques
Chronologie des périphériques

Qu'en est-il aujourd’hui ?

Les périphériques évoluent en permanence selon l'avancée des technologies, les nouvelles possibilités et  les nouveaux besoins. Certains apparaissent (clés USB, webcams), d'autres disparaissent (modems, lecteurs de disquettes, fax).

La demande s'oriente vers toujours plus de simplicité (connexion automatique à un périphérique), toujours plus de rapidité, de capacité de stockage, de puissance, toujours plus de facilité dans les commandes (commandes vocales), toujours plus de moyens de connexions (câbles, réseaux filaires et non filaires), toujours plus de compatibilités avec les différents appareils (ordinateurs, tablettes, smartphones, autres), avec les différents systèmes (Windows, Mac, Linux, iOS, Androïd, etc.). Citons parmi les périphériques récents :

  • Les imprimantes 3D,

  • Les enceintes connectées "intelligentes" (à commandes vocales),

  • Les montres connectées,

  • Les drones.
     

Il faut également noter l'usage de plus en plus important des téléphones mobiles, véritables "couteaux suisses" numériques qui tendent à remplacer certains périphériques (au moins les périphériques d'entrée de gamme) :

  • Cartes bancaires et cartes de paiement,

  • Appareils photos numériques et caméras,

  • Scanners de documents,

  • Liseuses,

  • Lecteurs de codes-barres et de QR codes,

  • Téléphones filaires,

  • Baladeurs, télévision, métronome, accordeur musical,

  • Calculatrice, dictaphone,

  • GPS, boussole, niveau, podomètre, capteur de rythme cardiaque,

  • Télécommande, horloge, réveil matin, lampe de poche,

  • Calendrier, agenda, carnet d'adresses, de notes et schémas,

  • Etc…
     

Les différents types et classes de périphériques actuels… et à venir

On peut classer les périphériques en différentes catégories :

  • Entrée : dispositifs de saisie, de lecture, de pointage, d'acquisition (images et sons),

  • Sortie : écran, projecteurs, haut-parleurs, imprimante,

  • Entrée/Sortie : mémoires et stockage,

  • Réseaux : modem, cartes réseaux, routeurs, commutateurs,

  • Interaction humain-machine : écrans tactiles, casque de réalité virtuelle, caméras et détecteurs de mouvements, tableaux interactifs
     

Les périphériques d'interface humain-machine

Ces périphériques servent à communiquer avec un ordinateur en utilisant les sens humains et les capacités moteur (l'odorat et le goût ne sont pas encore pris en charge). Ce sont :

Périphériques 

Sens humains et capacités moteur engagés 

Écran et projecteurs vidéo

vue

Écran tactile et "tableaux interactifs"

vue, toucher, capacité moteur

Clavier 

toucher, capacité moteur

Souris / manette (joystick)

toucher, capacité moteur

Haut-parleurs 

ouïe

Microphone

vocalisation

Lunettes ou casques de "réalité virtuelle" 

vue, ouïe, vocalisation, vibration

Capteurs 

rythme cardiaque, pression artérielle, etc.

les objets "portables" (montres bracelets, bracelets, "sextoys", etc.)

rythme cardiaque, pression artérielle, etc.

Les périphériques de lecture et stockage de données

Ces périphériques servent à lire et/ou écrire des données à l'extérieur de l'ordinateur.

Ce sont par exemple :

  • les "disques durs" externes,

  • les clés USB,

  • les lecteurs/graveurs de CD/DVD/BlueRays,

  • les lecteurs de cartes mémoire (CompactFlash, SD, Mini SD, MicroSD, XD, Memory Stick, etc.),

  • les lecteurs de cartes à puce (carte vitale, carte bancaire, etc.).

La capacité de stockage et la vitesse de ces périphériques augmente avec le temps et sont aujourd'hui bien supérieures à celles du premier lecteur de disquettes en 1972 qui contenait 80Ko de données.:D

Les périphériques d'alimentation ou de stockage d'énergie

Ces périphériques peuvent servir à filtrer l'électricité alimentant l'ordinateur (onduleurs) quand sa qualité laisse à désirer. Ils servent également à alimenter en énergie les équipements en cas de coupure de courant ou en cas de déplacement (batteries, panneaux solaires portables).

Ces périphériques sont très importants pour les serveurs d'entreprises dont certains peuvent avoir du mal à redémarrer suite à un arrêt brutal. Ils sont fondamentaux à la disponibilité et à la fiabilité des services.

On peut aussi bien sûr leur adjoindre des groupes électrogènes fonctionnant généralement à l'aide de moteurs Diesel (gazole) et qui démarrent dès la perte de courant détectée.

Les périphériques de communications

Ces périphériques ajoutent des capacités de communication supplémentaires à l'ordinateur. Il peut s'agir de :

  • cartes réseau filaires (Ethernet) et non filaires (WiFi, BlueTooth),

  • fibre optique,

  • modem (communications téléphoniques analogiques),

  • cartes de téléphonie mobile (3G, 4G),

  • communications satellites, etc.

Il peut aussi s'agir de cartes de réception de programmes hertzien ou satellites de radio ou de télévision (antenne et décodeur). Certains périphériques font partie de l'infrastructure réseau d'une entreprise ou d'un domicile, comme c'est le cas des concentrateurs et commutateurs réseau (hubs and switches), des routeurs, d'une "box" ADSL ou fibre ou encore d'un point d'accès WiFi. 

Les périphériques d'acquisition d'image et du son

Ces périphériques sont les périphériques conçus pour capter et digitaliser des images en 2D ou 3D.

Ce sont :

  • les scanneurs de photos et documents papiers,

  • les appareils photos numériques,

  • les caméras vidéos (webcam, caméras de surveillance, caméras de cinéma).

Il existe des périphériques d'acquisition d'image 3D pour, par exemple, digitaliser la forme d'un objet ou d'une personne, l'intérieur ou l'extérieur d'un bâtiment, la forme d'un paysage géographique (Lidar).

Il existe également des microphones pour enregistrer et digitaliser les sons pour différents usages (communication, divertissement, usages scientifique, surveillance). Ces sons peuvent être de plus en plus traités et interprétés par les machines (commandes et pilotage de la machine, dictées de textes, traductions automatiques).

Finalement, vous trouverez aussi des périphériques spécialisés dans la numérisation de supports analogiques anciens (images diapositives, disques audio microsillon vinyle, cassettes vidéo VHS ou Béta, films de cinéma (8mm, 16mm, 24mm), etc.

Les périphériques de saisie de texte

Ces périphériques sont les claviers, adaptés pour de nombreuses langues. Il faut aussi inclure ici les lecteurs spécifiques comme les lecteurs de code-barres, de QR codes, ou de puces RFID, qui restituent les lettres et chiffres encodés dans les images de codes-barres et puces RFID.

Les périphériques de production d'images ou d'objets

Ces périphériques sont les imprimantes, couleur ou noir et blancs, qui peuvent imprimer images, textes, tableaux et graphiques, sur différentes tailles de papier ou de plastique, en général sur des  formats A0 pour les architectes au format A4 en environnement professionnel européen, mais aussi sur des enveloppes, des cartes de visites, etc..

On peut aussi retrouver dans cette catégorie les écrans (moniteurs) informatiques, les écrans tactiles, les écrans de télévision compatible, et les projecteurs vidéo d'affaires, domestique, ou de cinéma.

Les périphériques industriels

Dans le domaine de la 2D ou de la 3D en milieu industriel, on peut mentionner des systèmes de découpe de tôles, de tissus, ou d'autres matières, des machines-outils et des robots capables de fabriquer des pièces dans des matières variées. Depuis quelques années sont apparus des imprimantes 3D accessibles au grand public et capables de produire des objets et pièces en matière plastique. Dès 2004, des imprimantes 3D ont été conçues pour fabriquer de petites maisons en béton ou des éléments d'architecture.

On peut aussi recenser dans cette catégorie de nombreux types de capteurs industriels ou domotiques (température, humidité, ensoleillement, pression, vibration, radiations, statut d'un équipement, etc.).

Les périphériques mobiles automatiques et semi automatiques

Depuis quelques années sont également apparus des appareils mobiles autonomes ou semi-autonomes, robots et drones, pouvant échanger des informations, être programmés, ou pilotés depuis un ordinateur.

C'est le cas par exemple des drones volants de surveillance, des robots roulants livreurs de médicaments dans les hôpitaux, des tondeuses à gazon autonomes, etc.. Ces appareils communiquant sont éloignés des périphériques traditionnels trouvés en entreprise et chez les particuliers, mais ils vont faire de plus en plus partie de l'écosystème numérique habituel.

Les moyens de communications avec les périphériques

Les périphériques modernes peuvent être reliés à un ordinateur de plusieurs manières différentes :

  • par un câble (filaire),

  • par réseau Ethernet filaire,

  • par réseau non filaire (WiFi, BlueTooth, ZigBee, téléphonie cellulaire (3/4/5G), NFC, RFID),

  • par lien de communication infrarouge (désuet) ou laser.
     

Par exemple, un écran moderne pourra comporter deux ou trois connecteurs (HDMI, DisplayPort, DVI), voir des connecteurs plus anciens comme VGA.

Ainsi, la plupart des imprimantes modernes disposent :

  • d'un port USB,

  • d'un port réseau Ethernet,

  • d'une carte WiFi.
     

Il est donc important avant d'acquérir un périphérique de vérifier quels sont ses moyens de connexion pour voir si le périphérique va pouvoir communiquer avec l'ordinateur ou le réseau auquel il est destiné.

Dans certains cas, il est possible d'acquérir une carte d'extension à monter sur l'ordinateur et comportant les bons connecteurs.

Par exemple, une puissante carte d'acquisition vidéo peut comporter des ports de connexion vidéo numérique (FireWire, ThunderBolt) et analogique (RCA, S-Video).

Dans certains cas, il est également possible d'utiliser des adaptateurs ou convertisseurs.

Par exemple en matière d'écran : DVI vers VGA, DisplayPort vers DVI, etc. Vous pouvez ainsi connecter un écran ancien à port VGA sur un ordinateur plus récent disposant d'un port DVI.

Mais certains adaptateurs ne sont pas réalisables, sont difficiles à trouver, ou trop coûteux.

Les "périphériques internes" aux ordinateurs peuvent être connectés à des prises spéciales sur la carte mère (connecteurs et bus de type ISA, IDE, SCSI, PCI, etc.), ou reliés par des câbles de différents types (ISA, IDE, SCSI, PCI, SATA, USB, etc.). Là encore les vérifications de compatibilité sont nécessaires avant l'achat.

Ces types de connexion se caractérisent par :

  • la forme et la taille des connecteurs du câble,

  • le nombre de conducteurs, la forme (ronde ou plate), et la longueur maximum des câbles,

  • la vitesse de transmission des données,

  • le nombre de périphériques pouvant être connectés,

  • la possibilité pour les périphériques d'être chaînés les uns aux autres ou pas,

  • la possibilité d'être connectés ou déconnectés "à chaud" (ordinateur en marche),

  • la possibilité de supporter le "plug and play", autrement dit la reconnaissance automatique du périphérique par l'ordinateur.
     

D'une manière générale, les caractéristiques ont évoluées dans le temps de manière à ce que :

  • les connecteurs soient de plus en plus petits,

  • les connecteurs soient de plus en plus faciles à insérer et à retirer, sans erreur de sens,

  • les câbles puissent être d'un diamètre le plus petit et d'une longueur maximum la plus longue possible,

  • le débit des données transmises soit de plus en plus grand,

  • le nombre de périphériques connectés soient de plus en plus grand,

  • il soit possible de brancher et débrancher un périphérique "à chaud" sans causer un dysfonctionnement de l'ordinateur ou du périphérique,

  • le périphérique soit reconnu par l'ordinateur et qu'il soit utilisable immédiatement (installation de pilotes automatique).

Par exemple, on peut comparer le "port parallèle" de 1971 au port USB-C / ThunderBolt de 2014 :

  • Le "port parallèle" IEEE1284, développé en 1971 par la société Centronics, avec ses connecteurs à 50 broches de 77mm de large, a un débit réel de l'ordre de 2 Mo/s, était utilisé principalement pour les imprimantes (mais aussi pour les premières versions du SCSI).

  • Le port USB-C, créé en 2014 par le consortium “USB Implementers Forum”, avec un connecteur réversible de 8,34x2,56mm, a un débit théorique de 10 Go/s, et peut transmettre du courant électrique à un périphérique.

Pour des raisons d'encombrement sur divers appareils (ordinateurs, portables, tablettes, téléphones mobiles), certains connecteurs sont déclinés en plusieurs tailles, comme par exemple le connecteur vidéo HDMI : HDMI (type A), Mini HDMI (type C), Micro HDMI (type D).

Avant d'acquérir un périphérique, ses caractéristiques doivent être évaluées en fonction de l'usage du périphérique. Par exemple, une connexion USB de plus de 5 mètres de longueur peut poser des difficultés et dysfonctionner. Si l'on souhaite installer une imprimante à plus de 5 mètres d'un ordinateur, il est préférable d'opter pour une liaison réseau Ethernet ou WiFi plutôt qu'utiliser un câble USB. De plus certains périphériques ne sont pas compatibles avec certains systèmes d'exploitation. Par exemple, si les disques durs externes et les imprimantes sont en général compatibles avec Microsoft Windows, Apple Macintosh, et Linux, d'autres appareils ne seront compatible qu'avec Windows ou Macintosh.

Pour accomplir leurs missions, les techniciens Informatiques se doivent de savoir reconnaître la plupart des connectiques sur le marché et leurs caractéristiques, ainsi que de connaître des sources d'information quand ils rencontrent des connectiques qui leurs sont inconnues. De nouvelles connectiques apparaissent presque chaque année.

Les procédures d'installation

Les pilotes

Tous les périphériques nécessitent un "pilote informatique", c’est-à-dire un logiciel permettant au système d'exploitation (Windows, Mac, Linux) d'utiliser le périphérique et de communiquer avec lui.

Certains périphériques bénéficient de la fonctionnalité "plug and play", c’est-à-dire de la reconnaissance automatique du périphérique et de l'installation automatique du pilote de manière à ce que vous n'ayez rien d'autre à faire que d'attendre quelques secondes à la première utilisation du périphérique. Dans ce cas, le pilote est déjà présent dans le système d'exploitation et est chargé une fois le périphérique reconnu. Il peut être également présent dans le périphérique et communiqué à l'ordinateur automatiquement au moment de la connexion et de la reconnaissance.

Dans d'autres cas, une fois le périphérique reconnu par l'ordinateur, ce dernier peut chercher le bon pilote sur Internet (si la machine dispose d'un accès Internet). La société Apple a créé "Bonjour", sa propre technologie "plug and play" en 2002. Elle permet notamment aux ordinateurs de la marque de reconnaître et d'utiliser automatiquement les imprimantes et les produits utilisant cette norme.

Si le périphérique n'est pas "plug and play", si les opérations d'installation automatique échouent, ou si vous souhaitez procéder à l'installation manuelle du périphérique, il est possible d'utiliser les pilotes présents sur le CD ou DVD généralement livré avec le périphérique, ou de les télécharger depuis le site Internet du fabricant.

En effet, quand un système d'exploitation existe en plusieurs "largeurs de bits" (32 ou 64 actuellement), comme pour Windows 7, vous devrez choisir un pilote adapté, c’est-à-dire un pilote 64 bit pour un Windows 7 64 bits. Par contre certains logiciels, comme Word 32 bits, peuvent fonctionner sur un Windows 64 bits, mais encore une fois, ce n'est pas le cas des pilotes de périphériques.

Pour mémoire, le premier microprocesseur Intel 4004 en 1971 avait une largeur de registres de 4 bits. Puis on est passé à 8, 16, 32, puis 64 aujourd'hui. En 32 bits, la mémoire maximum adressable est 4 Go, en 64 bits, ce maximum est de 16 Exabits (16 milliards de Go).

Certains pilotes sont également fournis en plusieurs langues (anglais, français, etc.) et il est préférable d'installer un pilote dans la même langue que le système d'exploitation, du moins pour faciliter la compréhension des messages par l'utilisateur.

Au-delà du pilote, d'autres logiciels utiles peuvent être fournis dans le CD/DVD d'installation d'un périphérique. Par exemple, dans le cas d'un scanner, un logiciel de numérisation et un logiciel de reconnaissance optique des caractères (OCR) sont le plus souvent fournis. Dans le cas d'une imprimante laser, vous pourrez trouver un utilitaire indiquant le niveau de remplissage des cartouches d'encre ou d'usure du tambour, un logiciel permettant d'imprimer chez soi via Internet depuis un site distant, un logiciel permettant de commander des cartouches d'encre et d'autres consommables.

Dans le cas de l'installation des imprimantes, plusieurs langages de description de page (PDL) peuvent être sélectionnés lors de l'installation du pilote. Citons par exemple :

  • Adobe PostScript, créé en 1982,

  • HP PCL (Printer Command Language), créé en 1984,

  • HP HPGL, créé pour les traceurs d'architecture.

Chaque PDL peut avoir un intérêt particulier, comme PostScript dans le monde de l'impression et de l'infographie, et il est souvent possible d'installer une imprimante de manière à ce qu'elle puisse recevoir des ordres d'impression dans plusieurs PDL, certains permettant un meilleur résultat dans certains cas, ou offrant des paramètres différents.

L'installation de périphériques en réseau

Certains périphériques disposent d'une carte réseau filaire ou non filaire (WiFi, BlueTooth). Vous pouvez donc facilement y accéder depuis tout ordinateur présent sur le réseau local, voire depuis des ordinateurs ou téléphones mobiles distants situés dans d'autres villes.

Même si certains périphériques reliés par un câble USB peuvent être partagés par un ordinateur, il est en général plus facile et flexible de disposer d'un périphérique disposant de sa propre interface réseau. Chaque périphérique réseau devrait donc avoir sa propre adresse IP sur le réseau local, qu'elle soit attribuée par un serveur DHCP ou qu'elle soit attribuée manuellement en IP fixe. Il vous faudra donc intégrer les périphériques réseau dans le plan d'adressage IP général du réseau. Il est par exemple possible de réserver une plage IP dédiée pour les imprimantes.

Un autre avantage d'un périphérique réseau en entreprise est que son accès peut être plus facilement contrôlé et régulé par un administrateur via son installation sur un serveur.

Une imprimante réseau est par exemple installée sur un serveur Microsoft Windows Server ou Linux, des autorisations d'impression lui sont attribuées (par exemple, seuls les utilisateurs du département comptabilité peuvent utiliser cette imprimante, et/ou pendant des horaires limités, de 08:00 à 19:00). Les ordinateurs ou les sessions des utilisateurs sont alors connectées à l'imprimante via le serveur, et non pas en direct. Le serveur doit dans ce cas disposer d'un pilote pour son propre système d'exploitation (Windows Serveur 2012 R2 par exemple), mais encore du pilote de chaque système d'exploitation devant utiliser l'imprimante (Windows 7, 8, 10 par exemple) s'il est différent de celui utilisé par le serveur.

Un autre avantage d'un périphérique réseau : le périphérique dispose  en général d'une interface web. C’est-à-dire qu'un utilisateur ou tout simplement vous en tant qu'administrateur pouvez se connecter à l'imprimante via un navigateur web comme Chrome ou Edge, et visualiser tous les renseignements utiles (niveau d'encre, localisation géographique, paramètres réseaux, etc.) ou encore modifier les paramètres du périphérique (les modifications peuvent être verrouillées par identifiant et mot de passe).

Certains logiciels utilitaires permettent de visualiser et de gérer les périphériques présents sur le réseau. Il vous est ainsi possible de visualiser toutes les imprimantes présentes (allumées) sur un réseau local, de connaître leur adresse IP et d'autres informations utiles facilitant leur gestion ou leur localisation.

Enfin, un autre aspect de la gestion des périphériques, dont l'importance ne fait que de croître, est la question de leur sécurité.

La sécurité des périphériques

La sécurité informatique est un sujet de plus en plus important à mesure que les outils digitaux se généralisent et deviennent de plus en plus importants dans les sociétés actuelles. Les périphériques représentent des opportunités pour les pirates et les espions.

Lors de l'achat et du paramétrage d'un périphérique, un technicien Informatique doit s'assurer que :

  • Le périphérique, ses pilotes et logiciels ont été conçus par le fabricant avec le souci de la sécurité et qu'ils utilisent les dernières versions des protocoles de sécurité et de cryptage des communications (https, SSL, etc.),

  • Le périphérique est installé avec les dernières versions des pilotes et logiciels publiées par le fabricant. Pour ce faire, il faut procéder à un téléchargement sécurisé sur Internet depuis le site officiel du fabriquant (et non pas depuis un autre site),

  • Les protocoles de sécurité et de cryptage sont bien paramétrés sur le périphérique et ses pilotes (https, SSL et autres protocoles activés),

  • Les droits d'accès à ce périphérique sont limités à ses utilisateurs légitimes, et non pas ouverts à tous,

  • Un identifiant et un mot de passe ont bien été créés ou activés pour le périphérique (et que le mot de passe n'est pas le mot de passe par défaut utilisé par le fabricant pour tous ses produits dans le monde),

  • Les communications de ce périphérique avec l'extérieur ne sont autorisées par le pare-feu (FireWall) de l'entreprise que pour des raisons connues et documentées. Sinon, les communications du périphérique avec l'extérieur doivent être bloquées par le pare-feu,

  • L'accès physique aux périphériques de stockage et à l'infrastructure réseau (serveurs, switchs, routeur) est physiquement contrôlé et limité pour éviter les piratages et les vols de données,

  • Les identifiants et mots de passe utilisés pour accéder aux périphériques et aux connexions Cloud respectent les bonnes pratiques (complexité, changement fréquent, confidentialité).
     

Outre les pilotes installés sur les ordinateurs, il est possible de mettre à jour les microcodes (firmware) de certains périphériques. Un microcode est  le "système d'exploitation" du périphérique, son logiciel interne. C'est avec ce microcode que le pilote chargé dans l'ordinateur va dialoguer.

A mesure que des implants de plus en plus sophistiqués sont développés et utilisés en médecine, il est probable que ces implants communiqueront des informations à leurs utilisateurs et les médecins, qu'ils pourront être re-paramétrés, avec des enjeux de sécurité vitaux quand il s'agira par exemple de cœurs artificiels. Même si certains implants pourraient être utilisés comme identifiant de sécurité et d'authentification, c'est plutôt la robotique qui devrait constituer le changement majeur en entreprise : un camion autonome de 44 tonnes sera-t-il considéré comme un des périphériques de l'ERP de l'entreprise ?

Les périphériques et leur instabilité

L'installation d'un périphérique peut représenter une source d'instabilité et de malfonction pour un système d'exploitation, et ce même si les systèmes récents sont moins fragiles que les versions plus anciennes. C’est-à-dire qu'il arrive souvent que l'installation d'un pilote d'un périphérique (imprimante, scanner, etc.) cause un grave dysfonctionnement du système ("crash" de type "blue screen of death" (BSOD))  de Windows, ou que ce pilote mette en panne le pilote d'un autre périphérique., par exemple, en remplaçant un fichier (librairie dll ou autre) par un autre plus récent, alors que le pilote d'un autre périphérique utilisait l'ancienne version et ne peut pas utiliser la nouvelle.

Il faut alors désinstaller ce pilote, rechercher la cause du dysfonctionnement et trouver une solution alternative.

Dans certains cas, on préférera une version simplifiée, dite "générique," d'un pilote (si cette version est disponible) qu'un pilote plus complexe, apportant plus de fonctionnalités, mais plus risqué pour le système. De plus, les mises à jour d'un système d'exploitation peuvent rendre inopérant le pilote d'un périphérique fonctionnant bien jusque-là. Il faut alors rechercher et installer une nouvelle version du pilote du périphérique (si elle existe), compatible avec la mise à jour du système. Conserver un système fonctionnel utilisant de nombreux périphériques, à travers le temps et les mises à jour du système et de tous les pilotes des périphériques, est une tâche complexe. C'est une des tâches des techniciens Informatiques et des administrateurs systèmes et réseaux.

Les périphériques et leur environnement

Les périphériques informatiques en fin de vie sont considérés en France comme des déchets d'équipements électriques et électroniques (DEEE). A ce titre, leur recyclage, quelque fois payant, est obligatoire via des filières et entreprises spécialisées. Les entreprises doivent pouvoir fournir un document attestant d'un recyclage respectant ce cadre légal. Une contribution financière, mentionnée sur la facture, est demandée en outre à l'achat des équipements et devant servir à financer partiellement le recyclage de ces appareils. Ces appareils sont réputés pour avoir une empreinte écologique très élevée en raison des importantes quantités de ressources (eau, métaux, énergies) nécessaire à leur conception, fabrication, et transport. De plus, ils contiennent de nombreuses matières précieuses (cuivre, or, et autres métaux) et/ou toxiques, qu'il serait dommage et dangereux d'abandonner dans des décharges.

En France, les entreprises de recyclage font souvent partie des entreprises dites "entreprises adaptées à but écologique et sociale" et emploient souvent à ce titre des personnes en situation de handicap. Le recyclage concerne également les consommables, notamment les cartouches d'encre, toners, et tambour des imprimantes de toutes sortes.

Le recyclage des DEEE s'inscrit donc dans un cadre éthique multiple, le premier acte éthique étant de ne faire l'acquisition de ces appareils que pour un besoin réel, et de prolonger la vie du périphérique aussi longtemps que possible.

Dans le cas des imprimantes encore, il est important de s'informer sur le coût des consommables. Certains fabricants se rémunèrent plus sur la vente des cartouches d'encre que sur la vente des imprimantes. Le coût d'achat attractif d'une imprimante peut donc cacher un coût d'utilisation par page beaucoup plus important si l'on oublie de mesurer le coût des consommables (encres, têtes d'impression, tambour). Ce modèle de rémunération est connu comme le “modèle Gillette”, du nom des rasoirs où le coût d’achat initial est faible, mais dont le prix des lames de rechange est élevé.

L'obsolescence programmée

Certains périphériques sont programmés par le fabricant pour cesser de fonctionner au bout d'un certain temps ou d'un certain nombre de tâches effectuées. Certaines pièces sont conçues pour être irréparables, irremplaçables, et avoir une certaine durée de vie, de manière à ce que l'utilisateur n'ait d'autre choix que de mettre le périphérique au recyclage et d'en acheter un autre. C'est le cas de  certaines imprimantes. Aucune machine ne peut fonctionner éternellement. Cependant quand une pièce irréparable et/ou indisponible est volontairement conçue pour avoir une durée de vie largement inférieure aux autres pièces de la machine, on est en présence d'obsolescence programmée. Cette pratique est de plus en plus combattue par le cadre législatif français.

Une autre manière pour un fabricant de raccourcir la durée de vie d'un périphérique est de ne plus créer de pilotes pour les nouveaux systèmes d'exploitation publiés. Quand un périphérique est commercialisé, des pilotes sont disponibles pour deux ou trois systèmes d'exploitation (Windows XP, Vista, et 7 par exemple). Quelques années plus tard, un fabricant n'est pas tenu de publier un nouveau pilote pour Windows 8 ou 10 lors de la sortie de ces systèmes. Certains périphériques fonctionnent correctement sous Windows 8 avec un pilote créé pour Windows 7, d'autres pas du tout. Dans certains cas, il est possible d'acquérir des logiciels permettant de continuer à utiliser un périphérique en l'absence de pilote officiel. C'est par exemple le cas du logiciel "Hamrick VueScan" qui permet d'utiliser plusieurs centaines de scanners de toutes marques, dont la plupart ne sont plus supportés par leurs fabricants depuis longtemps.

Les périphériques et leur éthique

La sécurité des périphériques est une notion importante pour le respect de la vie privée. Leur utilisation peut être encadrée par la loi pour des raisons de respect des libertés individuelles, de respect de la vie privée, ou d'autres considérations éthiques et légales. L'installation de caméras de surveillance, l'enregistrement de conversations, la surveillance que peut exercer un employeur sur ses employés (déplacements, courriels, site Internet visités, etc.), les zones autorisées au survol par un drone, par exemple, sont des activités encadrées par la loi française.

Pour conclure

Les périphériques sont souvent aussi importants que les ordinateurs qu'ils servent, car ils apportent de nombreuses fonctionnalités supplémentaires. Ils représentent une part importante de l'activité des techniciens Informatique. La maîtrise de leurs caractéristiques et de leur environnement et de leur cycle de vie, de l’installation au recyclage en passant par l’utilisation, est incontournable.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite