• 10 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

Ce cours est en vidéo.

Vous pouvez obtenir un certificat de réussite à l'issue de ce cours.

J'ai tout compris !

Mis à jour le 20/12/2018

Gérez votre activité de formateur

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Appréhendez le changement de posture

En digital learning et dans certains dispositifs purement présentiels, le formateur est principalement centré sur les savoirs. Lors de la phase de préparation, il va se poser des questions du type « comment aborder telle notion ? », « quel est l’ordre logique des choses que j’ai à raconter ? », etc. C’est une posture assez facile à adopter, car on reste proche de son domaine d’expertise et que le savoir est « unique » : même quand on présente une notion polémique, il suffit d’exposer les différentes théories ou les différents points de vue. Le formateur est un peu comme un cuisinier qui prépare le même plat pour tout le monde en utilisant ses connaissances des saveurs.

Pour que le blended soit réellement efficace, il est nécessaire pour le formateur de changer de posture. Le focus doit se décaler du savoir à l’activité de l’apprenant. De cuisinier, il devient nutritionniste. Il va se pencher sur les besoins de chacun des apprenants et apprendre à chaque apprenant à se préparer le repas qui lui correspond.

En effet, la plupart des formateurs sont experts de leur sujet, mais pas toujours de la façon dont le cerveau humain apprend, et de la pédagogie en général. Ce qui complique encore plus les choses, c’est qu’il y a autant de façons d’apprendre qu’il y a d’apprenants. Ce n'est pas évident quand on gère beaucoup d’apprenants. Bien évidemment, moins vous aurez d’apprenants à accompagner, plus vous pourrez être près de leurs besoins. Mais, quel que soit le nombre de vos apprenants, ce sera à vous, formateur, d'organiser le travail de groupe pour que les apprenants apprennent les uns des autres.

On ne connaît pas non plus l’étendue exacte de leurs apprentissages. C’est pour cela que, pour être complètement efficace, une démarche en blended learning doit s’accompagner d’une vraie réflexion autour de l’évaluation.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à aller consulter le cours "Concevoir des évaluations adaptées à vos objectifs pédagogiques".

Ainsi, un formateur spécialisé « notion » va principalement écrire des livres, des cours en ligne, donner des conférences. Il va donc développer des ressources pédagogiques. Au contraire, un formateur spécialisé « activité apprenant » va harmoniser ces ressources dans un environnement adapté, en s’adaptant à chacun et en organisant le travail de groupe.

Gérez le surplus de travail

En blended learning, le formateur doit créer et animer deux environnements : l’environnement présentiel et l’environnement virtuel. De plus, tout l’environnement virtuel doit être prêt avant même l’arrivée des apprenants.

Contrairement à un système plus “classique”, où l’on peut préparer ses cours au fur et à mesure. Si l’on ne fait pas attention, on est vite tenté de recommencer à construire un environnement virtuel à partir de rien pour chaque formation.

Il faut garder en tête que le contenu devient assez vite obsolète : les idées et les savoirs évoluent, les normes graphiques également. De plus, le contexte des apprenants est en constante évolution.

L’idée au contraire est donc de capitaliser au maximum pour dégager du temps pour l’amélioration continue.

La création de ressources est une activité extrêmement chronophage. C’est pourtant la qualité des ressources qui fera la qualité de votre formation. Si vous décidez de vous lancer dans la production de ressources, ne produisez que du contenu que vous pourrez réutiliser dans différents contextes.

Pour cela, privilégiez le contenu modulaire. Découpez votre sujet en « petits grains », l’idéal étant de prévoir des vidéos de 3 à 5 minutes. Si votre sujet ne tient pas en si peu de temps, découpez-le. Forcez ensuite les apprenants à faire le lien entre les notions, dans des projets, par exemple. C’est en faisant le lien que le cerveau va fixer dans la mémoire à long terme les notions abordées.

Adoptez une logique d’amélioration continue. Ne cherchez pas à produire le meilleur contenu possible, mais faites le plus d’itérations possible. Plutôt que de mettre 10 heures à produire une vidéo, il vaut mieux n’y passer que 3 heures. Et la refaire 2 mois après, puis enfin 6 mois après. Le temps passé est le même et le produit final sera de nettement plus grande qualité. Plus vous passez du temps à « peaufiner » votre contenu, moins vous dégagerez du temps pour l’amélioration continue.

Pour en savoir plus sur la création de contenu, vous pouvez consulter le cours "Réalisez un cours en ligne".

Organisez votre veille

Dans le domaine du numérique pour l’apprentissage, les choses évoluent vite, très vite même. Il est donc indispensable de ne pas se laisser distancer. Vous devez donc être en autoformation continue. Prenez le temps de construire et/ou de structurer votre environnement personnel d’apprentissage. Organisez votre veille au sein de cet environnement.

Investissez les réseaux sociaux (Twitter est un excellent outil de veille collaborative), travaillez en équipe avec vos collègues, construisez vos réseaux avec les gens ayant des thématiques proches de la vôtre.

Une fois votre réseau constitué, vous pourrez plus facilement trouver des ressources de qualité.

Inspirez-vous de ce que font les gens de votre réseau, utilisez les ressources qu’ils partagent, ce sont autant de temps et d’énergie économisés.

Vérifiez la licence des ressources partagées. N’oubliez pas de citer les sources de vos ressources. Et si vous souhaitez réutiliser beaucoup de ressources issues de la même source, pensez à demander l’autorisation à l’auteur !

Pour en savoir plus, allez faire un tour sur le cours "Mettez en place un système de veille informationnelle".

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite