• 8 heures
  • Moyenne

Ce cours est visible gratuitement en ligne.

course.header.alt.is_video

course.header.alt.is_certifying

J'ai tout compris !

Mis à jour le 15/12/2020

Utilisez les financements à court terme

Connectez-vous ou inscrivez-vous gratuitement pour bénéficier de toutes les fonctionnalités de ce cours !

Voyons désormais comment utiliser les financements à court terme, si vous avez un besoin en fonds de roulement positif.

Qu'est-ce qu'un financement à court terme ?

Pendant très longtemps, la lame de fond de l’orthodoxie financière voulait que les besoins à court terme soient financés par des dettes à court terme, tandis que les investissements à long terme se faisaient en recourant à des emprunts de longue durée.

Notez donc que la distinction entre emprunt à long terme et court terme reste artificielle pour deux raisons principales :

  • D’un côté, les garanties demandées par l’établissement financier sont souvent les mêmes.

  • D’un autre côté, la banque évalue l’endettement global de l’entreprise. 

Voyons ensemble différentes possibilités de financement à court terme.

Utilisez le crédit de caisse

Les crédits de caisse sont destinés à couvrir des besoins de trésorerie ponctuels devant se résorber dans un futur proche. Le montant du crédit de caisse est librement négocié avec la banque, même si la règle est qu'il soit limité à un mois de chiffre d’affaires.

On trouve plusieurs types de crédits de caisse :

  • La facilité de caisse correspond à un besoin de financement de très courte période résultant d’un décalage entre entrées et sorties de cash. Les entreprises y ont recours pour financer la période la plus critique du besoin en fonds de roulement.

  • Le découvert est consenti sur une période plus longue du fait de l’activité de l’entreprise, anticipant une rentrée d’argent importante. C’est souvent le cas des entreprises du bâtiment.

  • Le crédit-relais est adapté à des entreprises avec une forte saisonnalité de leur activité, comme c’est le cas des restaurants en bord de mer ou bien des stations de ski.

Utilisez le crédit de financement du cycle d’exploitation

Plusieurs solutions s'offrent à vous pour financer votre cycle d'exploitation.

L'escompte

L’escompte consiste en un rachat par l’établissement financier des effets de commerce dont l’entreprise est propriétaire, avant leur échéance. Rien n’empêche bien sûr l’entreprise de prendre une assurance-crédit qui couvre les risques des effets impayés, même si la banque choisit pour sa part de racheter les effets les plus solides.

L'affacturage

L’affacturage permet à un établissement financier de racheter les créances détenues par les entreprises et plus particulièrement les créances clients. Dans ce cas, ce n’est plus l’entreprise, mais l’établissement de crédit qui se charge du recouvrement.

Le financement du stock

L’entreprise peut demander à un établissement financier de faire une avance sur la base de la valeur d’un stock entreposé dans un entrepôt ou un magasin. Elle s’engage à rembourser l’emprunt sur une échéance déterminée.

Utilisez les crédits de financement du commerce extérieur

Le financement des importations

Le crédit documentaire, ou lettre de crédit ou encore crédoc, est une opération financière spécifique qui se déroule dans un cadre international et qui met en scène plusieurs acteurs :

  • le client acheteur ou importateur, appelé « le donneur d'ordre » ;

  • la banque d'un client importateur ou acheteur, dite « émettrice » ;

  • un bénéficiaire ou l'exportateur ou le vendeur ;

  • la banque du vendeur, dite « banque intermédiaire » ou « confirmatrice ».

La banque intermédiaire remet à la banque émettrice des documents qui prouvent que les prestations ont été effectuées. C'est une fois ces documents remis que la banque émettrice paie la banque intermédiaire, qui elle-même paie le bénéficiaire.

Le financement à l'exportation ou stand-by letter of credit

Le financement à l’exportation, appelé également SBLC (stand-by letter of credit), est une garantie bancaire avec laquelle l'importateur garantit à son fournisseur que sa banque se substituera à lui s'il est défaillant, à condition que l'exportateur présente les documents réclamés comme preuve de l'existence de la créance.

C'est l'acheteur qui est à l'origine de la SBLC et qui en fait la demande auprès de sa banque (banque émettrice) qui informera le vendeur par l'intermédiaire d'une banque notificatrice (ou confirmatrice).

En cas de non-paiement de l'acheteur, le vendeur se retourne contre la banque notificatrice qui se fait rembourser par la banque émettrice. Charge à cette dernière de se faire rembourser par l'acheteur.

Vous connaissez désormais les principaux financements à court terme que vous pouvez utiliser en cas de BFR positif. Voyons dans le chapitre suivant ce qu'il convient de faire en cas de BFR négatif.

Exemple de certificat de réussite
Exemple de certificat de réussite