• 10 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 20/12/2018

Gérez les résistances au changement

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Identifiez les sources de résistance au changement

La résistance au changement est un comportement humain bien connu. Il est bien souvent plus facile de perpétuer un système ou un comportement existant que d’en créer un nouveau. Le blended, par définition, parce qu’il intègre des outils numériques innovants, est en rupture avec les modes de formation classique. Cela peut entraîner des résistances de la part des apprenants.

Il s'agit notamment des apprenants qui réussissent dans le système standard. Comment peuvent-ils être sûrs de réussir également dans ce nouveau système ? Sans compter que de nouvelles règles du jeu peuvent aussi changer les classements établis, de façon implicite ou non.

Une autre source de résistance peut être liée aux compétences numériques. Comme on l'a déjà vu, pour apprendre avec l’ordinateur, il faut savoir l'utiliser.

La collaboration, également, ne va pas nécessairement de soi. La recherche nous apprend que la collaboration n’est pas un processus naturel et automatique pour tous les apprenants. Ils peuvent alors manifester une résistance à s’y engager. Cette résistance peut par ailleurs être renforcée lorsque la collaboration ne relève pas de leur propre initiative, mais leur est imposée par le formateur.

Une dernière résistance peut être liée à la charge de travail. En pédagogie classique, certains apprenants ont pris l’habitude (surtout en premier cycle de la formation universitaire) de fournir le niveau minimum de travail, en rêvassant pendant les cours et en s’impliquant peu. Avec un fort bachotage avant l’examen, ils pouvaient réussir à valider (de justesse) leur module. Avec le blended learning, reposant sur un fort engagement de l’apprenant, ce n’est plus possible. Soyez néanmoins attentif à la charge de travail de vos apprenants, ne leur demandez pas plus que ce que vous attendiez (peut-être de manière plus implicite) en pédagogie classique.

Adaptez un balisage clair et explicite

Lorsque vous vous lancez en blended, prenez le temps d’expliquer à vos apprenants pourquoi vous avez fait ce choix. N’hésitez pas à fournir des résultats de la recherche pour montrer en quoi votre approche va dans le sens d’un meilleur apprentissage. En somme, montrez à vos apprenants que les grands gagnants, ce seront eux.

Si vous êtes sur une formation « validante » (comme un cours à l’université ou une formation donnant lieu à une certification), communiquez de façon précise sur l’évaluation. Quand auront lieu la ou les épreuves ? Sur quoi porteront-elles ? Comment la note ou le score seront-ils établis, etc. ? En effet, plus les apprenants sauront précisément ce sur quoi ils seront évalués, moins ils seront stressés et donc plus ouverts à des changements.

De même, soyez très explicite sur les règles régissant la collaboration. Quels sont les comportements attendus, quels sont ceux non tolérés, quels sont les processus de régulation, etc. ?

Monitorez et aidez les apprenants à monitorer leur charge de travail. Donnez des indications aux apprenants sur la durée que devrait leur prendre chaque tâche que vous leur donnez. Vous pouvez aussi leur communiquer un planning imprimable avec les dates, les règles de conduite pour les discussions et la collaboration, ainsi que la description des différents projets.

Pour chaque élément du syllabus, indiquez quels éléments seront faits en synchrone et lesquels en asynchrone. Par exemple, vous pouvez décider de donner accès à toutes les ressources dès le début du cours ou d’en débloquer un peu chaque semaine.

Accompagnez vos apprenants progressivement

Partez du principe que votre système d’enseignement n’est pas figé et qu’il sera en constante amélioration. Plus le système que vous proposerez à vos étudiants sera complexe et figé, plus il sera difficile pour eux de le prendre en main. Ils risquent d’être frustrés, de ne pas comprendre vos attentes et comment naviguer dans les cours. Finalement, ils risquent de se démotiver et d’apprendre moins bien que dans un cours classique.

Voici quelques conseils simples à respecter pour suivre cette logique et accompagner vos apprenants dans la prise en main de vos outils numériques.

Introduisez les outils un par un

À chaque fois, laissez un temps de « prise en main ». Rappelez-vous, au début, il y a concurrence entre la tâche d’apprentissage et la tâche d’utilisation de l’outil. N’introduisez un nouvel outil que si le précédent est intégré aux pratiques des apprenants et qu’ils l’utilisent de manière automatique.

Soyez attentif aux problèmes techniques

Ne considérez pas que c’est aux apprenants de se débrouiller pour que “ça marche”. Renvoyez-les vers une équipe technique dédiée ou prenez le temps de regarder leurs problèmes avec eux.

Prévoyez des temps de régulation

Pendant ces temps, vos apprenants pourront exprimer leurs problèmes. Restez souple et n’hésitez pas à adapter un fonctionnement pour être au plus près de leurs besoins.

Monitorez l’avancée de vos apprenants grâce aux learning analytics

Si vous voyez que l’un d’entre eux ne regarde pas les ressources et ne rend pas les travaux demandés, investiguez le plus tôt possible. Voyez avec lui si c’est un problème technique, pédagogique ou autre. Accompagnez-le pour trouver une solution. C’est dans l’accompagnement que le blended learning trouve tout son sens.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite