• 4 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 21/06/2019

Décrypter le fonctionnement d’un bilan

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

On parle de "situation nette", car on raisonne en retraitant le patrimoine brut (ce que l’entreprise a) de ses dettes (ce qu’elle doit). Donc patrimoine net = patrimoine brut (actif, ce que l’on a) - dettes (passif, ce que l’on doit).

On a coutume d’assimiler le bilan à une « photographie » de la société à une date précise.

Le bilan est composé de deux parties : l’actif et le passif. On peut assimiler l’actif au débit (donc traditionnellement présenté à gauche) et le passif au crédit.

L’actif

L’actif est ce que la société possède à la date de clôture.

La société peut posséder des biens de natures très différentes. Dans un souci de codification et de classification, on les ordonne et on subdivise l’actif en deux grandes catégories :

  • L’actif immobilisé : celui qui est destiné à rester longtemps dans l’entreprise. Ce poste correspond aux immobilisations (comptes de classe 2) qui sont elles-mêmes classées par nature.

  • L’actif circulant : celui qui, au contraire, est destiné à bouger, à circuler. On retrouve à l’intérieur de l’actif circulant trois grandes catégories : les stocks, les créances et la trésorerie ou disponibilité. 

Les stocks : ils appartiennent à l’entreprise et fluctuent d’un jour à l’autre. Les stocks sont de différentes natures : ils correspondent soit à des biens achetés, mais non encore utilisés (marchandises et matières premières), soit à des produits dont on a commencé la fabrication (produits en cours), soit des produits fabriqués entièrement, mais pas encore vendus (produits finis).

Les créances : une créance est une somme d’argent qu’un tiers doit à l’entreprise. C’est en ce sens qu’elle figure à l’actif du bilan : aujourd’hui, la société n’a pas l’argent correspondant à cette créance, mais elle a un droit à récupérer cette somme. L’exemple principal est celui des créances clients.

Par exemple, vous avez vendu un bien le 25/06/2018 à votre client, mais le client ne vous paiera que le 25/07/2018 (car vous octroyez un délai de paiement d’un mois à vos clients). Votre bilan s’arrête au 30/06/2018, donc à cette date, vous n’avez pas récupéré l’argent correspondant à cette vente (vous ne l’aurez que le 25/07/2018). Cependant, vous devez constater votre créance (= le fait que le client vous doit cette somme), vous allez donc faire figurer cette somme dans vos créances.

La trésorerie (on parle aussi de disponibilité) : on trouve ici les comptes bancaires, les caisses et les valeurs mobilières de placement. 

La structure de l’actif du bilan peut donc être résumée par le tableau ci-contre :

ACTIF IMMOBILISÉ (I)

Immobilisations Incorporelles

Immobilisations Corporelles

Immobilisations Financières

ACTIF CIRCULANT (II)

Stocks

Créances Clients

Autres Créances 

Disponibilités

TOTAL DE L'ACTIF (I + II)

Le passif

Le passif correspond à l’ensemble de ce que la société doit, autrement dit ses dettes.

Le passif va donc récapituler l’ensemble des « dettes » en les classant par destinataire. On retrouve ici la notion de classement vue à l’actif : on va commencer par les postes destinés à rester longtemps dans l’entreprise, puis on ira vers ceux qui sont destinés à fluctuer rapidement.

Les grands postes du passif sont donc : les capitaux propres, les dettes financières, les dettes auprès des fournisseurs et les autres dettes.

Les capitaux propres correspondent à ce qui revient aux actionnaires de la société. Ils intègrent à la fois :

  • le capital social, somme apportée par les actionnaires lors de la création de la société ou lors d’éventuelles augmentations de capital ;

  • les réserves, cumul des résultats dégagés par la société depuis sa création qui n’ont pas été distribués ;

  • le résultat de l’année. Ce dernier sera calculé grâce au « compte de résultat » qui est le deuxième état des comptes annuels et que nous verrons dans le chapitre suivant.

Les dettes financières sont les emprunts souscrits et non encore remboursés. Comme ils sont, au départ, souscrits sur une durée moyenne, voire longue, il est logique qu’ils figurent en « haut de bilan ».

Puis arrivent les dettes auprès des fournisseurs : comme vous l’avez vu pour les créances clients précédemment, il y a souvent un décalage dans le temps entre l’achat que vous faites auprès d’un fournisseur et le paiement à ce fournisseur.

Par exemple, vous achetez des produits à votre fournisseur le 15/06/2018 et ce fournisseur vous laisse un délai d’un mois pour régler votre facture. Lors de la clôture au 30 juin 2018, vous devez faire figurer dans votre bilan le fait que vous avez une dette envers ce fournisseur.

Enfin, on trouve les autres dettes, notamment auprès des organismes sociaux et fiscaux.

Par exemple, il est possible que l’on ne paie les salaires qu’en tout début de mois suivant. Aussi, si l'on clôture au 30 juin 2018, on fera figurer à cette date les salaires du mois de juin qui sont dus, mais pas encore payés, car ils le seront tout début juillet 2018.

La structure du passif du bilan peut être représentée par le tableau ci-contre :

CAPITAUX PROPRES (I)

Capital social

Réserves

Résultat

DETTES (II) 

 Emprunts et dettes auprès des établissements de crédit

 Autres dettes financières

 Dettes fournisseurs 

 Dettes fiscales et sociales 

 Autres dettes 

Compte de régularisation 

TOTAL DU PASSIF (I + II)

Vous avez compris que le bilan est une “photographie” à la date de clôture de la situation patrimoniale de l’entité et qu'il intègre le résultat de l’exercice écoulé. Vous allez à présent apprendre à maîtriser le compte de résultat, document qui nous permet de calculer le résultat.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite