• 40 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours existe en livre papier.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

Vous pouvez être accompagné et mentoré par un professeur particulier par visioconférence sur ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 24/04/2019

Créez des tables

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Dans ce chapitre, nous allons créer, étape par étape, une table Animal, qui servira à stocker les informations sur les animaux présents dans notre élevage.
Soyez gentil avec cette table, car c'est elle qui vous accompagnera tout au long de la première partie (on apprendra à jongler avec plusieurs tables dans la deuxième partie).

Pour commencer, il faudra définir de quelles colonnes (et leur type) la table sera composée. Ne négligez pas cette étape, c'est la plus importante. Une base de données mal conçue est un cauchemar à utiliser.
Ensuite, petit passage obligé par de la théorie : vous apprendrez ce qu'est une clé primaire, à quoi cela sert, et découvrirez cette fonctionnalité exclusive de MySQL que sont les moteurs de table.
Enfin, la table Animal sera créée et la requête de création des tables décortiquée. Et dans la foulée, nous verrons également comment supprimer une table.

Définition des colonnes

Type de colonne

Avant de choisir le type des colonnes, il faut choisir les colonnes que l'on va définir. On va donc créer une table Animal. Qu'est-ce qui caractérise un animal ? Son espèce, son sexe, sa date de naissance. Quoi d'autre ? Une éventuelle colonne commentaires qui peut servir de fourre-tout. Dans le cas d'un élevage sentimental, on peut avoir donné un nom à nos bestioles.
Disons que c'est tout pour le moment. Examinons donc les colonnes afin d'en choisir le type au mieux.

  • Espèce : on a des chats, des chiens et des tortues pour l'instant. On peut donc caractériser l'espèce par un ou plusieurs mots. Ce sera donc un champ de type alphanumérique.
    Les noms d'espèces sont relativement courts, mais n'ont pas tous la même longueur. On choisira donc un VARCHAR. Mais quelle longueur lui donner ? Beaucoup de noms d'espèces ne contiennent qu'un mot, mais "harfang des neiges", par exemple, en contient trois, et 18 caractères. Pour ne prendre aucun risque, autant autoriser jusqu'à 40 caractères pour l'espèce.

  • Sexe : ici, deux choix possibles (mâle ou femelle). Il serait possible d'utiliser un ENUM, cependant, ENUM  reste un type non standard. Pour cette raison, nous utiliserons plutôt une colonneCHAR(1), contenant soit 'M'  (mâle), soit 'F'  (femelle).

  • Date de naissance : pas besoin de réfléchir beaucoup ici. Il s'agit d'une date, donc soit un DATETIME, soit une DATE. L'heure de la naissance est-elle importante ? Disons que oui, du moins pour les soins lors des premiers jours. DATETIME  donc !

  • Commentaires : de nouveau, un type alphanumérique, évidemment, mais on n'a ici aucune idée de la longueur. Ce sera sans doute succinct, mais il faut prévoir un minimum de place quand même. Ce sera donc un champ TEXT.

  • Nom : plutôt facile à déterminer. On prendra simplement un VARCHAR(30). On ne pourra pas appeler nos tortues "Petite maison dans la prairie verdoyante", mais c'est amplement suffisant pour "Rox" ou "Roucky".

NULL or NOT NULL ?

Il faut maintenant déterminer si l'on autorise les colonnes à ne pas stocker de valeur (ce qui est donc représenté par NULL).

  • Espèce : un éleveur digne de ce nom connaît l'espèce des animaux qu'il élève. On n'autorisera donc pas la colonne espece à être NULL.

  • Sexe : le sexe de certains animaux est très difficile à déterminer à la naissance. Il n'est donc pas impossible que l'on doive attendre plusieurs semaines pour savoir si "Rox" est en réalité "Roxa". Par conséquent, la colonne sexe peut contenir NULL.

  • Date de naissance : pour garantir la pureté des races, on ne travaille qu'avec des individus dont on connaît la provenance (en cas d'apport extérieur), les parents, la date de naissance. Cette colonne ne peut donc pas être NULL.

  • Commentaires : ce champ peut très bien ne rien contenir, si la bestiole concernée ne présente absolument aucune particularité.

  • Nom : en cas de panne d'inspiration (cela a l'air facile, comme ça, mais, une chatte pouvant avoir entre 1 et 8 petits d'un coup, il est parfois difficile d'inventer 8 noms originaux comme ça !), il vaut mieux autoriser cette colonne à être NULL.

Récapitulatif

Comme d'habitude, un petit tableau pour récapituler tout cela :

Caractéristique

Nom de la colonne

Type

NULL?

Espèce

espece

VARCHAR(40)

Non

Sexe

sexe

CHAR(1)

Oui

Date de naissance

date_naissance

DATETIME

Non

Commentaires

commentaires

TEXT

Oui

Nom

nom

VARCHAR(30)

Oui

Introduction aux clés primaires

On va donc définir cinq colonnes : espece, sexe, date_naissance, commentaires et nom. Ces colonnes permettront de caractériser nos animaux. Mais que se passe-t-il si deux animaux sont de la même espèce, du même sexe, sont nés exactement le même jour, et ont exactement les mêmes commentaires et le même nom ? Comment les différencier ? Évidemment, on pourrait s'arranger pour que deux animaux n'aient jamais le même nom. Mais imaginez la situation suivante : une chatte vient de donner naissance à sept petits. On ne peut pas encore définir leur sexe, on n'a pas encore trouvé de nom pour certains d'entre eux et il n'y a encore aucun commentaire à faire à leur propos. Ils auront donc exactement les mêmes caractéristiques. Pourtant, ce ne sont pas les mêmes individus. Il faut donc les différencier. Pour cela, on va ajouter une colonne à notre table.

Identité

Imaginez que quelqu'un ait le même nom de famille que vous, le même prénom, soit né dans la même ville et ait la même taille. En dehors de la photo et de la signature, quelle sera la différence entre vos deux cartes d'identité ? Son numéro !
Suivant le même principe, on va donner à chaque animal un numéro d'identité. La colonne que l'on ajoutera s’appellera donc id, et il s'agira d'un INT, toujours positif donc UNSIGNED. Selon la taille de l'élevage (la taille actuelle, mais aussi la taille que l'on imagine qu'il pourrait avoir dans le futur !), il peut être plus intéressant d'utiliser un SMALLINT, voire un MEDIUMINT. Comme il est peu probable que l'on dépasse les 65000 animaux, on utilisera SMALLINT. Attention, il faut bien considérer tous les animaux qui entreront un jour dans la base, pas uniquement le nombre d'animaux présents en même temps dans l'élevage. En effet, si l'on supprime pour une raison ou une autre un animal de la base, il n'est pas question de réutiliser son numéro d'identité.

Ce champ ne pourra bien sûr pas être NULL, sinon il perdrait toute son utilité.

Clé primaire

La clé primaire d'une table est une contrainte d'unicité, composée d'une ou plusieurs colonnes. La clé primaire d'une ligne permet d'identifier de manière unique cette ligne dans la table. Si l'on parle de la ligne dont la clé primaire vaut x, il ne doit y avoir aucun doute quant à la ligne dont on parle. Lorsqu'une table possède une clé primaire (et il est extrêmement conseillé de définir une clé primaire pour chaque table créée), celle-ci doit être définie.
Cette définition correspond exactement au numéro d'identité dont nous venons de parler. Nous définirons donc id comme la clé primaire de la table Animal, en utilisant les mots-clés PRIMARY KEY(id).
Lorsque vous insérerez une nouvelle ligne dans la table, MySQL vérifiera que vous insérez bien un id, et que cet id n'existe pas encore dans la table. Si vous ne respectez pas ces deux contraintes, MySQL n’insérera pas la ligne et vous renverra une erreur.

Par exemple, dans le cas où vous essayez d'insérer un id qui existe déjà, vous obtiendrez l'erreur suivante :

ERROR 1062 (23000): Duplicate entry '1' for key 'PRIMARY'

Je n'en dirai pas plus pour l'instant sur les clés primaires, mais j'y reviendrai de manière détaillée dans la seconde partie de ce cours.

Auto-incrémentation

Il faut donc, pour chaque animal, décider d'une valeur pour id. Le plus simple, et le plus logique, est de donner le numéro 1 au premier individu enregistré, puis le numéro 2 au second, etc.
Mais si vous ne vous souvenez pas quel numéro vous avez utilisé en dernier, pour insérer un nouvel animal il faudra récupérer cette information dans la base. Ensuite seulement, vous pourrez ajouter une ligne en lui donnant comme id le dernier id utilisé + 1.
C'est bien sûr faisable, mais c'est fastidieux… Heureusement, il est possible de demander à MySQL de faire tout cela pour nous !
Comment ? En utilisant l'auto-incrémentation des colonnes. Incrémenter veut dire "ajouter une valeur fixée". Donc, si l'on déclare qu'une colonne doit s'auto-incrémenter (grâce au mot-clé AUTO_INCREMENT), plus besoin de chercher quelle valeur on va y mettre lors de la prochaine insertion. MySQL va chercher cela tout seul, comme un grand, en prenant la dernière valeur insérée dans cette colonne et en l'incrémentant de 1.

Les moteurs de tables

Les moteurs de tables sont une spécificité de MySQL. Ce sont des moteurs de stockage. Cela permet de gérer différemment les tables selon l'utilité que l'on en a. Je ne vais pas vous détailler tous les moteurs de tables existants. Si vous voulez plus d'informations, je vous renvoie à la documentation officielle.
Les deux moteurs les plus connus sont MyISAM et InnoDB.

MyISAM

C'est le moteur par défaut. Les commandes d'insertion et sélection de données sont particulièrement rapides sur les tables utilisant ce moteur. Cependant, il ne gère pas certaines fonctionnalités importantes comme les clés étrangères, qui permettent de vérifier l'intégrité d'une référence d'une table à une autre table (voir la deuxième partie du cours) ou les transactions, qui permettent de réaliser des séries de modifications "en bloc", ou au contraire d'annuler ces modifications (voir la cinquième partie du cours).

InnoDB

Plus lent et plus gourmand en ressources que MyISAM, ce moteur gère les clés étrangères et les transactions. Étant donné que nous nous servirons des clés étrangères dès la deuxième partie, c'est celui-là que nous allons utiliser.
De plus, en cas de crash du serveur, il possède un système de récupération automatique des données.

Préciser un moteur lors de la création de la table

Pour qu'une table utilise le moteur de notre choix, il suffit d'ajouter ceci à la fin de la commande de création :

ENGINE = moteur;

En remplaçant bien sûr "moteur" par le nom du moteur que nous voulons utiliser, ici InnoDB :

ENGINE = INNODB;

Syntaxe de CREATE TABLE

Avant de voir la syntaxe permettant de créer une table, résumons un peu. Nous voulons donc créer une table Animal avec six colonnes telles que décrites dans le tableau suivant.

Caractéristique

Nom du champ

Type

NULL?

Divers

Numéro d'identité

id

SMALLINT

Non

Clé primaire + auto-incrément +UNSIGNED

Espèce

espece

VARCHAR(40)

Non

-

Sexe

sexe

CHAR(1)

Oui

-

Date de naissance

date_naissance

DATETIME

Non

-

Commentaires

commentaires

TEXT

Oui

-

Nom

nom

VARCHAR(30)

Oui

-

Syntaxe

Par souci de clarté, je vais diviser l'explication de la syntaxe de CREATE TABLE  en deux. La première partie vous donne la syntaxe globale de la commande, et la deuxième partie s'attarde sur la description des colonnes créées dans la table.

Création de la table
CREATE TABLE [IF NOT EXISTS] Nom_table (
    colonne1 description_colonne1,
    [colonne2 description_colonne2,
    colonne3 description_colonne3,
    ...,]
    [PRIMARY KEY (colonne_clé_primaire)]
)
[ENGINE=moteur];

Le IF NOT EXISTS  est facultatif (d'où l'utilisation de crochets [ ]), et a le même rôle que dans la commande CREATE DATABASE  : si une table de ce nom existe déjà dans la base de données, la requête renverra un warning plutôt qu'une erreur si IF NOT EXISTS  est spécifié.
Ce n'est pas non plus une erreur de ne pas préciser la clé primaire directement à la création de la table. Il est tout à fait possible de l'ajouter par la suite. Nous verrons comment un peu plus tard.

Définition des colonnes

Pour définir une colonne, il faut donc donner son nom en premier, puis sa description. La description est constituée au minimum du type de la colonne. Exemple :

nom VARCHAR(30),
sexe CHAR(1)

C'est aussi dans la description que l'on précise si la colonne peut contenir NULL  ou pas (par défaut, NULL  est autorisé). Exemple :

espece VARCHAR(40) NOT NULL,
date_naissance DATETIME NOT NULL

L'auto-incrémentation se définit également à cet endroit. Notez qu'il est également possible de définir une colonne comme étant la clé primaire dans sa description. Il ne faut alors plus l'indiquer après la définition de toutes les colonnes. Je vous conseille néanmoins de ne pas l'indiquer à cet endroit, nous verrons plus tard pourquoi.

id SMALLINT UNSIGNED NOT NULL AUTO_INCREMENT [PRIMARY KEY]

Enfin, on peut donner une valeur par défaut au champ. Si lorsque l'on insère une ligne, aucune valeur n'est précisée pour le champ, c'est la valeur par défaut qui sera utilisée. Notez que, si une colonne est autorisée à contenir NULL  et que l'on ne précise pas de valeur par défaut, alors NULL  est implicitement considéré comme valeur par défaut.

Exemple :

espece VARCHAR(40) NOT NULL DEFAULT 'chien'

Application : création de Animal

Si l'on met tout cela ensemble pour créer la table Animal (je rappelle que nous utiliserons le moteur InnoDB), on a donc :

CREATE TABLE Animal (
    id SMALLINT UNSIGNED NOT NULL AUTO_INCREMENT,
    espece VARCHAR(40) NOT NULL,
    sexe CHAR(1),
    date_naissance DATETIME NOT NULL,
    nom VARCHAR(30),
    commentaires TEXT,
    PRIMARY KEY (id)
)
ENGINE=INNODB;

Vérifications

Au cas où vous ne me croiriez pas (et aussi un peu parce que cela pourrait vous être utile un jour), voici deux commandes vous permettant de vérifier que vous avez bien créé une jolie table Animal avec les six colonnes que vous vouliez.

SHOW TABLES;      -- liste les tables de la base de données

DESCRIBE Animal;  -- liste les colonnes de la table avec leurs caractéristiques

Suppression d'une table

La commande pour supprimer une table est la même que celle pour supprimer une base de données. Elle est, bien sûr, à utiliser avec prudence, car irréversible.

DROP TABLE Animal;
En résumé
  • Avant de créer une table, il faut définir ses colonnes. Pour cela, il faut donc déterminer le type de chacune des colonnes et décider si elles peuvent ou non contenir NULL  (c'est-à-dire ne contenir aucune donnée).

  • Chaque table créée doit définir une clé primaire, donc une colonne qui permettra d'identifier chaque ligne de manière unique.

  • Le moteur d'une table définit la manière dont elle est gérée. Nous utiliserons le moteur InnoDB, qui permet notamment de définir des relations entre plusieurs tables.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite