Mis à jour le 11/06/2018
  • 2 heures
  • Facile
Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Introduction du cours

Vous venez de travailler pour faire l'inventaire de vos compétences techniques, sociales et relationnelles. Maintenant, vous savez bien en quoi consiste votre projet et quel type de job vous souhaitez trouver. Vous allez désormais cibler des entreprises, des postes qui correspondent à vos aspirations.

Pour aller à la rencontre de ces recruteurs potentiels, vous avez besoin d'une plaquette de présentation de vous-même. Votre CV va avoir cette fonction : vous servir de passeport pour expliquer qui vous êtes et vous permettre de vous présenter pour que les recruteurs fassent connaissance avec vous.

Je vous parle de votre CV… mais il serait plus exact de parler de vos CV !

En effet, vous allez voir comment construire non pas un seul et unique CV, mais une trame de votre CV que vous adapterez en fonction des postes pour lesquels vous souhaitez postuler.

Ne cherchez pas à faire un CV qui soit parfait, vous pourriez y passer des mois ! En revanche, l’adapter de manière optimale à chaque poste pour lequel vous vous positionnez est vraiment indispensable !

Pour relever le défi qui vous attend, voici tous nos conseils pour réussir à rédiger un document devant contenir autant d’informations sur aussi peu de place !

Les 5 conseils essentiels que vous allez garder en tête

Vous avez 6 secondes pour faire la différence !

Après s'être forgé sa première idée, un recruteur passera 2 minutes à lire votre CV s'il est accrocheur. Vous devez donc être percutant et bien structurer les informations vous concernant.

Vous devez rédiger votre CV dans un but précis : montrer ce que vous savez faire en vue de décrocher un entretien d’embauche.

Pour cela, mettez-vous à la place d'une personne qui ne vous connaît pas  lorsque vous rédigez. Quelle idée se fera-t-elle de vous en lisant votre CV ?

Qu'est-ce qu'un recruteur regarde en premier dans un CV ?

Voici les éléments clefs que les recruteurs repèrent :

  • vos nom et prénom ;

  • l’intitulé de votre poste actuel et le nom de l'entreprise dans laquelle vous travaillez ;

  • la date de début et de fin de votre mission (si vous n'êtes plus en poste) ;

  • vos expériences précédentes (la fonction que vous occupiez, dans quelle entreprise et à quelles dates) ;

  • vos études supérieures (diplômes).

Adoptez un ton bref et précis

Lorsque vous rédigez votre CV, faites la chasse aux mots et  aux informations qui ne seraient pas indispensables. Un bon CV utilise un langage spécifique qui sera d'emblée compréhensible par le recruteur et lui permettra d'identifier rapidement vos qualifications. Soyez extrêmement précis, en particulier concernant vos compétences techniques, et n’ayez pas peur de « jargonner » lorsque cela répond aux connaissances requises dans l’offre d’emploi.

Gardez en tête les objectifs auxquels doit répondre votre CV :

  • Faire gagner du temps au recruteur pour l'aider à faire son choix.

  • Valoriser vos expériences et vos compétences, car ce sont les éléments  les plus regardés – et non les formations ou les loisirs. ;) 

  • Présenter un contenu et une mise en forme homogènes : présenter un CV à la forme "exotique" risque de faire paraître votre candidature comme étant peu sérieuse ou fiable.

Relisez votre CV et supprimez tous les mots ambigus, les idées banales… en bref, tout ce qui ne montre pas que vous êtes unique !

Cherchez à convaincre !

Votre CV est votre argumentaire commercial : un CV convaincant doit donc prendre en compte un aspect marketing. Il doit déclencher une véritable envie chez le recruteur dès son premier regard sur votre CV. Votre but est de vous vendre au recruteur afin qu’il ait envie de vous rencontrer (pas encore forcément de vous embaucher, faut pas exagérer non plus, après 40 secondes !). Pour sortir du raz-de-marée des candidatures, il faut faire la différence, quel que soit le poste que vous convoitez, sinon vous serez noyé dans la masse des CV concurrents.

Vous cherchez à convaincre votre interlocuteur ; cherchez donc à comprendre ce qu'il veut savoir. Pour développer de bons arguments, veillez à ce que votre CV réponde aux questions suivantes.

  • « Que puis-je apporter à cette entreprise ? »

  • « Ai-je des spécificités à leur apporter ? »

  • « Ai-je des compétences qui répondent à leurs besoins ? »

  • « Puis-je m'appuyer sur une expérience significative ? »

  • « Mes études et mon expérience sont-elles en conformité avec les critères minimum de l'entreprise ? »

  • « Quelles sont les qualités qui me rendent unique et qui puissent donner envie de travailler avec moi ? »

En vous posant ces quelques questions préalables, avant même de rédiger votre CV, vous développerez un vrai argumentaire pour convaincre le recruteur que vous êtes le candidat à ne pas laisser filer. 

Montrez-vous tel que vous êtes !

Ne vous attribuez pas de fausses compétences ni de faux diplômes !

Vous avez peut-être déjà eu la tentation de gonfler votre CV pour vous  différencier. Par exemple, dans le but de prouver que vous avez déjà eu un poste identique à celui de l'annonce... en exagérant quant à vos responsabilités déjà exercées, en modifiant la durée d'une mission, ou en vous présentant comme le responsable d'un projet et non comme un simple collaborateur.

En faisant cela, vous risquez gros ! Vous risquez de laisser passer des incohérences, autant de doutes auxquels sera sensible le recruteur... qui regardera votre CV avec beaucoup de suspicion. S'il se met à douter, il remettra en question le reste de vos compétences même si elles sont bien réelles !

La confiance est essentielle quand on envisage se lier pour un moment avec une entreprise. Donc, avec la confiance, on ne joue pas !

Écrivez votre CV spécialement pour une entreprise et pour un poste

Vous allez présenter votre CV pour postuler dans une entreprise bien particulière. Choisissez quelles compétences mettre en avant pour ce poste spécifiquement dans votre éventail de formations et d'expériences. Sélectionnez parmi vos expériences, vos formations, vos atouts, quelles vont être les informations à faire figurer en tenant compte de l'offre, de la culture de l'entreprise à qui vous vous adressez. Et bien entendu, tout cela va conditionner le contenu de votre CV.

Personnaliser votre CV, cela commence par inscrire un titre à votre document qui doit correspondre parfaitement au poste convoité. Vous pouvez aussi insérer des arguments accrocheurs ventant en quelques mots clefs bien choisis vos compétences, vos motivations et votre projet professionnel. Cela aide les recruteurs en leur donnant une clef de lecture rapide.

Par exemple : Chef de secteur expérimenté
5 ans d’expérience dans le domaine du bricolage dont 2 ans en tant que chef de rayon et 3 ans en tant que chef de secteur

Voici les 6 rubriques incontournables de votre CV

Soyez fier de votre identité

La première chose incontournable à faire figurer est bien entendu votre identité.

Pour présenter votre identité, tout est question de bon sens... mais il est si facile de faire des bêtises ! Je vais vous lister toutes les erreurs à ne pas commettre !

Arrêtez de vous présenter comme si vous étiez encore à l'école !

Lorsqu'on fait l'appel (à l'école, à l'armée...) les individus n'existent que par leur nom de famille. Le prénom ne sert qu'à distinguer les homonymes. Bonne nouvelle : arrivant dans le monde du travail, ce temps est révolu ! Désormais, c'est comme dans la vraie vie : vous vous nommez avec votre prénom, puis votre nom.

Faire l'inverse signifierait que vous n'avez pas encore passé le cap, et que vous vous croyez encore à l'école....

Faites figurer votre adresse

Même si le temps où les recruteurs vous contactaient par courrier postal est révolu, communiquer votre adresse est nécessaire. En effet, cela indique votre lieu de vie actuelle, même si cela ne présage pas de votre capacité à vous déplacer pour prendre le poste.

Pour éviter tout préjugé négatif (adresse en région parisienne pour un poste en province par exemple), je vous conseille de faire figurer si possible une adresse dans la région où vous postulez. Cherchez dans vos amis, relations, famille si vous pouvez faire figurer une adresse qui n'inquiétera pas le recruteur quant à vos déplacements futurs.

Évidemment, l'adresse postale n'est pas suffisante, car ce n'est pas elle qui servira en premier, mais l'adresse e-mail. Et là aussi, de nombreux pièges sont à éviter ! Il est fini le temps où vous pouviez utiliser une adresse créée pour tchater avec vos amis de collège !

De même, faites attention à choisir un serveur de mail qui ne soit pas daté du type "wanadoo.fr" et vérifiez la pérennité d'accès à celui-ci. Cela ne donne pas la même image de vous lorsque vous utilisez votre adresse email créée sur l'adresse de votre école, ou votre adresse personnelle. Si vous cherchez un stage dans le cadre de vos études, pas de souci, mais si vous voulez entrer dans le monde professionnel, cela connotera votre candidature comme venant d'un jeune diplômé non aguerri au monde du travail.

Communiquez votre numéro de téléphone

Quoi de plus simple que d'indiquer votre numéro de téléphone… pourtant, là aussi des pièges se présentent. D'abord gardez en tête que c'est certainement le moyen privilégié que va utiliser le recruteur s'il est conquis par votre candidature.

Surtout simplifiez la vie du recruteur ! Pour cela utilisez la numérotation internationale qui prouve votre ouverture et votre maîtrise des conventions.

Insérez votre profil LinkedIn !

Si vous cherchez un emploi, vous vous êtes forcément construit un profil Linkedin. Dans cet espace, vous avez fait figurer l'ensemble des informations collectées sur votre parcours de formation et vos expériences professionnelles. Après avoir investi ce temps pour mettre à jour votre profil, n'oubliez pas de faire figurer cette information en insérant un lien au bas de la partie identité de votre CV.

Sachez parler de votre âge !

Nous avons tous de bonnes raisons de ne pas vouloir parler de notre âge. Peut-être vous trouvez-vous trop jeune et peu expérimenté, quand bien même vous avez déjà eu l'occasion de développer des compétences certaines au cours des stages et projets que nous avons menés. Il est vrai que jusqu'à 30 ans, on peut croire que les recruteurs nous considèrent comme des novices...

Ou peut-être avez-vous peur d'être classé dans la catégorie des seniors ? Nous savons que la frontière qui sépare les gens "normaux" des seniors s'abaisse toujours plus pour stigmatiser de vieux tous ceux qui passent la quarantaine...

Le réflexe de protection est grand à vouloir cacher cette information, et quand on le fait, c'est souvent maladroitement. Communiquer sa date de naissance est une erreur. Pourquoi demander au recruteur de perdre du temps à calculer votre âge ? Il ne cherche pas à connaître votre jour et mois de naissance : il sera toujours temps de les communiquer dans le SIRH de lors de votre embauche. Pour l'instant, seul votre âge compte.

Certains candidats ne veulent pas indiquer leur âge sur le CV car leur âge change en permanence, tous les ans... ! Cela tombe bien, un CV ne doit pas avoir une durée de vie supérieure à quelques mois !

Et pour cause ! Un CV est fait de tant d'informations évolutives qu'il faut en permanence les mettre à jour. C'est comme un film... imaginez qu'au cinéma l'image se fige sur l'écran ! Que diraient les spectateurs au bout de quelques secondes ?

Allez-vous mettre une photo ?

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, vous n'êtes pas obligé de mettre votre photo sur votre CV. Ajoutez votre portrait à votre CV peut présenter certains avantages.

  • La photo donne un côté plus humain à votre CV. 

  • Elle personnalise encore plus votre parcours. 

  • Lorsque le recruteur vous rencontrera pour de vrai, il se souviendra mieux de vous. 

Si vous choisissez  de mettre une photo de vous, respectez ces critères :

  • Elle doit être de qualité professionnelle.

  • Elle doit être réalisée sur fond neutre, éclairée avec une bonne source lumineuse.

  • Veillez à être bien coiffé.

  • Prêtez attention à votre dress code  (est-il professionnel et surtout correspond il aux usages des entreprises où vous souhaitez travailler ?)

  • Ayez un regard volontaire et serein.

  • Insérez une photo légère, pas plus de 100 Ko maxi, sous peine d'alourdir votre CV quand vous l'enverrez par mail.

Ce sera un élément visuel qui personnalisera et humanisera ce document textuel et austère qu'est un CV, qui permettra aussi de vous situer aussi d'emblée et du premier coup d'oeil : qui est-il ? Plus qu'un long discours, on le saura immédiatement.

Gardez à l'esprit que mettre une photo peut aussi servir de moyen de discrimination, totalement subjective, simplement fondée sur des préjugés relatifs au genre, à l'origine ethnique... Aussi, le choix de faire figurer une photo ou non doit rester personnel. Certains postes requièrent impérativement la présence d'une photo (postes en relation avec le public, de représentation...). Pour d'autres postes à responsabilité, où la part consacrée à la communication en public est importante, le réflexe est donc de proposer une photo.

Choisissez une accroche : votre projet, le poste que vous souhaitez...

L’accroche d’un CV, c’est ce sur quoi l’œil du recruteur va fondre en premier. C'est elle qui va donner l'angle de vue et donc va influencer la lecture et la perception de votre profil.

La partie haute de votre CV se doit donc d’allier attractivité et précision pour permettre au recruteur de vite se faire une idée à la fois de vos attentes et de vos compétences potentielles. N'oubliez jamais, votre CV a pour seule fonction de vous permettre d’obtenir un entretien. Alors attaquez fort !

Vous répondez au besoin de l'entreprise

Quand vous postulez pour un poste, que cela soit suite à une annonce ou en candidature spontanée, vous venez prouver que votre profil répond à ce besoin. Donc, rédiger une accroche signifie à l'adresse du recruteur : "voici ce que j'ai compris de votre besoin". Ce titre doit être assez précis pour indiquer au recruteur que vous répondez à son besoin. Si vous ne mettez rien, ou si votre accroche reste floue, vous ratez l'oportunité de montrer au recruteur que vous avez compris sa demande. Il ne sera pas guidé pour lire votre CV, comprendre votre chemin de vie.

Ne tombez pas non plus dans le piège de recopier  votre formation ou vos compétences qui figurent par la suite dans les rubriques dédiées.

Faites la même chose que peut faire un auteur de livre ! Pour donner envie d'acheter un livre, il faut choisir un titre accrocheur ! Bien entendu, le titre ne raconte pas l’histoire, et pourtant il donne un sens à celle-ci. C'est une métaphore, une illustration, un message essentiel qui sera développé au cours du récit. Remettez vous dans la peau d'un acheteur de livre, voyez comment vous vous laissez accrocher par un titre évocateur, stimulant... Il en est de même pour votre CV, l’accroche va orienter la lecture de votre profil.

Exemple : "Fort d'une expérience de 8 années chez Michelin à Londres, j'envisage d'intégrer une PME en France afin de poursuivre mon évolution en France."

Choisissez entre résumé et projection

Pour créer une accroche efficace, mettez en valeur une expertise technique, une compétence acquise lors de vos expériences passées. Cela va fournir au recruteur un angle de lecture pour mieux comprendre votre parcours passé et donc les raisons qui motivent votre candidature.

Si vous vous contentez de mettre comme titre  « manager confirmé » ou« responsable marketing », vous affichez la banalité de votre candidature... bien loin de faire rêver le recruteur qui cherche la perle rare.

À l'opposé, tâchez d’éviter les formules trop excentriques. Votre candidature paraîtra plus prétentieuse, pas plus originale. Il est préférable de montrer votre originalité par votre approche, votre analyse du poste par rapport à vos compétences. Oubliez les titres comme « Votre futur responsable marketing » : il est en réalité peu probable que le recruteur partage votre enthousiasme à la lecture d’une telle accroche.

Concevez une accroche valorisante !

Utilisez des mots précis, simples, efficaces que vous allez choisir en lien direct avec le poste et le secteur visés. L’entreprise a des attentes fortes que vous devez combler. Mettez en avant quelles sont les caractéristiques qui vous distinguent. Par exemple précisez « Responsable relation client bilingue » si l'annonce précise que le poste a une vocation internationale. Ainsi, vous prouvez que vous avez compris le besoin et vous montrez en quoi vous y répondez parfaitement.

Tant que possible, précisez la spécialisation, le domaine  sur lesquels vous revendiquez d'être reconnu. Si le poste est dans le même domaine, ce sera un atout indéniable. Par exemple, certains candidats mettent des sous-titres à leur fonction générale « Responsable commercial », et en dessous « spécialiste B to B ». En agissant ainsi, vous donnez une vision rapide de vos atouts particuliers.

Il y a un truc simple pour éviter une mauvaise accroche : demandez-vous toujours si ce que vous voulez mettre est susceptible ou non de faire la différence avec les autres candidats. Si la réponse est "non", alors c’est superflu. Dans ce cas, pas de cadeau, enlevez !

Aidez le recruteur à trier les candidatures et à référencer la vôtre !

L'accroche, c'est la première information que viendra chercher un employeur, et donc le premier indice de votre adéquation – ou non – pour le poste qu'il cherche à pourvoir. A minima, placez le nom de votre métier en tête de votre CV : c'est le signal indispensable à donner.

Pour cela il faut être précis. Évitez par exemple : consultant, manager... C'est trop vague, cela ne veut rien dire. Les moteurs de recherche et d'indexation des candidatures permettent, dans de grandes entreprises, de trier les CV reçus par mots-clefs. Pour augmenter vos chances, indiquez donc plutôt "responsable des achats" que "directeur des achats" par exemple, si telle est la qualification de ce poste au sein de l'entreprise.

Ainsi, si vous êtes ingénieur, précisez ce que vous faites : "ingénieur dans la recherche agroalimentaire" ou "ingénieur spécialiste des nanotechnologies". Attention cependant de ne pas tomber non plus dans l'excès inverse : si vous donnez un titre trop précis, vous risquez de vous fermer des portes.

Présentez votre parcours de formation

Si vous n'avez pas ou peu d’expérience, gardez à l’esprit que votre formation est tout aussi importante que votre parcours professionnel. Le parcours scolaire est, en effet, assez significatif pour les recruteurs, car il renseigne notamment sur les diplômes obtenus. N’hésitez pas à mettre tout diplôme qui pourrait être en rapport avec le poste visé. Ce sera donc le premier paragraphe de votre CV si vous êtes jeune diplômé, junior, avec encore peu d'expérience professionnelle à faire valoir.

Dans le cas où vous auriez changé plusieurs fois de formation durant votre parcours, ne vous en faites pas : un changement de formation est tout à fait acceptable par le recruteur (c'est de plus en plus fréquent). Pouvoir expliquer le fil de ses changements est par contre essentiel. À vous de savoir donner du sens, car votre profil va sortir du cadre formaté de ceux qui ont toujours suivi le même cap. Cela montre votre capacité à prendre des décisions et à vous adapter lorsque c'est nécessaire. Gardez ces explications pour un entretien, dans lequel vous serez amené à donner du sens à ces choix.

Quelles sont les informations à faire figurer pour retranscrire votre parcours ?

  • la date de début puis de fin de votre diplôme obtenu

  • le type de formation : niveau, titre, diplôme

  • le nom de cette formation, son sigle

  • le nom de l'école, de l'université

Le nom de la ville où j'ai fait ma formation est-il vraiment essentiel ?

C'est rarement le cas. Rappelez-vous, chaque mot superflu doit être prescrit. Faites la chasse aux informations inutiles pour le recruteur.

Exemple : Octobre 07 – Août 08 Master of Science EMOOSE (European Master in Object Oriented Software Engineering) École des Mines

Si vous voulez valoriser les domaines de formation spécifiques que vous avez abordé au cours de cette formation et qui ne seraient pas de notoriété publique, vous pouvez brièvement lister les thématiques enseignées et mettre un lien vers le site de l’école.

N'oubliez pas de faire figurer les MOOC !

Évidemment, la formation ne s'arrête pas à la sortie de votre école, de votre université, ou du centre de formation d'où vous êtes sorti !

À l'heure actuelle, nous pouvons tous bénéficier des dispositifs ouverts de formation afin de nous former tout au long de notre vie. Fini le temps où l'on se formait pour exercer le même métier toute sa vie. Heureusement, vous avez à votre disposition de multiples possibilités pour rebondir, apprendre de nouveaux métiers, vous reconvertir, ou vous spécialiser en développant de nouvelles capacités.

Se former, c'est bien, le faire savoir c'est mieux ! Donc sur votre CV, faites figurer la liste des certificats que vous avez obtenus. Vous pouvez même insérer un lien vers le certificat en ligne afin de le prouver. Les recruteurs apprécient vraiment de constater que vous maintenez vos compétences à jour.

Valorisez vos expériences professionnelles

Si vous n'êtes pas jeune diplômé, débutant, junior, ce sera le premier paragraphe que vous placerez avant la description de votre parcours de formation.

Là encore, à la question "faut-il commencer par la plus vieille expérience ou la plus récente ?" aucune hésitation !
Parmi les choses regardées le plus rapidement par les recruteurs, ce sont les derniers postes qui comptent pour l'essentiel. En effet, le recruteur est d'abord intéressé par les deux derniers postes et le nom des sociétés dans lesquelles vous avez travaillé.

Par contre, vous avez le choix entre le CV chronologique et le CV par compétences. Cette dernière méthode, inspiré des techniques anglo-saxonnes, consiste à répertorier toutes vos compétences avant de lister succinctement les entreprises dans lesquelles vous avez travaillé.

Mettez en avant vos résultats

Le CV doit répondre à ces questions déterminantes pour permettre au recruteur d'évaluer l'intérêt de votre candidature :

  • Qu’avez-vous apporté dans vos missions précédentes grâce à vos actions personnelles ?

  • Quels ont été les moyens mis en oeuvre ?

  • Quelle a été votre valeur ajoutée ?

À chaque fois que l’on énonce une promesse, il faut apporter les preuves de ce que l'on avance. Donnez des résultats mesurables et immédiatement appréciables qui indiquent votre niveau de performance individuelle. Ce sont ces éléments qui montreront la richesse de votre profil.

Par exemple : pour un profil de Responsable de réseau commercial, ce sera un ordre d’idée du chiffre d’affaires généré ou le choix de stratégie de sélection des partenaires, les méthodes d’incentive retenues.

Vous pouvez aussi ajouter des expressions marquantes comme "en toute autonomie" dans la description de vos missions. Le contexte d'exécution est en effet important. S’il s’agit d’un travail en équipe, vous préciserez le nombre de personnes impliquées et les délais impartis et tenus. Vous indiquerez ainsi quelle idée de management vous avez et quelles sont vos capacités d'encadrement d'équipes.

Choisissez vos meilleurs arguments pour vous promouvoir !

Le CV ne peut pas être exhaustif, surtout si vous commencez à cumuler un peu d'expériences de travail, de formations, de compétences...

Donc ne faites figurer que les expériences qui vous semblent pertinentes et déterminantes aux yeux du recruteur.

Il peut être totalement inutile de mentionner vos jobs d'été ou vos petits boulots. Mais pour un autre job, ce sera essentiel de les faire figurer si c'est au cours de ce même petit boulot que vous avez amorcé votre âme de manager en herbe !

En vous lisant, les entreprise auxquelles vous postulez doivent avoir l'impression que ce CV leur est uniquement destiné ! Les compétences que vous mettez en avant coïncident parfaitement avec leurs activités et leurs besoins.

En résumé

Quelles sont les informations à faire figurer pour retranscrire votre parcours professionnel ?

  • la date de début ;

  • la durée d'exercice ;

  • le nom du poste ;

  • le nom de l'entreprise ;

  • les missions détaillées exprimées avec des verbes d’action ;

  • les résultats quantifiées et qualifiés des missions confiées ;

  • les compétences acquises et développées durant ce job.

Quelles sont vos autres compétences ?

N'oubliez pas vos compétences linguistiques !

Impossible de faire l'impasse sur la rubrique langues sur son CV !

Anglais professionnel, ou bases de communication en arabe, il est nécessaire de préciser votre niveau de langues sur votre CV. Évidemment, ce sera d'autant plus essentiel si le poste visé nécessite des compétences particulières en langues étrangères : ainsi, vous avez certainement conscience que l'anglais est devenu un pré-requis pour tous les postes de cadres.

Comment communiquer votre niveau linguistique ?

D'abord n'utilisez pas de mots flous : "Lu, écrit, parlé" ou "bon niveau" sont des notions peu concrètes et très subjectives pour le recruteur. Celui-ci se demande ce que vous savez réellement faire  en situation de travail dans une langue particulière.

Vous allez donc préciser votre maîtrise de la langue avec ces termes :

  • anglais professionnel ;

  • bilingue ;

  • anglais courant.

Si vous postulez à un poste, et que vous n'avez pas les compétences linguistiques demandées, n'hésitez pas à indiquer que votre niveau peut être amélioré. Exemple : « Anglais : notions, niveau rapidement perfectible ».

Ne sous-estimez pas votre niveau !

Peut-être n'êtes-vous pas en mesure de dire quel est exactement votre niveau en langues. Heureusement, il existe de nombreux tests d'évaluation en ligne. Ce sont de bons outils (parfois gratuits) qui, en peu de temps, vous permettront d'évaluer vos niveaux de compréhension écrite ou orale dans différentes langues.

Attention, surestimer ses compétences est aussi une mauvaise idée ! Le recruteur a la possibilité, si votre candidature est retenue, de vous soumettre à un test d'évaluation. Si la question de la maîtrise de la langue est importante, il est fort à parier qu'une partie de l'entretien de recrutement se fera dans cette même langue. Découvrir à ce moment là que vous avez triché sur votre maîtrise de la langue jettera un trouble certain et ternira la confiance que le recruteur peut avoir sur l'ensemble des compétences que vous avez déclarées.

Une langue s’évalue quant à l'expression et quant à la compréhension, tant à l'oral qu’à l'écrit. Faites le point… Posez-vous les quelques questions suivantes :

  • Êtes-vous capable de soutenir une conversation ?

  • Savez-vous rédiger un courrier ?

  • Pouvez-vous comprendre un document ?

  • Avez-vous le niveau pour participer à une réunion ?

  • Pouvez-vous mener une négociation ?

Utilisez les tests de niveaux internationaux

Il est très sécurisant pour le recruteur de lire que vous avez déjà passé des tests d'évaluation : notamment le TOEIC (Test of English for International Communication) et le TOEFL (Test of English as a Foreign Language). Si vos résultats à l'un de ces deux tests datent d'il y a moins de deux ans, vous pouvez mentionner le score que vous avez obtenu (seulement s’il est bon, bien évidemment ! c’est-à-dire supérieur à 780 pour le TOEIC), ces deux examens étant des repères fiables qui permettent au recruteur d'évaluer rapidement votre niveau en anglais.

Enrichissez, illustrez vos pratiques des langues !

Pour apporter la preuve de votre pratique des langues, n'hésitez pas à mentionner les voyages au cours desquels vous avez utilisé intensivement la langue que vous énoncez. En plus de rendre cette catégorie du CV plus attractive pour le recruteur, elle permettra également à celui-ci d'évaluer votre capacité à comprendre et à pratiquer une langue « sur le terrain ».

Exemple : Anglais : usage quotidien. Voyage de huit mois dans le sud-est des États-Unis en 2007-2008.

Évidemment, inutile de mentionner les trois jours passés en amoureux à New York il y a quatre ans. Seuls les séjours longue durée (soit de 3 mois minimum) et en immersion totale comptent.

Ne faites pas l'impasse sur vos compétences informatiques !

Un incontournable ! Et pourtant le défi va être grand pour trouver la bonne manière d'en parler.

En effet, cette rubrique sera évidemment différente, selon que vous êtes développeur informatique, assistant de direction ou stagiaire chef de projet. Pourtant, quel que soit votre poste, l'usage et la maîtrise des outils informatiques ne sont désormais plus optionnels. Il s'agit donc de donner les précisions sur vos compétences et les niveaux de maîtrise des outils en fonction des missions relatives au poste pour lequel vous postulez.

Attention à ne pas faire de catalogue de logiciels simplement cités sous leur dénomination commerciale (LibreOffice, Photoshop, InDesign...). La seule chose qui compte, c'est votre niveau de maîtrise des logiciels. En êtes-vous un expert ? Avez-vous une maîtrise professionnelle, un usage quotidien des fonctions avancées ?

L'usage d'Internet fait partie intégrante de notre quotidien, c'est un pré-requis pour TOUS les emplois. Si vous faites figurer sur votre CV que vous savez naviguer sur le Web ou écrire des mails, vous allez déclencher un a priori très négatif sur votre candidature.

Quelques exceptions toutefois : si votre secteur d'activité (administratif, assistanat, secrétariat) vous oblige à vous servir régulièrement d'Internet, ou si vous postulez dans un secteur manuel ou technique où l'on est peu en contact avec les outils technologiques, signaler que vous connaissez bien Internet peut constituer un bon point.

Avez-vous des compétences spéciales (permis de conduire, secouriste...) ?

Ne négligez jamais toutes les autres compétences qui, même éloignées, peuvent apporter un regard différent et complémentaire pour donner à votre candidature un bonus tout spécial.

Ce sont par exemple les formations, expériences et permis spéciaux comme l’obtention de diplômes en secourisme ou les permis spécifiques.

Ne gaspillez pas le temps de lecture du recruteur. Si ces autres compétences n’ont que peu d'intérêt pour le poste à pourvoir, inutile de les préciser.

Valorisez vos soft skills, centres d'intérêt et activités extra-professionnelles ?

Qu'est-ce donc que vos "soft skills" ?

Style de communication ou de management, résistance au stress, capacité à résoudre des problèmes, sens de l'organisation, prise d’initiatives, empathie... En opposition aux hard skills, à savoir les compétences techniques, les soft skills s'apparentent aux qualités humaines et relationnelles des candidats qui définissent leur personnalité. Qu'ils soient innés ou acquis au fil des expériences, issus de compétitions sportives ou au travers de participations à divers projets extra-professionnels, de responsabilités associatives par exemple, les soft skills délivrent de précieuses informations notamment sur la capacité à s’intégrer efficacement et à s'épanouir dans une équipe ou une entreprise.

Mais à quoi cela va-t-il vous servir d'en parler ?

Tous les recruteurs le disent : finalement, évaluer les compétences techniques, opérationnelles d'un candidat, ce n'est pas si difficile. D'ailleurs lors des échecs suite à un recrutement qui se termine mal (fin de la période d'essai, démission) dans 90 % des cas, ce n'est pas pour une absence de compétences techniques. Ce sont le manque de savoir-vire social et relationnel et l'absence de valeurs partagées, qui vont provoquer l'arrêt de la collaboration.

De ce fait, les recruteurs sont amenés à s'intéresser à d'autres éléments que les simples compétences techniques. De même que dans le management, où on s'intéresse de plus en plus aux conditions nécessaires pour le développement de chaque collaborateur, la prise en compte de l'intelligence émotionnelle va être au cœur de la décision du recruteur. En cas de shortlist entre trois candidats aptes à prendre un poste, la sélection s'effectuera naturellement par les soft skills.

Heureusement, il n'existe pas de compétences meilleures que d'autres. Désormais, souvent les recruteurs savent exprimer quels types de soft skills seront nécessaires pour un poste donné et ce que cela pourra apporter dans le futur environnement.

Et vous, quelles sont vos soft skills utiles dans votre profession ?

Vous avez certainement entendu parler de la transformation digitale qui révolutionne le monde de l'emploi et la vie des entreprises. Les collaborateurs se trouvent obligés de développer de nouvelles postures pour s'adapter aux changements. On attend d'eux de l'agilité, de l'adaptabilité, de l'ouverture, du partage, de l'efficacité, de l'esprit d'équipe, de l'éthique, de la créativité, de la prise d'initiatives, de la responsabilité... Autant de qualités essentielles qui seront évaluées par les recruteurs désireux de compléter une équipe existante par un nouveau venu déjà porteur de ces postures.

Ces qualités humaines vont être essentielles pour apporter une meilleure productivité et une capacité d'adaptation dans les entreprises sur les 5 années à venir. Cela est d'autant plus vrai dans des domaines où l'environnement technologique évolue vite.

Tous les profils ne sont pas concernés par cette problématique à la même hauteur. On n'aura pas les mêmes attentes pour un cadre dans la finance que pour un commercial ou une assistante de direction, deux postes pour lesquels le relationnel est particulièrement déterminant. Prendre conscience de ces qualités accessibles à tous, c'est décider faire le marketing de soi, selon sa personnalité et sa capacité à les justifier.

Comment présentez-vous vos soft skills ?

Évidemment, il ne suffit pas se contenter de lister les soft skills ! Il faut donner des détails à la fois concrets et concis qui les mettront en valeur.

C'est souvent au travers d'exemples de situations que vous allez trouver matière à les mettre en avant. 
Par exemple :

  • "J'ai communiqué sur tel projet avec la direction et cela a abouti à tels résultats."

  • En matière de leadership : "j'ai mené une équipe projet pendant quatre ans sur tel dossier pour tel aboutissement."

  • "J'ai travaillé dans un univers multiculturel au sein d'une équipe internationale." : dénote d'une ouverture d'esprit.

Vous pouvez aussi utiliser toutes les situations extra-professionnelles qui vous ont permis d'exprimer ces soft skills. Ce peut être des passions, des responsabilités sportives ou associatives, une écriture d'article... Valorisez tout ce qui vous montre différent des autres, ce qui exprime votre personnalité, vos qualités.

Où allez-vous les faire figurer sur votre CV ?

Le CV conserve pour objectif principal de présenter un parcours professionnel exposant des compétences opérationnelles et managériales.

Pour trouver le bon endroit, plusieurs possibilités s'offrent à vous :

  • les placer directement sous le titre de la fonction en haut du CV ;

  • les mettre dans la description de chaque poste ;

  • réaliser un encadré à part, particulièrement intéressant pour résumer ;

  • les faire figurer en fin de CV dans un onglet valeurs personnelles. 

Choisissez une mise en forme qui valorise les messages à communiquer

L'originalité, c'est comme du piment, à vous de savoir doser !

Certains candidats misent tout sur une mise en page exceptionnelle ou sur leurs talents de conteur. Le risque est grand ! L'important, c'est le message que vous voulez faire passer.

Ce message est d'abord composé du poste visé et des compétences qui y correspondent. Si ces renseignements sont introuvables dans le CV, noyés dans la masse et illisibles il y a de fortes chances que le recruteur passe à côté et en déduise que votre originalité n’est qu'esbroufe inutile. Il ne lui restera qu'à passer au CV suivant, sans doute beaucoup plus conforme aux standards, mais qui au moins lui donne les informations recherchées et ne lui fait pas perdre du temps. Vous ne devez jamais oublier que le travail du recruteur est de savoir faire le bon choix. Il n'a que peu droit à l'erreur. Tout ce que vous pouvez faire, en tant que candidat pour l'aider dans son choix sera utile et peut être profitable pour vous. Visez l'efficacité, cela paye toujours !

Si vous voulez vraiment faire preuve d’originalité...

Inutile de vouloir faire un CV sous forme de menu de restaurant, profil Instagram, ou encore de plan de la RATP : tout cela a déjà été tenté ! Cela serait contre productif de refaire la même chose, puisque tout l’intérêt du CV original est justement de sortir de la masse.

Si vous êtes un créatif, le recruteur va évaluer, dès la lecture de votre CV, votre capacité à être original et innovant. Vous devez montrer votre patte bien personnelle. Il est essentiel que vous fassiez une veille sur le Web pour vous assurer que votre idée n’a pas déjà été réalisée.

Vous n'avez pas le droit de faire la moindre faute d'orthographe !

C'est sans doute une évidence... mais relire son CV peut tout changer. Une ou plusieurs coquilles discréditeront votre candidature dès la première lecture. Personne ne peut plus accepter ce type d'erreur inacceptable. Vous avez à votre disposition tous les outils nécessaires de correction automatique orthographique et grammaticale. Mais, attention ces logiciels ne sont pas 100 % fiables. La meilleure solution, c'est de faire relire son CV à une tierce personne qui s'intéressera au fond et à la forme, et corrigera sans doute les fautes oubliées.

Les coquilles, ces oublis de lettres, de type fautes de frappe, sont des erreurs discrètes que l'on rencontre très souvent. Le cerveau est ainsi fait qu'il corrige tout seul ce type de faute à la lecture. Plus encore, on sait désormais que plus on est affectivement lié au contenu saisi au clavier, plus il est difficile de détecter soi-même ses fautes. Et comme le CV n'est rien d'autre qu'une image que l'on veut donner de soi, notre lien émotionnel est très fort et donc les risques grands de ne pas voir ses erreurs les plus grossières.

Certaines fautes sont classiques dans les CV, alors démarquez-vous ! Petit focus sur les fautes fréquentes que l'on retrouve dans les CV.

  • Laisser des  fautes de frappe : un grand classique. "Assitant" à la place de "assistant", "un" au lieu de "une"… 

  • Ne pas faire les accords : les parties les plus négligées par le candidat sont souvent les gros titres. Plus c'est gros, plus ça passe ! On trouve souvent : "expériences professionnelle" ou "chiffre d’affaire" ou "centre d’intérêts". 

  • Oublier le féminin : si vous êtes une candidate, n'oubliez pas de mettre au féminin les adjectifs ou d’accorder au féminin certains participes passés.

  • Confondre des mots et en transformer le sens à cause d'une mauvaise orthographe. Par exemple : "session" à la place de "cession", "magasine" pour "magazine"…

  • Négliger les accents : ces fautes sont des indicateurs car leur répétition sont le signe d’un manque de rigueur du candidat.

  • Ne pas maîtriser l’orthographe de mots techniques, des logiciels. Par exemple : Java, UX, PowerPoint, InDesign… Attention les majuscules ont tout leur sens !

Choisissez le format adapté

Vous choisissez peut-être d'envoyer votre CV pour alimenter une CVthèque. Que celle-ci soit interne à une grande entreprise, ou gérée par un jobboard, vous devez faciliter son tri et son indexation. Afin que votre document soit visible, repérable via des moteurs de recherche, il vous faut tenir compte des règles de référencement. Par exemple, sur le Web, votre CV doit ressortir dans les résultats Google, comme sur les jobboards. Et ça ne sera pas le cas si le format choisi pour envoyer et mettre en ligne votre CV ne permet pas au moteur de recherche de repérer les mots clefs.

Gardez en tête que les recruteurs utilisent de façon courante des outils de Gestion de Candidatures (ou ATS : Applicant Tracking System). Ces outils scannent les candidatures pour faire des tris. Si vous ne respectez pas certaines contraintes, ces ATS vont réduire de 75% vos chances de passer le cap en vue de décrocher un entretien.

Une autre source d'erreur potentielle serait de concevoir une mise en page misant sur une utilisation de la couleur... mais si les recruteurs l'impriment en noir et blanc, le document deviendra illisible.

De même, s’il faut un logiciel spécial pour lire votre CV, le recruteur risque de ne pas pouvoir l’ouvrir. Contentez-vous de produire des documents sous format PDF, stables et indépendants de l'application de lecture qui sera utilisée par le recruteur. Ainsi, il ne rencontrera pas d'erreurs dues à l'absence d'une police de caractère sur son ordinateur, ou à l'utilisation d'un appareil mobile (tablette par exemple).

Vous pensez peut-être que votre candidature sera lue seulement par un seul interlocuteur ?

Mais votre CV a pour vocation, s'il est retenu, de passer entre les mains de nombreuses personnes : recruteur, DRH, manager, expert métier, dirigeant... Faites donc en sorte qu'il soit léger, facile à ajouter en pièce jointe et à ouvrir !

Respectez les règles typographiques

Rares sont les privilégiés qui aujourd'hui reçoivent une formation (ou même une sensibilisation) aux règles typographiques au cours de leurs études. Et pourtant... on apprend bien à écrire, on apprend l'orthographe, les règles grammaticales, on développe son vocabulaire... les règles typographiques font aussi partie de ce qui compose une langue !

Par exemple, n'avez-vous pas déjà remarqué par exemple que l'on n'utilise pas les mêmes apostrophes et qu'elle ne se placent pas aux mêmes endroits dans les phrases, selon qu'on écrit en anglais ou en français ? Ces règles dépendent en effet de la langue dans laquelle on écrit.

Alors, maîtriser ces règles dans votre CV apporte des bénéfices immédiats.

  • L'efficacité de votre message sera décuplée, car rien ne gênera le lecteur dans sa lecture. Un document bien rédigé sera mieux compris, lu car plus agréable à lire que d'autres documents au contenu similaire ne respectant pas ces règles.

  • Nous sommes tous porteurs de ces règles, même de manière inconsciente. Lire un document bourré de fautes typographiques va provoquer un rejet, même si le lecteur n'a pas conscience de ces raisons objectives.

  • En produisant un document nickel, vous prouvez le soin et l'attention que vous avez apporté à ce document important pour vous, puisque porteur de votre image. Le lecteur se sent considéré et valorisé.

Il est bon de savoir que si vous respectez les règles typographiques, vous faciliterez la compréhension et l’assimilation des messages contenus dans vos documents. En mettant votre CV en forme de manière respectueuse de ces règles, l'attention du recruteur restera centrée sur le contenu, sans avoir à faire d’effort pour le lire.

Et vous, la ponctuation, comment vous en sortez vous ?

Voici des exemples extraits de cette fiche Règles typographiques de base

Copyright © 2006-2013 Véronique Pierre
Copyright © 2006-2013 Véronique Pierre

Faites attention en utilisant l'italique

Vous ne pouvez pas mettre un texte en valeur en le mettant en italique. N'utilisez l'italique que dans ces quelques rares cas :

  • pour une citation ;

  • pour les mots en langue étrangère ;

  • pour les références à des ouvrages mentionnés dans le  texte.

Et surtout n'utilisez jamais le style souligné, c'est une aberration des systèmes d'exploitation dont l'origine remonte à l'invention de la machine à écrire... il s'agissait alors de simuler les traits (on appelle cela les filets en imprimerie) que l'imprimeur pouvait disposer lorsqu'il composait ses documents imprimés avec du plomb et de l'encre.

Si voulez mettre en évidence un mot, utilisez le gras. Il est fait pour cela ! Et si c'est un titre que vous voulez mettre en valeur, insérez une bordure, tous les traitements de texte proposent cette fonctionnalité facilement.

Mettez les majuscules à la bonne place

Dans votre CV, beaucoup de titres, de noms propres, alors soyez vigilants, car vous avez de nombreuses occasions de faire des erreurs impactant le sens du contenu.

Choisissez une police en fonction de votre caractère !

Vous cherchez à rendre votre document attrayant et surtout agréable à lire par le recruteur. Pour cela, vous devez le mettre en forme en choisissant  une police de caractères adaptée à votre contenu. En effet, la typographie va avoir un effet direct sur la lisibilité et l’efficacité du message. On peut dire qu'en matière de polices de caractères, le choix est illimité. Heureusement il y a des règles pour mettre en valeur un texte. Pour vous, un objectif avant tout : harmoniser fond et forme pour faciliter la compréhension du contenu !

Pour vous aider à découvrir le sens et la personnalité des polices, voici comment l'organisme W3C regroupe les fontes, selon cinq familles génériques.

  • Serif : polices à empattement (ex : Times New Roman, Georgia, Garamond…). Elles ont une signification sensible, créative, de l'ordre du social, de l'humain... Elles sont à privilégier pour tous les documents personnels, parlant de relations humaines. Idéal pour votre CV, si vous travaillez dans le monde des RH ! À proscrire si vous êtes technicien et cherchez à mettre en valeur non pas votre personnalité mais vos compétences techniques.

  • Sans-serif : polices sans empattement (ex : Arial, Helvetica, Tahoma, Verdana…). Elles sont avant tout réservées aux contenus scientifiques, techniques. Elles apportent un sentiment d'ordre, de structuration, d'ordonnancement.

  • Cursive : polices simulant l’écriture à la main (ex : Lucida Handwriting).

  • Fantaisie : polices plus décoratives, surtout utilisées pour des titres (ex : Impact, Fraktur…).

  • Monospace : polices à largeur (chasse) fixe (ex  : Courier New, Lucida Console…).

À vous de bien choisir car les deux principales familles existent historiquement depuis plusieurs siècles et sont porteuses d'une signification précise, même si une fois de plus, peu de monde en est conscient.

Quoi qu'il en soit, fuyez les clichés et les typos bling bling ! Certaines polices ont tellement été utilisées à tort et à travers qu’elles sont devenues synonymes d’amateurisme et de mauvais goût, par exemple la police Comic Sans MS. Les polices cursives ou fantaisie sont à éviter dans les CV, sauf pour les postes de créatifs.

Enfin, pour construire votre document, soyez vigilant à bien utiliser les touches de tabulation de votre éditeur de texte. Aujourd’hui, on ne tolère plus d’erreurs de tabulation, avec des décalages dans les retraits. En effet, cela peut traduire un manque de maîtrise de l’outil Word, ou de grande négligence ; dans tous les cas, c’est mauvais pour votre image.

Bénéficiez de nos derniers conseils

Sources :
  • manpower.com

  • Regionjob‌.com

  • cadremploi.com

  • Monster.fr

  • directemploi.com

  • CVConseils.com

  • lexpress.fr

  • terrafemina.com

  • c-marketing.eu

Vous êtes demandeur d'emploi ?
Sans diplôme post-bac ?

Devenez Développeur web junior

Je postule
Formation
en ligne
Financée
à 100%
Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite