• 8 heures
  • Facile

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 06/06/2019

Faites preuve d'optimisme

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Les revers de la vie n’épargnent personne. Mais l’optimiste, au lieu de baisser les bras, se relève et repart à l’attaque. C’est cette capacité de rebondir qui lui permet de réaliser tout son potentiel. Le lien avec la résilience est très fort : l'optimisme permet de repartir après des difficultés.

Dans son acceptation populaire, une personne optimiste est décrite comme quelqu'un a tendance à voir « le bon côté des choses » tandis que les personnes pessimistes ont tendance à anticiper des résultats ou des événements négatifs.

Saisissez les avantages d'être optimiste

Les avantages personnels

Sur le plan personnel, l'optimisme semble clairement plus avantageux.

Quelques exemples d'avantages à être optimiste :

  • Les personnes optimistes sont en meilleure santé physique.

  • Les personnes optimistes sont moins sujettes à l'anxiété et à la dépression.

  • Les personnes optimistes font preuve d'une meilleure adaptation à des événements négatifs comme le cancer, les opérations coronariennes, la greffe de moelle ou le sida, par exemple.

  • Les femmes optimistes sont moins sujettes à la dépression post-partum.

  • Les optimistes ont un souvent un sens de l'humour plus développé.

  • Les optimistes ont un style de vie globalement plus sain que les pessimistes.

Les avantages professionnels

Dans la sphère professionnelle, l'optimisme est également un atout.

La société d’assurance Metropolitan Life a fait le pari de privilégier l’optimisme dans les critères de recrutement de ses commerciaux au détriment des critères techniques habituels. Elle a comparé la performance de ses nouvelles recrues et constaté que :

  • Les plus optimistes ont démissionné deux fois moins que les autres. L’optimisme
    favorise la persévérance.

  • La moitié la plus optimiste des commerciaux avait vendu 20 % de plus que l’autre moitié. L'optimisme favorise l'efficacité

Ne tombez pas dans l'irréalisme

Pour Martin Seligman, « l’optimiste est plus heureux non pas parce qu’il ne voit pas la réalité telle qu’elle est, mais parce qu’il porte un regard différent sur elle : un regard de confiance en sa capacité d’agir ».

Être optimiste ne signifie pas être dans le déni face aux problèmes.

Être optimiste ne signifie pas s'attendre uniquement à un résultat positif, mais cela invite plutôt à avoir confiance dans le fait que, même si les choses ne se passent pas comme on l'attend, on sera en capacité de gérer la situation.

Dans certains cas, cependant, il est important de noter que le fait d'être trop optimiste a des désavantages :

  • Les optimistes sont plus susceptibles que les pessimistes de continuer à jouer après avoir perdu de l'argent, par exemple.

  • Un biais d'optimisme peut également être un facteur contributif dans les accidents de voiture, car les conducteurs surestiment leurs propres capacités.

  • Minimiser la probabilité d'un échec peut également nous induire en erreur dans certaines situations où l'évaluation du risque est essentielle, comme le choix d'une profession, le choix d'un partenaire ou le choix de faire décoller ou non un avion un jour de tempête.

Cependant, dans la société actuelle, la tendance est plutôt à un pessimisme ambiant qui aurait besoin d'être contrebalancé par plus d'optimisme. En effet, les sondages révèlent que la grande majorité des gens dans les pays développés sont très pessimistes. En 2014, une étude du Wall Street Journal a révélé que 76 % des Américains n’étaient pas convaincus que « la vie qu'auront nos enfants sera meilleure qu’elle ne l’a été pour eux ».

Choisissez le mode d'explication des optimistes

Seligman identifie ainsi deux modes d'explication. Les explications pessimistes nourrissent le découragement alors que les explications optimistes poussent à l’action positive. Il distingue deux dimensions dans nos modes d'explication :

  • la dimension temporelle (permanent ou temporaire),

  • la dimension dans l'espace (générale ou spécifique).

Vous observerez que les modes d'explication des optimistes et des pessimistes sont opposés :

 

Ce que se dit un optimiste...

Ce que se dit un pessimiste...

Événement positif 

(exemple : réussir un examen)

  • "J'ai toujours été bon en maths." (explication permanente)

  • "Je suis doué." (explication générale)

  • Cause : personnelle

  • "J'ai eu un coup de chance cette fois-là." (explication temporaire)

  • "L'examinateur était gentil."(explication spécifique)

  • Cause : externe (la chance)

Événement négatif 

(exemple : rater un examen)

  • "Je n'étais pas en forme ce jour-là" (explication temporaire)

  • "Le sujet était difficile" (explication spécifique)

  • Cause : externe (la maladie, le sujet)

  • "Je me sens toujours mal pendant un examen" (explication permanente)

  • "Je suis nul en maths" (explication générale)

  • Cause : personnelle (c'est de ma faute)

La première technique consiste donc à mieux apprécier et à vous attribuer vos réussites au lieu de leur donner des causes extérieures et temporaires.

Boostez votre optimisme

Transformez votre mode d'interprétation des difficultés

Il s’agit de briser le cercle vicieux qui déclenche une réaction d’abdication face aux difficultés ou aux échecs. Ainsi, la prochaine fois que vous prendrez conscience du caractère pessimiste de vos interprétations, vous pourrez tenter de les remettre en cause. C'est ce que Seligman appelle "la réfutation".

Pour transformer le mode d'interprétation négatif ou pessimiste face aux difficultés, il y a 4 questions à se poser :

  1. Quels sont les faits ? (L’optimisme se nourrit de faits concrets qui lui permettent de résister à des a priori qui entraînent eux-mêmes des réactions négatives ou la paralysie.)

  2. Quelles sont les explications alternatives à cette situation ? (Rares sont les événements qui n’ont qu’une seule cause. Pourtant, le pessimiste privilégie souvent la plus défavorable des causes et la plus personnelle. Et il le fait non pas par réalisme, mais par habitude pessimiste).

  3. Les implications que j'imagine sont-elles fondées ? Est-il nécessaire de dramatiser ? (Une entorse à mon régime signifie-t-elle que je suis un goinfre ? Quelle est la probabilité des conséquences néfastes que j’imagine ?)

  4. Enfin, quelle est l’utilité de mon interprétation négative ? (Parfois, adopter un angle de vue pessimiste, même si cela semble fondé, ne nous sert pas. Dans ce cas, je peux me dire que, même si je n'ai pas de preuves, je choisis de croire que je vais y arriver).

En prenant conscience de vos modes d'explication et en tentant de moduler vos accès de pessimisme, vous développerez ainsi votre résilience.

Exercice : projetez-vous dans le futur avec optimisme !

À présent que l'optimisme n'a plus de secret pour vous... Mettez-le en application pour vous projeter dans le futur.

Prenez un papier et un stylo et mettez un minuteur de 10 minutes durant lesquelles vous écrirez, sans vous relire et sans vous censurer, comment vous imaginez votre futur idéal dans 1 an, 5 ans et 10 ans, si tout se passe comme vous le souhaitez. Essayez de décrire le plus précisément possible à quoi ressemble votre vie idéale dans le futur.

Évidemment, le futur ne sera jamais tel que vous l'imaginez. Pourtant, il a été prouvé que cet exercice stimulait les émotions positives, le bonheur, l’optimisme, l’espoir, l’amélioration de la capacité d’adaptation, et élevait les attentes positives quant à l’avenir.

Alors, laissez s'exprimer votre imagination et autorisez-vous à rêver grand !

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite