• 12 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 07/02/2022

Différenciez un savoir d'une compétence

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Qu'est-ce qu'une compétence ?

Ouvrez le dictionnaire de la pédagogie à la rubrique "Compétence". Vous vous rendrez vite compte que ce mot a de nombreuses significations. En pédagogie, il est difficile de définir la fameuse compétence.

Je vais plutôt vous donner ma définition personnelle, que je trouve opérationnelle.

La compétence s'automatise

Passer les vitesses sans boîte automatique est un processus comportant plusieurs gestes. Lors de l'apprentissage en auto-école, ces gestes sont décomposés, puis progressivement ils deviennent fluides et s’automatisent, au point de pouvoir les exécuter en pensant à autre chose (regarder dans le rétroviseur, mettre le clignotant).

À la question : "comment faites-vous ?", tout le monde sait répondre et se remémorer les étapes. On observe donc un automatisme « posé » sur un « socle » de savoir.

L’automatisation qui témoigne de la compétence peut être gestuelle. Mais elle peut également être purement intellectuelle, cognitive.

Par exemple, l’animateur de réunion, à la simple vue de la posture ou du ton de la voix des participants peut, sans même y réfléchir, changer l’ordre du jour, moduler le volume de sa voix, lancer une blague qui remobilisera l’attention de tous.

Le processus d’analyse, de déduction et de recherche de solutions est automatique. Les « compétences comportementales » (ou « soft-skills », en anglais) relèvent souvent de ce type d’automatismes.

La compétence, c’est donc la fluidité de l’automatisme. On est donc plus souvent compétent de manière routinière que de manière originale.

La compétence est invisible

Ce n'est pas la compétence en tant que telle que vous observez, mais la réalisation de celle-ci dans une "performance".

Pierre fait du vélo. Je le vois faire du vélo dans la rue. Il ne tombe pas. Il est à l’aise et n’hésite pas. J’en déduis qu’il « sait » faire du vélo, c'est-à-dire qu'il a acquis cette compétence.

Si Pierre est « compétent » en vélo, alors on postule que la « performance » qu’il réalise est :

  • Reproductible. La compétence peut décliner et disparaître si on ne pratique pas pendant une longue période, mais elle est relativement stable dans le temps.

  • Extensible. Il est possible de l’utiliser dans des situations proches mais différentes tout de même. Par exemple, Pierre pourra aussi faire du vélo dans le jardin sur la pelouse, en descente et en montée, avec un vélo de course et un VTT, etc.

La réalisation de la compétence (la performance) elle, est toujours unique, datée dans le temps et localisée dans l’espace. La compétence sous-jacente est, elle, supposée durable, et ce point est important pour l’évaluation de la compétence qui doit reposer, en toute rigueur, sur plusieurs performances.

Quelles sont les conséquences pratiques ?

  • La compétence est toujours une inférence (jamais une déduction). L'évaluation d'une compétence est donc toujours indirecte, interprétée à partir de réalisations diverses et variées. 

  • On ne développe la compétence qu’à partir de mises en situation, en multipliant les performances. C’est la construction de ces situations de performance attendue qui est la clé de l’acquisition d'automatismes fluides et ancrés.

  • La capacité d’extension (et même de transfert) de la compétence permet de se préparer en toute sécurité durant la formation, avant le "baptême du feu" (l'activité-métier réelle).

Typologie des compétences

Il est utile de classer les compétences, afin de vous aider à les sélectionner lors de votre conception pédagogique. Vous trouverez de nombreuses classifications : compétences comportementales, compétences soft, hard, techniques, etc.

LA distinction qui me semble féconde est la suivante : compétences « nécessaires » et compétences « critiques ».

Cette distinction a été conceptualisée en gestion des ressources humaines lorsque l’on doit décrire un métier, ses situations professionnelles types, ses savoirs et les compétences associées.

  • Les compétences (et savoirs) nécessaires sont les minimas sans lesquels on ne peut exercer un métier (« savoir conduire » pour un chauffeur de bus, par exemple).

  • Les compétences critiques sont celles qui permettent d’être un excellent professionnel. « Savoir manœuvrer dans un espace réduit », pour ce même chauffeur de bus.

Cette recherche de l’excellence professionnelle (que l’on retrouve dans tous les métiers et donc dans toutes les formations) est au cœur de la motivation des étudiants. Elle donne un sens aux formations de l’enseignement supérieur et de la formation professionnelle.

Formation au vol de drone

d

Souvent, vous verrez les compétences organisées en "blocs de compétences" et en "référentiel de compétences". Pour la formation au vol de drone, je les ai volontairement associées à des critères de réussite.

Référentiel de compétences – Bloc 1 "Maniabilité"

COMPÉTENCE

CRITÈRES DE RÉUSSITE

Bloc 1 : MANIABILITÉ

 

M1. Maîtriser la fonction "retour autonome à la base" du drone.

Sait enclencher la fonction "retour en autonome à la base" du drone à la demande, sans hésitation.

M2. Maîtriser les 4 axes des commandes de vol montée-descente / droite gauche / rotation droite-gauche / avant arrière).

Exécution des consignes de vol, sans hésitation.

M3. Maîtriser le renversement des commandes.

Peut réaliser un circuit en huit avec le retour "l'avant du drone face au pilote" et donc en marche avant (les commandes gauche-droite sont alors inversées par rapport à l'aller). Les points de repère ne doivent pas sorti du champ de la caméra.

M4. Maîtriser les combinaisons de commandes (deux mouvements).

Peut réaliser à la demande des vols stabilisés pendant 5 secondes :

- En diagonale gauche/droite

- Avant + montée/descente

- Arrière + montée/descente

- Rotation gauche/droite en avant

- Rotation gauche/droite en arrière

M5. Récupérer l'aéronef à la main (atterrissage risqué ou impossible - récupérateur proche).

 Récupération du drone par vent continu ou rafales légères (15-20 km/h) sur une zone immobile sans mise en danger du récupérateur (vol stationnaire portée de main). Coupure des gaz immédiate.

Vous en savez davantage sur le savoir et la compétence. La prochaine étape est de calibrer les compétences, afin d'en définir le périmètre exact.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite