• 6 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 07/06/2021

Mobilisez la méthode scientifique

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Identifiez les piliers de "la science"

L’esprit critique ne peut prétendre être une discipline au même titre que les mathématiques, la linguistique ou la sociologie. En revanche, il peut également s'appuyer sur la méthode scientifique pour réduire le risque de commettre une erreur. C'est ce que nous allons voir ensemble dans ce chapitre.

La science est souvent caractérisée par les quatre points suivants :

  1. Les scientifiques : l’ensemble des acteurs qui participent à la recherche scientifique, qui produisent des connaissances en analysant les résultats bruts, et publient des articles. Peut-être peut-on y inclure certains experts visibles dans les médias, qui, même s’ils ne sont pas chercheurs, représentent une source d’informations potentiellement fiable sur un sujet particulier.

  2. La somme des connaissances de l’humanité : il s’agit des connaissances, globalement considérées comme acquises, sur le fonctionnement du monde. Elles ne sont pas forcément “la vérité” mais elles visent à s’en rapprocher. Les connaissances scientifiques sont toutes sous une épée de Damoclès et peuvent toutes devenir “moins vraies” à l’aube de nouvelles preuves qui remettraient en question, preuves à l’appui, les résultats précédents. 

  3. La “technopolitique” : le “qui décide quoi”, ou encore des moyens accordés pour la recherche scientifique sur tel ou tel sujet. 

  4. La démarche scientifique : une démarche intellectuelle contraignante et rigoureuse, visant à faire des affirmations testables, vraisemblables et “objectivables” du monde naturel et social. Avec cette démarche, on essaie d’exclure le plus possible les biais qui pourraient intervenir tant au niveau de l’expérimentateur, que du sujet de l’étude (s’il est humain), ou de l’analyste qui compile les résultats statistiques. Ajoutons enfin qu’une recherche qui s’appuie sur une démarche scientifique doit pouvoir être reproduite. Pour autant, il n'existe jamais de risque zéro. Qui plus est, la façon dont les médias présentent et expliquent les résultats scientifiques peut conduire à une interprétation biaisée !

Appropriez-vous la méthode scientifique

La méthode scientifique se caractérise par les points suivants :

  • La recherche systématique de l’erreur.

  • La prise en compte des éventuels biais avant, pendant et après l’expérience.

  • Le caractère reproductible de cette expérience.

Si cette démarche est mobilisée dans les sciences dites "dures" ou dans les sciences humaines, elle peut aussi s'appliquer à l'esprit critique et nous aider dans notre quête de vérité !

Par exemple, elle peut être utilisée dans le cadre d'une étude de marché ou d'une analyse d’opération marketing, pour garantir que les travaux sont fiables et la prise de risque minimisée. Il s'agit avant tout d'entretenir l’esprit de la méthode scientifique. Cela permettra de rester réceptif à d’éventuelles erreurs dans le processus de décision.

Notons cependant une chose : la science est d’essence apolitique, et amorale. Elle est sensée expliquer le monde tel qu’il est, et non pas comme il devrait être. En découle le fait que les “mauvais usages” de la science sont d’origine humaine, mais les bons aussi…

Il est important aussi de noter que la science est régulièrement malmenée par les médias. Plusieurs raisons à cela :

  • Les scientifiques ne sont pas toujours des as de la communication comme en témoigne cet article de Futura Sciences "Difficultés de la communication scientifique".

  • Un article scientifique (rapport de recherche expliquant ses résultats, les protocoles utilisés, les éventuels conflits d'intérêts des intervenants, le tout visant la réplicabilité des expériences) n’est pas “facile” à lire ni à comprendre. Il n'est pas rare qu'un article de blog ou de journal expose de façon imprécise ou incorrecte les conclusions d'une recherche. 

  • La communauté scientifique est à l’image de n’importe quel groupe humain, avec des individus biaisés, sensibles, motivés, empathiques, ou pas… Bref, avec une certaine faillibilité, voire une faillibilité certaine.

  • Un article n'est pas une opinion, mais cela n'est pas toujours compris. Le cheminement parcouru par un article scientifique, entre la compilation des données statistiques et la publication, en passant par les corrections et le peer-reviewing, est globalement méconnu.

  • Une étude, seule, sur un sujet particulier, n’est pas encore une preuve puisque, statistiquement, elle a une chance sur 20 d’avoir des conclusions erronées, comme l'explique très bien cette vidéo de la chaîne Youtube "La statistique expliquée à mon chat". C’est bien la réplication d’une étude, par des laboratoires indépendants et arrivant à la même conclusion, qui nous permet de nous approcher de la vérité. 

Conclusion, la phrase “Une étude américaine montre que…” n’a qu’une valeur “faible” en termes de preuve. Notre curseur de vraisemblance ne devrait pas être impacté de façon déraisonnable. Une méta-analyse, à contrario, nous permettra d’avoir une idée assez précise de l’état de nos connaissances sur un sujet donné.

Testez votre compréhension de la méthode

Tentez de classer par ordre de crédibilité et/ou de fiabilité les affirmations suivantes :

  1. Mon frère, expert en télécom, me dit qu’il n’y a rien à craindre de la 5G...

  2. Le ShiftProject nous dit que la vidéo en ligne génère autant de gaz à effet de serre qu’un pays entier comme l’Espagne.

  3. Une revue, Cochrane, montre que lorsqu’une entreprise fournit à ses employés un podomètre afin d’augmenter leur activité physique, il n’y a pas d’effet notable sur la santé.

  4. Le reportage sur FranceTV montre bien qu’il faut interdire le glyphosate.

  5. D’ailleurs le Pr Séralini l’a démontré en 2012 avec ses études.

Vous avez terminé ?

De la plus vraisemblable à l’hypothèse la plus fragile, voici l’ordre des affirmations :

  1. La proposition 3. Je vous invite à lire cet article "L’utilisation de podomètres sur le lieu de travail pour augmenter l'activité physique" de Cochrane Library,

  2. La proposition 2. Parcourez cette page de TheShiftProject.

  3. Les propositions 1 et 4 sont ex-aequo.

Notez que seules les affirmations 3 et 5 ont fait l’objet d’une publication scientifique.

Allez plus loin

Nous avons choisi de vous présenter la méthode scientifique permettant de réduire les risques de se tromper. Il existe de nombreuses façons d’aborder l'esprit critique, sentez-vous libres d'approfondir certaines d'entre elles :

  • Une approche philosophico-historique, revenant sur l’histoire de la démarche qui passe par les philosophes grecs ou encore le siècle des Lumières (travaux universitaires, philosophie des sciences...).

  • Une approche de vulgarisation (chaînes YouTube d’Hygiène mentale, de la Tronche en Biais, de Defakator ou encore Par le début, parmi d’autres…).

  • La mise en pratique très concrète, sous couvert d’étudier les phénomènes paranormaux, par exemple (l’Observatoire zététique, les travaux de Henri Broch depuis les années 80, la thèse de J.M. Abrassart sur le phénomène OVNI…).

  • Par la lecture d’ouvrages dédiés : “Mon cerveau, ce héros” d'Élena Pasquinelli, ou encore “Petit cours d'autodéfense intellectuelle” de Normand Baillargeon (en livre audio !), “Impostures intellectuelles” de Sokal et Bricmont, les thèses de Richard Monvoisin ou d’Olivier Sibony.

  • Par une approche “ressource pédagogique” (MOOC, les nombreuses ressources du CORTECS ou du CLEMI…).

En résumé

Dans ce chapitre, nous avons vu que la méthode scientifique pouvait être un outil efficace de la pensée critique. Pour l'appliquer, il convient de respecter les points suivants :

  • Rechercher systématiquement les erreurs ;

  • Chercher les éventuels biais avant, pendant, après l'expérience ; 

  • Répliquer l'expérience ;

  • Utiliser un système de revue par les pairs pour éviter les erreurs.

Pour conclure, la science pratiquée dans les règles répond à la requête de Bertrand Russell : “Donnez-moi de bonnes raisons de penser ce que vous pensez”. Elle est donc une méthode particulièrement efficace pour qui veut utiliser son esprit critique.

Vous avez, dans la première partie de ce cours, exploré les biais cognitifs qui peuvent vous induire en erreur et abordé les points clés de la méthode scientifique. Pour tester les connaissances que vous avez acquises, passez au quiz ! 😉

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite